Belgrade

Belgrade, Beograd  (Београд) en serbe, la « ville blanche », est la capitale et plus grande ville de la République de Serbie, avec 1,6 million d’habitants, et 2 millions dans l’agglomération. Elle fut la capitale et plus grande ville de l’ancienne Yougoslavie, ainsi que son centre intellectuel et artistique, ce qui explique sa taille disproportionnée par rapport à la Serbie (pays de 7 millions d’habitants).

Elle est située au confluent de la Save et du Danube, à 380 km de Budapest et à environ 200 km au sud de la frontière avec la Hongrie. Son centre historique (Stari Grad) se situe sur une colline dominant le confluent des deux cours d’eau, mais s’étale plutôt vers la Save.

De l’autre côté se trouve Novi Grad, l’extension de la ville à l’époque communiste, composée de barres d’immeubles et de « blocks ». Belgrade est une ville verte avec de nombreux parcs et jardins.


Afficher une carte plus grande

 

Devant l’église Sainte-Sava de Belgrade

Belgrade reste une capitale européenne méconnue des Français. En effet, pour beaucoup, elle évoque encore les guerre récentes. Il est vrai qu’entre celles qui suivirent l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, puis les bombardements de 1999 par l’OTAN suite aux problèmes liés au Kosovo, son histoire récente n’est pas gaie, et la ville en porte encore les stigmates !

Soumise à un embargo économique pendant six ans, Belgrade et la Serbie apparaissaient lointaines. Heureusement cela a changé, la vieille cité se relève, elle bouge, bouillonne, et offre un visage aux multiples facettes à celui qui prend la peine de bien vouloir la découvrir !

Il ne faut pas y aller dans un but purement esthétique ou à la recherche de monuments. On ne se balade pas à Belgrade comme on le ferait à Prague ou Budapest ! Belgrade, c’est une ville qui se vit plus qu’elle ne se visite ! On y trouve un mélange de bâtiments d’époque communiste dans un état plus ou moins délabré, et des immeubles Art nouveau, Belle Époque ou d’inspiration austro-hongroise plus ou moins restaurés.

Mais ce qui fait Belgrade, c’est son animation constante, sa vie nocturne trépidante (bon nous ne sommes pas non plus adeptes des boites de nuit…), ses innombrables cafés/salon de thé qui « inondent » les rues de leurs agréables terrasses (et pas juste en plein centre, mais un peu partout), ses restos qui servent jusqu’à minuit, sa population bien plus chaleureuse que dans d’autres pays slaves…

En résumé, Belgrade n’est peut-être pas la plus belle capitale d’Europe, mais elle demeure intéressante et vivante, et mérite d’être découverte !

S’y rendre

Résidence de la princesse Ljubica à Belgrade

Nous avons profité d’un AR à 75 € avec la compagnie WizzAir pour satisfaire notre curiosité. La Serbie n’étant pas membre de l’UE, il faut passer par le contrôle aux frontières à l’aéroport, mais celui-ci s’est déroulé très rapidement : pas de queue et un rapide coup de tampon à l’arrivée, pas plus de monde et un simple regard au retour sans nous réclamer le moindre bulletin d’enregistrement à l’hôtel ou à la police théoriquement obligatoire, et avec le sourire de la (jeune) douanière en prime, ce qui n’est pas si fréquent dans ce genre de lieu !

Dans le terminal, vous pouvez changer vos euros en dinars serbes (RSD) soit au guichet avant la zone publique, soit… à un distributeur automatique qui aspire vos euros et vous donne des dinars !

Le taux est certes plus intéressant en ville (119 RSD pour 1 € en 2015 contre 115 au guichet ou 116 au distributeur de l’aéroport), mais la différence reste marginale sur de petites sommes (on est bien loin des taux scandaleux des aéroports polonais et leurs 25 % de commission !). Vous trouverez de nombreux bureaux de change en ville, aucun ne semble appliquer de commission et beaucoup appliquent un taux intéressant (119,50 dinars pour un euro avec un cours officiel interbancaire à 120,50 dinars !).

De l’aéroport Nikola Tesla au centre, soit 18 km, trois options : le bus semi-direct A1, qui pour 300 dinars (soit 2,50 €) vous emmène en 30 mn environ jusqu’à la place Slavija toutes les 20 mn ; le bus régulier 72, un peu moins cher mais plus long car omnibus (voir ici) ; ou le taxi, avec un tarif fixe de 1800 dinars (soit 15 €) pour le centre-ville. Vous pouvez également payer en euros, soit officiellement 18 €, mais vous l’aurez compris, mieux vaut changer un peu d’argent à l’aéroport et payer en dinars, c’est plus intéressant…

On vous demande l’adresse de destination afin de déterminer la bonne zone et on vous remet un bon au guichet des taxis dans le terminal, situé juste avant la sortie, que vous présentez au premier taxi en tête de file à l’extérieur, exactement comme à Budapest par exemple, pas de mauvaise surprise. Au retour, le taxi nous a coûté 1500 dinars en journée sur le même itinéraire…

Sur place, nous nous sommes logés en plein centre dans un charmant studio moderne et fonctionnel pour 115 €/semaine, trouvé sur le site Airbnb. Il faut savoir que Belgrade est une des capitales les moins chères d’Europe !

Découvrez mes articles thématiques sur la ville

Stari Grad, le centre-ville commerçant

Les autres quartiers de Stari Grad

Le quartier de Vračar et la cathédrale Saint-Sava

Le confluent du Danube et de la Save avec le parc et la forteresse de Kalamegdan

La vieille cité austro-hongroise de Zemun

Deux musées à Belgrade : résidence de la Princesse Ljubica et le musée automobile

La gastronomie en Serbie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *