Un week-end à Venise : promenade le long des canaux

Venise, Venezia en italien, est la capitale historique de la région Vénétie, avec 270.000 habitants. La Sérénissime est bien sûr connue dans le monde entier pour sa singularité : son cœur historique se situe dans une lagune, et se compose de 118 petites îles reliées par un réseau de canaux. Unique au monde, elle fait rêver et envoute voyageurs et artistes depuis toujours !

Mais Venise c’est aussi désormais une riche cité industrielle au cœur d’une agglomération de 1,5 millions d’habitants en comptant les villes de Padoue et Trévise. Seuls 50.000 habitants résident encore intra-muros, c’est-à-dire dans son centre historique !

30.000 autres se répartissent sur les différentes îles de la lagune, et la majorité de la population vit donc sur la terre ferme, en particulier dans les quartiers de Mestre et Marghera, plus adaptés à la vie moderne…

La ville fut fondée en 528 et devint jusqu’en 1797 la capitale de la République de Venise, riche puissance commerciale aux liens étroits avec l’Orient et l’Asie. Ville de Marco Polo, c’est aussi une ville d’art majeure.

Plan de la lagune de Venise


Afficher une carte plus grande

Se loger à Venise… en voiture

Ce voyage s’inscrit dans le cadre d’un road-trip en Italie du nord, de Gênes à Venise. Nous y avons passé deux jours seulement, pas assez pour explorer tous les différents quartiers de la ville, plusieurs îles, et en découvrir ses mystères ! Nous souhaitions rester plus longtemps mais avons abrégé notre séjour pour cause de météo : en effet, une balade sur les îles, sous la pluie, ne nous motivait pas trop, mais on s’est promis de revenir !

Nous logions dans le quartier de Marghera, sur la terre ferme, dans un hôtel  très correct déniché sur booking.com, pour 60 €/nuit. À l’époque nous ne connaissions pas encore les sites de locations entre particuliers comme Homelidays ou Airbnb, qui permettent souvent de se loger pour moins cher (bien sûr pour Venise, ce n’est pas toujours gagné…)

Loger sur la terre ferme est plus simple quand on arrive en voiture ; en effet le stationnement dans ce quartier était gratuit. À vrai dire, même sans voiture, loger à Mestre ou Marghera est une bonne alternative à la lagune : les prix sont moins élevés (en plein centre, c’est très cher), vous pouvez plus facilement trouver des petits restos qui ne sont pas des attrape-touristes mais où vont les locaux.

Le train entre Mestre et la lagune ne met que 10 mn, de même pour les nombreux bus qui partent notamment de Marghera, et il y en a toute la nuit… Pour les souris à petit budget, il n’est donc pas nécessaire de se ruiner pour loger dans la lagune.

L’avis de la souris sur Venise

En deux jours donc, nVeniseous n’avons bien sûr pas tout vu, mais assez pour avoir une idée globale de la ville, du moins du cœur historique (nous n’avons pas pu aller dans d’autres îles comme Burano ou Murano, mais on vous le conseille !).

Pour être honnête ce ne fut pas un « coup de cœur », mais c’est pour moi une ville très intéressante, unique, et donc à voir au moins une fois dans sa vie ! Ce qui est plaisant c’est qu’on n’y rencontre aucune voiture, ni aucun édifice moderne venu gâcher l’homogénéité du bâti ancien.

On se retrouve dans une ville ancienne authentique et « dans son jus ». C’est d’ailleurs le cas de la dire, car l’eau et l’humidité dégradant fortement les immeubles, on peut voir des traces de délabrement… Venise n’est donc pas une ville toute pimpante, mais on peut dire que ça fait partie de son charme…

Et bien sûr, les canaux ajoutent à cette magie et ce pittoresque (j’aime les villes à canaux…). Juste dommage que le centre fasse très « attrape-touriste », et nous avons trouvé qu’il manquait un peu de vie et d’authenticité (là on ne parle pas architecture). Nous espérons donc pouvoir y revenir bientôt pour en découvrir d’autres aspects.

Le centre historique


Afficher une carte plus grande

Gare Santa Lucia

La gare Santa Lucia

Pour notre première découverte du centre historique, nous voici donc arrivés en train, déplorant quand même l’aspect de la gare, qui pour le coup ne s’intègre pas très bien au paysage urbain (d’autres aimeront sans doute…). En sortant, on tombe direct sur un canal, et je n’en crois pas mes yeux d’être enfin dans cette ville mythique !

Direction l’ancien quartier du ghetto, où les Juifs étaient alors regroupés. Il s’agit du quartier le plus dense de la lagune, avec des immeubles bien plus hauts qu’ailleurs, autour d’une place principale.

Nous avons erré au grès des rues et des canaux, comme souvent dans cette ville, véritable labyrinthe (peu d’axes droits, les canaux coupent les rues… bon courage !

Heureusement que je voyageais avec mon GPS sur pattes, à savoir mon copain souris, celui qui me prend en photo… Enfin normalement, à l’époque j’étais moins narcissique plus timide, vous ne me verrez donc pas !). On notre déjà tous les palazzi, les palais vénitiens.

Nous poursuivons notre promenade en nous dirigeant progressivement vers le pont Rialto, en prenant soin de parfois dévier des « axes principaux » (juste une expression, car comme expliqué, rien n’est vraiment droit…) où se bousculent les touristes. On prend le temps de flâner, d’arriver sur des petites places, des petites rues, avec ou sans canaux.

Un axe droit quand même : la strada nuova, où se trouve un Mc Do (le seul de la lagune à ma connaissance), pratique pour une pause boisson-pipi sans se ruiner ! C’est que les toilettes publiques sont à 2 €… à ce prix là autant aller boire un espresso au comptoir et en profiter pour se soulager la vessie à ce moment-là !

Il s’agit d’une rue plutôt commerçante, mais à l’image de la lagune, les commerces sont plutôt orientés vers les touristes.

Le pont Rialto

Nous voici enfin arrivés près du pont Rialto, sur lequel se trouvent des petites boutiques. Impressionnant ! C’est aussi le départ de l’itinéraire vers la fameuse place Saint-Marc

La place Saint-Marc

On ne présente plus cette célèbre place, symbole et incontournable de Venise ! On peut y observer le campanile (et y grimper), la magnifique basilique Saint-Marc dont l’architecture d’inspiration byzantine évoque un peu les églises russes que j’aime beaucoup.

Je n’oublie pas le superbe palais des Doges, où se trouvaient aussi les prisons, où fut notamment détenu un vénitien célèbre du nom de Casanova ! (il a d’ailleurs pu s’en échapper d’une manière digne d’un roman d’aventure). Le reste de la place propose une architecture homogène.

Bon à l’époque où nous y étions, un petit décrassage n’aurait pas fait de mal… On retrouve également une horloge astronomique sur la porte d’entrée de la place.

Bien sûr, vous ne serez pas tous seuls sur cette place, il s’agit d’un point de convergence des touristes ! On vous déconseille aussi de vous asseoir pour boire un coup, les prix étant tout simplement du foutage de gueule, même pour un lieu touristique… à moins d’accepter de vous faire plumer pour admirer la place d’une de ses terrasses, on vous conseille de vous éloigner un peu, donc.

On peut bien sûr avoir une vue globale sur la place en passant devant en bateau…

Vue de la place Saint-Marc à partir du bateau

Vues de la place Saint-Marc

La basilique Saint-Marc

La basilique se visite gratuitement, mais attendez-vous à faire la queue ! Une astuce trouvée sur le net consiste à aller déposer un gros sac à dos au vestiaire un peu plus loin et vous obtenez ensuite un laisser-passer (pas de bol, on avait pas de sac à dos, mais nous n’avons pas attendu si longtemps au final).

Les photos sont normalement interdites à l’intérieur, mais trouvant idiot ce genre d’interdictions sans réelles raisons, nous ne nous sommes pas privés ! Par contre difficile d’obtenir des vues d’ensemble en restant discret… L’intérieur est typiquement byzantin avec de belles mosaïques !

À l’époque je n’avais rien vu de tel, maintenant j’ai pu apprécier la chapelle palatine de Palerme ou les églises romaines, mais Saint-Marc reste tout de même unique et magnifique !

Horaires et prix des visites annexes (le trésor notamment) sur le site officiel.

La place se situe directement à ras des quais. On peut les longer pour accéder à une longue promenade, la Riva degli Schiavoni, où se trouve notamment le grand hôtel Danieli, situé dans un palais typiquement vénitien (enfin, une partie, car on peut aussi voir une extension plus moderne).

À côté se trouve le fameux pont des soupirs, ainsi nommé car il conduisait les prisonniers devant les juges dans le palais des Doges, faisant ainsi référence aux derniers soupirs de liberté. Rien de romantique donc !

Flâneries dans Venise

Le reste de la visite fut consacré à des balades sans forcément de but précis, surtout dans le quartier de Dorsoduro, à l’ouest de la place Saint-Marc. Nous avons notamment vu la Fenice, l’Opéra de Venise, maintes fois parti en fumée et donc rené de ses cendres, d’où son nom ! Nous sommes allés jusqu’à la basilique di Santa Maria della Salute, de l’autre côté du grand canal, pour admirer la vue.

Au bout de ce quartier, on peut aussi admirer la vue de l’autre côté, sur le quartier Giudecca, séparé du centre historique par un large canal, et sur l’îlot de l’église San Giorgio Maggiore.

Le Grand Canal

Le Grand Canal sépare le centre historique en deux et a la forme d’un « S ». Il s’agit en fait du plus grand canal navigable de la vieille ville, traversé par de nombreux bateaux, notamment le vaporetto, le bateau-bus de la ville.

Plus qu’une simple voie de navigation, il s’agit surtout de la plus belle vitrine de Venise, laissant voir les nombreux palais des anciennes familles aristocratiques de la ville, dont beaucoup ont été convertis en musées. On ne peut que vous recommander de faire une balade sur ce Grand Canal et d’admirer la vue !

Un bon site récapitulatif des transports à Venise (entre autre choses) ici.

Venise de nuit

Venise est aussi une ville propice aux balades nocturnes, quand elle commence à se vider des touristes… Le mieux est sans doute à la tombée du jour, quand on y voit encore assez mais que les lumières s’allument !

Attention cependant, quand il fait nuit noire, l’éclairage est faible, on s’y perd facilement, il y a peu de monde et cela peut devenir oppressant ! Une vraie ambiance médiévale (bon ok, pas à ce point non plus).

En résumé, Venise est une ville à voir une fois dans cette vie, enchanteresse et unique même si pas parfaite, et nous avons hâte d’y retourner ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *