Barcelone : les immeubles modernistes de l’Eixample (gauche)

Après avoir parcouru l’Eixample à la recherche d’immeubles modernistes sur le Passeig de Gracia, la Diagonal, et la partie droite du quartier (dénomination officielle), allons maintenant voir du côté de l’Eixample gauche. Ce quartier semble moins cossu que la droite et on y trouve un peu moins d’édifices modernistes, mais tout de même assez pour une « petite » balade, de quoi se muscler les pattes, surtout que ça grimpe !


Afficher une carte plus grande

 

La casa Fajol

Nous avons débuté notre balade depuis la plaça d’Espanya, limite du quartier. Juste à côté du centre commercial des anciennes arènes se trouve la casa Fajol, plutôt simple mais remarquable par son énorme papillon de céramique tout en haut du bâtiment.

La casa de la Lactancia

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la casa de la Lactancia, qui se traduit par « maison de l’allaitement », (475 Gran Via de les cortes catalanes) une des plus notables du quartier, d’inspiration gothique et à la façade bleue, ce qui tranche avec les immeubles plutôt ternes de cette longue et large avenue (pleine de voitures donc pas très agréable).

Nous fûmes cependant très déçus de trouver cette perle en travaux… de surélévation ! Quelle idée d’ajouter des étages modernes à ce bijou moderniste. On se demande quel est l’idiot à avoir autorisé un tel permis de construire… Cerise sur la gâteau, à cause des travaux l’intérieur était inaccessible (ouvert normalement au public) et la vue bouchée par les échafaudages, grr ! Le temps plus que médiocre et grisâtre n’arrangeait rien non plus.

La casa Goldferichs

Juste à côté on peut admirer la casa Golferichs, surnommée jusqu’à il y a peu « le chalet », grande maison d’inspiration néo-gothique avec une remarquable fenêtre d’angle. À l’intérieur se tenait un cours d’espagnol pour étrangers, bon à savoir si vous souhaitez vous perfectionner !

Le quartier comporte d’autres immeubles intéressants que l’on ne retrouve pas dans les guides. Comme ailleurs, nous nous baladons le nez en l’air. Si les autres immeubles sont plus « simples », ils n’en restent pas moins caractéristiques de l’architecture de l’époque moderniste et typiques de Barcelone.

On notera également que ce quartier regorge de petits restos ou cafés de quartier pas forcément très chers (les touristes ne se baladent pas trop dans le coin, il n’y a bien que les souris curieuses pour se perdre ici…), idéal pour une pause déjeuner ou goûter. Nous n’en avions cependant pas eu le temps, nous dirigeant vers l’université industrielle de Barcelone, avant qu’il ne fasse trop sombre…

Universitat industrial de Barcelone

Située à la limite de l’Eixample dans un quartier moins attractif visuellement (un euphémisme pour dire « moche »), il s’agit à l’origine de deux usines de l’époque moderniste, reconverties par la suite en école d’ingénierie industrielle en 1927. Deux bâtiments furent alors ajoutés : le bâtiment d’accès central et le hall de résidence des étudiants. Bon à savoir, à l’entrée on trouve un petit café vraiment très bon marché, idéal pour se reposer les pattes après une telle balade !

 

Dans ce quartier se trouve aussi quelques éléments insolites et anecdotiques, tel que le premier feu de circulation de Barcelone, un peu de « street art » parterre et une vieille horloge au-dessus d’un garage. Le guide « Barcelone insolite » permet de dénicher quelques curiosités.

La Rambla de Catalunya

Nous terminerons la visite par la Rambla de Catalunya. Il s’agit d’une avenue semi-piétonne parallèle au Passeig de Gracia, partant de la Plaça de Catalunya pour arriver en pente jusqu’à la Diagonal. Elle est très vivante avec ses nombreux cafés et salons de thé (on ne s’est pas privé !) et bars à tapas. Le terre-plein central où les gens se promènent fait aussi office de terrasse (bon en hiver, nous n’étions pas motivés pour en profiter).

En plus de son animation, la Rambla de Catalunya présente aussi de jolies façades modernistes et un visage plutôt homogène, même si quelques horreurs modernes viennent quelque peu y gâcher la vue… On notera surtout la casa Serra, située tout en haut de la Rambla, œuvre de Josepg Puig y Cadalfach, accolée à un édifice très moderne en verre. Quel contraste ! Originale aussi, la casa Fargas, au 47.

La tienda del espia

Autre curiosité mentionnée sur le guide « Barcelone insolite », la tienda del espia, ou la boutique de l’espion en français (au Comte d’Urgell 168-170). Vous y trouverez tout le matériel nécessaire au parfait détective, notamment des caméras miniatures, appareil photos cachés dans un stylo ou des lunettes de soleil, micros… J’aurais bien pris un appareil photo espion pour emmener dans les musées où les photos sont interdites (entre autres) mais c’était quand même cher pour ma bourse de souris « sans dents ».

Ainsi s’achève la visite de l’Eixample et de ses nombreux immeubles modernistes qui font le charme et l’originalité de Barcelone !

Retourner à la page sur le modernisme

Ou sur la page principale de la ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *