Rome : le musée Hendrik Christian Andersen et le quartier de Flaminio

Le musée Hendrik Christian Andersen se situe au 20 Via Pasquale Stanislao Mancini, dans le quartier de Flaminio.

Peu connu, nous l’avons découvert par hasard en feuilletant un guide « Rome secrète et insolite ». Y sont surtout exposées les sculptures de cet artiste d’origine norvégienne, ayant vécu à Rome environ 40 ans, jusqu’en 1940, date sa mort. Étant une souris curieuse et plutôt adepte de la sculpture du début du XXe siècle, j’ai décidé d’aller y faire un tour…

Plan du quartier de Flaminio


Afficher une carte plus grande

Se rendre au quartier de Flaminio

Pour s’y rendre, le plus simple est d’emprunter la ligne A du métro jusqu’à Flaminio puis soit de remonter à pied, soit de prendre le tramway T2 en correspondance. Nous avons choisi la première option, ce qui nous a permis de nous balader un peu dans ce quartier plutôt résidentiel, entre jolies demeures de la fin du XIXe ou début du XXe siècle, et quelques bâtiments plus modernes qui furent moins à notre goût !

J’en profite pour mentionner la présence d’une charmante petite boutique de poupées ou autres jouets anciens, où j’ai pu trouver un manteau à ma taille ! C’est que j’aime bien le shopping mais malheureusement je trouve rarement mon bonheur dans les magasins classiques ! Rendez-vous via Flaminia, à quelques encablures du métro…

Le musée Hendrik Andersen

Nous voilà donc arrivés au musée ! Mais au fait, que présente-t-il vraiment, et qui était cet Andersen ?

Il s’agit d’un artiste né à Bergen (en Norvège pour les incultes) en 1872 et parti l’année suivante aux USA avec sa famille, la Norvège n’étant alors pas ce pays riche que nous connaissons aujourd’hui ! Il découvre très tôt l’art de la sculpture et gagne sa vie en donnant des cours à des enfants de familles aisées.

En 1893 il entreprend un voyage artistique à travers l’Europe, comme beaucoup avant lui, et finit par s’établir à Rome (on peut le comprendre, il y a de quoi être inspiré dans cette magnifique ville !). Outre la sculpture, il s’adonnait également à la peinture et à l’écriture.

Mais le musée retrace ici une partie bien spécifique de son œuvre : il se consacra pendant des années au projet de la création d’une « ville idéale », ville-monde, cité internationale des arts, qui serait située sur une petite île de la mer Égée. Il s’agissait d’une ville utopique où seul l’art régnerait en maître !

Il en fit des plans, créa des sculptures qui devaient décorer les places et les avenues, des maquettes d’architecture, etc. Ce projet était bien plus qu’une idée et Andersen y tenait fortement ! Cependant, la mort du partenaire du projet, le poète et aviateur Guido Keller, en 1929, y mit un terme.

Andersen mourut en 1940 et fut enterré au cimetière acatholique de Rome.

Horaires et… entrée gratuite !

Le musée est ouvert du mardi au dimanche de 9 h 30 à 19 h 30, l’entrée en est gratuite.

Tout comme le musée Boncompagni, il s’agit d’une annexe de la Galerie d’Art moderne, mais gérée par la région du Latium. Le musée se situe dans le palazzo Mancini, très belle demeure où vécut l’artiste.

Le musée n’est pas très grand, seul le rez-de-chaussée et un salon du premier étage se visitent.

Le rez-de-chaussée est divisé en deux salles comportant chacune des sculptures, plans et maquettes de cette « ville idéale ».

À l’étage, un petit salon permet de se reposer un peu (on y trouve notamment un distributeur de boissons) et de contempler quelques photographies anciennes des lieux. Je vous laisse juger par vous-mêmes de l’œuvre de l’artiste !

J’imagine que ce ne sera pas du gout de tout le monde, mais personnellement j’aime bien, notamment ce concept de « cité idéale » qui fit couler beaucoup d’encre au fil des siècles !

Moi-même, je la cherche encore ma ville idéale… Cela permet aussi de se rendre compte des évolutions urbanistiques selon les époques (nul doute que la « ville idéale » contemporaine serait bien différente !). J’ai aussi pris plaisir à découvrir un artiste peu connu.

Retourner à l’article principal

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *