Croatie

Carte_de_CroatieLa Croatie est un petit pays des Balkans, comptant 4,2 millions d’habitants sur une superficie de 56.594 km2 (environ dix fois moins que la France). Il présente des paysages variés et assez montagneux, la côte rappelant furieusement la Provence ! Ce pays à la forme curieuse, encadrant la Bosnie-Herzégovine, se décompose en trois grandes régions : la Slavonie, à l’est, autour de Zagreb, la capitale ;  l’Istrie au nord, le long du littoral et frontalier de la Slovénie, et enfin la Dalmatie, représentant les 2/3 méridionaux du littoral Croate, région la plus visitée.

C’est sur le littoral que j’ai choisi de venir globe-trotter afin de vous en présenter quelques aspects, autant que possible un peu originaux. En effet ce pays, enfin surtout son rivage, est devenu une grande destination de tourisme ; bref, c’est dorénavant (trop) à la mode, et contrecoup inévitable de cette invasion, les prix s’en ressentent fortement !

Le littoral de Dalmatie a de quoi séduire avec sa côté très découpée abritant de nombreuses criques et bordée de centaines d’îles, son climat méditerranéen et ses villes offrant des centres anciens remarquablement préservés à l’architecture italienne. C’est donc ce fameux littoral que nous avons choisi d’aller explorer, une nouvelle fois avec notre compagnie habituelle pour sans-dents, Ryanair ! Nous avons donc volé de Beauvais à Zadar, la seule destination croate desservie, pour 43 € AR fin mai, en réservant moins d’un mois à l’avance. De là, nous avons effectué un aller-retour en bus de ligne jusqu’à Split (170 km et environ 3 h), avec une rapide visite de Šibenik au retour, jolie ville du littoral située à mi-chemin de Zadar et Split. C’était de loin la formule la plus économique, les vols directs de Paris à Split par Transavia, la compagnie la moins chère, étant facturés 130 € AR au minimum…

Quant à Dubrovnik (oui, oui, Game of Thrones…), la ville se situe nettement plus au sud à 200 km de Split, avec double passage de la frontière bosniaque (port de Neum, qui sépare Dubrovnik et le sud de la Dalmatie du reste de la Croatie continentale). Bref, plus de 4 heures de bus aller, ça ne rentrait plus dans le cadre d’un séjour d’une semaine. Et vu la surfréquentation touristique de Split dont nous avons un peu saturé, il est assez probable que nous n’ayons finalement que moyennement apprécié la « perle de l’Adriatique » en cette saison, caricature du tourisme de masse… Bref, à découvrir un jour mais très hors saison.

Split split bandeau

Zadar Zadar

Šibenik

Trogir

 

Gastronomie en Croatie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *