Barcelone : le cimetière de Montjuic et son musée

Barcelone est vraiment une ville pleine de surprises et de lieux insolites et « hors du commun » à visiter. Le cimetière de Montjuïc (le plus grand de la ville) en fait partie.

Bâti à flanc de colline face à la mer, à l’écart du centre-ville, il fut ouvert en 1883 pour supplanter le cimetière de Poblenou, devenu trop petit. Il a la particularité d’offrir de beaux exemples d’art funéraire de la fin du XIXe au début du XXe siècle, notamment des sculptures modernistes et « réalistes » ainsi que de grands mausolées néo-gothiques ou éclectiques. Il contient plus de 150.000 tombes, pour une superficie de près de 60 hectares !

À l’entrée du cimetière j’ai pu aussi visiter l’encore plus insolite musée des carrosses funèbres !


Afficher une carte plus grande

Le musée des carrosses funèbres de Barcelone

Commençons la visite par celle de cet étonnant musée ! Autant dire qu’on ne tombe pas dessus par hasard…

Déplacé du quartier du Poblenou (pourtant plus facile d’accès) à l’entrée du cimetière de Montjuïc pour des raisons d’espace, il n’est ouvert que les samedi et dimanche de 10h à 14h, une visite guidée ayant lieu tous les dimanche à midi. Il est gratuit pour tout le monde.

Pour s’y rendre, il faut emprunter le bus 21 (toutes les demi-heure) qui part de l’Avinguda Paral.lel dans le quartier de Poble sec (ça tombe bien, on y était) avec un trajet d’une dizaine de minutes, soit prendre un taxi, ou bien sa propre voiture si vous en avez une sur place. Il faut donc être motivé…

Ce musée propose donc une sélection de carrosses du XIXe siècle ayant servi aux cortèges funéraires. On en trouve des noirs, destinés au plus grand nombre, et des blancs, utilisés pour les obsèques d’enfants, de nonnes ou de jeunes femmes.

On peut aussi voir les premières automobiles (de marques américaines) ayant servi à cet effet dans les années 1950 (et oui, on utilisait encore des carrosses jusqu’à cette époque !).

Certains sont vraiment très beaux et richement décorés, destinés à des gens d’un certain standing, d’autres plus sobres, destinés au plus grand nombre. On apprend également à travers des panneaux à lire que seuls les très pauvres étaient transportés dans des carrosses collectifs, les familles même modestes n’hésitant pas à payer quand même pour un carrosse individuel.

Je vous conseille ce musée si vous comptez visiter le cimetière ensuite, quand on s’intéresse à l’art funéraire il est très intéressant, puis ça change un peu d’autres musées plus classiques… En tout cas, j’ai bien apprécié ma visite !

Le cimetière de Montjuic

Nous y avons donc passé un moment après la visite du musée. Nous étions presque les seuls dans le cimetière ! Pour être honnête cela faisait du bien de s’éloigner un peu de la foule en ce samedi après-midi. Il faisait beau, les oiseaux gazouillaient, que demander de plus ?

Attention quand même, prévoir à manger au cas où car il n’y a absolument rien dans le cimetière ou alentours, juste quelques fontaines d’eau (déjà ça…), et prendre ses précautions dans les toilettes à l’entrée, car il n’y en a plus du tout après. Le cimetière étant construit à flanc de colline, il faut donc gravir plusieurs pentes et/ou escaliers pour en faire le tour.

Vous pouvez ensuite ressortir par en haut (au milieu de nulle part en fait…) en plein sur la colline de Montjuïc mais non loin du trajet du bus 150 qui part de la place d’Espagne pour atteindre le château de Montjuic, tout au sommet).

Vous pouvez vous procurer le plan du cimetière à l’entrée. Plusieurs parcours de visite sont inscrits : le parcours artistique, recensant les plus belles tombes, le parcours historique, pour se rendre sur les tombeaux de personnages historiques (comme le grand poète catalan Jacint Verdaguer), et un troisième mêlant les deux (ce que nous avons fait). En tout nous y avons passé presque 3 h (avec quelques pauses, la grimpette, ça fait mal aux pattes !)

Le bas du cimetière offre déjà de beaux exemples de sépultures un peu originales et bien travaillées, notamment de styles moderniste, réaliste, ou plus classique. On y trouve de très beaux mausolées néo-gothiques ou néo-classiques, notamment celui de la famille Batllo, de style néo-égyptien, et une chapelle néo-romane.

Bien sûr, les noms des occupants ne m’ont pas forcément évoqué grand-chose, mais j’ai apprécié de flâner ici, au calme, et d’admirer les jolis sculptures funéraires. Oui, je suis une souris avec des gouts éclectiques !

En grimpant on retrouve un peu le même style de tombeaux et mausolées, avec un peu plus d’exemple d’architecture funéraire moderniste.

On aperçoit de plus en plus le port industriel de Barcelone (moche, comme tous les ports de commerce). Dommage aussi que le bruit de l’autoroute urbaine vienne perturber la tranquillité des lieux. Un petit jardin fut implanté sur les hauteurs.

Plus haut, on trouve surtout des niches dans lesquelles reposent les urnes funéraires (pas trop d’équivalent dans nos cimetières). Vers la sortie j’ai pu jouir d’une superbe vue sur les éléments des Jeux Olympiques de 1992 mais aussi sur l’arrière du musée national d’art de Catalogne.

En sortant, nous avons poursuivi notre grimpette jusqu’au château de Montjuic, pour observer la vue sur la ville et surtout le vieux port, mais ce sera pour un autre article ! On a eu bien mal aux pattes le lendemain en tout cas !

Découvrez aussi le cimetière de Poblenou et son quartier

Ou restez à Montjuic pour découvrir le Poble Espanyol

Revenez à l’article principal

One Response to Barcelone : le cimetière de Montjuic et son musée

  1. ElCaribou dit :

    Ca avait l’air mortel comme visite en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *