Barcelone : le quartier de Poblenou et son cimetière

Le quartier du Poblenou (qui signifie « nouveau village » en catalan) est situé au nord-est de la vieille-ville et occupe une bonne partie du front de mer. Il s’agit de l’ancien quartier industriel de Barcelone (le « Manchester catalan »), on y trouve encore des usines en friches ou bien reconverties en lofts, magasins… Une partie du quartier se convertit aussi en centre d’affaires, avec des immeubles modernes qui poussent comme des champignons. On y trouve déjà la célèbre Torre Agbar, dessinée par l’architecte français Jean Nouvel. Le reste du quartier est un mix entre immeubles anciens et modernes. En tout cas il est plutôt préservé des touristes ce qui lui confère un aspect authentique ! Jean Nouvel est aussi le créateur du parc du centre du Poblenou.


Afficher une carte plus grande

Nous nous y sommes rendus à deux reprises : la première dans l’espoir de visiter le musée des Corbillards anciens (oui, original), qui devait se trouver au siège des services funéraires de la ville, comme indiqué sur le site officiel. Malheureusement le site n’est pas à jour et le musée se situe désormais dans le cimetière de Montjuïc, à l’opposé ! Tant pis… Nous avons donc décidé d’approcher la Torre Agbar (ne se visite pas) et avons aussi découvert le marché aux puces, à l’architecture contemporaine originale. Près de la Torre Agbar, sur la place des Gloriès, se trouve aussi le nouveau musée du Design, dans lequel ont été  transférées les collections de l’ancien musée de Pedralbes, à savoir des costumes, céramiques et arts décoratifs. Il nous faudra donc revenir pour le visiter ! Aux alentours, peu de rues animés, des terrains quelque peu en friche, des immeubles modernes en construction…

Notre second tour dans le quartier eu lieu deux jours plus tard dans l’optique de visiter son cimetière. Nous en avons profité pour faire un tour sur la Rambla de Poblenou, le cours animé du quartier, avec ses terrasses de cafés et petits restos, le tout moins cher qu’en plein centre touristique. Aux alentours de la Rambla, moins de friches industrielles, et un mélange d’immeubles anciens et modernes. Moins de voitures que dans l’Eixample (ouf), et une animation moyenne en ce dimanche de mars (à part un peu sur la Rambla) mais il faut dire que le temps donnait plutôt envie de rester chez soi…

 

 

Le cimetière de Poblenou

le Baiser de la mort

le Baiser de la mort

Il s’agit là du premier cimetière créé hors de la vieille ville de Barcelone, en 1775. Il fut détruit par les troupes napoléoniennes et reconstruit en 1819. Emblématique de son époque, il est connu pour son intéressante architecture funéraire, de style néo-classique, néo-gothique, et surtout éclectique et moderniste !

Aimant bien nous balader dans les cimetières pour leur côté apaisant, celui-ci nous paraissait indispensable à découvrir ! Il ne parait pas forcément si grand mais il est très dense et nous y avons passé environ une heure et demi. Nous déplorons que certaines parties soient mal entretenues (voire à l’abandon…).

Sculpture funéraire moderniste notable : le Baiser de la mort ! La mort sous forme de squelette qui embrasse le (futur) défunt. Impressionnant !

Pour s’y rendre vous pouvez emprunter la ligne 4 du métro, stations Llacuna ou Poblenou. Il est ouvert tous les jours de 8 h jusqu’à 18 h et il existe même des visites guidées ! Notez que les photos y sont officiellement interdites… ce qui est bien sûr compréhensible lors de cérémonies, mais franchement incongru lorsqu’il n’y a personne comme lors de notre visite ! Mais la surveillance semble inexistante…

Site officiel du cimetière avec plan

Nous sommes ensuite descendus vers le bord de mer, tout proche, mais ce sera pour un autre article…

Revenez à l’article principal de Barcelone

Commencez l’itinéraire moderniste

2 Responses to Barcelone : le quartier de Poblenou et son cimetière

  1. Yes génial ! J’adore !

  2. movers sydney dit :

    Ahaa, its good dialogue concerning this article at this place at this blog, I have read all that, so now me also commenting here.|

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *