Itinéraire des immeubles modernistes de l’Eixample à Barcelone : parcours en photos

La plupart des immeubles modernistes de Barcelone se situent dans le quartier de l’Eixample, lui-même divisé en deux parties : la droite et la gauche, dont le Passeig de Gracia constitue la séparation (pas trop compliqué, ça va). 😉

Nous commencerons d’abord notre itinéraire des plus belles façades à la partie droite de l’Eixample puis à la gauche.

Les immeubles modernistes de l’Eixample droit

Plan de l’Eixample droit


Afficher une carte plus grande

Là encore, nous pouvons diviser la balade en deux parties : tout ce qui se trouve près de la Sagrada Familia, et ce qui se rapproche du Passeig de Gracia.

La casa Macaya

Commençons d’abord par la superbe casa Macaya, située au 106 passeig de Sant Joan (métro Verdaguer, L4 et L5). Il s’agit d’une œuvre de l’architecte Josep Puig i Cadalfach, à qui on doit de nombreuses constructions dans la ville. Cette partie de l’Eixample était très prisée de la haute bourgeoisie et la maison fut construite pour abriter une seule famille.

Elle présente de nombreuses références à l’architecture médiévale, notamment sa très belle cour intérieure et son escalier. La façade est décorée de sgraffites (comme on en trouve ailleurs dans l’architecture catalane) et de pierres sculptées qui ornent les portes et les fenêtres. On remarquera notamment deux sculptes montrant le progrès de l’époque : un homme sur son âne et un autre sur sa bicyclette !

La casa Macaya appartient à la fondation Caixa. Bien qu’elle abrite surtout des bureaux on peut pénétrer dans le hall et la cour intérieure. Quelques vidéos et photos présentent le modernisme et l’Art nouveau en Europe.

Conservatoire municipal de musique

Situé un peu plus loin au 104-112 carrer del bruc. Il s’agit d’un édifice évoquant un mini château, avec ses deux tourelles et ses fenêtres à l’aspect médiéval. Sympa d’étudier la musique dans une environnement comme cela !

Aux alentours, en se rapprochant peu à peu du Passeig de Gracia, on peut admirer bon nombre d’édifices modernistes. Encore une fois, un vrai bonheur quand on apprécie ce style et qu’on aime bien voir des bâtiments qui sortent de l’ordinaire !

Parmi les plus notables on peut en mentionner trois. La casa Cabot (8-14 carrer de Roger de Llúria), avec une façade qui a du chien (!), la casa Manuel Felip ( 20 carrer d’Ausiàs Marc) au toit ondulant.

Mais surtout le palau Montaner (278 carrer de Mallorca) un des rares exemples de maisons privées et complètement indépendantes de l’Eixample. Il est œuvre de plusieurs architectes comme Lluis Domenech i Montaner, dont on peut admirer les mosaïques qui ornent les étages supérieurs. Il s’agit désormais du siège de la délégation du gouvernement en Catalogne.

La casa Thomas

Située au 291 carrer de Mallorca, il s’agit là aussi d’une œuvre de Domenech i Montaner. Il s’agissait à la base d’un petit immeuble de deux niveaux seulement : un atelier au rez-de-chaussée et un appartement à l’étage.

Trois autres niveaux furent ajoutés bien des années plus tard par un autre architecte (Francesc Guardia i Vial ) en respectant le style original. La façade est décorée de carreaux de céramique qui se reflètent au soleil ! L’ancien atelier abrite désormais un magasin de meubles design.

La casa Lamadrid

Autre œuvre de Domenech i Montaner (113 carrer de Girona), il s’agit d’une façade plus sobre qu’à l’accoutumée même si on peut remarquer les motifs floraux qui ornent les balcons du premier étage. La porte d’entrée de l’immeuble étant ouverte, nous avons pu prendre quelques photos ! 😉

Repartons un peu plus loin en nous rapprochant de la Sagrada Familia.

Toujours le nez en l’air (attention aux poteaux !), on peut admirer notamment la casa Llopis Bofill (339 carrer de Valencia) avec sa façade blanche aux décorations florales en sgraffites ; la casa Josefa Villanueva (80 carrer de Roger de Llúria) très bel immeuble d’angle qui se distingue par ses loggias centrales ; la casa Planells (322 carrer de Sicilia) encore plus près de la Sagrada Familia, petit immeuble d’angle tout en courbes.

Pour finir, on peut aussi inclure dans la liste la Plaza de Toros, les anciennes arènes de Barcelone, devenues musée taurin, modernistes mais aussi d’inspiration mudéjare (néo-mauresque).

Ainsi s’achève cette promenade dans cette partie de l’Eixample, où les beaux immeubles, parfois semblent surgis de contes de fées ou d’un parc d’attraction. Ils nous font oublier les larges avenues et leurs nombreuses voitures roulant à vive allure, ou bien les horreurs construites dans les années 1970 entre deux édifices modernistes.

Toujours dans cette partie de l’Eixample, tout près de la Sagrada Familia, on peut visiter un véritable chef d’œuvre du mouvement moderniste et le plus grand ensemble de ce style : l’hôpital de Sant Pau.

Les immeubles modernistes de l’Eixample gauche

Après avoir parcouru l’Eixample à Barcelone à la recherche d’immeubles modernistes sur le Passeig de Gracia, la Diagonal, et la partie droite du quartier (dénomination officielle), allons maintenant voir du côté de l’Eixample gauche.

Ce quartier semble moins cossu que la droite et on y trouve un peu moins d’édifices modernistes, mais tout de même assez pour une « petite » balade, de quoi se muscler les pattes, surtout que ça grimpe ! 😉

Plan de l’Eixample gauche


Afficher une carte plus grande

La casa Fajol

Nous avons débuté notre balade depuis la plaça d’Espanya, limite du quartier. Juste à côté du centre commercial des anciennes arènes se trouve la casa Fajol, plutôt simple mais remarquable par son énorme papillon de céramique tout en haut du bâtiment.

La casa de la Lactancia

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la casa de la Lactancia, qui se traduit par « maison de l’allaitement », (475 Gran Via de les cortes catalanes). C’est une des plus notables du quartier, avec son inspiration gothique et sa façade bleue, ce qui tranche avec les immeubles plutôt ternes de cette longue et large avenue (pleine de voitures donc pas très agréable).

Nous fûmes cependant très déçus de trouver cette perle en travaux… de surélévation ! Quelle idée d’ajouter des étages modernes à ce bijou moderniste. On se demande quel est l’idiot à avoir autorisé un tel permis de construire…

Cerise sur la gâteau, à cause des travaux l’intérieur était inaccessible (ouvert normalement au public) et la vue bouchée par les échafaudages, grr ! Le temps plus que médiocre et grisâtre n’arrangeait rien non plus.

La casa Goldferichs

Juste à côté on peut admirer la casa Golferichs, surnommée jusqu’à il y a peu « le chalet », grande maison d’inspiration néo-gothique avec une remarquable fenêtre d’angle. À l’intérieur se tenait un cours d’espagnol pour étrangers, bon à savoir si vous souhaitez vous perfectionner !

Le quartier comporte d’autres immeubles intéressants que l’on ne retrouve pas dans les guides. Comme ailleurs, nous nous baladons le nez en l’air. Si les autres immeubles sont plus « simples », ils n’en restent pas moins caractéristiques de l’architecture de l’époque moderniste et typiques de Barcelone.

On notera également que ce quartier regorge de petits restos ou cafés de quartier pas forcément très chers : les touristes ne se baladent pas trop dans le coin, il n’y a bien que les souris curieuses pour se perdre ici… C’est idéal pour une pause déjeuner ou goûter ! Nous n’en avions cependant pas eu le temps, nous dirigeant vers l’université industrielle de Barcelone, avant qu’il ne fasse trop sombre… (quel courage ces souris…) 😉

Universitat industrial de Barcelone

Située à la limite de l’Eixample dans un quartier moins attractif visuellement (un euphémisme pour dire « moche »), il s’agit à l’origine de deux usines de l’époque moderniste, reconverties par la suite en école d’ingénierie industrielle en 1927.

Deux bâtiments furent alors ajoutés : le bâtiment d’accès central et le hall de résidence des étudiants. Bon à savoir, à l’entrée on trouve un petit café vraiment très bon marché, idéal pour se reposer les pattes après une telle balade !

Dans ce quartier se trouve aussi quelques éléments insolites et anecdotiques, tel que le premier feu de circulation de Barcelone, un peu de « street art » parterre et une vieille horloge au-dessus d’un garage. Le guide « Barcelone insolite » permet de dénicher quelques curiosités.

La Rambla de Catalunya

Nous terminerons la visite par la Rambla de Catalunya. Il s’agit d’une avenue semi-piétonne parallèle au Passeig de Gracia, partant de la Plaça de Catalunya pour arriver en pente jusqu’à la Diagonal.

Elle est très vivante avec ses nombreux cafés et salons de thé (on ne s’est pas privé !) et bars à tapas. Le terre-plein central où les gens se promènent fait aussi office de terrasse (bon en hiver, nous n’étions pas motivés pour en profiter).

En plus de son animation, la Rambla de Catalunya présente aussi de jolies façades modernistes et un visage plutôt homogène, même si quelques horreurs modernes viennent quelque peu y gâcher la vue…

On notera surtout la casa Serra, située tout en haut de la Rambla, œuvre de Josepg Puig y Cadalfach, accolée à un édifice très moderne en verre. Quel contraste ! Originale aussi, la casa Fargas, au 47.

La tienda del espia

Autre curiosité mentionnée sur le guide « Barcelone insolite », la tienda del espia, ou la boutique de l’espion en français (au Comte d’Urgell 168-170). Vous y trouverez tout le matériel nécessaire au parfait détective, notamment des caméras miniatures, appareil photos cachés dans un stylo ou des lunettes de soleil, micros…

J’aurais bien pris un appareil photo espion pour emmener dans les musées où les photos sont interdites (entre autres). Mais c’était quand même cher pour ma bourse de souris « sans dents ».

Ainsi s’achève la visite de l’Eixample et de ses nombreux immeubles modernistes qui font le charme et l’originalité de Barcelone ! 😉

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Retourner à la page sur le modernisme catalan à Barcelone

Ou sur la page principale de la ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *