Le palais Youssoupov à Saint-Pétersbourg : visite, photos, prix, horaires

façade du palais Youssoupov sur la MoïkaLe palais Youssoupov de la Moïka est sans doute le plus beau palais de Saint-Pétersbourg ! Il fait selon moi partie des « incontournables » à ne pas rater lors d’un passage dans la ville des tsars.

Offrant une décoration éclectique typique de la seconde moitié du XIXe siècle, on prend plaisir à arpenter ses différentes pièces, et à s’imaginer comment vivaient les Youssoupov, parmi les plus riches et influentes familles aristocratiques du pays.

Le palais est également célèbre pour avoir été le lieu d’assassinat de Grigori Raspoutine, et en propose également une reconstitution !

Je vous propose de me suivre pour une visite toute en photos ! Suivez la souris 😉 .


Afficher une carte plus grande

 

Informations pratiques

Comment se rendre au palais Youssoupov

Le palais est situé sur les rives de la Moïka, au 94. La station de métro la plus proche est Admiralteïskaya sur la ligne 5, mais il vous faudra encore marcher plus d’un kilomètre. Bon, sur les rives du canal, ce n’est pas désagréable !

Selon le lieu de votre logement, il peut être préférable de prendre un bus qui rapproche encore plus, tels que le 3 ou le 27, ou encore le 5 et le 22 qui laissent un peu plus loin.

Cliquez ici pour le plan des transports terrestres de Saint-Pétersbourg en haute résolution.

ATTENTION : pour les visiteurs individuels l’accès se fait par l’arrière au 21 rue des Decabristes (Dekabristov), l’entrée sur la Moïka est réservée aux groupes !

Les horaires

Le palais est ouvert tous les jours de 11h à 18h (oui, ça ouvre tard…). Les caisses ouvrent de 10h45 à 17h. Dans les faits, le palais ferme un peu après 18h, on ne vous mettra donc pas à la porte avant !

Attention, le site indique que les caisses sont fermées de 13h30 à 14h et de 15h30 à 16h pour les visiteurs individuels, mais nous sommes arrivés à 15h30 pile et tout était ouvert. Il y avait par ailleurs deux caisses.

Le jardin est en entrée libre de 10h à 21h.

La visite  guidée du « tour Raspoutine » ne s’effectue que certains jours à 17h, et seulement en russe (très intelligent pour un palais très visité par les étrangers…)

Les tarifs

Ce palais est hélas un peu une usine à gaz russe… Le prix de la visite libre d’une partie du palais est de 700 roubles (500 pour les -18 ans et les étudiants munis de leur carte internationale), mais prévoyez 1000 roubles de caution pour l’audio-guide qui semble obligatoire.

Certaines parties du palais ne sont accessibles qu’en visite guidée, et en russe ! C’est le cas pour le fameux « Rasputin tour », à 350 roubles l’entrée, pour les appartements princiers (400 roubles). Une visite combine les appartements du dernier couple Youssoupov et la reconstitution du meurtre de Raspoutine , pour 400 roubles. Ces visites n’ont pas lieu tous les jours, mais honnêtement ce n’est pas très clair… il ne devait pas y avoir le jour où nous y étions, mais en fait si..

Infos sur le site officiel.

Combien de temps pour la visite ?

L’audioguide dure un peu plus d’une heure, ce qui vous donne une petite idée du temps à consacrer à la visite. Pour ma part, le temps d’admirer les détails et de faire des photos, j’y ai passé un peu moins de 2h.

Une brève histoire et présentation du palais

palais Youssoupov sur la Moïka

le palais sur la Moïka

Le palais fut construit en 1770 par l’architecte français Vallin de la Mothe, mais il ne reste aujourd’hui plus grand-chose du bâtiment d’origine ! En 1830, Nikolaï Boris Youssoupov racheta le palais et le fit presque entièrement reconstruire selon les goûts de l’époque ! Celui-ci ne cessa d’être modifié, embelli, et présente donc de nos jours une superposition de styles.

Les Youssoupov, aux origines tatares, faisaient partie des plus grandes et plus riches familles aristocratiques de la Russie impériale. Collectionneurs et philanthropes, au cours des décennies ils acquièrent bon nombre d’œuvres d’art ! Cependant, vous n’en verrez pas grand-chose, elles furent confisquées lors de la Révolution bolchevique et réparties dans plusieurs grands musées de Russie, notamment le proche Ermitage.

portraits de la famille Youssoupov

la famille Youssoupov

Le palais est connu pour avoir été le lieu de l’assassinat du mystérieux Raspoutine fin 1916, mais je vous en parlerai un peu plus bas ! 😉 Félix Youssoupov, l’héritier, participa activement à ce crime et dût ensuite quitter la capitale. La Révolution l’en chassera définitivement…

Le palais survécut aux troubles de la période révolutionnaire en abritant les consulats de Suède et d’Allemagne de 1917 à 1919, puis devint le musée de la vie de la noblesse jusqu’en 1925. Il abrita ensuite le Palais de la culture de travailleurs de l’enseignement, ce qui contribua encore une fois à sa préservation.

Il fut gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale mais pu être restauré petit à petit. C’est de nos jours un témoignage précieux de la vie de la noblesse pré-Révolution et des goûts de l’époque en matière de décoration intérieure.

 

La visite « libre » du palais Youssoupov

C’est parti pour la visite de ce magnifique palais ! Nous passons d’abord par le petit jardin pour accéder aux caisses, avant de pénétrer dans la grande cour. Il faut descendre au niveau inférieur pour déposer ses manteaux aux vestiaires, récupérer les audio-guides (on n’oublie donc pas de prévoir 1000 roubles par audioguide pour la caution !) et le plan de visite.

Le premier étage

plan de l'étage du palais Youssoupov

Plan en plus grande résolution

Nous suivons l’audioguide  (par ailleurs un peu ennuyeux parfois…) et démarrons donc la visite par le premier étage (oui, c’est original, on ne commence pas au rez-de-chaussée). Nous sommes de suite éblouis par le très bel escalier d’apparat qui nous accueille en grande pompe ! Ici tout est en marbre ! Il fut fabriqué en France et acheminé par petits morceaux. Et oui, on retrouve la French touch, on avait la côte…

Le vestibule n’est pas mal non plus, même si plus simple…

La visite se poursuit avec le salon des Gobelins ou salon des tapisseries, ainsi nommé car on y trouvait plusieurs tapisseries de cette fameuse manufacture parisienne (oui encore de la déco française…). Hélas aujourd’hui ce sont seulement des copies qui ornent les murs, mais c’est quand même pas mal ! Les murs offrent par ailleurs de belles boiseries, et ne manquez pas d’admirer le plafond !

Nous poursuivons avec plusieurs jolies salles d’apparat : la chambre bleue (assortie à ma robe du jour, tant mieux !), la grande rotonde (néo-classique), le salon bleu, le salon rouge, puis enfin le salon vert, en style « empire russe », un peu plus intimiste avec une belle cheminée de malachite. J’ai vraiment aimé les plafonds, ne manquez donc pas de lever les yeux !

Fin des salons d’apparat, place à la salle de bal ! Évidemment pas de mobilier, mais un beau décor bleu et blanc, là encore comme ma robe ! La salle est attenante à celle des banquets, où l’orchestre jouait également lors des soirs de bal (logique, c’est à côté). Bon, je suis moins fan de la déco très néo-classique mais ça reste pas mal. Petit détail : les lustres sont en fait en papier mâché, sinon ils seraient trop lourds ! Personnellement, je n’y ai vu que du feu !

J’ai également pu admirer la vue sur le canal Moïka.

Suivent plusieurs anciennes salles d’exposition en enfilade. C’est là que les Youssoupov gardaient leurs trésors ! Hélas, tout fut raflé pendant la révolution et les riches collections de la famille ornent désormais les cimaises de l’Ermitage. Mais nous pouvons tout de même voir quelques copies et portraits de famille, statues, etc. Mention spéciale encore une fois aux plafonds, et à la Rotonde de Canova (où on ne verra plus rien du maître italien).

Dans la salle romaine, la dernière, deux lions gardent jalousement une mystérieuse porte. Même si c’est très joli, je dois avouer qu’en tant que souris j’en ai marre de voir des félins partout dans la ville ! Un escalier nous invite à descendre… Mais où donc cela mène-t-il ? 😉

Et bien au théâtre du palais ! Et oui, très impressionnant, on ne s’attend pas forcément à trouver un joli théâtre plein de dorures au milieu d’un palais urbain ! Zinaïda Youssoupov (mère de Félix) aimait jouer la comédie, mais cela ne se faisait pas pour une dame de son rang, elle se contenta donc de jouer dans son théâtre privé, un peu comme notre Marie-Antoinette au petit Trianon d’ailleurs.

J’ai été très impressionnée par cette superbe salle, qui reprend les mêmes proportions que la Scala de Milan, en plus petit, mais en tout aussi luxueux ! Des concerts y sont encore parfois donnés, hélas, pas quand nous y étions. En tout cas, c’est LA salle où tout le monde vient prendre la pose, j’ai donc fait pareil.

Quant à la mystérieuse porte du dessous gardées par les horribles lions, et bien, il s’agit de l’accès à la loge privée des Youssoupov ! 😉

Nous devons alors retourner sur nos pas pour aller voir une jolie salle aux murs verts, puis la salle à manger de l’étage, tout en boiseries, un peu comme le salon des Gobelins. J’ai aussi remarqué les pieds de la table. Je vous laisse regarder !

Le rez-de-chaussée

plan des premiers niveaux du palais Youssoupov

Plan en plus grande résolution

La visite de l’étage est désormais terminée, il n’y a plus qu’à redescendre pour la visite des dernières salles : les appartements des hommes.

Nous passons d’abord dans le salon de musique (encore des félins en guise de décoration, grr) puis le très éclectique « salon Henri II« . Pourquoi lui a-t-on donné le nom de ce roi de France ? Car la cheminée est du style de cette époque ! Impressionnant, là encore, même s’il s’agit d’une copie. L’originale est au Louvre !

Nous voilà ensuite dans la belle bibliothèque tout en bois. Bien sûr peu de livres sont d’origine, mais cela donne une idée de son ampleur. Hum, je ne serais pas contre en avoir une comme ça chez moi, mais hélas je n’ai pas la place ! Pour l’anecdote, on retrouva ici une correspondance secrète entre Pouchkine et l’une des filles Youssoupov ! Et à l’époque, on y trouvait surtout de nombreux ouvrages… en français !

Le clou de la visite est ensuite atteint ! Nous pénétrons enfin dans le superbe salon mauresque, vraiment très impressionnant ! Si l’orientalisme était à la mode à cette époque, la famille Youssoupov voulait aussi rappeler ses origines tatare. Félix Youssoupov, qui aimait se travestir, appréciait de se reposer dans cette pièce en portant les bijoux de sa mère.

On ne s’attend pas vraiment à retrouver cela dans un palais de Saint-Pétersbourg, et on en ressort ravi ! Vraiment ma pièce préférée 😉

Dommage par contre que je n’ai pas pu voir le petit cabinet turc, le vestiaire du prince et le salon des vitraux, car ces pièces étaient en travaux lors de ma visite ! Oui je sais, il faut bien restaurer de temps en temps… Nous finissons donc avec une petite salle à manger qui sert désormais de boutique. J’y ai d’ailleurs trouvé un petit livre sur le palais et son histoire (bien utile pour écrire cet article !)

Voilà, c’est terminé, j’espère que je vous ai donné envie de visiter ce très beau palais ! En tout cas je ne regrette pas de l’avoir découvert. Je mettrais quand même un bémol sur le prix : si une entrée à 700 roubles ne semble pas si énorme pour un portefeuille français, belge ou canadien, l’Ermitage et ses annexes offrent le même tarif, pour bien plus de choses à voir ! Pour les Russes, cela n’est pas donné… Et en plus il faut rajouter le prix des visites guidées pour les autres salles !

 

Quelques mots sur l’assassinat de Raspoutine

les caves du palais

Et oui, comme je vous disais plus haut, le palais Youssoupov est aussi entré dans l’histoire pour avoir été le lieu où le moine fut assassiné, dans des conditions dignes d’un roman, ou d’un film ! Cela tombe bien d’ailleurs, il en existe plusieurs, dont un téléfilm avec Gérard Depardieu, depuis passé du côté obscur de la force devenu citoyen russe !

Raspoutine était un moine mystique (un starets) aux mœurs plus que légères. Il aimait manger et boire (comme moi) mais aussi attirer de nombreuses fidèles dans son lit en leur promettant ainsi le pardon divin (non, pas comme moi cette fois !). Hum, en effet un rôle parfaitement taillé pour notre Gérard national, qui ne dût pas trop se forcer pendant les scènes de bonne chère !

reconstitution du meurtre de Raspoutine
©Dennis Jarvis, photo Wikipedia

Devenu proche de la famille impériale, et en particulier de la tsarine Alexandra, après avoir soigné le jeune héritier du trône de son hémophilie, il n’avait pas que des amis ! Son influence sur la tsarine déplut, de même que son empressement à vouloir mettre un terme à la participation de la Russie dans la Première Guerre mondiale.

Plusieurs nobles, dont Félix Youssoupov, décidèrent alors de comploter contre lui. Félix se rapprocha du moine puis l’invita dans son palais le 16 décembre 1916 sous un prétexte fallacieux. Raspoutine fut accueilli dans une cave aménagée pendant que les complotistes attendaient à côté.

reconstitution du meurtre de Raspoutine dans le palais Yousoupov

reconstitution du meurtre de Raspoutine
©Dennis Jarvis, photo Wikipedia

Profitant de l’amour du moine pour l’alcool, il lui proposa une bouteille de vin et des gâteaux empoisonnés au cyanure. Mais c’est qu’il était coriace ! Le poison n’eut aucun effet sur lui ! Bon, il faut dire aussi que le sucre annule les effets du cyanure, pas de bol (et pratique pour les gourmands) !

Félix et ses amis tirèrent alors plusieurs balles, pensant l’achever, avant de laisser sa dépouille dans la Neva, au niveau de l’île Petrograd.

Son corps fut retrouvé quelques jours plus tard, et l’autopsie révéla… qu’il était mort noyé ! Les balles ne l’auraient donc pas achevé ! Cette version est controversée, mais tout ceci contribua à sa légende. De plus, ses prédictions sur la fin de la monarchie s’avérèrent vraies…

Et Félix Youssoupov dans tout ça ?

Vu sa proximité avec le pouvoir (en plus d’être issu de cette illustre famille, sa femme Irina était également la nièce du tsar), il était très difficile de le traduire devant la justice (vive le piston !). Il dût cependant partir de la capitale. Peu de temps après, la Révolution éclata et c’est en Angleterre puis en France qu’il trouva un refuge. De temporaire, cet exil devint permanent, et tous ses biens de Russie furent confisqués, comme ceux de toutes les familles aristocratiques…

Pour en savoir plus sur Félix Youssoupov, Wikipedia est votre ami !

 

Retour à l’article principal

Baladez-vous dans le quartier le long de la Moïka

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *