Rome : du Vélabre et sa célèbre bocca della verita à l’île Tibérine

Dans cette article je vous emmène à travers Rome du circo Massimo, au sud du Palatin, à l’ancien ghetto juif en passant par le Vélabre où se trouve la célèbre bocca della verita (bouche de la vérité) et l’île tibérine.

Nous y verrons donc des vestiges de la Rome antique, des bâtiments du Moyen-Âge, les bords du Tibre, et des édifices Renaissance. Bon, suivez-moi ! 😉


Afficher une carte plus grande

Le Circo Massimo

Vue sur le Palatin

Vue sur le Palatin depuis le circo Massimo

Pour débuter notre promenade nous sommes partis du circo Massimo, ou circus Maximus, auquel on peut accéder soit par le métro (ligne B) soit par le tramway (Ligne 3).

Il s’agissait du plus grand hippodrome de la Rome antique, pouvant accueillir jusqu’à 250.000 personnes lors des courses de chars, puis 385.000 (rien que ça !) après avoir été élargi au IVe siècle,  (Ben Hur pouvait donc avoir des fans…). Et dire qu’on nous vante les stades géants aujourd’hui, les Romains faisaient bien plus grand !

Il n’en reste malheureusement qu’une vaste pelouse qui fait surtout le bonheur des promeneurs, mais s’y tiennent encore des spectacles et autres concerts. L’intérêt réside surtout dans la superbe vue du Palatin qui s’offre à nous, ainsi que d’une partie du verdoyant Celio.

Le Vélabre


Afficher une carte plus grande

Nous remontons vers le Vélabre, ancienne zone marécageuse située sur les rives du Tibre, au sud-ouest du Capitole, qui fut un temps le port fluvial de Rome. Il en reste plusieurs édifices antiques bien conservés (pour leur âge) : le temple d’Hercule Vainqueur, tout rond et très ancien puisque le dernier remaniement daterait de l’an 15, et le temple de Portunus, en sont les parfaits exemples.

Il s’agissait de l’emplacement du forum boarium, ou forum du marché aux bœufs (le premier forum romain !), dont certains éléments ont été récupérés pour édifier les églises du quartier. Au nord on peut voir ce qu’il reste de la casa dei Crescenzi, ancienne maison d’une famille noble du Moyen-Âge qui jouxtait un des premiers ponts à traverser le Tibre.

De l’autre côté de l’horrible « boulevard à bagnoles » qui traverse défigure la place, trône l’arc de Janus, cachant la petite église romane San Georgio in Velabro, dont l’intérieur reste très dépouillé hormis quelques fresques anciennes.

Santa Maria in Cosmedin et la bocca della verita

Bien sûr, la « star » du quartier est la bocca della verita ! Véritable symbole de Rome, on ignore s’il s’agit d’une plaque d’égout ou d’une fontaine du 1er siècle, mais selon la légende elle peut détecter les menteurs qui oseraient y mettre la main ! (un lieu à déconseiller aux politiques, donc) 😉

Depuis qu’Audrey Hepburn a tenté sa chance dans le film Vacances Romaines la bouche de la vérité s’est convertie en une attraction pour touristes, qui n’hésitent pas à faire la queue pendant un bon moment pour y espérer mettre la main et se faire prendre en photo. Ah, la mode du selfie et l’effervescence des réseaux sociaux n’ont pas arrangé l’affaire !

Pour ma part même si j’aime me voir en photo sur ce blog j’ai préféré passer mon tour plutôt que de perdre mon temps dans la file d’attente. En voyage le temps est souvent précieux ! (même si j’aime flâner, je n’aime pas le perdre pour autant).

L’église (qui ferme à 17 h, attention !) Santa Maria in Cosmedin abrite dans son porche la bocca della verita. Elle a gardé son beau et grand campanile roman. Elle abrita pendant longtemps un rite grecque catholique, et aujourd’hui la messe y a lieu certains jours en arabe !

Plutôt sobre à l’intérieur, elle se distingue tout de même par ses mosaïques cosmatesques au sol et quelques fresques byzantines. Les colonnes furent récupérées du forum boarium.

Les bords du Tibre et l’île Tibérine

Nous traversons ensuite le ponte Palatino pour admirer la vue d’un côté sur l’île Tibérine et de l’autre, sur le quartier de l’Aventin, en hauteur. On aperçoit d’ailleurs un bout du ponte Emilio, surnommé le « ponte rotto » (pont brisé), un des plus vieux ponts en pierre de Rome, qui reliait le forum boarium au quartier du Trastevere (que nous verrons dans un autre article).

On déplore quand même de voir des détritus flotter sur le Tibre ou stagner au bas du pont et de l’île… les quais ne sont d’ailleurs pas vraiment aménagés. Dommage, une balade ici aurait pu être sympathique.

L’île Tibérine est la seule île de Rome, reliée à la terre ferme par les ponts Cestio et Fabricio. Toute petite (on ne va pas comparer avec l’île de la cité de Paris, ou même l’île Saint-Louis !). Elle ne fut pas habitée avant le Moyen-Âge. On y installa ensuite un hôpital puis la basilique Saint-Barthélemy-en-l’Île.

 

Allez de l’autre côté du Tibre en découvrant le quartier du Trastevere et la colline du Janicule

Revenez à l’article principal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *