Madrid : balade sur le Paseo del Prado, le Retiro et son parc

Le Paseo del Prado est sans doute la seconde avenue plus célèbre de Madrid (après la Gran Via). Aussi surnommé « Paseo de las artes », ou « promenade des arts » en raison des nombreux musées qui le bordent, ce boulevard d’un peu plus d’un kilomètre de long constitue l’un des premiers lieux de promenade de la capitale espagnole (le « paseo » étant une activité typique du pays).

Reliant la plaza de Atocha à la plaza de Cibeles, il est prolongé par le Paseo de Recoletos. Outre les musées, il est également agréable de découvrir son jardin botanique ! Je vous propose d’ailleurs une petite visite du très beau musée naval de Madrid.

Nous verrons également dans cet article le petit quartier résidentiel situé entre le Paseo del Prado et le parc du Buen Retiro, principal espace vert du centre-ville, ainsi que le musée national des arts décoratifs.


Afficher une carte plus grande

 

Promenons-nous du bas du Paseo del Prado, en passant par un petit quartier résidentiel, le musée d’arts décoratifs et le parc du Buen Retiro.

Le Paseo del Prado

Ancienne promenade plantée située à la limite de la vielle ville, où défilait le beau monde de l’époque, son visage a bien changé ! Si une balade piétonne bordée d’arbres existe toujours au milieu des voies de circulation, elle n’offre plus vraiment le calme d’antan.

Le boulevard présente par ailleurs une architecture plutôt hétéroclite où les constructions modernes sans charme se mêlent aux immeubles plus anciens. Bref, je ne vais pas dire que j’ai forcément trouvé ça beau…

Le Paseo doit son surnom de « promenade des arts » aux différentes musées qu’on trouve à proximité immédiate : le Prado, bien sûr ! plus grande musée de peintures du pays, mais aussi Thyssen-Bornemizsa, autre musée des beaux-arts, le Reina Sofia, dédié à l’art moderne et contemporain, et un peu plus loin, le musée des arts décoratifs, et enfin, le musée naval.

Si on continue plus loin on tombera sur le musée d’archéologie national (sur le Paseo de Recoletos). En bas du Paseo del Prado, la fondation CaixaForum, reconnaissable à son mur végétal, propose des expositions temporaires diverses et variées. De quoi bien s’occuper les jours de pluie ! (et justement, nous l’avons surtout parcouru par temps gris ou pluvieux !)

Au milieu du Paseo, on arrive sur la plaza Canovas del Castillo, où se trouve la fontaine de Neptune, puis la plaza de la Lealtad, où l’on peut voir le monument aux victimes espagnoles du 2 mai 1808, ainsi que la Bourse espagnole. En face, petite incursion sur la plaza de las Cortes, où se trouve notamment le parlement espagnol et quelques beaux édifices Belle Époque. Plus haut, on notera le ministère de la Marine, hébergé dans un très bel édifice moderniste. Le musée naval occupe d’ailleurs une extension moderne du bâtiment.

 

La jardin botanique royal de Madrid

plan du jardin botanique de MadridLors d’un voyage plus en saison, en avril, précisément, nous avons profité de quelques heures d’éclaircies (et non, le beau temps ne fut pas trop au rendez-vous, hum) pour flâner un peu dans cet agréable jardin botanique, en plein pendant la saison des tulipes !

Fondé en 1755, ce beau jardin constitue un véritable « musée de plantes », et abrite des espèces d’Europe, d’Amérique et du Pacifique.

L’entrée est de 4€ (réductions et gratuités habituelles…) et en ce samedi après-midi, il y avait la queue à l’entrée ! Il faut croire que les tulipes attirent. Présentes dès l’entrée du jardin, c’est vrai que le spectacle qui s’offrit alors à nous valait la bien la peine d’attendre un peu.

Le reste du jardin, dispersés sur trois terrasses, était en revanche moins fleuri, car un peu tôt en saison, mais n’en demeurait pas moins agréable, et cela faisait du bien d’être un peu au calme ! On retrouve différents espaces, notamment un jardin exotique.

Deux serres complètement également la visite, une plus ancienne, datant du XIXe siècle, la serre froide, et une plus moderne, la serre chaude, avec ses cactus et autres « coussins de belle-mère ».

Visite sympathique donc, par contre, si vous aimez les tulipes et que vous ne passez pas loin de Paris, je vous conseille surtout le parc floral du bois de Vincennes !

 

Église San Jeronimo el Real

L’église Saint-Jérôme-le-royal ou encore l’église des Hiéronymites, domine le musée du Prado. Édifiée au début du XVIe siècle, elle fut plusieurs fois remaniée, notamment sous le règle d’Isabel II au XIXe siècle, pour adopter un style gothique isabélin. L’église faisait autrefois partie du monastère des Hiéronymites jouxtant l’ancien palais royal du Buen Retiro.

De cette époque, il ne reste que peu de traces… Ici furent investis plusieurs princes des Asturies, créant donc un lien étroit entre l’église et la royauté (d’où son nom…). Malheureusement nous sommes arrivés au moment de la messe, limitant la prise de photos.

 

Le musée naval de Madrid (museo naval de Madrid)

En voilà un autre beau musée ! Non loin du Prado, il évoque l’histoire de la marine espagnole depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours. Les collections sont présentées chronologiquement et thématiquement. À vrai dire, nous ne nous attendions pas à ce que ce soit si grand, nous y avons passé 2h30 et avons du « speeder » à la fin. Le musée est très dense et fourmille de petites choses, panneaux à lire, explications, vidéos…

entrée du musée naval de MadridOn y trouve surtout de très nombreuses maquettes (les fans apprécieront !), quelques objets que l’on trouvait dans les navires, des instruments, cartes… Mention spéciale à la salle dédiée aux premières expéditions en Amérique, où l’on peut voir la toute première carte du nouveau monde ! Un document très précieux…

Autre clou de la visite : une salle entièrement dédiée à l’épave du San Diego, navire coulé au XVIIe siècle au large des Philippines, et retrouvé en 1991 avec son contenu très bien conservé ! Porcelaine de Chine, objets de la vie quotidienne… tout nous renseigne sur la vie et la cargaison d’un vaisseau de ce type !

J’ai également bien aimé les petites salles évoquant l’Asie, avec des maquettes de bateaux de ces pays, chose que l’on voit rarement chez nous !

Bref, un musée très riche, qui peut difficilement se résumer tant il y a à dire, et je dois avouer que je ne m’y connais pas tant que ça ! Pas facile à rendre en photos non plus, je vous invite donc à le découvrir par vous-mêmes, en espérant pour en avoir donné l’envie.

Le musée est géré par le ministère de la marine, il est ouvert tous les jours sauf lundi de 10h à 19h (fermeture à 15h en aout), l’entrée est soumise à une « donation volontaire » de 3€, mais ce n’est pas obligatoire (mais chaudement recommandé). Plus d’infos sur le site officiel.

 

Le quartier résidentiel autour du Paseo del Prado

Entre le Paseo et le parc du Buen Retiro s’entend un petit quartier résidentiel en pente, aux allures néo-classique et Belle Époque. Je dois avouer qu’entre l’architecture, les couleurs crème ou les immeubles en brique, je me serais plutôt cru à Londres ! Ici tout est plutôt calme alors que le cœur de Madrid bat à seulement quelques encablures ! On imagine sans peine qu’il s’agit d’un quartier plutôt bourgeois !

On y trouve notamment le musée des arts décoratifs et le musée naval un peu plus loin. Nous avons également arpenté le nord du parc pour nous rendre dans un resto du quartier plus moderne de Salamanca, et sommes passés devant la jolie église néo-byzantine bien éclairée San Manuel y San Benito, et devant la Casa arabe, de style mudejar, proposant des expositions thématiques sur le monde arabe (à ce moment-là, sur le soufisme).

 

Le musée national des arts décoratifs

Créé au début du XXe siècle et situé dans un édifice fin XXe siècle au 12, calle Montalban, ce musée de taille moyenne (rien à voir avec celui de Paris ou de Londres…) retrace sur quatre niveaux l’histoire des arts décoratifs espagnols. On y trouve de la céramique et de la verrerie/cristal, des tissus, des bijoux, et bien sûr du mobilier de différentes époques, en particulier des XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans une petite rue près du parc du Retiro, il ne semble pas très fréquenté… les horaires sont plutôt limitatifs : du mardi au samedi de 9h30 à 15h, le dimanche de 10h à 15h, mais ouverture le jeudi soir de 17h à 20h. L’entrée est de 3€, mais gratuit le jeudi soir, le samedi de 14h à 15h et le dimanche. Infos sur le site officiel.

Vous trouverez également le plan du musée ici.

En plus de présenter une jolie collection de meubles (surtout du XVIIIe siècle) le musée propose aussi des reconstitutions d’intérieurs (period rooms), notamment une maison seigneuriale du XVIIe siècle, avec la chambre, l’oratoire privée. le boudoir « à la turque », la salle à manger et la cuisine.

Le clou de la visite réside cependant au dernier étage, avec la présentation d’une cuisine valencienne, toute en azulejos (nous avons pu voir ce genre de choses à Valence justement). Globalement, le musée est intéressant pour les amateurs (comme moi) mais mériterait une muséographie plus moderne dans certaines salles, et je dois dire que je m’attendais à plus grand pour un musée national sur ce thème.

 

Comme précisé plus haut, on retrouve dans le musée une sélection de céramique, bijoux, verrerie, tapis et tapisseries, orfèvrerie… j’ai pu également voir une jolie maison de poupée à ma taille ! Je m’y installerais bien moi… Ne pas manquer la grande crèche napolitaine ! Voici une petite sélection de photos.

 

Le parc du Buen Retiro

Le plus connu de la capitale, il s’agit du principal espace vert du centre-ville (le plus grand parc est celui de la Casa del Campo, à l’ouest du palais royal). Il se déploie sur 118 hectares, constituant un des plus grands parcs urbains d’Europe (pour comparer, le parc de la Tête d’Or de Lyon, un des plus grands de France, fait la même taille).

Le palais jouxtait l’ancien palais royal et se trouvait donc à l’extérieur de la ville. Aujourd’hui, le parc abrite un lac artificiel (l’estanque) sur lequel on peut naviguer, le palais de Cristal, vestige de l’exposition coloniale de 1887 abritant désormais des expositions temporaires, et une roseraie.

Nous ne l’avons pas parcouru en entier (c’est grand !), mais nous y reviendrons aux beaux jours !

 

Revenir à l’article principal

Poursuivez la balade en découvrant la Plaza de Cibleles et le Paseo de Recoletos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *