La piazza di Spagna et l’Ara Pacis à Rome

Autour de la fameuse piazza di Spagna (place d’Espagne) et de la piazza del Popolo (place du Peuple), le « nord du centre » de Rome se caractérise par une ambiance plus chic (et chère). Cette zone est par ailleurs surnommée le « trident » car de la piazza del Popolo partent trois rues droites et commerçantes.

C’est là que se bousculent les riches touristes du monde entier pour effectuer leurs achats dans les boutiques de luxe telles que Gucci, Dolce & Gabbana, Prada… Bref, pas de boutiques sympathiques pour les souris sans dents ! 😉

Je vous propose une promenade qui vous amènera de la piazza del Popolo à la piazza di Spagna en passant par la via del Babuino et la via Margutta, se prolongeant ensuite vers l’Ara Pacis ou autel de la paix d’Auguste, puis les rives du Tibre pour vous faire découvrir quelques églises.





Plan du quartier de la piazza di Spagna


Afficher une carte plus grande

La piazza del Popolo et le Pincio

On peut y accéder par la ligne A du métro, station Flaminio qui vous laissera devant la piazzale Flaminio et sa belle porte. Sur cette place vous trouverez quelques vendeurs de bricoles… la belle piazza del Popolo se trouve juste après. On est marqué par sa théâtralité baroque, ses deux églises faussement de la même taille grâce à une jeu d’optique ingénieux, son obélisque…

Contrairement à bon nombre de places du centre-ville celle-ci est grande et on « respire » quand on évite la haute saison où se pressent les touristes. On y trouve également le musée Léonard de Vinci.

On peut grimper sur la colline du Pincio et ainsi obtenir une très belle vue sur la place et au loin, Saint-Pierre-de-Rome et le Vittoriano (ou « machine à écrire ».). À partir de là deux solutions pour rejoindre la piazza di Spagna : en restant sur le Pincio et donc en arrivant en haut des escaliers de la Trinité-des-monts qui dominent la place, ou par la via del Babuino.

Santa Maria del Popolo

Cette église se situe sur la place du même nom (logique !). Si la nef est plutôt sobre, on admirera surtout ses chapelles (sachez qu’il faut payer pour les éclairer…) et surtout les œuvres du Caravage (La Conversion de saint Paul sur le chemin de Damas et Le Crucifiement de saint Pierre) ainsi que des statues du Bernin !

Les via del Babuino, Margutta, et dei Condotti

Comme vu plus haut on peut rejoindre la piazza di Spagna via la via (!) del Babuino, ainsi nommée car on trouve une sculpture loin des canons de l’art baroque ou classique (eux-mêmes inspirés de l’art antique…) qui fut affublée du petit sobriquet de « babouin » pour s’en moquer. Rue chic elle aussi, qui comporte quelques beaux palais.

Juste derrière on vous suggère de jeter un coup d’œil à la charmante via Margutta, rue des artistes, pas très large, piétonne, et plutôt verdoyante. Plutôt sympa ! Mais les galeries d’art ne seront pas accessibles pour les petites bourses…

Partant de la piazza di Spagna, la via dei Condotti est une débauche de luxe à en perdre la tête, un peu comme notre avenue Montaigne à Paris !

On se contentera d’admirer avec les yeux (ou pas d’ailleurs, chacun ses goûts). Cette rue est néanmoins toujours très fréquentée. On y a visité une église, la Santissima Trinita degli Spagnoli (on préfère ça aux boutiques).

Les rues alentours foisonnent également de boutiques plutôt chic et de restaurants à touristes. Le quartier est joli, comme finalement tout dans le centre de Rome, mais à part les axes principaux nous ne nous y sommes pas attardés.

Bon plan de la souris : si vous voulez gouter au fameux tiramisu de Pompi sans devoir vous rendre à Saint-Jean-de-Latran, une succursale vend des parts (à emporter uniquement) via della croce.

La piazza di Spagna (place d’Espagne)

Nous y voilà enfin ! Une des plus belles places de Rome ! Ainsi nommée car s’y trouve l’ambassade d’Espagne auprès du Vatican.

Large, avec sa barque sculptée, œuvre du Bernin, ses escaliers de la Trinité-des-Monts qui grimpent devant l’église du même nom (et gérée par la France pour la petite anecdote), couverts d’azalées au printemps (quand nous n’y étions pas, donc), il nous aura fallu trois passages à Rome pour enfin la voir avec moins de travaux !

En effet la façade de l’église fut un certain temps sous bâches, puis c’est au tour des escaliers d’être en travaux… nous avons pu voir l’église toute rénovée mais les escaliers étaient encore inaccessibles en ce jour de mars 2016.

Si la place est très belle, comme le reste du quartier, elle n’est pas très sympa pour les voyageurs aux moyens limités. On y trouve en effet là encore que des boutiques de luxe, et pas vraiment d’endroits pour se poser (pas de terrasses ici).

Bon à savoir quand même, un Mc Donalds se trouve non loin, toujours envahi, car non, tous les touristes n’ont pas envie, ou ne peuvent pas, se payer un cappuccino à 8€ au grand Café Greco… (et bon à savoir pour les pauses pipi).

On peut également y visiter deux maisons-musées : celle de Giorgio di Chrico et celle de Keats et Shelley, auteurs britanniques. On vous rappelle d’ailleurs que ce brave Keats est enterré au cimetière acatholique de Rome.

Place à admirer d’en haut comme d’en bas ! D’ailleurs dans une des rues qui descend de la Trinité-des-Monts, on peut voir la curieuse façade du palazzo Zuccari, évoquant un monstre…

Petit écart : derrière la via del Corso, faisant face au chevet de l’église, on peut voir ce qu’il reste du mausolée d’Auguste, le premier empereur romain.

Mausolée d'Auguste

Mausolée d’Auguste

Musée de l’Ara Pacis ou autel de la paix d’Auguste

Ara Pacis

Non loin se trouve l’Ara Pacis, ou « autel de la paix d’Auguste », édifié pour célébrer la pax romana, aujourd’hui abrité dans une structure en verre converti en musée.

Petite histoire de l’Ara Pacis

Ce monument fut érigé entre 13 et 9 avant J.C en l’honneur de Pax, la déesse de la paix, dans le but de célébrer le retour à la paix après des années de guerre.

Il se situait plus au nord sur l’antique via Flaminia. Sa présence sur le Champs de Mars (actuel centre historique de Rome… où la ville s’est déplacée au Moyen-Âge) n’est pas anodine : en effet, c’est là que l’on célébrait les victoires romaines.

Un des rares monuments retrouvés de cette époque, il fut « oublié » après avoir été peu à peu enseveli par la vase, puis redécouvert au XVIe siècle. Les techniques de l’époque ne permettant malheureusement pas des fouilles plus approfondies, il fallut attendre le XIXe siècle, ce qui n’empêcha pas quelques morceaux de l’autel de se retrouver à orner les façades de belles villas Renaissance (comme la villa Medicis par exemple) !

C’est sous le régime Mussolinien de la fin des années 1930 que le monument est entièrement mis à jour et transporté à quelques encablures de son emplacement d’origine, à côté du mausolée d’Auguste, dans le but de le rendre visitable.

La structure l’abritant ne permettant cependant pas une bonne conservation, elle fut entièrement repensée et on doit le design actuel (tout de verre) au célèbre architecte américain Richard Meier.

Bien que cette cage de verre fut pensée pour tirer au maximum profit de la la lumière naturelle, c’est de nuit que nous avons visité le musée !

Horaires de l’Ara Pacis

Le musée est ouvert tous les jours 9 h 30 à 19 h 30, sauf le 1er mai et le 25 décembre. Attention, la caisse ferme une heure avant .

Tarifs de l’Ara Pacis

Le prix du billet en 2018 est de 10,50 €, 8, 50 € en tarif réduit. Mais c’est gratuit pour les Parisiens dans le cadre du jumelage exclusif !

Visite de l’Ara Pacis

Outre l’autel en lui-même, le musée présente une petite vidéo, des maquettes, des reconstitutions des bas-reliefs (on peut donc se rendre compte de la polychromie perdue…) et bien sûr du texte !

Visite très intéressante pour qui s’intéresse à l’archéologie, mais sans doute un peu chère quand même (sauf pour les Parisiens, le billet est gratuit pour eux !). Le site propose également des expositions temporaires au sous-sol, mais nous n’y avons pas été.

Nous arrivons alors vers le Tibre, où nous avons pu notamment voir l’entrée du musée Napoléonien (gratuit pour tout le monde), malheureusement fermé en ce lundi, et admirer l’Osteria dell’Orso, une des plus vieilles tavernes de la ville !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Remontez à la villa Borghese et sa célèbre galerie

ou

Redescendez vers le centre, autour de la piazza Colonna

Retourner à l’article sur Rome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *