Saint-Pétersbourg : de l’Amirauté à la Nouvelle-Hollande

L’Amirauté constitue un des monuments les plus emblématiques de Saint-Pétersbourg, impossible de le manquer ! Je vous propose ici de me suivre pour une « petite » promenade que j’ai vraiment apprécié, à l’ouest de la Perspective Nevsky.

Partons de l’Amirauté pour nous promener dans les rues alentours, empruntons le romantique canal Moïka pour atteindre la place Saint-Isaac et poursuivons jusqu’à la Nouvelle-Hollande, île artificielle devenu nouveau lieu de sortie des jeunes Pétersbourgeois. Au passage, admirons la poste de style Art nouveau !

Pour finir, repartons de nuit en passant par le quai des Anglais, superbement éclairé, pour rejoindre l’Amirauté, bouclant la boucle !


Afficher une carte plus grande

 

L’Amirauté et le parc Alexandrovski

L’Amirauté et sa flèche

Débutons donc cette petite promenade devant l’emblématique bâtiment de l’Amirauté ! Point de ralliement de nombreux touristes et Pétersbourgeois, un incontournable !

L’Amirauté était très importante pour Pierre le Grand, qui rêvait de sa ville sur l’eau, ouverte sur l’Europe. Il ne reste rien du bâtiment d’origine, remplacé par cette grande bâtisse néo-classique toute jaune au début du XIXe siècle.

Aujourd’hui, l’Amirauté abrite l’école navale de la ville et ne se visite pas, dommage ! On se contente donc de se faire prendre en photo devant et d’admirer sa flèche qui culmine à 72 mètres, visible de nombreux endroits en ville. Regardez-bien, il ne s’agit pas d’une flèche ordinaire, sa pointe représente un bateau, véritable symbole de la ville ! Difficile de décrire l’ampleur de ce gigantesque bâtiment !

L’Amirauté de nuit face au palais d’hiver

Devant, on prend plaisir à flâner dans le parc Alexandrovski… qui remplace ici les canaux entourant à l’origine l’Amirauté ! Arf, même si j’aime bien les espaces verts, je dois avouer que j’apprécie également les canaux, plus rares ! Tant pis, je me contenterai d’imaginer à quoi cela pouvait ressembler à l’époque.

Dommage, il ne faisait pas très beau ce jour-là (comme souvent hélas dans cette ville, le climat n’est vraiment pas son meilleur atout !) je ne me suis donc pas trop attardée…

 

La place des Décabristes (ou place du Sénat)

Le cavalier de bronze

Un peu plus loin, la place de Décabristes/Décembristes célèbre le lieu de l’insurrection de décembre 1825, lorsque des aristocrates et officiers se soulevèrent pour réclamer une  monarchie constitutionnelle. Ils furent écrasés par Nicolas Ier. La Russie n’était pas encore mûre pour une vraie révolution… comme chacun sait, elle viendra plus tard !

Cette place fait face à l’ancien Sénat… qui ressemble beaucoup à l’Amirauté !

J’ai surtout bien aimé y admirer la statue du cavalier de bronze, représentant Pierre le Grand, et rendu célèbre par Pouchkine dans son poème du même nom, lorsqu’il imagina la statue s’animer et errer dans Saint-Pétersbourg. Attention quand même aux groupes de touristes !

En parlant de statue, dans le même coin, j’ai également repéré Le charpentier de Maasdam, représentant Pierre le Grand (oui, encore et toujours lui… après tout, c’est sa ville !) travaillant sur le chantier naval de la ville hollandaise (et non dans une fromagerie, hum). Et oui, il a mis la main à la pâte avant de se décider à construire sa ville !

 

Depuis le quai de l’Amirauté, jolie vue sur la Neva et l’île Vassilievski en face ! Nous avons flâné sur le quai avant de faire une petite pause thé dans les nombreux stands qui le bordent,. Et oui, début septembre, 11°C, il fallait bien se réchauffer !

 

J’ai également flâné par meilleur temps dans les rues environnantes. Pile dans l’axe de la flèche de l’Amirauté, la rue Gorokhovaya (Горо́ховая у́лица), peu touristique, offre une jolie perspective et de l’animation !

Pierre le Grand conçut sa ville un peu à l’image de Versailles, avec plusieurs avenues partant en étoile depuis l’Amirauté, configuration qui se retrouve également ailleurs dans la ville. À proximité immédiate de l’Amirauté et de la place Saint-Isaac, j’ai remarqué quelques beaux immeubles, baroques ou Art nouveau. Joli quartier !

 

La Moïka : du pont Rouge au pont Bleu

Remontons justement la rue Gorokhovaya pour atteindre la Moïka à hauteur du pont Rouge. J’ai immédiatement remarqué le très bel édifice Art nouveau à l’angle du canal et de la rue. Justement nommé « Au pont rouge« , il s’agissait un peu de la « Samaritaine » locale, grand magasin de l’époque !

Regardez bien, tout y écrit en français ! Et oui, on avait la côte à l’époque (je vous rassure, les Français sont toujours bien accueillis à Saint-Pétersbourg, surtout lorsqu’on dit venir de Paris, qui fait encore rêver). 😉

D’un côté,  le canal va rejoindre la Perspective Nevsky puis le palais d’hiver, mais c’est dans l’autre sens que je vous emmène ! Jusqu’à la place Saint-Isaac, tout m’a plu, j’aime vraiment les promenades au bord de l’eau ! Et pour cette fois, la chance m’a souri, le soleil a pu m’accompagner et illuminer mes pas, de quoi tomber encore plus sous le charme de cette ville sublime !

 

La place Saint-Isaac

Nous voilà sur la place de la plus grande cathédrale de la ville, et troisième plus grande d’Europe ! C’est de sa colonnade que vous obtiendrez une des plus belles vues sur la ville ! Mais vous trouverez tout ça dans un article spécifique, pour plus de détails et de photos, ça les valait bien !

La Moïka passe juste en dessous du palais Mariinsky (ou palais Marie) désormais mairie de la ville. Ne vous étonnez donc pas de retrouver tous ces jeunes mariés venus prendre la pose devant la cathédrale ! Car oui, je suis passée par là un samedi, pas fait exprès ! Des photos de mariage dans un tel cadre, ça fait rêver en effet… bon tant pis, ce n’est pas au programme pour moi !

On retrouve sur cette place les prestigieux hôtels l’Astoria et l’hôtel d’Angleterre (oui, encore en français !).

Au milieu de ce carrefour automobile (oui, un peu trop de voitures dans cette ville à mon gout), trône la statue de Nicolas Ier, tsar pas si populaire que ça…

 

La Moïka : du pont Bleu au pont des Baisers

Reprenons notre balade sur la Moïka ! Malheureusement, je découvris cette portion après un orage, sous un ciel toujours menaçant et assez sombre. Mais peu importe, j’ai tout de même trouvé cela très joli et tout aussi romantique !

Cette ville est décidément pleine de charme, peu importe la couleur du ciel, celles des bâtiments compensent ! Et oui, ici tout est coloré… du jaune, du bleu, du vert, du rose… quand on vient de Paris, ça change, et ça me plait !

Nous étions plutôt tranquilles lors de cette promenade en direction de la Nouvelle-Hollande, le temps mitigé expliquant peut-être cela… Quoiqu’il en soit, j’ai bien apprécié !

Nous avons également fait quelques incursions dans les rues parallèles pour aller voir la poste, et tout était aussi mignon que tranquille !

C’est sur cette portion de la Moïka que se trouve le palais Youssoupov, rendu célèbre par l’assassinat de Raspoutine dans son sous-sol. En plus de le visiter, vous pourrez assister à une reconstitution de l’exécution du moine le plus célèbre de Russie ! Malheureusement, nous n’en avons vu que des échafaudages, la façade faisant l’objet de rénovation..

Le pont des Baisers marque la fin de cette flânerie sur la Moïka. Très pittoresque avec Saint-Isaac en toile de fond, et on ne fait pas plus romantique comme nom ! Selon la légende c’est ici que se quittaient les amoureux, notamment les marins (le port étant tout proche) et encore aujourd’hui, si un couple s’y donne un baiser, il ne sera jamais séparé ! Avis aux amoureux…

 

La poste centrale de Saint-Pétersbourg

Petite incursion sur la rue Pochtamtskaya (Почта́мтская улица), ou vous l’aurez deviné « rue de la poste », pour aller voir… la poste centrale (logique !). Si la façade reste assez classique, elle ne laisse rien présager du décor intérieur ! Les amoureux du style Art nouveau seront comblés ! Si vous n’êtes pas loin, allez donc y faire un tour, même si vous êtes plus selfies que carte postale ! Je me sens toujours dans mon élément dans ce genre de lieu !

Un petit musée des communications a également élu domicile dans le bâtiment, mais à vrai on n’a pas vraiment trouvé l’entrée… Par contre, nous avons de suite repéré les distributeurs à l’entrée de la poste, bien pratique pour se réchauffer avec un café vraiment bon marché ! Plus original, le distributeur… de glaces ! Jamais vu ça ailleurs ! Oui, par tout temps, les Russes aiment les glaces ! Bon moi aussi bien sûr, je suis gourmande, mais là j’ai passé mon tour, le café moka a fait l’affaire, merci bien ! Par contre, cyrillique indispensable à déchiffrer, enfin ça vaut mieux pour ne pas se tromper de breuvage !

Le quartier possède quelques autres petits musées, comme celui de la vodka, le musée d’histoire des religions, et l’appartement-musée de l’écrivain Nabokov. Lolita, ça vous parle ? Non, ce n’est pas juste un film de Kubrick… ou une chanson d’Alizée. 😉

 

La Nouvelle-Hollande de Saint-Pétersbourg

Autour de l’île

Après le pont des Baisers, bifurquons sur le canal Krioukov puis le canal de l’Amirauté. Au milieu trône l’île triangulaire de la Nouvelle-Hollande, ainsi nommée car le quartier, en brique, évoquait alors Amsterdam, ville qu’admirait particulièrement Pierre le Grand et dont il s’inspira pour la création de Saint-Pétersbourg.

Aujourd’hui la ville arbore un aspect très différent de la capitale des Pays-Bas, mais il est vrai que cette île, avec ses bâtiments en brique, rappelle encore le plat pays ! La balade qui y mène fut également très agréable, durant « l’heure bleue », qui précède le coucher de soleil.

Non loin de là, les fans pourront visiter le musée de la marine de guerre. Bon, pas ma priorité, je dois bien l’avouer…

 

Les bâtiments de la Nouvelle-Hollande

À l’origine, cet îlot abritait un chantier naval puis en entrepôt de bois, utilisé pour la construction des navires. Il fut de nombreuses fois remanié ! Au XIXe siècle, suite à de nouveaux travaux, l’îlot devint une prison. Le bassin central était utilisé par les architectes navals pour tester de nouveaux modèles de bateaux.

L’endroit tomba dans l’oubli et la ruine après la Révolution de 1917. Il fallu attendre 2013 pour que l’oligarque Roman Ibramovitch ne racheta l’île afin de la réhabiliter. Et oui, presque un siècle d’abandon, c’est long ! Le but était d’en faire un lieu de repos, promenade, mais également dédié à l’art contemporain et au commerce.

Lors de notre passage, tout n’était pas achevé, mais nous avons trouvé le lieu déjà bien sympa ! Même s’il faisait sombre, nous avons pu profiter du petit jardin autour du bassin, avant de faire une petite pause bière à l’intérieur du bâtiment principal (tout rond, comme un fromage, alors ça ne pouvait que me plaire !) puis de manger… des tacos !

En effet, si le rez-de-chaussée est dédié aux restaurants, bars et cafés. on y trouve pas vraiment de cuisine russe, ici la part belle est faite à la world food. Il faut dire que le coin est plutôt fréquenté par des jeunes, qui préfèrent manger international ! Bah, à Saint-Pétersbourg, on a fait comme les Pétersbourgeois !

L’étage accueille des boutiques diverses et variées, mais elles étaient fermées à cette heure-ci. En tout cas, j’ai bien aimé ce lieu, un peu à l’écart du centre, pas touristique pour un kopeck, plutôt authentique donc. Globalement, je trouve que ce genre de réhabilitation est une bonne idée ! Sans doute encore plus animé en saison ou par meilleur climat…

 

Le quai des Anglais

Suite à cette « petite » balade, nous avons rejoint le centre en longeant le quai des Anglais, non loin de là. Tout éclairé, ce fut un vrai régal pour les yeux, surtout que nous n’étions finalement jamais passés par là ! Quel plaisir d’admirer tous ces beaux palais !

Dommage quand même que les quais furent transformés en autoroute urbaine (ou presque) et ne soient pas très larges… Peu d’animation également, à part l’incessant ballet des voitures… Bref, c’est beau à voir mais l’aménagement pourrait être mieux…

 

Le quai de l’Amirauté

Nous revoilà alors au point de départ ! Nous découvrons ce quai superbement éclairé lui aussi. Et pour le coup, même si les voitures sont tout aussi présentes, le quai offre une plus large place aux piétons, une promenade verte y étant aménagée, avec quelques stands de boissons (chaudes et froides) tout le long. Pour une vue encore meilleure, il faudra aller en face sur l’île Vassilievski !

 

Retour à l’article principal

Découvrez la cathédrale Saint-Isaac, ou la perspective Nevski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *