Visite du quartier universitaire de Bologne

Bologne canal Reno ou Petite VeniseLe quartier universitaire de Bologne en Italie propose d’agréables balades, du street-art, un musée insolite et de jolies églises !

Bologne abrite la plus vieille université d’Europe, fondée en 1088 (et oui, avant la Sorbonne !), et aussi une des plus importantes d’Italie, avec environ 100.000 étudiants, soit près d’un quart de la population de la ville !

La présence de l’Université assure à Bologne une ambiance unique : la ville est bien plus festive que la plupart des autres grandes villes italiennes, avec une animation quasi constante, et un nombre impressionnant de bars !

Le quartier universitaire de Bologne se déploie au nord du « quadrilatère », dans le centre historique, autour de la via Zamboni, qui en constitue l’axe principal.

Il s’agissait de l’ancien ghetto juif, dont il ne reste quasi plus rien !

Plan du quartier universitaire de Bologne

Afficher une carte plus grande

La via Zamboni et la piazza Verdi

via Zamboni BologneEmpruntons cette rue qui part des deux tours. Très belles, avec ses arcades, on y trouve plusieurs palais, abritant aujourd’hui les différents départements de l’Université, le tout entrecoupé de bars ou petits restos !

La piazza Verdi, face au théâtre municipal (l’opéra de Bologne) détone un peu avec ses cadavres de bouteille et ses éclats de verre brisé qui jonchent le sol, hum.

Outre les petits bars, nous sommes entrés dans les anciennes écuries, reconverties en cafétéria et… bars ! (oui encore). les prix défient toute concurrence et le cadre est original et sympa 😉 .

J’aurais bien aimé étudier à Bologne, l’ambiance doit y être très sympa. Mais je me suis contentée de la fac de Nice, ville de même taille, anciennement italienne, mais bien différente…

De la place, on obtient une jolie vue sur le chevet de la basilique San Giacomo Maggiore, une autre belle église à ne pas rater !

Basilique San Giacomo Maggiore

basilique San Giacomo MaggioreSituée sur la petite piazza Rossini (qui donne sur la via Zamboni), la basilique San Giacomo Maggiore offre un agréable style romano-gothique.

L’intérieur, en revanche, fut remanié à la fin du XVe siècle et arbore donc un style « Renaissance ».

Mais j’ai surtout aimé ses chapelles, et c’est d’ailleurs pour elles qu’on se déplace ! La plus belle est la chapelle des Bentivoglio (famille dominante au XVe siècle) avec là encore, de belles fresques du début de la Renaissance (1468).

Attention, si l’entrée est gratuite, les photos y sont officiellement interdites. Mais comme je suis une souris très désobéissante, j’en ai fait quand même, non mais !

Ça ne fait de mal à personne, et je les partage avec vous, en espérant vous donner envie… Non, en 2019, je n’ai pas envie de me contenter d’acheter une carte postale, je suis une souris moderne ! 😉

L’oratoire de Sainte-Cécile et Valérien

oratoire Sainte-Cécile et ValérienAccolé à la basilique, l’entrée se situe cependant à part, il vous faudra donc ressortir. Là encore, c’est gratuit, et les photos officiellement interdites.

Bon, ça n’empêchait pas à d’autres visiteurs d’en faire avec leur smartphone. On ne leur a rien dit, mais à moi si ! Je m’insurge, c’est quoi ce rat-cisme anti-souris ??

L’oratoire est parfois surnommé « la chapelle sixtine de Bologne », mais entre nous, c’est tout de même exagéré ! Certes, c’est très beau, mais quand même !

On doit encore ce petit bijou à la famille Bentivoglio. Les fresques furent commencées en 1505, et figurent la vie de Sainte-Cécile et de son époux, Valérien. Ils refusèrent de renoncer à leur foi chrétienne et devinrent donc des martyrs. Les fresques se lisent comme une BD, par ordre chronologique.

Je partage les quelques photos que j’ai pu faire !

Le Palazzo Poggi et son insolite musée des cires anatomiques !

fresques du palazzo Poggi Ce palais de la via Zamboni est le siège actuel de l’Université. En plus des salles de classes, il abrite un étonnant musée, que je recommande lors d’un passage à Bologne !

Pour changer un peu des Vierges à l’enfant, voici une thématique que vous ne retrouverez pas forcément ailleurs !

Que vous visitiez le musée ou pas, poussez quand même la porte du palais, et allez admirer la jolie salle avec des fresques au plafond, ainsi que la cour et le petit jardin !

Ce musée abrite une collection de « cires anatomiques », crées pour les étudiants en médecine. Muscles, os, organes… tout y est représenté !musée des cires anatomiques

Plus étonnant encore, une salle attire notre attention : celle des moulages de fœtus malformés, destinés aux futur sages-femmes. Un véritable cabinet de curiosités !

Mais si je venais surtout pour ça, je ne me suis pas arrêtée là !

Le musée propose également une collection d’appareils scientifiques (optique, électricité…), des fossiles, mais également des maquettes de villes fortifiées (on voit d’où Vauban puisa son inspiration !) de navires (français !), des globes et… une superbe bibliothèque de livres anciens.

Quelques belles salles méritent le coup d’œil pour leurs fresques aux murs et aux plafonds.

J’y ai passé deux heures en tout !

Le prix en 2019 est de 5€ en plein tarif et de 3€ en tarif réduit (notamment pour les 19 à 26 ans et les + de 65 ans), gratuité pour les moins de 18 ans et les handicapés. Attention, le musée ferme à 16h en semaine, et 18h le week-end (ouverture à 10h). Fermeture le lundi.

Infos sur le site officiel.

Balade dans le quartier universitaire de Bologne

rue du quartier universitaire de bologneIl ne s’agit pas du quartier le plus « monumental » de Bologne, mais j’ai bien aimé m’y balader, et y flâner le museau en l’air !

On retrouve les jolies rues typiques de l’architecture bolonaise, recouvertes d’arcades (bien pratiques quand il pleut ou qu’il fait trop chaud !) et les façades aux couleurs chaudes.

Soyez tout de même prévenus, il ne s’agit pas du quartier le plus « propret » de la ville ! Ici, les arcades sont malheureusement le repaire privilégié des tagueurs.

Le sol n’est pas toujours d’une grande propreté non plus… Le revers de la médaille !

Street-art à Bolognestreet art à Bologne

Outre les nombreux bars et restaurants, le quartier universitaire de Bologne est aussi le quartier du street-art.

Y étant un dimanche, j’ai pu découvrir les œuvres sur les rideaux de fer (oui, quand les magasins sont ouverts c’est moins pratique !).

Mais quartier étudiant oblige, et Bologne étant historiquement une ville politiquement très engagée à gauche,  le street-art est aussi politique !

J’ai probablement dû en louper, mais pas besoin de chercher longtemps pour tomber dessus, alors flânez, et laissez-vous porter au grès de vos envies !

La « Piccola Venezia », ou « Petite Venise »

Bon, encore un terme quelque peu exagéré ! Bologne, ville éloignée de la mer et ne possédant ni fleuve ni rivière, se créa un réseau de canaux artificiels pour faciliter le commerce.

Aujourd’hui, il en subsiste deux, dont un caché des yeux des curieux, serpentant au milieu des immeubles.

Mais bonne nouvelle ! Il est possible de jeter un coup d’œil sur le second canal, à partir de la via Oberdan, la via Piella et la via Malcontenti (hum, certains se reconnaissent dans ce nom ?).

Bon, c’est sympa, mais on ne va quand même pas comparer avec la Sérénissime, non ? Pas de bol quand même, la canal était à sec lors de mon passage, comme vous pouvez le voir !

Bologne canal Reno ou Petite Venise

Basilique de San Martino

 A l’angle des rues Marsala (sympa pour boire un coup !) et Oberdan, se trouve cette église gothique.

Un peu comme pour la basilique San Petronio, la nef est assez sobre, mais on vient surtout pour ses chapelles, et les fresques anciennes qui subsistent, notamment certaines signées par Paolo Uccello.

Voilà, j’espère vous avoir donné envie de découvrir cet aspect de Bologne, ville vivante et pleine de surprises 😉

Découvrez aussi quoi faire à Bologne en deux jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *