Le musée archéologique de Naples

Le musée archéologique de Naples est un des plus grands d’Italie mais aussi d’Europe, avec ses 12.000m², et également un des plus célèbres avec ceux de Rome ! On y trouve surtout des éléments retrouvés lors de fouilles dans la région, en particulier à Pompéi et Herculanum. Outre les superbes fresques et mosaïques qui ornaient les villas antiques, on peut également admirer statues, objets du quotidien, bijoux… Un must pour les passionnés de culture gréco-romaine !


Afficher une carte plus grande

 

Informations pratiques

Musée archéologique de Naples

Le musée se situe au bout de la via Enrico Pessina, dans le prolongement de la célèbre via Toledo. On peut également y accéder par la station de métro Museo sur la ligne 1, ou la station Cavour de la ligne 2 (un peu plus éloignée cependant), assez pratique !

Le musée est ouvert tous les jours sauf mardi de 9 h à 19 h 30 (une amplitude horaire qu’on aimerait bien voir chez nous…) et jusqu’à 23 h le jeudi de mi-mai à fin septembre ! En 2017, le tarif d’entrée est de 12 €, ce que je trouve un peu élevé sans être choquant en soi, ceci visant plutôt une clientèle touristique (il s’agit du musée le plus visité de la ville) sachant que toutes les salles sont rarement ouvertes… En comparaison, le musée national Romain, sur 4 sites à Rome, applique un tarif de 7 €… Les moins de 25 ans de l’Union Européenne bénéficient d’un tarif réduit à 6€, quant aux moins de 18 ans, l’accès est gratuit pour eux.

Nous avons profité de la gratuité du premier dimanche du mois pour le visiter. Bien sûr ce jour-là, en saison, vous ne serez pas tout seuls, évitez donc de venir à l’ouverture et préférez comme nous les dernières heures. À 17 h 30, il n’y avait plus de file d’attente et on respirait mieux à l’intérieur ! Ou si vous le pouvez, visitez-le hors saison !

Plus d’infos sur le site officiel.

La visite

Prévoyez au moins deux heures pour faire un tour tranquille du musée, même plus si vous êtes passionné. Cependant il parait presque illusoire d’espérer tout voir : de nombreuses salles sont souvent fermées pour travaux ou tout simplement par manque de personnel (encore une fois, combien de chômeurs en Campanie ?). Nous n’avons donc pas pu voir les vestiges de la villa des Papyrus ou les bijoux précieux retrouvés sur les sites archéologiques… Cependant, nous n’étions pas venus dans l’optique de visiter chaque section. Étant des habitués du Louvre (puisque je vous dis que je suis une souris intello !) 😉 et après avoir visité plusieurs musées archéologiques à Rome (notamment le très beau palazzo Massimo) nous n’étions pas intéressés outre mesure par la section égyptienne ou la collection de sculptures, faute de temps. Nous voulions surtout voir les fresques et mosaïques retrouvées dans la région. En voyage le temps étant souvent compté, nous sommes donc allés à l’essentiel.

Pour organiser votre visite, vous pouvez consulter le plan du musée.

Le rez-de-chaussée

Une fois avoir pénétré dans le majestueux hall d’entrée, nous sommes tout de même allés voir les statues gréco-romaines de la collection Farnese, notamment celles retrouvées dans les Thermes de Caracalla à… Rome ! En effet, il fut décidé que la collection ne serait pas dispersée, peu importe la provenance des pièces.

 

Nous sommes ensuite allés admirer les joyaux Farnese, comportant une belle collection de gemmes taillées, de l’Antiquité à la Renaissance (j’aime les belles pierres précieuses !) et notamment la tasse Farnese, un très gros camée en forme de coupe datant du IIe siècle avant J.-C.

 

Le premier étage

Ou « entresol », c’est là qu’on peut admirer la collection de mosaïques retrouvées sur les sites archéologiques de la région comme Pompéi, Herculanum ou Stabies. Certaines sont vraiment d’une grande finesse, et j’ai vraiment apprécié cette section ! On notera plusieurs belles pièces de la villa du Faune à Pompéi, notamment une très belle frise, mais surtout la Bataille d’Alexandrie, évoquant la victoire du célèbre Macédonien sur le roi perse Darius. Cette section comporte également quelques éléments de mobiliers.

Les mosaïques

 

Le cabinet secret

Au fond, après les mosaïques, attention aux yeux de vos enfants ! On y retrouve les nombreuses fresques et objets érotiques découverts dans les lupanars de Pompei et Herculanum, ainsi que dans les maisons privées. C’est qu’il n’y avait pas la TV à l’époque… Bizarrement, il s’agit de la section la plus bondée, hum… c’est assez étroit, donc pas trop pratique pour bien admirer les détails (re-hum).

 

Cet étage comporte également une section numismatique, mais ce jour-là elle était fermée !

Le deuxième étage

salon du cadran solaire

 

Il s’agit du plus grand en terme de surface d’exposition (il faut savoir que malgré sa taille, le musée possède plus de pièces en réserve qu’exposées !). La belle salle du cadran solaire sépare différentes sections.

Nous avons d’abord vu quelques belles statues en bronze retrouvées dans le péristyle de la villa des Papyrus à Pompéi. Quant aux photographie des papyrus eux-mêmes, la salle qui les renferme était fermée…

 

Objets du quotidien (argenterie, verrerie, bronze, ivoires…)

Plusieurs salles renferment des objets divers et variés retrouvés lors des fouilles sur les sites de la région. Je dois dire que j’ai bien aimé cette section car au final ce n’est pas ce qu’on a l’occasion de voir le plus dans les musées archéologiques en Italie, cela change un peu des statues… Vases, nécessaires de toilettes, battants de portes, lampes à huile… de quoi se plonger dans le quotidien de nos « ancêtres ». On remarque qu’au final ils n’étaient pas si différents de nous ! Juste un peu déçue de ne pas avoir vu les bijoux qui m’avaient marquée lors de ma première visite du musée lorsque j’étais une toute jeune souris en voyage scolaire !

À ne pas manquer non plus : la salle renfermant la maquette de Pompéi.

 

Le temple d’Isis

Plusieurs salles restituent les éléments récupérés dans le temple d’Isis de Pompéi : objets de culte, peintures, etc. Les différents espaces du temples sont représentés et partiellement reconstitués.

 

Les fresques

Probablement la section la plus intéressante du musée ! Les nombreuses salles (dont certaines étaient en travaux) recèlent des trésors à en perdre son latin ! Les fresques, provenant surtout de Pompéi, Herculanum, Stabies et Boscoreale, sont classées notamment par thème ou par villa. On trouve ainsi des scènes mythologiques, de magnifiques portraits d’une grande finesse (rares témoignages des portraits de l’époque, la peinture de chevalet n’ayant pas survécu), des scènes tirées de poèmes épiques, des frises décoratives qui inspirèrent ensuite les grands artistes de la Renaissance, bouclant ainsi la boucle ! Je n’ai malheureusement pas eu le temps de tout admirer en détails, mais cela donne envie de revenir…

 

L’avis de la souris

Ce musée ne pourra que ravir les fans du genre mais plaira également aux néophytes par la beauté de ses pièces. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut admirer d’aussi belles fresques ou mosaïques ! À ne pas manquer, donc, à moins d’avoir un temps très limité. Il est aussi selon moi préférable de le visiter après les sites archéologiques, le fait d’avoir vu les lieux évoqués étant plus « parlant ».

Je déplore cependant la fermeture intempestive de salles, mais cela semble être devenu monnaie courante dans de nombreuses institutions (c’est la crise, embaucher des surveillants coute cher, etc). La muséographie pourrait parfois être modernisée (sans excès cependant, on parle d’un musée d’antiquités, pas d’art contemporain !) et plus interactive. Pour ceux qui ne maitrisent pas la langue de Dante, vous passerez à côté de plusieurs informations, la plupart des cartels n’étant pas traduits (de ce point de vue là, la France n’a pas de leçons à donner…).

Ayant visité trois mois avant le palazzo Massimo de Rome, je ne peux m’empêcher de comparer… bien que plus petit, le musée romain m’a paru mieux agencé et plus didactique. Et si à Naples on est ébloui par la quantité et la qualité des fresques, c’est plutôt à Rome que l’on en prendra plein la vue en ce qui concerne les mosaïques ! Avis aux amateurs, allez donc voir les deux ! 😉

Retour à l’article sur Naples

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *