Vienne : Schönbrunn et Hietzing

Le château de Schönbrunn et ses jardins attirent à Vienne des visiteurs du monde entier. Il s’agit vraiment d’un « incontournable » pour la plupart des voyageurs. Résidant à quelques pas de là, j’ai pu profiter d’une belle journée ensoleillée (à Vienne c’est loin d’être tous les jours…) pour flâner dans ces magnifiques jardins, me réservant la visite du palais pour un prochain séjour.

Je vous propose de vous y promener avec moi, et de découvrir aussi le quartier adjacent d’Hietzing, où se trouvait mon trou de souris ! C’est d’ailleurs à cette station de métro que l’on peut visiter un des pavillons dessinés par le célèbre Otto Wagner, maître de la Sécession viennoise.

 

Afficher une carte plus grande

 

S’y rendre

Pratique pour les touristes, ce célèbre palais n’est situé qu’à environ 4 km du centre ! Il vous suffit d’emprunter la ligne U4 du métro (vous pouvez la prendre à Karlsplatz si vous résidez dans le centre par exemple) et de vous arrêter soit à Schönbrunn (c’est tout bête hein ?) soit à Hietzing si vous souhaitez d’abord visiter le zoo ou la palmeraie. Encore plus simple que d’aller visiter Versailles !

Infos pratiques

Le château est ouvert tous les jours, bien pratique ! (on aimerait bien ça chez nous…) Les horaires en revanche sont plus limités, de 8 h à 17 h, 17 h 30 ou 18 h 30 selon la saison. Il est souvent conseillé d’arriver tôt le matin pour ne pas trop faire la queue, mais comme je ne suis pas une souris lève-tôt je n’ai pas testé. Il existe plusieurs billets proposant un parcours de visite différent, des billets couplés… bref, allez sur le site officiel avant de préparer votre visite, ce sera plus simple !

Les jardins en revanche sont en accès libre et ouverts plus tard le soir. Il faudra en revanche payer pour parcourir le labyrinthe ou grimper au sommet de la Gloriette.

Résidence impériale depuis des siècles, le bâtiment actuel fut redessiné à l’époque rococo sous les ordres de l’impératrice Marie-Thérèse, dans l’idée d’en faire un « petit Versailles ». Et oui, notre Roi Soleil inspira bien des palais en Europe ! Cela vous parlera peut-être plus, ce fut également la résidence d’été de François-Joseph et sa femme Élisabeth, la célèbre Sissi ! L’hiver, la famille résidait à Hofburg, dans la vieille ville (moi aussi j’aimerais bien changer de trou de souris selon les saisons, hum).

vue aérienne de Schönbrunn

Pour ma part, j’ai décidé de ne pas visiter l’intérieur du château cette fois-ci, préférant profiter de la belle saison pour me concentrer sur les extérieurs. De plus, faire la queue, visiter avec la foule, ce n’est pas trop mon truc, je préfère revenir plus hors saison pour être plus tranquille ! De toute façon, les photos y étant interdites (ce qui a tendance à m’agacer…) je ne vous aurais sans doute pas ramené de belles images, vous ne perdez rien !

Je me suis donc contentée de me promener dans les beaux jardins du palais, sous un soleil brillant (un peu trop des fois, il faut penser à sa crème solaire !). Le parc, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, s’étend sur 1,2 km de long et propose plusieurs espaces. Je n’en ai même pas fait tout le tour tellement c’est grand !

Les jardins du château de Schönbrunn

J’ai commencé ma visite par l’entrée située près de la station Hietzing, la plus proche de mon trou de souris, également celle qui permet d’accéder au zoo. J’avais d’ailleurs l’idée d’aller saluer mes copains animaux, notamment les pandas géants, qu’on ne voit pas partout, mais en ce lundi de Pentecôte, il y avait foule aux guichets, alors tant pis, je reviendrai !

Bien sûr, en tant que souris, je reste un peu mitigée sur le concept de zoo, préférant les animaux en liberté ! Mais il faut avouer que cela permet aujourd’hui de sauvegarder des espèces menacées, alors, si les animaux sont bien traités et disposent de suffisamment d’espace, pourquoi pas ! Il faut savoir que le zoo de Vienne est le plus vieux du monde, également un des plus visités (merci les pandas, stars du marketing !).

Je suis donc passée devant la grande palmeraie, puis un petit jardin japonais (on ne pouvait pas y entrer, juste l’admirer, dommage) et j’ai pu jeter un coup d’œil par la grille du zoo pour voir le pavillon central, de style Belle Époque. J’ai failli faire une petite pause gâteau au salon de thé du zoo, mais j’ai trouvé ça un peu cher quand même, puis je n’avais pas trop le temps.

 

Me voilà arrivée sur le parterre central ! Très belle perspective sur le château puis sur la fontaine monumentale et la Gloriette de l’autre côté. C’est très beau ! Cela évoque bien sûr Versailles, en plus petit (et à la taille plus adaptée pour une souris).

Je me suis sentie comme une princesse devant ce beau château ! Mais pas comme Sissi, pour rappel, elle était dépressive et malheureuse, loin de l’image idyllique des films avec Romy Schneider. De plus, elle était anorexique et toute mince, alors que moi… hum, non, rien ! Bon, tout comme moi, elle aimait aussi voyager, cela nous fait un point commun.

 

Je suis ensuite allée rejoindre la Gloriette, en passant par de petits chemins ombragés (déjà que grimper fait mal aux pattes, je n’allais quand même pas rester en plein cagnard !). J’ai pu croiser un écureuil, toujours sympa de rencontrer des copains animaux (tant qu’il ne s’agit pas de chats, grr).

Les plus gourmands pourront faire une petite pause au Café de la Gloriette, là encore, pas si donné (sans être extrêmement cher non plus). Malheureusement, j’ai loupé les « ruines romaines », mais c’est tellement grand, difficile de tout voir !

 

S’il faut payer pour accéder au sommet de la Gloriette, cela n’est pas forcément utile pour admirer la vue sur le château et apercevoir certains quartiers de la ville au loin. J’ai reconnu l’église Sécession d’Otto Wagner, Kirche am Steinhof. J’aurais aimé la voir mais elle est un peu loin quand même, et ouverte uniquement le week-end.

 

En redescendant, je suis allée flâner dans la belle roseraie, c’était la saison ! Mais bon, pas trop longtemps car il n’y avait pas d’ombre. Il était donc temps de repartir vers le château et d’en découvrir l’entrée principale ! En tout cas, j’ai vraiment apprécié ma promenade dans les jardins. J’affectionne particulièrement les beaux jardins, et je n’ai pas été déçue ! Fleurs, belle vue, belles perspectives, roses, jeux d’eau… Il y a tout pour passer un agréable moment !

Je ne peux donc que recommander de venir y faire un tour, même si vous n’avez pas l’intention de visiter le château, rien que les jardins valent le coup d’œil !

 

Mais nous nous arrêtons pas là, restez avec moi pour découvrir quelques autres trésors du coin ! (Non, je ne parle pas de canards, même s’ils sont partout)

Le pavillon Otto Wagner du métro Hietzing

Il est situé non loin de l’entrée du château, à quelques pas de la station de métro Hietzing. La ligne U4 reprend en effet le tracé de l’ancien Stadtbahn une ligne ferroviaire urbaine, ancêtre du métro. Otto Wagner, célèbre architecte du mouvement de la Sécession Viennoise (dont Klimt faisait partie en tant que peintre) en dessina plusieurs entrées, notamment ce « pavillon de l’empereur » destiné à accueillir le monarque quand celui-ci utiliserait la ligne. S’il n’y vint que deux fois, la décoration elle, devait s’en montrer digne !

Typique de l’époque (1899), on admire donc surtout la rotonde centrale et son beau plafond, ainsi qu’une petite salle annexe. On accédait aux quais par des escaliers, aujourd’hui condamnés, l’entrée ayant été décalée un peu plus loin et modernisée.

En tant que souris fan d’Art nouveau, intéressée par le mouvement Sécession et aimant les belles décorations, je ne pouvais pas le manquer ! Cependant, le prix d’entrée de 5 € me paraissant quelque peu surévalué (on en fait quand même rapidement le tour…), j’ai profité de la gratuité du premier dimanche du mois ! Infos pratiques sur le site officiel.

Pour compléter la visite, vous pourrez également voir le pavillon de la station Karlsplatz.

 

Le quartier de Hietzing

C’est donc ici que votre souris préférée a posé ses valises ! Quartier très agréable à seulement 10 mn du métro du centre-ville, aux jolis bâtiments typiques de la Belle Époque et du Jugendstil (Art nouveau), on y trouve de charmantes petites rues, des commerces, un petit marché…

Si vous passez dans le coin pour visiter le château, pourquoi ne pas y faire un petit tour, histoire de découvrir un quartier résidentiel typiquement viennois ? Et pour vous reposer les pattes, le Café Dommayer vous attend sur sa charmante terrasse ! En tout cas, j’ai bien aimé mon appartement déniché sur Airbnb pour 30 €/nuit, ainsi que le quartier. Le genre d’endroits où je me verrai bien rester un temps, hum.

Pour les fans, Gustav Klimt est enterré dans le cimetière d’Hietzing, et on peut également visiter sa dernière demeure (celle de son vivant).

 

Retournez à l’article principal

2 Responses to Vienne : Schönbrunn et Hietzing

  1. TinkerNell dit :

    Très bel article et photos de qualité. Bravo la souris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *