Le mythique Kremlin de Moscou : visite et infos pratiques

Ah, qui n’a pas entendu parler Kremlin de Moscou ? Ce lieu demeure probablement le site auquel on pense en premier lorsqu’on évoque la capitale russe !

Cœur du pouvoir politique et religieux de la Fédération de Russie, plus grand pays au monde, on oublie même qu’un kremlin (du russe kreml’ ou Кремль) est avant tout une forteresse urbaine et qu’il en existe dans d’autres villes du pays !

Mais LE Kremlin de Moscou est bien sûr le plus connu et le plus visité. Un incontournable lors de tout séjour dans la capitale, et souvent le but du déplacement !

Pour ma part, tout comme la place Rouge adjacente, j’en rêvais, et je souhaitais surtout aller à Moscou pour découvrir le lieu le plus mythique de toute la Russie !

 

Afficher une carte plus grande

 

Quand même un peu d’histoire…

Bon, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire du Kremlin car ce serait trop long, et il existe de très bons ouvrages à ce sujet (ou même tout simplement Wikipedia), mais impossible de ne pas l’évoquer du tout ! Le Kremlin de Moscou, c’est aussi le symbole de l’histoire du pays…

D’abord citadelle en bois dominant la Moskova et entourée de douves, elle fut plusieurs fois détruite puis reconstruite, comme finalement beaucoup de lieux du pays. Il fallut attendre le XIVe siècle pour qu’elle se pare de murs en pierre (contre les incendies, c’est mieux), d’abord blancs, comme tous les « kremlins » du pays, qui laissèrent ensuite la place aux briques rouges, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

enceinte du Kremlin depuis le jardin Alexandre

C’est à la fin du XVe siècle que la forteresse commença à prendre son aspect actuel. Auparavant Moscou n’était qu’une principauté russe parmi tant d’autres, elle devint « capitale » après l’unification des différentes provinces par Ivan III dit le Grand (à ne pas confondre avec le Terrible, plus connu !) qui souhaita alors une citadelle à la hauteur de son rang et de celui de sa ville, pour en faire la résidence des tsars.

Comme à l’époque les architectes italiens avaient la côte, il en fit venir pour tout reconstruire, notamment les remparts et les 19 tours qui les flanquent. Plus de 200 ans avant la création de Saint-Pétersbourg, les Italiens étaient déjà là pour embellir le pays ! On leur doit aussi l’édification de la plupart des cathédrales du Kremlin !

Cependant au XVIIe siècle, on décida de relooker les tours pour leur donner un aspect plus russe, et c’est plutôt réussi ! Aujourd’hui on n’y voit que du feu et le dépaysement est presque total lorsqu’on aperçoit pour la première fois les remparts et tours du Kremlin se profilant à l’horizon. Pour le touriste « occidental », nous sommes déjà dans un autre monde, et je fus personnellement émerveillée par ce lieu mythique à l’architecture très particulière !

Bien sûr le Kremlin fut plusieurs fois remanié, détruit (merci Napoléon…) puis reconstruit, etc.

Mais qu’est-ce qu’on y voit ?

cathédrales de l’Annonciation et de l’Archange Saint Michel

C’est quand même la question qu’on se pose ! Certes, tout le monde a entendu parler du Kremlin, mais sans forcément trop savoir ce qu’on y trouve à l’intérieur (à part les présidents de la Fédération, bien sûr). Et bien, un certain nombre de bâtiments, dont au final peu se visitent !

Lieu de concentration du pouvoir politique et religieux, c’est là que se trouve le palais présidentiel (ancien palais des tsars), et le palais du Sénat, même si aucun ne se visite ! Pierre le Grand y fit rajouter un arsenal, lui aussi fermé au public.

Mais à quoi a donc accès le visiteur ? Et bien outre le droit de pénétrer dans ce lieu mythique et mystérieux et de pouvoir admirer les différents bâtiments qui le composent, le clou du spectacle réside dans la place des cathédrales ! Vous ne découvrirez pas moins de CINQ cathédrales, ainsi que le palais à facettes, le palais des Terems (ne se visitent pas non plus…), et le palais du patriarche, résidence des maîtres de l’Église orthodoxe russe depuis Nikon (mais les photos y sont pourtant interdites…).

Les plus courageux pourront grimper dans le clocher d’Ivan le Grand et admirer la vue sur la ville, moyennant un petit supplément.

Informations pratiques

entrée par la tour Koutafia

Le billet d’entrée était de 500 roubles en 2017, soit environ 7€. Il vous faudra l’acheter dans le petit bâtiment de verre installé dans le jardin Alexandre, ou bien sur Internet (plus cher). Des distributeurs de billets sont également disponibles mais lorsque j’y étais, ils ne fonctionnaient pas ! Heureusement en milieu d’après-midi peu de monde aux guichets.

L’entrée dans l’enceinte du Kremlin ne se fait pas par la place Rouge mais de l’AUTRE CÔTÉ, (côté jardin donc). Une fois les billets en votre possession il vous faudra passer un portique de sécurité où il peut y avoir des embouteillages, et accéder au Kremlin par la tour Koutafia, puis emprunter le pont de la Trinité qui domine le jardin et donne accès à la tour du même nom, et enfin, vous y êtes !

ATTENTION, ce billet à 500 roubles n’est valable que pour la place des cathédrales (pas de panique vous pourrez tout de même déambuler dans l’enceinte du Kremlin, dans les limites autorisées au public).

Autre « clou de la visite », le palais des Armures, véritable musée des trésors de Russie, se visite à part. Là ça se corse, car le nombre d’entrées est limité par jour et par tranche horaire (on entre à un horaire précis).

Y étant tout de même en saison et pour ce que j’estime être peu de temps, j’ai reporté cette visite à plus tard, me contentant de la place des cathédrales. L’interdiction de prendre des photos dans le musée et les contraintes horaires ayant aidé à prendre cette décision… Pour info, cette visite peut s’effectuer à part, l’entrée n’étant pas située au même endroit.

Pour plus de tranquillité, il vaut mieux éviter la haute saison (en gros de juin à septembre, mais surtout juillet-aout) et ne pas venir le matin. À 15h, pas grand-monde au guichet, seulement 5 minutes de queue pour passer les portiques de sécurité. Mais… tout de même du monde à l’intérieur. J’y étais mi-septembre, je n’imagine même pas la foule en juillet-aout, au secours !

Bien sûr, infos et achats des billets sur le site officiel.

 

plan du Kremlin @Dna-webmaster (source WikiCommons)

 

La visite du Kremlin de Moscou

Ça y est, j’y suis !! Comme vous l’avez compris, le Kremlin, c’était quand même un rêve, voire un fantasme. Si Saint-Pétersbourg me tentait bien plus que Moscou à la base, je ne pouvais pas ne pas faire le déplacement jusque-là.

Aller en Russie sans voir la place Rouge et le Kremlin, impossible pour moi ! C’est donc une profonde émotion qui m’envahit lorsque je franchis les portes de la forteresse pour enfin en fouler le sol !!!

Avant de découvrir la sublime place des cathédrales, petit tour des lieux ! Si le Kremlin est grand (28 hectares quand même !) et demeure « une ville dans la ville », pour des raisons évidentes de sécurité, le touriste ne peut pas aller et venir à sa guise, et ne doit d’ailleurs pas sortir des chemins qui lui sont dédiés. Un peu frustrant c’est sûr, même si cela peut se comprendre.

À l’entrée, si j’ai pu m’extasier devant le beau bâtiment de l’arsenal, puis celui, plus classique, du Sénat, je n’ai pu que déplorer la construction par les Soviétiques du palais des Congrès, vraiment moche et qui fait tache dans le paysage ! Pour l’anecdote, Staline fit détruire un monastère pour y implanter cette horreur. Hérésie ! Enfin, cela fait aussi partie de l’histoire du lieu…

 

Je me suis promenée un peu dans le jardin accessible au public, très agréable ! Juste derrière la place des cathédrales j’ai pu faire un petit coucou à la reine des cloches (non, je ne parle pas de moi !) et au tsar des canons, de quand même 22 tonnes, et qui n’a jamais servi car trop lourd ! (comme quoi  il vaut mieux ne pas être trop lourd dans la vie!) Difficile tout de même de se frayer un chemin parmi les nombreux groupes de touristes (j’étais plus tranquille à la fin, ouf !).

Pour mieux voir les remparts et une partie des jardins non accessibles au public, il vaut mieux avoir un gros zoom sur son appareil photo… J’ai de grands yeux, mais pas à ce point !

 

La place des cathédrales

cathédrale de l’Annoncation, palais des Terems et palais à facettes

Nous y voilà enfin ! Lieu où se rassemblent la plupart des touristes, j’ai dû presque attendre la fermeture pour enfin pouvoir en profiter pleinement sans me faire bousculer !

Cette place me faisait bien entendu rêver ! Connaissez-vous d’autres lieux où se concentrent autant d’églises en un si petit périmètre ? Pas moi !

Car oui, finalement la place n’est pas si grande que ça (d’où les bousculades entre groupes de visiteurs) et les cathédrales elles-mêmes plus petites qu’on ne pourrait se l’imaginer, comme souvent dans le monde orthodoxe. Mais comme on dit, ce n’est pas la taille qui compte, et small is beautiful (regardez-moi !).

À part quelques Russes, j’étais une des rares à visiter le Kremlin en individuel. Il fallait parfois faire la queue pour entrer dans les églises et jouer des coudes à l’intérieur ! Dur de bien en profiter dans ces conditions, je dois l’avouer.

Encore plus frustrant : l’interdiction d’immortaliser les magnifiques fresques sur carte mémoire ! Et dur de vraiment les admirer dans de bonnes conditions lorsqu’on se fait autant bousculer (heureusement je suis une petite souris donc j’arrive à me frayer un passage).

Bon, si vous me connaissez, vous savez que je suis une souris rebelle, alors j’ai réussi à « voler » quelques photos, mais si peu… Me faisant rabrouer pour une gardienne (pas si mal aimable, comme quoi les clichés…) je n’ai pas voulu retenter le diable si près du cœur du pouvoir. Pas envie de finir au goulag moi ! Je préfère apprendre le russe dans de meilleures conditions, puis je suis trop frileuse pour finir en Sibérie…

La cathédrale de l’Annonciation

Première visitée, j’ai pu prendre quelques photos ! Édifiée à la fin du XVe siècle, il s’agit donc d’une des églises les plus anciennes visibles dans la ville ! Je fus frappée par la petite taille de la salle principale… c’est l’inverse du Tardis de Doctor Who, ça parait plus petit à l’intérieur… Les fresques à l’intérieur sont très anciennes et valent vraiment le détour !

Dommage que la foule et l’étroitesse des lieux ne permettent pas de profiter pleinement… Pour l’anecdote, il s’agissait de l’église privative de la famille des tsars.

 

cathédrale de l’Archange Saint Michel et clocher d’Ivan le Grand

En face, depuis le perron, on peut admirer la cathédrale de l’Archange-Saint-Michel. Cette grande cathédrale du début du XVIe siècle abrite les tombeaux de nombreux tsars ou grands princes de Moscou et de Russie (les hommes, les femmes étaient enterrées à part, que de sexisme, je m’insurge !)

Elle vous évoque quelque peu l’architecture Renaissance italienne ? C’est normal, elle fut bâtie par un architecte de cette époque et de ce pays, mais tout de même dans un style très russe. Ses beaux bulbes dorés et typiques étant visibles de loin ! Belle réussite et beau mélange des genres !

Juste à côté, je fus très impressionnée par le clocher d’Ivan-le-Grand (lui aussi du début du XVIe siècle et édifié par un Italien…), haut de 81 m. De quoi obtenir une belle vue ! Mais mes pauvres petites pattes ne se sentant pas d’attaque après deux semaines de voyage à un bon rythme, j’ai préféré garder ça pour une prochaine fois (ou pas, hum). L’ancienne église de la Nativité qui fut rajoutée au clocher abrite aujourd’hui des expositions temporaires et se visitent avec un billet à part (le même que celui du clocher).

cathédrale de la Dormition

La cathédrale de la Dormition est quant à elle la plus ancienne puisqu’elle date du début du XVe siècle. Ses fresques étaient vraiment de toute beauté, mais que voulez-vous, les orthodoxes n’aiment pas que les touristes rapportent des souvenirs avec eux…

Il s’agissait de la cathédrale où se faisaient couronner les tsars, même après le déménagement de la capitale à Saint-Pétersbourg. À défaut de photos des fresques intérieures, j’ai vraiment détaillé celles que l’on peut voir de l’extérieur…

Ne manquez pas non plus la plus petite église, celle de la Déposition-de-la-robe-de-la-Vierge (vive les noms à rallonge), presque imbriquée entre la cathédrale de la Dormition et le palais des Terems. J’ai pu là aussi prendre quelques photos ! La salle de prière est vraiment petite, mais mignonne !

 

Le palais du Patriarche

Le billet pour la place des cathédrales vous donne également accès au palais du patriarche, dont l’entrée se situe de l’autre côté de la place. Il fut édifié entre 1642 et 1655 sous ordre du patriarche Nikon et présente aujourd’hui un petit musée de l’art de vivre de l’époque, avec de très beaux objets religieux et profanes.

Là encore, photos interdites et on se demande bien pourquoi… une église, je peux à la rigueur comprendre, mais là… Bref, chez Nikon malgré le nom, ya pas photo ! (oui, d’accord, c’était facile…).

Tant pis pour les détails de ces très belles pièces d’orfèvrerie ou d’argenterie ! J’ai tout de même « volé » une photo de l’église-des-douze-apôtres, située à l’intérieur du palais, et d’une modeste salle. Un peu dégoutée, je dois bien l’avouer, en tant que petite souris, je n’ai pas une mémoire d’éléphant, alors j’oublie « vite » les détails !

Le rez-de-chaussée est dédié aux expositions temporaires. Quand j’y étais, j’ai pu voir des vêtements et tapisseries orientales, surtout de la Chine et du Japon (logique chez le patriarche Nikon !) mais là encore, photos interdites !

 

Le jardin Alexandre

Voilà, ma visite du Kremlin est déjà terminée ! Avant de partir, je vous propose un petit tour dans le jardin Alexandre (Alexandrovski sad), qui borde l’enceinte du Kremlin à l’ouest. On peut admirer plusieurs tours ainsi que l’Arsenal.

La balade, très fréquentée par les Moscovites, est plutôt agréable, j’ai apprécié de flâner un peu avant la tombée du jour !

J’ai bien aimé l’alignement de fontaines modernes près de la place Rouge ! Une sympathique façon de finir sa journée après la visite du Kremlin ! On retombe alors sur la place Rouge. Je n’ai eu plus qu’à attendre que tout s’illumine, mais ça, c’est pour mon autre article !

 

Allez, prolongeons encore un peu la balade ! Une chose à ne pas rater : la vue sur le Kremlin à la nuit tombante, quand ses monuments et son enceinte s’illuminent !

Pour obtenir la meilleure vue, n’hésitez pas à aller sur le pont qui enjambe la Moskova après la place Rouge ! Malheureusement très fréquenté par les automobiles, on y trouve heureusement quelques belvédères bien pratiques !

Je n’ai cependant pas pu descendre sur les quais pour cause de travaux (tout le quartier est en chantier en 2017), mais vu le déferlement de voitures sur les berges, ce n’est peut-être pas plus mal…

Dans tous les cas, la vision qui s’offre à vous est absolument féérique, presque irréelle ! Je fus vraiment émerveillée et très dépaysée ! Je n’avais plus qu’une envie : découvrir les autres kremlins du pays, et partir à la découverte de ce monde à part, au pays des bulbes…

Une autre jolie vue, plus éloignée, s’obtient depuis la passerelle piétonne qui traverse le fleuve depuis la cathédrale du Christ-Sauveur. Un must ! (et un autre article évidemment passionnant à découvrir !) 😉

 

Rencontre au sommet avec Vladimir Poutine !

Rencontre au sommet avec Vladimir Poutine !

Pour résumer, la visite du Kremlin de Moscou demeure vraiment un incontournable pour tout voyageur découvrant la ville. Je fus bien sûr ravie de réaliser ce rêve, sans regret !

Je déplore surtout l’interdiction de faire des photos des intérieurs (ce n’était pas le cas il y a quelques années…) et le fait qu’au final peu de bâtiment sont accessibles aux touristes.

L’impression parfois de voir beaucoup de vide malgré la taille de l’enceinte… Il me faudrait y retourner l’hiver pour éviter la horde de touristes (surtout asiatiques…!).

En attendant la suite de ma visite, j’ai pu partager une vodka un bon thé avec Vladimir !

Découvrez la place Rouge ou le Kitaï Gorod

Retourner à l’article sur Moscou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *