Budapest

Budapest, capitale de la Hongrie, compte 2,4 millions d’habitants dans son agglomération et constitue – de très loin – la première ville du pays. De fait, elle abrite le quart de la population de la Hongrie ! Elle s’étend sur les rives du Danube (qui est bien large !) proposant un des plus beaux paysages fluviaux d’Europe.

La ville nous a séduit par son patrimoine Art nouveau (ou plus précisément Sécession), ses nombreux musées, ses fameux bains et ses originaux bars provisoires. L’hébergement est à prix très doux quand on sait chercher (l’immobilier reste très peu cher en Hongrie), ce qui est déjà moins vrai à propos des restaurants du centre touristique, peu onéreux mais quand même plus que dans les pays voisins, et ses transports, aux prix assez proches de ceux de la France, alors que le salaire médian du pays n’atteint pas le quart du salaire médian français


Afficher une carte plus grande

Le parlement de Pest face à Buda

Le parlement de Pest face à Buda

A l’origine Budapest n’est pas une ville, mais trois : Buda, la ville historique et royale, sur une colline au bord du Danube, et Pest, en face, et Obuda, sur les collines derrières Buda, et ancienne ville romaine. Pest est la ville commerçante, avec ses magasins, restaurants, ses larges avenues dont l’avenue Andrassy, les « Champs Élysées » hongrois avec ses beaux immeubles dont beaucoup abritent des ambassades ou consulats. Buda est la ville baroque, qui a gardé des airs de « village », avec l’ancien palais royal devenu grand musée national, sa cathédrale… Quant à Obuda, c’est devenu une triste banlieue qui a tout de même conservé quelques sites romains.

Budapest mérite qu’on prenne le temps de la découvrir, flâner dans son centre-ville, profiter de ses bains, héritage laissé par l’invasion ottomane (tout comme la tradition des cafés), qu’on admire son architecture diverse et variée (baroque, néo-classique, Art nouveau et Art déco) qu’on se promène sur les rives du Danube.

Pratique

L’aéroport de Budapest-Franz Liszt se situe à 21 km au sud-est du centre ville. Pour s’y rendre, il faut emprunter la ligne 3 du métro jusqu’à son terminus Kőbánya-Kispest, puis le bus 200E (ou 900 la nuit de 23 h à 04 h), qui circule à la fréquence de 7-8 mn et rejoint l’aéroport (terminal 2) en environ 25 mn. Un ticket (avec correspondance) coûte 530 forints en 2015, soit environ 1,70 €. Il arrive que ceux-ci soient indisponibles, il faudra alors acheter deux tickets simples à 350 HUF, soit un pour le bus puis un pour le métro.

Ne changez que le minimum d’argent à l’aéroport pour acheter les tickets (5 ou 10 € par ex.), le taux de change est bien plus intéressant en ville. Achetez votre ticket au point info du transporteur BKK, à la poste au 1er étage du terminal (horaires retreints) ou chez le marchand de journaux (Relay, horaires larges), ce sera plus cher dans le bus (ticket à l’unité sans correspondance uniquement : 450 HUF). Enfin pensez à bien recomposter le ticket à 530 HUF lors de la correspondance à Kőbánya-Kispest !

Sinon, le taxi relie l’aéroport au centre-ville en environ 30 mn et, en 2015, à prix forfaitaire (attention, il semble que cela ait évolué depuis) : en effet, la compagnie Főtaxi dispose de l’exclusivité de la desserte avec quatre tarifs : de 14 à 24 € selon les zones de l’agglomération. Pour le centre-ville (zone 2), le tarif en 2015 est de 5800 forints ou 21 € (on peut payer en euros, ainsi que par carte de crédit). A l’aéroport, ne montez pas directement dans un taxi, mais payez votre course au guichet officiel situé devant la file de taxis à l’extérieur du terminal, il vous remettra un coupon à remettre au taxi.

Le train dessert le terminal 1, mais le terminal 1 est… situé à plusieurs kilomètres du terminal 2 et fermé au trafic depuis 2012. Il faut donc le rejoindre par le bus 200E, le train vous emmène ensuite à la gare de Budapest-Nyugati en 20-25 mn pour 365 forints (1,20 € environ).

A noter que les plus de 65 ans bénéficient de la gratuité des transports publics et dans certains musées à Budapest, il suffit de présenter une CNI ou passeport à l’accès ou en cas de contrôle (fréquent !).

Pour nous rendre à Budapest nous avons choisi la compagnie Ryanair pour environ 60 € AR et déniché un appartement sur le site Homelidays pour environ 30 €/nuit, mais au final on trouve des logements aux alentours de 20 €/nuit sur le site Airbnb. La compagnie Easyjet relie aussi l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle à Budapest.

Découvrez

Buda

Pest

Le quartier du Parlement

Le Bois-de-Ville

L’Art nouveau et Sécession à Budapest

Le cimetière Kerepesi

Les transports à Budapest

Le vieux cimetière juif, sur les pas de Mylène Farmer

La gastronomie

 

Que voir/Que faire

– Découvrir Buda, ses rues pavées et façades colorées. Admirer la vue depuis le Bastion des pêcheurs et visiter l’église Mathias.

– Visiter le château de Buda et ses musées : Galerie nationale hongroise et musée de Budapest.

– Se balader dans Pest et ses différents quartiers. Ne pas hésiter à flâner dans les rues loin des parcours touristiques, pour découvrir l’âme de la ville.

– Faire un tour au grand marché central et gouter aux produits locaux (on peut manger sur place).

– Grimper au sommet de la Basilique Saint-Étienne pour admirer la vue.

– Visiter le Parlement de Hongrie (se lever tôt ou venir hors saison !) et se balader dans le quartier.

– Découvrir les vestiges du quartier juif, sa belle synagogue (le plus grande d’Europe encore en activité) et surtout boire un verre dans un kert, bar à ciel ouvert installé dans une cour d’immeuble.

– Découvrir l’architecture « Sécession » de la ville, dans le centre et aux alentours du Bois-de-Ville.

– Se détendre dans le Bois-de-Ville, grand parc proche du centre.

– Tester un des fameux bains thermaux de la ville, que ce soit Szechenyi ou Gellert, ou même d’autres moins touristiques.

– Se balader le long du Danube, à pied, en tram (ligne 2 sur la rive de Pest par ex.) ou même en bateau-bus.

– Sortir des sentiers battus et découvrir le musée de Kerepesi, panthéon national.

– Goûter aux excellentes pâtisseries hongroises (d’inspiration autrichienne), dans un des cafés (à la mode viennoise) de la ville, par exemple chez Gerbeaud pour ceux qui veulent un lieu mythique et qui ont un plus d’argent (car ce n’est pas donné, « normal », les touristes y affluent !), ou d’autres, comme le Central Kavehaz pour les plus modestes ou à la recherche de plus d’authenticité (tout aussi bon pour un tarif local).

– Visiter les nombreux musées de la ville : musées des arts décoratifs, musée d’histoire de la Hongrie, musées des Beaux-Arts, musée ethnographique, musée national des transports…

– Pour les intéressés, s’amuser à emprunter les différents transports : vieux trams, trams modernes, funiculaire pour grimper à Buda, métro (du plus ancien d’Europe continentale au plus récent d’Europe centrale), télésiège. Visiter le petit musée du métro.

  • dénicher les statues insolites dans les rues (comme les enfants jouant aux billes sur Práter utca, dans le 8e arrondissement).

– Visiter les vestiges d’Aquincum, la ville romaine à Obuda.

Et bien d’autres…

Aux alentours

– Le château de Gödöllö (château de Sissi)

– La petite ville de Szentendre (ville d’artistes), son musée ethnographique de plein-air et son grand musée des transports.

3 Responses to Budapest

  1. Rosenthal Nicole dit :

    Bonjour,

    Bravo et Merci pour ce partage d’informations et d’impressions, qui facilitera grandement notre séjour à Budapest.
    Cordialement,
    Nicole

  2. Seb dit :

    Merci pour tous ces articles très intéressants, je pars la semaine prochaine à Budapest pour 10 jours et ça m’a bien été utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *