Visite de nuit des Grands Appartements du château de Versailles

La nuit dans la Galerie des Glaces du château de Versailles

La nuit dans la Galerie des Glaces du château de Versailles

Inutile de vous présenter le château de Versailles, la plus brillante réalisation du Roi-Soleil ! Si la journée, surtout en haute saison, le château est visité par des hordes de touristes dans une cohue indescriptible, il présente une ambiance très différente une fois la nuit tombée…

Profitant de la nuit des musées en mai 2018, votre souris préférée vous offre une découverte intimiste dans la pénombre des Grands Appartements du château de Versailles. Les photos sont par conséquent un peu sombres ou ont nécessité un sérieux post-traitement. Mais elles ont pour but de partager avec vous cette ambiance très singulière du « Versailles by night ». Suivez-moi ! 😉



Afficher une carte plus grande

Infos pratiques

Le Salon d’Hercule du château de Versailles

Le Salon d’Hercule

Un unique soir de mai chaque année, de nombreux musées, dont une partie du château de Versailles, sont ouverts tardivement et en général gratuitement au public. A Versailles, le Grand Appartement du Roi, la Galerie des Glaces, et l’Appartement du Roi, dont la chambre, étaient ouverts à tous.

Les galeries historiques, les appartements de Mesdames au rez-de-chaussée ou les jardins demeuraient fermés. La chambre de la Reine restait quant à elle fermée car en restauration, depuis déjà 2016…

La visite

On entre, comme d’habitude, par le pavillon Dufour… mais avec la joie de n’y voir absolument aucune file d’attente ! Un coup d’œil sur la cour de Marbre illuminée qu’on traverse, et c’est parti pour la visite !

 

La chapelle

On commence par admirer la chapelle : d’abord du rez-de-chaussée, puis après un coup d’œil sur la galerie de Pierre, on grimpe un escalier à vis dans l’épaisseur du mur de la chapelle. Nouveau coup d’œil depuis la tribune royale à l’étage, que le roi gagnait directement depuis ses appartements.

Sachez que c’est la 5e chapelle successive du château et qu’elle ne fut achevée qu’en 1710 : Louis XIV en profita donc à l’âge de 72 ans ! On ne peut qu’admirer le somptueux plafond peint par Coypel, mais les sculptures de Coustou sont pas mal non plus !

 

Puis on parvient au Grand Appartement du Roi avec le salon d’Hercule et les six salons suivants, presque tous nommés du nom d’un dieu romain et d’un astre. On y admire de superbes lambris de marbre ou des tableaux de peintres célèbres, mais ce sont surtout les plafonds peints qui émerveillent le plus… et peuvent provoquer un torticolis !

Le lieu de résidence du roi est devenu en 1683, après la mort de la reine, un appartement de parade ouvert la journée au public, et de fêtes les soirs dits d' »Appartement », trois fois par semaine d’octobre à Pâques de 18 h à 22 h. Ne vous étonnez donc pas de n’y voir que peu de mobilier : les salles servaient de salles de jeux ou de danse, dotées de pliants, petits tabourets en « X ».

Le Salon d’Hercule

Le Salon d'Hercule du château de Versailles la nuit

Le Salon d’Hercule du château de Versailles la nuit

Ce salon, le plus vaste du château, est entièrement conçu autour de l’immense toile de Véronèse (44 m² !), Le repas chez Simon le Pharisien, offerte par la république de Venise au roi Louis XIV. Mais ce dernier ne vit pas cette salle achevée, les travaux étaient à peine engagés lors de sa disparition le 1er septembre 1715. Dommage…

C’est sous Louis XV que les travaux s’achèvent en 1736, avec le gigantesque plafond peint par Lemoyne, L’Apothéose d’Hercule, de près de 250 m² et comptant 142 personnages ! Alors que Louis XV, admiratif, fit de Lemoyne le premier peintre du Roi, celui-ci, épuisé et dépressif, on dirait aujourd’hui victime d’un burn-out, se suicida six mois plus tard en se perçant de neuf coups d’épée…. oups !

Cette salle servait de lieu de réception ou de somptueuses fêtes royales. Face au Repas chez Simon, remarquez sur la cheminée une autre plus petite toile de Véronèse, Rebecca et Éliézer.

En tout cas, je l’ai trouvée très impressionnante, une des mes préférées !

 

Le Salon de l’Abondance

Les soirs d’Appartement, cette salle offrait trois buffets de boissons chaudes et froides. On ignore si des souris venaient également goûter aux eaux-de-vie ou aux sorbets ! (moi j’aime bien, hum) Au mur, remarquez quatre grands portraits de la famille de Louis XIV. M’intéressant à l’Histoire (oui, les souris cultivées, ça existe !) j’aime bien m’amuser à essayer de reconnaitre les personnages représentés.

 

Le Salon de Vénus

Avec le salon suivant, ce n’était à l’origine qu’une simple salle de passage au sommet de l’escalier – disparu – des Ambassadeurs, d’où la décoration de marbre. Il faut surtout regarder le superbe plafond compartimenté, mais la statue de Louis XIV en costume à l’antique de Jean Warin est vraiment classe. On imagine mal la même avec notre ancien président fan de scooter !

 

Le Salon de Diane

C’était la salle de billard du Roi-Soleil, qui excellait à ce jeu ! Vous ne raterez pas le superbe buste très expressif de Louis XIV à l’âge de 27 ans (1665) par l’italien Bernini dit Le Bernin, typique du génie de cet artiste baroque. Quel panache !

 

Le Salon de Mars

Première salle de l’ancien appartement du Roi, d’où le changement de décor avec du tissus tendu au mur, c’était à l’origine une salle des gardes. Lors des soirs d' »Appartement », elle devient une salle dédiée aux jeux, aux bals et à la musique. Tout ce rouge peut piquer un peu les yeux je trouve…

 

Le Salon de Mercure

C’était une ancienne antichambre devenue – épisodiquement – une chambre de parade, dévolue aux jeux les soirs d' »Appartement ». A la mort du Roi-Soleil, le cercueil fut exposé une semaine entière et veillé jour et nuit pas des ecclésiastiques qui se relayaient pour célébrer une messe permanente toute la matinée !

Le petit-fils de Louis XIV, le futur roi d’Espagne, y dormi trois semaines avant de rejoindre son nouveau royaume.

 

Le Salon d’Apollon ou salle du Trône

S’il ne reste plus du trône que l’estrade (dommage selon moi)… et les trois clous soutenant le dais (levez la tête !), sachez que c’est ici qu’étaient reçus les ambassadeurs. Les soirs d' »Appartement », la salle était consacrée à la musique et à la danse.

 

Le Salon de la Guerre du château de Versailles

Le Salon de la Guerre

Le Salon de la Guerre

Ce salon d’angle fait la jonction entre le Grand Appartement et la Galerie des Glaces.

On ne peut pas rater l’énorme bas-relief ovale de Coysevox sur la cheminée, Louis XIV victorieux et couronné par la Gloire, figurant le roi triomphant de ses ennemis.

Au centre du plafond, admirez La France, portant sur son bouclier le portrait de Louis XIV. Sur les trois autres côtés de la voûte, on note trois figures : l’Allemagne et son aigle, la Hollande et l’Espagne avec leurs lions respectifs.

 

La Galerie des Glaces ou Grande Galerie

Vous êtes venus pour ça n’est-ce pas ? 😉 Longue de 73 mètres, large de 10,5 m et haute de 12 m, ce chef-d’œuvre du peintre Le Brun impressionne depuis son achèvement en 1686. Dix-sept baies vitrées ont en regard autant de panneaux de glace (mais non, il ne s’agit pas de crèmes glacées !).

La fabrication de miroirs était un monopole de Venise à cette époque et il était difficile et donc très couteux d’en réaliser de grands. Louis XIV fit donc réaliser en France les plus grands miroirs possibles afin d’impressionner les visiteurs : c’est réussi ! Tout est ici à la gloire du roi… et de la production française. Le plafond de près de 1000 m² est un ensemble d’allégories à la gloire du Roi-Soleil alors à l’apogée de son règne.

C’est ici que fut signé en 1919 le traité de Versailles, mettant fin à la Première Guerre mondiale, et que furent reçus plusieurs chefs d’États étrangers. La galerie présente son décor de 1770, lors du mariage du dauphin, futur Louis XVI avec Marie-Antoinette d’Autriche.

Je me suis vraiment sentie comme une princesse (j’avais prévu une belle robe !) dans ce lieu. Vraiment magique la nuit ! Et plus appréciable que lors de ma visite diurne, on respire un peu plus ! Mais sachez que déjà à l’époque de Louis XIV, il y avait foule !

 

La Salle du Conseil

On pénètre alors dans l’Appartement du Roi, là où résidait Louis XIV de 1684 à sa mort en 1715. Cet appartement, largement accessible à l’époque en l’absence de sa majesté, avait avant tout un rôle de représentation. Les rois Louis XV et Louis XVI en conserveront l’usage pour les cérémonies de l’étiquette… mais résideront dans de petits appartements privés, loin de la foule des courtisans… et plus faciles à chauffer l’hiver ! C’est que le château de Versailles était plein de courants d’air, Louis XIV n’accordant que peu de considération au confort. Lui n’était pas frileux, contrairement à Mme de Maintenon !

Pas de marbres dans la Salle du Conseil : cette salle a été réaménagée sous Louis XV en élégant style rocaille avec ses boiseries sculptées. C’est ici que se prenaient les grandes décisions politiques du roi en présence de ses ministres, comme en 1775 la participation à la guerre d’indépendance américaine.

 

La Chambre du Roi

Cette chambre est devenue celle de Louis XIV en 1701, puis celle – officielle – de ses successeurs… qui dormaient ailleurs vu l’inconfort des lieux l’hiver ! Située au centre des perspectives du château et de la ville de Versailles, une symbolique forte, s’y déroulaient les cérémonies du Grand Lever et Coucher. La journée, tout le monde pouvait y circuler, les lieux étant (déjà !) publics. La seule obligation était de se courber devant le lit, symbole du pouvoir monarchique. Un garde veillait à ce que les attitudes soient dignes… et empêchait que quiconque ne crache !

Personne ne pouvait passer la balustrade en temps normal, hormis le clergé. Cette salle servait pour les audiences, le trône étant en réalité d’usage exceptionnel pour de grandes réceptions officielles. Le lit « à la française » est dans son état de 1722, première année du règne de Louis XV. Les tableaux tout en haut dans l’attique étaient pour l’essentiel déjà présents du temps de Louis XIV.

 

Le Salon de l’Œil-de-Bœuf

C’est ici que les courtisans attendaient la cérémonie du Lever ou du Coucher du Roi. Souffler le bougeoir du roi était un grand honneur ! Si ce rituel de l’étiquette peut paraître étrange aujourd’hui, je suis sûre que certains sont capables d’imiter leurs ancêtres pour obtenir des faveurs à l’Élysée… 😉 « L’art de donner l’être à des riens » disait Saint-Simon…

Ce salon est en fait constitué de deux petites salles, dont l’ancienne chambre de Louis XIV de 1684 à 1701. L’œil-de-bœuf donne sur la cour de la Reine mais un second, constitué de miroirs, a été ajouté en face : c’est que Louis XIV était un grand fan de symétrie ! Madame de Maintenon disait : « Avec lui, il faut se résoudre à périr en symétrie. »

Remarquez cet étonnant tableau allégorique de Jean Nocret, Les Dieux et les Déesses de l’Olympe sous les traits de la famille royale !

 

L’Antichambre du Grand Couvert, la salle des gardes et l’escalier de la Reine

On traverse la première antichambre ou Antichambre du Grand Couvert, où se déroulait le soir durant 3/4 d’heure le repas en public du roi. Le roi soupait face au public avec un cérémonial très codifié, offrant une véritable représentation théâtrale accompagnée de musique ! Une idée de l’ambiance ? Vous pouvez écouter ici les Symphonies de Delalande qui y étaient jouées.

Je me verrais bien là à me faire servir des victuailles raffinées… Mais savez-vous où étaient préparés les plats… et où logeaient les rongeurs à l’époque ? Et bien dans le Grand Commun, vaste bâtiment situé en ville, juste au sud du château. On ne devait pas manger très chaud à la table royale, surtout l’hiver ! Enfin sachez que seules les duchesses avaient le droit de s’asseoir sur des pliants, les autres devaient admirer debout !

On traverse ensuite une salle des gardes très sobre. Depuis la destruction de l’escalier des Ambassadeurs sous Louis XV, l’escalier de la Reine, avec ses marbres polychromes, est devenu le principal escalier d’accès aux appartements. Il fut édifié par Mansart en 1679.

 

L’avis de la souris

Cette visite singulière dans la pénombre donne une petite idée de l’ambiance des soirées d’Appartement, trois soirs par semaine où le roi Louis XIV offrait à la Cour diverses réjouissances. Ces deux heures à déambuler en petit comité m’ont offert une toute autre vision que celle du château sur-fréquenté en journée, et que j’ai tenté de partager ici avec vous. 🙂

Pour la visite plus classique du château et du domaine la journée, évitez la foule et les mauvaises surprises en lisant absolument tous mes conseils pratiques !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *