Le cimetière central de Vienne (Zentralfriedhof)

Entrée du cimetière, porte 2

Le cimetière central de Vienne (Zentralfriedhof) est le second plus grand d’Europe, avec ses 240 hectares ! Pas si central que ça, il est situé dans le quartier de Simmering, après le terminus de métro du même nom, à plusieurs kilomètres du centre-ville.

Cela peut paraître étrange pour une petite souris, mais j’aime bien découvrir les principaux cimetières d’une ville, flâner au milieu de la verdure et admirer l’architecture funéraire. Je trouve cela plutôt reposant et apaisant (tant que je ne fais que visiter… je ne suis pas pressée d’y rester !). Je ne pouvais donc pas manquer ce grand cimetière, Père-Lachaise autrichien, où reposent plusieurs musiciens célèbres (Strauss, Schubert, Brahms…), regorgeant de jolis monuments funéraires, et où trône une église de style Sécession plutôt originale !


Afficher une carte plus grande

 

Vieux tram devant le cimetière central de Vienne

Si comme moi l’envie de visiter le cimetière vous prend (après tout, soyons fous !), vous pouvez emprunter la ligne U3 du métro jusqu’à son terminus, Simmering. De là, sautez dans un des tramways 71 qui suivent la route et arrêtez-vous à Zentralfriedhof Tor 2. Le cimetière est en effet très grand et comporte plusieurs entrées. La première porte donne sur le vieux cimetière juif, que je n’ai malheureusement pas pu visiter (il ferme plus tôt, comme c’est souvent le cas pour les cimetières juifs). La porte 2 fait figure d’entrée monumentale et débouche sur l’allée centrale où se trouvent les plus belles tombes !

Au loin, on aperçoit déjà la belle église de style Sécession. Vous trouverez également ici un point info avec un plan du cimetière (plus pratique quand même !) et non loin de là, le musée des pompes funèbres ! J’aurais bien aimé le voir celui-là, mais hormis les horaires plus limités que le cimetière, 6,5 € pour deux petites salles (selon les commentaires Tripadvisor), je trouve cela un peu cher payé !

Heureusement, j’avais visité un petit musée similaire au grand cimetière Kerepesi de Budapest, ouf ! D’ailleurs, la configuration du Zentralfriedhof, avec les tram longeant l’immense mur d’enceinte, me rappelle un peu ma visite à Budapest… Pour l’anecdote, le tramway 71 se retrouve dans diverses chansons populaires, connu comme « le dernier transport »…

Si le cimetière est grand, pas la peine de vous perdre dans ses nombreuses allées ! Les tombes les plus intéressantes se concentrent autour de l’allée centrale et de l’église, ouf ! Ouvert en 1874 pour devenir le plus grand cimetière de la ville, j’ai pu y « admirer » des monuments funéraires Art nouveau ou Sécession. Cependant, pour être honnête, j’ai tout de même préféré celui de Budapest, ou de Lviv (pour rester dans l’ancien empire austro-hongrois). Le cimetière ferme à 20 h à la belle saison, et reste ouvert jusqu’à ce que la nuit tombe en hiver.

 

La visite

Mais allons donc y faire un petit tour ! Nous avons d’abord admiré l’entrée monumentale, de style Sécession, et le bâtiment du musée des pompes funèbres, lui aussi plutôt pas mal. Devant l’entrée se trouve une grande colonnade qui abrite quelques jolis monuments funéraires, avant de déboucher sur l’allée centrale.

 

Je suis bien sûr allée voir le « carré des musiciens » où j’ai pu rendre hommage aux différents Strauss, Schubert, Brahms. Et Mozart ? Et bien il n’est pas là ! (dommage, j’aime bien quand Mozart est là, ça me fait penser au fromage, mais je m’égare) Mort pauvre et criblé de dettes, il fut enterré, comme la plupart des Viennois, dans une fosse commune. Mais on peut se recueillir devant son cénotaphe dans le vieux (et à l’abandon) cimetière Saint-Marx. Autour de ce carré j’ai noté d’autres jolis tombeaux !

 

L’église Saint-Charles Borromée

Elle fait incontestablement partie de la visite ! Rares sont les cimetières disposant d’une si grande et belle église. Rarement ouverte, nous avons eu la chance de pouvoir y pénétrer ce jour en profitant de la « longue nuit des églises ». J’ai été contente de pouvoir la voir, les églises de ce style (Sécession) étant quand même plutôt rares ! À défaut d’avoir vu celle d’Otto Wagner… Je n’ai pas manqué non plus de descendre dans la crypte, où reposent traditionnellement les présidents autrichiens depuis 1951.

 

Outre l’impressionnante église, j’ai bien aimé les majestueuses colonnades abritant des urnes funéraires, toujours dans un style très Sécession ! J’ai ensuite flâné dans les allées derrière l’église, puis de nouveau devant, errant au chant des oiseaux, appréciant l’ombre des arbres (il faisait chaud ce jour-là !), laissant mes grands yeux vagabonder et se poser sur de jolis tombeaux, un peu au hasard. Beaucoup de tombes restent finalement assez simples, on en remarque d’autant plus les autres ! Et oui, jusque dans la mort, les inégalités subsistent…

Je l’ai donc trouvé plutôt agréable, loin du tumulte de la ville (même si au final Vienne n’est pas une ville trop stressante ou bruyante) et intéressant. Vu sa taille, je me suis contentée d’en voir une toute petite partie (la plus intéressante, quand même !) et j’y ai passé 2 h 30 !

 

Avant de repartir, je suis allée faire un tour du côté de la petite église orthodoxe. Dans ce cimetière immense, plusieurs religions cohabitent en paix les unes à côté des autres (ça change du monde des vivants…), juifs, catholiques, orthodoxes, musulmans, évangélistes… On trouve aussi divers secteurs selon les nationalités (serbe, bulgare, etc). Autour de cette église russe reposent d’autres membres de diverses communautés orthodoxes (copte, syriaque, etc). Aimant bien les églises à bulbes, et frustrée de ne pas avoir vu la grande église russe de Vienne, je ne pouvais pas manquer celle-là !

 

Voilà, j’espère que vous avez pris plaisir à découvrir cet agréable cimetière, qui n’a donc rien de glauque ! Pour ma part, je ne regrette évidemment pas ma visite, même si j’ai pu voir de plus beaux monuments funéraires ailleurs (à Barcelone par ex, etc).

Retour à l’article principal

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *