Le centre monumental de Naples

Le centre monumental de Naples constitue indéniablement la partie la plus touristique du centre historique. Il s’agit d’une zone limitée où on retrouve plusieurs monuments majeurs de la ville : la piazza del Plebiscito, une des plus grandes, avec sa basilique évoquant à la fois Saint-Pierre-de-Rome et le Panthéon, le palais royal juste en face, le Théâtre San Carlo, la galerie Umberto Ier ainsi que le Castel Nuovo. Suivez la topolina pour un petit tour !


Afficher une carte plus grande

 

centre vu depuis la Chartreuse

Cette zone située dans un périmètre restreint n’en est donc pas moins riche en monuments ! Voilà pourquoi je vous la présente dans un article spécifique. Pour précision, beaucoup de travaux sont en cours dans ce coin-là, que ce soit pour rénover la façade de la galerie ou celle du théâtre, les travaux dans le palais royal, ou bien ceux du prolongement de la ligne 6 de métro sur la piazza Municipio, cela ne manquait pas d’échafaudages !

S’agissant d’une première visite de Naples et avec un temps limité, nous n’avons visité ni le palais royal (de toute façon à moitié fermé pour travaux) ni le théâtre, ni le Castel Nuovo (aux commentaires mitigés sur un un célèbre site d’avis de voyageurs), et nous somme donc contentés d’admirer tout ça de l’extérieur, et pour une fois, par beau temps !

La galerie Umberto Ier

Il s’agit d’un passage couvert à l’image de la célèbre galerie Vittorio Emanuele II de Milan, de plan cruciforme et aux larges proportions (on est loin des petits passages couverts parisiens…). Elle fut édifiée entre 1887 et 1891 et porte le nom du souverain italien de l’époque. Je n’ai pu qu’admirer sa magnifique architecture « fin de siècle », mêlant le néo-baroque et le « Belle Époque » ainsi que sa gigantesque verrière caractéristique. Tout ce que j’aime !

On y trouve des boutiques, cafés (un McDo !) bureaux, et apparemment des habitations au dernier niveau ! Bien qu’en travaux de rénovation, on ne se lasse pas d’admirer tous les détails, quitte à s’en tordre le cou ! Avoir un trou de souris ici pourrait être sympa, mais bon, un peu trop de passage quand même…

 

Autour de la piazza Municipio et du Castel Nuovo

Piazza Municipio

En sortant de la galerie, nous faisons face au Théâtre San Carlo, réputé comme une des plus belles salles lyriques d’Italie, lui aussi en travaux (et avec peu de recul…). Nous avons longé le palais royal et ses jardins pour arriver jusqu’au Castel Nuovo, proche du port.

Ce « château neuf » est en fait très ancien, puisque sa construction débuta en 1279 ! C’est Charles d’Anjou qui souhaita faire de Naples sa capitale (à la place de Palerme) et fit édifier ce château censé abriter la cour. Il ne cessa alors d’être remanié et présente plusieurs styles.

Si les tours gothiques ne sont pas mal (ça change !) on en prend surtout plein la vue avec l’arc de triomphe qui fut ajouté à sa porte principale, œuvre Renaissance de Francesco Laurana. Il abrite entre autre le musée civique de la ville de Naples, mais ce sera pour une prochaine fois…

Castel Nuovo

Juste en face de la gare maritime et du Castel Nuovo, j’ai fait une petite une pause sur l’élégante piazza Municipio et sa belle fontaine monumentale (une des rares de la ville) signée le Bernin. Qu’ils étaient doués ces Italiens !

Les travaux du prolongement de la ligne 6 du métro gâchent un peu, mais c’est pour la bonne cause, alors on ne va pas se plaindre ! Les cinéphiles se diront qu’ils ont décidément déjà vu ça quelque part… regardez bien le début du film Le Corniaud avec Bourvil et De Funès !

 

La piazza del Plebiscito

Remontons vers cette immense place de 25.000 m² ! Elle doit son nom au plébiscite de 1860 qui permit l’unification italienne (les Milanais doivent s’en mordre les doigts, hum).

Elle est dominée par l’imposante basilique San Francesco di Paola (Saint-François-de-Paule), inspirée du Panthéon romain pour l’intérieur et de Saint-Pierre-de-Rome pour ses immenses colonnades embrassant la place, dont la construction se termina en 1836.

Elle est aussi bordée par différents palais, notamment le palais royal, dont l’entrée fait face à la basilique (très italien comme agencement ! )

Il s’agit d’une place plutôt fréquentée par les touristes, mais pas forcément très vivante par ailleurs… ceci dit, le centre de Naples étant très dense, cela fait du bien de « respirer » dans un si grand espace. Elle est également le théâtre de manifestations populaires, après avoir longtemps fait office de parking public (quelle hérésie !). Elle doit surtout son aspect actuel aux souverains de la période napoléonienne.

Au milieu de la place on peut admirer les statues équestres des rois Charles VII de Naples (le Charles III espagnol… et oui, la ville fut longtemps sous domination espagnole !) et celle de Ferdinand Ier. Personnellement, je n’ai pas aimé les statues de lions ! (satanés félins partout…) J’ai mieux apprécié la vue sur la Chartreuse et le Castel Sant’Elmo, qui dominent la ville. C’est bien beau tout ça !

 

Le Gran Caffé Grambrinus

Situé sur la place, il s’agit d’un des plus célèbres et plus chics cafés de Naples ! Avec sa très belle décoration Belle Époque, il est tentant de s’y arrêter, mais il faut avouer que les prix se destinent plutôt à une clientèle touristique (ou aisée), on est loin des petits cafés populaires… rien d’insurmontable pour les petits budgets néanmoins (4,5€ le cappuccino), il faisait donc partie de nos projets, mais nous y trouvant finalement à l’heure des repas, ce sera là encore pour une prochaine fois ! Mon estomac fut quand même déçu 😉

 

Le palais royal de Naples

Faisant face à la basilique, il s’agit d’une des quatre résidences des souverains Bourbons durant l’épisode du royaume des Deux-Siciles (complexe, l’histoire d’Italie, je vous l’accorde…). Il s’agit également de la plus centrale ! Sa construction débuta en 1600 mais comme bien souvent, le palais fut plusieurs fois remanié (il fallait bien s’adapter aux gouts du jour !). Si vous souhaitez en savoir plus, Wikipedia reste votre ami, moi je ne suis qu’une modeste souris 😉

S’il faut payer pour pouvoir visiter le palais, on peut accéder librement à ses jolies cours, ses jardins (à moitié en travaux) et la bibliothèque. Comme je suis une petite souris, j’ai pu me glisser dans un petit trou pour avoir un aperçu du grand escalier d’entrée, et prendre une photo. Ça a l’air pas mal ! C’est décidé, la prochaine fois, je le visite (à la fin des travaux, c’est mieux). Infos sur le site officiel.

 

Nous empruntons alors la vie Cesare Console, qui redescend vers le bord de mer. De là, on obtient une vue pas mal sur la partie surélevée du palais royal (ainsi que le boulevard à bagnoles qui passe en dessous), les jardins en contrebas, sur le port et le Vésuve en arrière-plan. La suite, ce sera pour un autre article…

 

Retourner à l’article principal

Découvrez le mer de mer avec le château de l’Œuf et le quartier de Chiaia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *