Gastronomie en Hongrie

Lors de notre voyage à Budapest nous avons pu tester la savoureuse cuisine hongroise (qu’il est difficile de trouver ailleurs !). Cette cuisine est en effet plus savoureuse que celle de ses voisines slaves. Deux plats se retrouvent et marquent la gastronomie hongroise : le goulash, boeuf mariné avec diverses choses telles que de la crème, du vin rouge, des champignons… cependant vu la chaleur à Budapest en ce mois de juin, nous avons passé notre chemin ! Puis le paprikas, qui regroupe toutes les viandes cuisinées dans une sauce crème et paprika (poudre de poivron rouge), en général du poulet, mais aussi de la dinde, du veau… Ce plat est en général servi avec des petites pâtes typiquement hongroises ressemblant à des gnocchis. Miam !

On retrouve aussi les schnitzel, escalope panée (porc, poulet, dinde ou veau) très répandues en dans cette région de l’Europe. En effet, il s’agit d’un met autrichien, pays voisin de la Hongrie !

Il faut bien l’avouer, on ne retrouve pas tant d’autres spécialités dans les restaurants de Budapest. D’ailleurs nous ne fûmes que moyennement emballés par ceux du centre de la capitale, qui même s’ils proposent de bons plats, font plutôt « resto à touristes » qu’autre chose et sont plutôt chers par rapport aux salaires hongrois (entre 7 et 10 € un plat, certes pour nos bourses françaises c’est plutôt sympathique, mais quand on sait que le salaire moyen est de 600 € et le smic local à 350 €… de plus les salaires y sont moins élevés qu’en Pologne par ex, or on mange moins cher dans ce pays…). Nous n’avons donc pas d’adresses particulières à donner, mais nous vous conseillons de passer par la rue Raday, au sud de l’hyper-centre, dans laquelle on trouve de nombreux restos à prix corrects (nous en avons testé un et c’était bon et copieux).

Précisions aussi la fâcheuse manie qu’ont les restos budapestois à imposer un pourboire de 10 % ajouté d’office à la note en le nommant « service » (quand ce n’est pas plus, comme nous avions eu le cas !). Il faut savoir qu’il s’agit bien d’un pourboire et non du service qui est bien inclus, et que si vous n’avez pas apprécié le service vous êtes libres de le refuser (oui, après les Français passeront encore plus pour des radins…). Enfin un dernier aspect qui nous a un peu déçu : les horaires sont un brin « poulesques », avec un dernier service vers 21 h 30 dans la plupart des restaurants du centre, ce qui peut sembler bien tôt pour une grande capitale touristique et peu adapté au climat estival (dans les Balkans où il fait également très chaud l’été, on peut dîner tard en ville). D’ailleurs la ville ne brille pas globalement par son animation nocturne, hormis autour des nombreux bars originaux ou éphémères du quartier juif.

Nous avions aussi eu l’occasion de nous retrouver dans un quartier extérieur du centre, au terminus oriental de la ligne 2 du métro, et dans ce quartier loin des touristes et de l’animation du centre, nous sommes tombés sur une petite gargote proposant un buffet à volonté pour 4 €/personne ! Au menu : soupes, salades, viandes dans diverses sauces très bonnes (pas que du paprikas) et légèrement parfumées (cela nous a d’ailleurs rappelé quelques plats indiens). Dans le centre, pour varier un peu, nous avons aussi trouvé un buffet asiatique à volonté (non loin de la synagogue) pour 8 €/personne.

Niveau dessert, Budapest est certainement une des villes où nous avons mangé les meilleurs gâteaux ! On trouve globalement les pâtisseries viennoises, telles que le sacher, gâteau au chocolat avec une couche de confiture d’abricot, et divers gâteaux à la crème. Mention spécial au gâteau Esterházy, composé de couches de génoise au chocolat et de crème au beurre à la vanille (aussi avec de la cannelle et de l’alcool), miam ! Nous avons pu acheter divers gâteaux dans une pâtisseries en bas de notre appart, et aussi en ville au Central Kavehaz, en plein centre. Mythique, le Café Gerbeaud propose des pâtisseries très alléchantes mais vu les prix dénotant clairement l’aspect « attrape-touriste » du lieu, nous avons passé notre chemin ! Ailleurs, on peut déguster un excellent gâteau entre 1 et 2 € ! Nous avons aussi fait une pause au Cat Café, miaou !

Dans les restaurants on trouve souvent des crêpes en dessert, fourrées aux fruits, aux noix, avec une sauce chocolat.

On trouve aussi des pâtisseries juives, en particulier dans l’ancien quartier juif (logique…). J’en ai gouté un aux pavots, pommes et raisins, miam !

La boisson nationale est le Tokaji, un vin liquoreux qui accompagne à merveille les desserts ! Vive les épiceries pour en acheter car au resto c’est plutôt cher… Bien sûr, à Budapest on boit de la bière, et pas chère ! Et les limonades/citronnades maison ont envahi les cartes des bars, pour notre grand plaisir (surtout vu la chaleur…), on en trouve aussi avec d’autres fruits. Les bières fruitées ont d’ailleurs commencé à faire leur apparition (de même que dans d’autres pays de l’Est).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *