Street art dans le quartier de Lavapiés à Madrid

Vous aimez le street art ? Madrid est une destination pour vous ! C’est surtout dans le quartier populaire de Lavapiés que vous pourrez partir à la rencontre de cet art urbain et décalé !

Appréciant l’art sous toutes ses formes, et trouvant qu’il a sa place dans la rue, j’ai donc décidé de me lancer à sa poursuite, au cours d’une agréable promenade sous un beau soleil dominical de janvier. Suivez la souris !

 

Afficher une carte plus grande

 

Lavapiés, c’est quoi ?

une rue dans le quartier de Lavapies à MadridLavapiés était l’ancien quartier juif, puis après l’expulsion de ceux-ci, demeura un quartier populaire où se regroupaient également les travailleurs venus d’autres régions de la péninsule.

Presque abandonné après guerre, il devint un lieu de squat, puis attira les nouvelles populations immigrées d’origines diverses.

Ces dernières années, le quartier subit quelques réhabilitations et présente aujourd’hui un aspect plutôt bien léché, même si les tags sont aussi présents que le street art !

Souvent réputé mal famé, nous ne nous y sommes pas sentis en insécurité lors de nos différents passages ; nous avons surtout eu l’impression de découvrir un petit quartier bien sympathique, avec quelques marchés, boutiques, bars, etc

Depuis quelques années, il est donc le berceau du street art madrilène, hébergeant également deux centres d’art contemporain : la Tabacalera, centre plutôt « officieux » du street art, et la Casa Encendida. J’ai eu le plaisir de découvrir la première !

Le célèbre marché du rastro

marché du rastro à MadridD’abord, une petite mise en bouche ! Outre son street art, Lavapiés est également connu pour son célèbre « marché aux puces », le rastro. Bien sûr, j’avais très envie d’aller y faire un petit tour, mais n’y voyez aucun rapport avec moi, je suis peut-être une souris, mais je n’ai pas de puces ! 😉

Ce marché a lieu tous les dimanches matins, horaires espagnols bien sûr, donc jusqu’au milieu d’après-midi. On y trouve un peu de tout, même si j’y ai surtout vu des stands de vêtements.

Malheureusement, comme bien souvent, rien à ma taille, snif… et oui, dur d’être une souris quand on aime la mode…

Je dois dire que je m’attendais à plus de bric-à-brac, mais je venais surtout pour l’ambiance. Et c’est vrai que par cette belle journée ensoleillée, il y avait un peu de monde ! Je n’ai rien acheté, mais vous trouverez peut-être votre bonheur 😉

S’y rendre

Vous pouvez faire comme moi et sortir à la station de métro La Latina (un autre chouette quartier !), rejoindre le marché de la Cebada, décoré de street art, et descendre la calle Ribera de Cortidores. Nous avons pu découvrir quelques œuvres de street art, surtout celles décorant les rideaux de fer des boutiques fermées. Chose finalement plutôt courante dans le quartier !

 

Madrid plaque de rue calle del osoAprès cette petite mise en bouche qui nous a permis de nous imprégner de l’âme du quartier, direction la calle de los Embajadores, la plus réputée en ce qui concerne la présence de street art.

Mais en attendant, nous découvrons des petites rues plus tranquilles très typiques du Vieux Madrid et du quartier, où le street art est déjà présent !

Au passage, nous avons pris plaisir à admirer les plaques des noms de rues, là encore très typiques de Madrid, chacune étant différente et en rapport avec le nom de la rue, original, n’est-ce pas 😉 !

 

La calle de los Embajadores et son street art

Madrid calle de los embajadoresD’après nos recherches sur la toile, nous avions découvert qu’il s’agissait vraiment de la « rue du street art ». Heureusement, le marché du rastro n’est qu’à deux pas !

Nous sommes arrivés à mi-hauteur et avons remonté la rue, bien en pente d’ailleurs, aïe les pattes (non je rigole, il m’en faut plus pour me plaindre !)

Mais il n’y a pas que le street art dans la vie ! Ou dans la rue… Il s’agit donc d’un axe commerçant principal, plutôt vivant et agréable ! Là encore boutiques, bars, petits restos de quartiers, jalonnent le parcours. Vous ne manquerez pas de trouver votre bonheur pour une petite pause café, bière ou tapas !

Nos informations furent bonnes, pas besoin de chercher longtemps les fresques murales ou les rideaux de fer peints, tout s’offre à vous au moindre pas. Pas mal, non 😉 J’ai également bien aimé retrouver quelques anciennes enseignes en azulejos, ces carreaux typiquement espagnols ! (et portugais). Beau mélange d’époques, c’est ça aussi qui fait l’intérêt d’une ville selon moi.

 

En remontant la rue, nous découvrons d’autres œuvres, mais également une jolie église (fermée…) et un théâtre. Je n’ai pas aimé la boutique qui vendait d’horribles sacs en forme de têtes de chats, grr ! Toujours ces félins partout, alors que les souris, tout le monde s’en fout ! Je proteste !

 

Nous voilà arrivés tout en haut de la rue, bon bah, il n’y a plus qu’à redescendre, c’est logique ! Vers le bas de la rue nous découvrons le marché de San Fernando, fermé ce dimanche, mais sous le porche devant l’entrée, encore du street art !

plaza de la corrala dans le quartier de Lavapies à Madrid

plaza de la corrala

Au-dessus du marché, nous avons pu jeter un coup d’œil sur la plaza de Augustin Lara, piétonne, et servant de lieu de rassemblement à la jeunesse locale.

Entre modernité et vestiges anciens, comme l’atteste cette église en ruine s’offrant à nous…

Les Madrilènes semblaient apprécier de profiter du soleil, et nous aussi ! En janvier, c’est quand même agréable de voir du ciel bleu et de ne pas se geler, non ? 😉

Un peu plus loin, nous passons devant la plaza de la Corrala, du nom des coursives extérieures typiques des immeubles traditionnels. de Lavapiés (un peu comme dans les motels américains…).

 

La Tabacalera

Madrid la Tabacalera

la Tabacalera

En bas de la rue, nous arrivons devant cette ancienne manufacture de tabac, comme son nom l’indique. Les lieux furent transformés en centre d’art contemporain et abritent donc d’étranges expositions temporaires. Oui, « étranges » parce qu’honnêtement, on n’y comprend pas grand-chose !

Je vais être honnête, ce genre d’art contemporain, ce n’est pas trop notre truc à la base, mais l’entrée est gratuite, et nous avons une fâcheuse tendance à entrer quand on voit de la lumière ! Attention à vos maisons, les souris rôdent ! 😉

Nous sommes ouverts d’esprit et apprécions de découvrir de nouvelles choses un peu décalées ! Et pour le coup, ça l’était…

Nous avons tout de même trouvé très sympa cette reconversion d’un vieux bâtiment tombé dans l’oubli, devenu un lieu d’expression artistique ouvert à tous.

L’intérieur de la Tabacalera

 

Madrid TabacaleraMais ne nous arrêtons pas là ! Juste à côté se trouve une autre entrée ! Nous avons vu deux petites expositions temporaires, mais nous fûmes surtout surpris par l’ambiance qui y régnait.

Dès que nous avons pénétré dans ce lieu étrange, nous nous sommes retrouvés dans une grande salle aux murs décorés de fresques contemporaines, et… devenue piste de danse pour la jeunesse locale ! Pas besoin d’aller en boite, c’est gratuit !

Ne manquez pas de descendre voir l’étonnant petit jardin, qu’on ne s’attend pas à trouver aux milieux des immeubles ! Là encore, du street art sur les murs extérieurs…

Bon, l’ambiance reste tout de même particulière et sans doute pas pour tout le monde : nous avons surtout côtoyé des jeunes (et quelques moins jeunes) se prélassant au soleil, une bouteille de bière à la main, une cigarette dans l’autre (logique vu le nom de l’endroit !), mais les odeurs nous laissant penser qu’il ne s’agissait pas que de tabac, hum… Mais rassurez-vous, l’ambiance reste bon enfant !

 

sous-sol de la Tabacalera à MadridPlus original encore, ne manquez pas de faire un tour dans les salles sombres et voutées accessibles au niveau du jardin !

Vous y découvrirez un véritable temple « officieux » du street art, jusque dans les toilettes ! Aucun bout de mur ne semblait vierge de toute trace de peinture. Détonnant !

Je dois avouer que nous nous sommes bien pris au jeu et avons apprécié notre petite incursion dans ces lieux aux premiers abords mystérieux ! Il y en a pour tous les gouts et j’ai vraiment bien aimé certaines réalisations !

 

Il est désormais temps de sortir de là ! Mais pour faire durer de plaisir, ne manquez pas de faire le tour des murs extérieurs du jardin, eux aussi recouverts de fresques.

 

Madrid GatotecaNous débouchons alors sur la Ronda de Toledo, horrible autoroute urbaine délimitant le « centre » de Madrid, qui tranche furieusement avec les petites rues plutôt étroites de Lavapiés ! Ici, les voitures sont reines et les immeubles peu charmants.

Nous sommes passés devant la Casa Encendida, autre lieu dédié à l’art contemporain, mais nous avons réservé sa visite pour un prochain séjour !

En attendant, après une pause café bien méritée, nous repartons en direction du musée de la Reina Sofia et de la calle Santa Isabel, un peu plus loin.

Outre d’autres murs peints, je me suis fait une frayeur en passant devant la « Gatoteca« . Non, rien à voir avec de bons gâteaux, il s’agissait juste d’un horrible lieu dédié aux chats, mes ennemis de toujours ! Pff, quelle drôle d’idées non ? À quand un lieu dédié aux souris ??

 

La calle de Santa Isabel et ses alentours

Pour finir cette petite promenade dans l’étonnant quartier de Lavapiés, passons devant le musée de la Reina Sofia, ou « musée national d’art moderne et contemporain » (que nous visiterons une prochaine fois), situé dans un ancien hôpital « modernisé ».

Une entrée donne sur la Ronda de Toledo, alors que la façade principale se déploie sur une très agréable place piétonne.

Empruntons alors la jolie calle Santa Isabel, axe principal du quartier, jusqu’au métro Anton Martin. Nous avons apprécié les jolies perspectives qu’offrent les rues en pente du quartier.

J’ai surtout remarqué le « cine doré« , cinémathèque de style moderniste (art nouveau catalan, style que j’aime bien), le marché de Anton Martin (boutiques fermées à ce moment-là, dommage) et un peu de street art ! Et oui, on en trouve vraiment partout !

Nous voilà arrivés au métro Anton Martin. Peut-être reviendrons-nous explorer d’autres aspects du quartier…

 

Voilà, encore une fois, j’espère que cette balade vous a plu et donné envie de découvrir ce petit quartier attachant. 😉

 

Revenir à l’article sur Madrid

Découvrez le quartier branché de Chueca et le street art à Malasaña !