Visite du musée du costume de Madrid (museo del traje)

musée du costume à MadridLe musée du costume de Madrid, ou museo del traje en espagnol, ouvrit ses portes en 2004 dans le quartier universitaire de Moncloa, à quelques encablures du musée d’Amérique.

Il retrace à travers un parcours chronologique l’évolution de la mode et de l’habillement du XVIIIe siècle à nos jours, présentant robes, costumes masculins, accessoires, chaussures, chapeaux…

Suivez la souris pour une petite visite virtuelle !


Afficher une carte plus grande

 

Comment s’y rendre

Bien que quelque peu excentré, il vaut à mon avis le coup pour les fans de mode ou amateurs de belles robes ! (ce qui est mon cas comme vous avez pu le constater). Il s’agit donc d’un musée que je voulais voir lors de ce séjour à Madrid !

Pour s’y rendre, station ciudad universitaria sur la ligne 6 ou station Moncloa sur la ligne 3. Le musée se trouve au 2, avenue Juan de Herrera., à environ 7-8 mn de marche.

Tarifs et horaires

Le musée est ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 19h et le dimanche (et jours fériés) de 10h à 15h. En 2018 le prix d’entrée est de 3€, gratuit pour tous le samedi, et le reste du temps pour les de -18 ans et les plus de 65 ans, les étudiants de 18 à 25 ans, les demandeurs d’emploi… Infos sur le site officiel.

Il n’est situé qu’à quelques minutes de marche du métro Ciudad universitaria (le plus proche), dans le quartier universitaire comme son nom l’indique. Il s’agit d’un quartier moderne sans aucun charme ni animation dans les rues, mais plutôt verdoyant. De quoi découvrir un autre visage de la capitale espagnole, pas si loin du centre…

 

La visite

musée du costume à MadridSitué dans un édifice moderne des années 70, la collection permanente se déploie au premier étage. Il m’a fallu environ 1h30 pour tout voir, en prenant mon temps, il est vrai.

Le parcours est chronologique et propose des exemples d’habillements à partir du XVIIIe siècle, ce qui existait avant étant trop fragile pour être parvenu jusqu’à nous. Pour des raisons de conservation, les œuvres sont d’ailleurs peu éclairées.

Le musée comporte un fond bien plus important de pièces, mais celles-ci sont présentées par roulement et dans le cadre d’expositions temporaires, comme bien souvent dans ce genre d’établissements dédiés à la mode (le palais Galliera de Paris par ex ne propose pas d’exposition permanente).

La muséographie est plutôt bien faite, des écrans tactiles proposant des informations supplémentaires. Par ailleurs, le site du musée propose une visite virtuelle ainsi que des photos des pièces exposées.

Voici donc une petite sélection de ce qu’on trouve dans le musée, afin de vous en faire un petit résumé !

 

La mode du XVIIIe siècle

On retrouve des vitrines présentant divers exemples de tenues selon les occasions, telles que « la soirée musicale », et « la promenade des élégants », l’art du paseo étant déjà très imprégné dans la culture espagnole.

On peut également admirer des chaussures, des bourses, des éventails… Pour ma part, j’aime beaucoup les robes de cette époque, comme j’ai pu également en voir lors d’une exposition au château de Champs-sur-Marne ! Fines et élégantes, souvent fleuries, de même que les costumes masculins.

 

La mode au XIXe siècle

De la fin du XVIIIe au début du XXe siècle (la Belle Époque) nous pouvons voir l’évolution de l’habillement. Simplifié lors de la période « empire », il se complexifie de nouveau à la fin du siècle, avec son avalanche de crinoline, corset, baleine, faux cul (ça, ce n’est pas ce qui manque aujourd’hui, hum)… Le corps féminin doit répondre à des critères de beauté qui varient au fil du temps, bien souvent au détriment du confort ! Mon côté féministe s’insurge quelque peu, même s’il est vrai qu’il faut bien souffrir pour être belle…

Nous voyons ici « le classicisme et la bourgeoise », le « majismo » avec notamment des costumes trois pièces masculins, mais également les robes de soirées, très codifiées. À la Belle Époque, on utilisait différents vêtements selon les occasions : pour recevoir, se promener au parc, sortir en ville… Une vitrine évoque également l’évolution des sous-vêtements à travers les époques.

 

La mode du XXe siècle

Nous entrons ici dans la partie la plus grande du musée ! Une salle est dédiée au créateur Mario Fortuny. Nous passons ensuite voir les robes des années folles de l’entre-deux-guerres, puis les vêtements portés pendant la guerre, avant de poursuivre avec les années 1950, et les début de la haute couture, la part belle étant faite à Cristobal Balenciaga. L’exposition permanente se termine avec les créations des années 80 et 90.

 

Costumes traditionnels régionaux

Une partie est consacrée aux costumes régionaux espagnols, malheureusement nous n’avons pu en voir qu’une vitrine, le reste étant fermé ce jour-là…

 

Exposition temporaire du 1er étage

Le niveau où se trouve la collection permanente présentait également quelques robes dans le cadre d’expositions temporaires. Outre quelques créations originales contemporaines, on pouvait admirer des robes sur la thématiques « fruits et légumes ». Plutôt réussies selon moi, et ça m’a donné faim ! (bon, il m’en faut peu, c’est vrai…)

 

Exposition sur Tino Casal

Le rez-de-chaussée comporte quelques salles dédiées aux expositions temporaires. Lorsque nous y étions, elle était consacrée au chanteur espagnol Tino Casal, star des années 1980. Je dois avouer que je ne connaissais pas du tout ce monsieur, je suis entrée par curiosité ! J’ai donc pu admirer ses costumes de scène très rock ! Cela plaira sans doute à ses fans.

 

Après 2h à piétiner, je commençais à avoir mal aux pattes et au dos ! Une pause était bienvenue pour reprendre des forces avant de repartir visiter un autre musée ! Cela tombait bien, un restaurant/salon de thé est présent au rez-de-chaussée, donnant sur un jardin… de quoi se faire plaisir avec un bon cappuccino après la visite !

cappuccino au musée du costume de Madrid

 

 

 

 

 

 

 

Retourner à l’article principal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *