La villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer

Beaulieu-sur-Mer se situe entre Villefranche-sur-Mer et Èze, à mi chemin de Nice et Monaco. Cette petite ville très abritée par la montagne et exposée plein sud, est considérée, avec Menton, comme une des communes les plus chaudes de France !

Si son cadre est agréable avec son port de plaisance, ses palaces Belle époque et la vue sur la baie des Fourmis, elle est surtout connue pour sa villa Belle époque de style grec antique, la plus originale et la plus célèbre du lieu : la villa Kérylos.


Afficher une carte plus grande

S’y rendre

Il suffit d’emprunter les trains TER PACA et de descendre à la gare de la ville, située à moins de 500 m de la villa. Sinon les cars reliant Nice à Monaco et Menton via la basse corniche traversent le centre-ville, de même que le bus 81 (départ sur la Promenade des Arts à Nice).

La villa est ouverte en visite libre tous les jours de l’année (hormis 5 jours fériés) de 10 h à 17 h de septembre à avril inclus puis jusqu’à 19 h de mai à août. Le tarif d’entrée est de 11,50 € en 2017, avec les réductions et gratuités habituelles des monuments nationaux (moins de 26 ans, chômeurs, handicapés…). Vous trouverez les infos pratiques actualisées sur son site officiel.

Histoire

La villa Kérylos (« hirondelle de mer » en grec) est édifiée sur le promontoire de la pointe des Fourmis de 1902 à 1908 sur le modèle des antiques maisons de Délos par Emmanuel Pontremoli pour un érudit helléniste, Théodore Reinach. C’est grâce à la fortune de madame, par ailleurs nièce de Charles Ephrussi, que la villa peut voir le jour…

Cette curieuse maison constitue une réinterprétation du style grec, ou éléments originaux et répliques cultivent le goût de l’Antiquité. Les meubles, les étoffes, la vaisselle, ou encore les fresques s’inspirent de documents antiques. En 1967, elle devient la propriété de l’Institut de France et est ouverte à la visite. Depuis 2016, elle est gérée par le centre des monuments nationaux.

La visite

Le rez-de-chaussée

L’entrée de la villa est marquée par son vestibule de plan carré ou thyrôreion, avec son inscription Xaipe au sol, « réjouis-toi » en grec. Au fond, on remarque une statue de Sophocle.

 

Les thermes ou balaneion en grec, s’ouvrent à gauche, avec une baignoire constituée de marbre tigré de Carrare.

 

Le péristyle (ou atrium) est rythmé de douze colonnes en marbre de Carrare et décoré de fresques illustrant des épisodes mythologiques. Il dessert les pièces du rez-de-chaussée. On remarquera aussi le cadran solaire.

 

On parcourt successivement la bibliothèque, le vestibule, le triklinos ou salle à manger, landron ou salon des hommes par opposition au gynécée (mais seul salon de la villa), et qui s’ouvre par deux portes. Enfin, par un portique à colonnes en marbre, on atteint l’oïkos, salle de réunion familiale.

Bibliothèque et vestibule

La bibliothèque fut inspirée de celle retrouvée à Herculanum (dommage, elle n’est plus visible) et occupe un étage et demi. On y retrouve des objets de l’Antiquité grec, et on peut remarquer un très beau coffre, principal meuble utilisé par les Grecs comme rangement.

 

Salle à manger

La disposition évoque une vraie salle à manger antique, où il était d’usage de prendre ses repas allongé ! 

 

Salon et Oikos

Le salon est sans aucun doute une des plus belles pièces de la villa ! Outre le marbre sur les murs, on remarquera le « trône égyptien » devant les fenêtres, la mosaïque au sol représentant Thésée combattant le minotaure dans le labyrinthe (en tant que souris ayant étudié le latin et un peu la mythologie, je retrouve ici quelques épisodes connus…), un très bel autel en marbre évoquant les offrandes aux dieux domestiques, ainsi qu’une statue de bronze du grand Alexandre sur son cheval Bucéphale.

Dans l’oikos les bas-reliefs au mur révoquent la vie de Dionysos, dieu de la fête et de la vigne, alors que les mascarons sont un clin d’œil au monde du théâtre antique. En-dessous, d’autres bas-reliefs représentent des instruments de musique de l’époque antique.

 

L’étage

Au 1er étage, le vestibule mène aux appartements : la chambre de madame Reinach est consacrée à Hera, la déesse du mariage et de la féminité. Elle est séparée de la chambre de Théodore Reinach, à la décoration rouge pompéienne, par une salle de repos et deux salles de bains ornées de bas-reliefs en stuc. Madame et monsieur possédait ainsi chacun leur propre chambre et salle de bain, plus un bureau pour monsieur. À côté de la salle de bain de madame, une douche un peu particulière fut installée : en effet, au plafond à l’origine ouvert, elle pouvait recueillir l’eau de pluie. Par contre, je n’ai pas aimé la forme des robinets des baignoires !!

Le vestibule et le couloir

 

Chambre et salle de bain de madame Reinach

 

Appartement de monsieur Reinach

 

La galerie

Au dessus des flots, la galerie des Antiques présente une série de onze statues grecques réalisées par l’atelier de moulage du Louvre. Malheureusement, lors de ma visite, cette partie était fermée pour travaux de restauration…

Le jardin

La villa ne comporte pas un très grand jardin, cependant ce dernier reste agréable pour la vue qu’il propose sur la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat et le bord de mer de Beaulieu. Au soleil, exposé plein sud, on s’y sent bien !

 

Après la visite, on peut rejoindre la villa Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat par la jolie promenade Maurice-Rouvier en bord de mer.

On peut également flâner un peu sur le bord de mer de Beaulieu, notamment en direction du port, où on peut s’arrêter pour déguster une glace artisanale, boire un verre ou manger au resto (prix pas vraiment sympathiques…) et admirer la vue sur la mer et les montagnes !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *