Le château de Compiègne, les fastes du Second Empire : visite en photos, tarifs, horaires




Le palais ou château de Compiègne, situé dans la ville éponyme, constitua longtemps un lieu de séjour royal à l’orée de la vaste forêt domaniale de Compiègne (14.500 hectares). Curieusement, on parle ici indifféremment de château ou de palais, contrairement aux autres domaines royaux équivalents (Versailles, Fontainebleau…).

Le château de Compiègne, devenu trop vétuste, fut entièrement reconstruit sur ordre de Louis XV et achevé en… 1789. C’est donc Napoléon, puis surtout son neveu Napoléon III qui résidèrent dans l’actuel palais, en particulier pour ce dernier lors des fastueuses « séries » d’automne, séjours d’un mois environ accompagnés d’une centaine de convives.

Ils sont à l’origine de sa décoration actuelle de style Empire, ensemble le mieux préservé de France. La ville de Compiègne, qui compte environ 50.000 habitants dans son agglomération, se situe dans le département de l’Oise, à 80 km au nord de Paris.

Comment aller au palais impérial de Compiègne, les tarifs, les horaires, la souris vous propose une visite en photos d’un des plus beaux palais de France ! 😉

Comment aller au château de Compiègne


Afficher une carte plus grande

cour du palais de Compiègne

Cour d’honneur du palais de Compiègne

C’est assez simple : en train, il faut se rendre en gare de Paris-Nord et emprunter un train en direction de Saint-Quentin ou Maubeuge, les directs ne mettent que 40 mn à relier Compiègne.

Les TER, directs de Paris-Nord à Orry-la-Ville puis omnibus jusqu’à Compiègne, mettent eux 1 h 20. A peine 700 mètres à pied après avoir traversé le pont sur l’Oise, ou l’emprunt d’un bus urbain (gratuit !) et vous y êtes ! 😉

En voiture, emprunter l’autoroute du Nord (A 1) jusqu’à Pont-Sainte-Maxence puis la voie rapide des rives de l’Oise (D 200), et vous y êtes en moins d’une heure, en slalomant bien malgré vous entre les camions qui pullulent sur cette autoroute et après vous être délestés de 3,40 € de péage.

Le parking devant le château de Compiègne est gratuit, mais s’il est complet, vous trouverez bien une place en vous éloignant un peu vers le champ-de-courses où on trouve d’autres parkings gratuits.

Tarifs du château de Compiègne

Le tarif d’entrée du château de Compiègne est de 7,50 € en 2019, avec les réductions et gratuités habituelles des musées nationaux : jeunes de moins de 26 ans, handicapés, chômeurs, enseignants…

Horaires du château de Compiègne

Le château de Compiègne est ouvert tous les jours sauf le mardi et quelques rares jours fériés, de 10 h à 18 h toute l’année.

Pour connaître les horaires d’ouverture des différents espaces, mieux vaut consulter le site officiel avant de vous y rendre, car les fluctuations sont importantes !

Le parc est ouvert gratuitement de 8 h à 17 h (de novembre à février inclus), 18 h (de mars à mi-avril puis de mi-septembre à fin octobre) ou 19 h (de mi-avril à mi-septembre).

Visite du château-palais de Compiègne

Le château ou palais de Compiègne est extérieurement d’une sévérité toute classique. Il occupe un triangle, forme originale, d’une superficie de deux hectares. Autrement dit, comptez bien deux heures pour le visiter, plus une heure au moins si vous choisissez une visite conférence.

Le beau parc à l’anglaise mérite une visite, d’autant qu’elle est gratuite ! D’abord pour sa perspective de 4 km à travers la forêt crée par Napoléon pour Marie-Louise afin de lui rappeler celle de Schönbrunn à Vienne. Mais également pour ses floraisons, en particulier sa jolie roseraie au printemps, avec son sympathique salon de thé. On y accède à droite du château de Compiègne, indépendamment de la visite de celui-ci.

L’intérieur du château de Compiègne : les parcours de visite

A l’intérieur, le palais de Compiègne présente quatre espaces distincts :

  • les appartements historiques
  • le musée du Second Empire
  • puis le musée de l’Impératrice (fermé)
  • enfin le musée de la voiture et du tourisme (en partie visible)

Seuls les appartements se découvrent habituellement en visite libre, les musées ne se visitant qu’accompagné. Mais lors d’une exposition, comme lors de notre passage, le musée du Second Empire est parfois accessible dans le parcours de visite. Le musée de l’Impératrice est quant à lui fermé pour travaux depuis 2014 et devait rouvrir en 2017…

Une fois passés la « traditionnelle » fouille, devenue une habitude pénible en France et ici un peu lente et zélée à mon goût, puis la caisse à l’accueil sympathique, on accède aux grands appartements. Lors d’une exposition, le parcours de visite peut-être inversé.

Les appartements historiques sont composés de l’appartement du Roi et des Empereurs, puis de l’appartement de l’Impératrice, qu’on découvre en visite libre.

Ils sont complétés par l’appartement du Roi de Rome, sur jardin, et de l’appartement double de Prince, sur la cour d’honneur, qu’on ne visite qu’avec un conférencier.

Les appartements historiques du château de Compiègne

Situés à l’étage, on accède aux appartements historiques du palais de Compiègne après être passé au pied de l’escalier d’Apollon, puis la salle des colonnes. On peut y apercevoir la petite chapelle du Premier Empire depuis son seuil, la grande prévue n’ayant jamais été réalisée. C’est ici qu’eut lieu le 9 août 1832 le mariage de la fille aînée de Louis-Philippe avec Léopold 1er, le premier roi des Belges.

Au centre de la galerie, dans l’axe de la cour d’honneur, l’escalier d’honneur vous mène à la vaste salle des gardes du Roi, où se déroulent les expositions. A son extrémité orientale, le salon des Huissiers mène à l’appartement du Roi et des Empereurs…

L’appartement du Roi et des Empereurs

On parcourt successivement six salles. La salle à manger de l’Empereur, de style Empire, avec des murs en faux marbre et onyx ! C’est ici que Louis XVIII reçut le Tsar Alexandre le 1er mai 1814, peu convaincu de rétablir les Bourbons sur le trône de France… Suit le salon des Cartes sous Napoléon III, qui était le salon des Grands officiers sous le Premier Empire avec un mobilier des deux époques.

On entre alors dans le salon de famille, qui était la chambre à coucher de Louis XVI. Admirez la perspective par la fenêtre : vous êtes dans l’axe de la percée des Beaux-Monts ! Le mobilier est éclectique selon le goûts de l’Impératrice Eugénie… Remarquez les sièges : « les confidents » à deux places et « les indiscrets », à trois places !

Suit le cabinet du Conseil, le roi tenant conseil à Versailles mais également à Compiègne ainsi qu’à Fontainebleau. La chambre à coucher de l’Empereur qui suit a été restituée dans son état du Premier Empire. Enfin la bibliothèque, aménagée sous Napoléon Ier avec du mobilier de l’atelier Jacob-Desmalter. On notera la porte de cette dernière, un vrai trompe-l’œil constitué de livres ! J’avoue, en tant que souris qui aime lire (si, ça existe !) ce genre de pièce me fait rêver !

La visite du palais de Compiègne se poursuit directement avec l’appartement de l’Impératrice…

L’appartement de l’Impératrice

Le salon de musique et la chambre de l’Impératrice

On parcourt successivement onze salles. Le salon du déjeuner a été aménagé pour l’Impératrice Marie-Louise avec des soieries bleu clair et jonquille. Ensuite on entre dans le salon de musique, une des pièces préférées de l’Impératrice Eugénie et meublée avec le mobilier de Marie-Antoinette au château de Saint-Cloud. L’épouse de Napoléon III était une admiratrice de la reine au destin tragique.

Suit la chambre de l’Impératrice avec son lit à baldaquin et à l’arrière de la pièce, un boudoir rond. Hum, je pense que je ferais de beaux rêves dans une chambre pareille !

La salle à manger de l’Impératrice

Suivent trois pièces de style Premier Empire. D’abord le Grand salon, puis le salon des fleurs, qui doit son nom aux panneaux peints de liliacés d’après Redouté, et le salon bleu, qui constituaient l’appartement du prince impérial sous le Second Empire.

Enfin on revient sur ses pas avant de bifurquer à droite. On découvre alors la salle à manger de l’Impératrice, de dimensions relativement modestes, dans laquelle Marie-Louise dîna pour la première fois avec Napoléon Ier le 27 mars 1810.

Je dois avouer que j’ai préféré les appartements de l’Impératrice, aux charmes plus féminins. Mais c’est sans doute normal, étant moi-même féminine et coquette ! 😉

La galerie des Chasses de Louis XV et la galerie de bal

Celle-ci communique avec la galerie des Chasses de Louis XV. Elle est ornée de tapisseries des Gobelins d’après des cartons d’Oudry, dont une représente Compiègne. Puis suit la galerie des Cerfs, qui était la salle des gardes de la reine puis de l’impératrice.

Vient alors la superbe et la vaste galerie de bal, aménagée pour l’arrivée en France de Marie-Louise. Sur le plafond sont représentées les victoires de Napoléon Ier. La salle servait de (très vaste !) salle à manger durant les « séries » du Second Empire. Pas mal, même si je ne vais tout de même pas comparer avec la galerie des Glaces… Ici, c’est bien plus sobre ! 😉

La visite du palais de Compiègne s’achève avec la galerie Natoire. On peut y admirer une décoration représentant les aventures de Don Quichotte. Elle est l’œuvre de… Natoire (ah, vous l’aviez deviné ?). 😉

Le musée du Second Empire au château de Compiègne

Ce musée est constitué de tableaux et de meubles, ornant une suite de petits salons. Il évoque la vie mondaine et artistique sous le Second Empire. En particulier la princesse Mathilde, cousine de Napoléon III à laquelle il fut un temps fiancé.

Les pièces maîtresses sont le magnifique lit de l’Impératrice, des sculptures de Carpeaux dont un buste de Napoléon. Et enfin le plus célèbre tableau de Winterhalter, portraitiste officiel de la cour, représentant l’Impératrice Eugénie entourée de ses dames d’honneur (1855).

J’ai bien aimé découvrir ces pièces en tout cas. Oui, j’ai aussi un côté bling-bling et les fastes du Second Empire ne me laissent pas indifférente ! 😉

Le musée de l’Impératrice au château de Compiègne

Il est constitué du leg de M. et Mme Ferrand. Ils ont racheté et collectionné divers objets personnels en souvenir de l’exil de l’Impératrice Eugénie et de son fils en Angleterre à la suite à la chute du Second Empire en septembre 1870.

Comme mentionné plus haut, cet espace est – officiellement – en travaux et donc inaccessible depuis 2014. On espère pouvoir enfin le découvrir en 2019…

Le musée de la voiture et du tourisme au château de Compiègne

Le palais de Compiègne abrite ce musée, qui compte pas moins de 130 attelages des 18e et 19e siècles ainsi qu’une trentaine d’automobiles. La collection est présentée dans les anciennes grandes cuisines du palais, et dans la cour des cuisines recouverte d’une verrière.

Autant dire qu’il s’agit d’une très belle collection ! Mais cet espace ne se découvre qu’accompagné (sans supplément) par le personnel. Ou en visite libre à certaines périodes, et la cour uniquement depuis son entrée… puisque la verrière menace de s’effondrer faute d’entretien ! (et dire qu’on bat le record du monde de prélèvements fiscaux…)

Nous n’avons pas pu le découvrir lors de notre passage.  Le personnel de surveillance était occupé avec l’exposition en cours, donc partie remise. Nous reviendrons donc pour vous le présenter ! 😉

Le centre de Compiègne

Après la visite du palais de Compiègne, nous avons profité de cette sortie pour faire un petit tour du centre-ville… Juste avant qu’il ne se mette à pleuvoir ! (vive le climat du nord…)

On remarque surtout son église Saint-Jacques de style gothique avec ses étonnantes boiseries du 18e siècle. Puis on admire le très bel hôtel de ville gothique de Compiègne. Il fut édifié sous Louis XII et doté du beffroi le plus méridional de France.

On peut aussi découvrir quelques maisons anciennes à pans de bois telle que « la Vieille Cassine » qui remonte au 15e siècle. D’autres sont plus récentes mais cossues et jolies !

Le bon plan de la souris : pour faire une pause sans se ruiner, nous avons choisi le bar Saint-Hubert, situé juste en face de l’église. Il est fréquenté surtout par les étudiants de l’IUT voisin. Il propose des boissons à moindre coût ainsi que des happy hours pour les bières. 🙂

Avis de la souris

Le château-palais de Compiègne présente de magnifiques intérieurs de style Empire. On peut les admirer agréablement sans bousculades dans ce château considérablement moins fréquenté que Versailles (75.000 entrées par an en moyenne soit 60 fois moins de visiteurs !). Le tarif d’entrée de 7,5 € reste très correct en comparaison d’autres grands châteaux, surtout pour ce qu’on voit pour ce prix.

Seuls points négatifs, l’absence de plan ou livret de visite, on doit donc se débrouiller pour se situer dans le palais. Et plus grave, on note le manque d’investissement pour restaurer le palais. Si quelques pièces ont été magnifiquement restaurées, d’autres (bibliothèque…) présentent des fissures au plafond.

Plus grave, la verrière qui recouvre la cour du musée de la voiture menace de s’effondrer, limitant les visites et menaçant les collections. Pour cette raison, nous n’avons donc pas pu les voir lors de notre visite. On attend avec impatience le financement des travaux qui permettront de redonner pleinement accès à ces espaces…

Vous trouverez les infos sur le site officiel : http://palaisdecompiegne.fr

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

A moins de 15 km, de l’autre côté de la magnifique forêt, découvrez également le château de Pierrefonds

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *