Saint-Basile-le-Bienheureux de Moscou : visite en photos et infos pratiques

Saint-Basile-le-Bienheureux éclairé à la tombée de nuitLa cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux est probablement l’église la plus célèbre de Russie ! Et certainement une des plus connues dans le monde !

L’image de ses bulbes chatoyants circule dans le monde entier ! Il faut dire que son architecture apparait très fantaisiste, comme tout droit sortie d’un rêve…

En découvrant cette étrange bâtisse, on a plutôt l’impression de tomber nez à nez devant un château de contes de fées…

Aimant bien les contes et les images féériques, cette église me fit rêver pendant longtemps. Impossible donc d’aller en Russie sans espérer la voir ! C’était vraiment LE monument que je ne pouvais pas manquer ! Je vous propose donc de la découvrir avec moi.

 

Afficher une carte plus grande

Informations pratiques pour la visite de Saint-Basile

cathédrale Saint-Basile de nuit à MoscouHoraires

Juin, juillet, aout : de 10h à 19h (fermeture le 6 juin et le 8 aout)

Septembre, octobre, mai : de 11h à 18h

Du 8 novembre au 30 avril : de 11h à 17h

Fermeture des caisses et dernière entrée 45 mn avant.

Durant les vacances scolaires russes le horaires sont étendus d’une heure.

La cathédrale est ouverte tous les jours sauf le premier mercredi du mois.

Attention : si la température passe sous le seuil des -15°C, les horaires peuvent être réduits !

Tarifs

L’entrée en 2018 est de 1000 roubles pour les citoyens non-russes, soit environ 13€ ! En 2017 quand je l’ai visitée, le tarif était de 500 roubles ! Un peu abusé, je ne vais pas mentir, même si l’intérieur vaut le détour.

Gratuit pour les -16 ans,  150 roubles pour les adolescents entre 16 et 18 ans (sur présentation d’une pièce d’identité) et étudiants munis de leur carte internationale.

 

Combien de temps pour visiter Saint-Basile-le-Bienheureux ?

Comptez entre 30 mn et 1h selon votre rythme, le nombre de photos que vous prenez, etc. Personnellement j’y ai passé 1h et je n’ai pas vu le temps passer !

 

Un peu d’histoire…

Édifiée entre 1556 et 1561, Ivan le Terrible souhaitait alors commémorer sa victoire sur les Tatars de Kazan en célébrant la fameuse Vierge de Kazan, à qui l’église fut dédiée. Et oui, officiellement, il s’agit de la cathédrale-de-l’intercession-de-la-Vierge-sur-le-fossé (oui, les Russes aiment bien les noms à rallonge pour leurs églises…), nom par ailleurs assez courant dans le monde orthodoxe… enfin sauf la partie sur le fossé !

Huit chapelles furent créées autour de la salle centrale (symbole des huit batailles lors de la prise de Kazan), avant l’ajout d’une neuvième, dédiée à un certain Basile, un « fou de Dieu » du XVIe siècle.

Il donna d’ailleurs ensuite son nom à la cathédrale, soit en russe Собор Василия Блаженного (Sabor Vassiliya Blajennava). Et oui, comme ça, c’est plus personnalisé et plus facile à retenir, non ? 😉

Devant elle se dresse une statue en hommage à Dmitri Pojarski et Kouzma Minine, qui unifièrent les troupes combattant l’envahisseur polonais au 17e siècle.

Saint-Basile-le-Bienheureux éclairée la nuit

Encore plus belle de nuit !

 

Selon la légende, Ivan, qui était décidément vraiment très terrible, fit crever les yeux de son architecte, pour qu’il ne reproduise pas un tel chef-d’œuvre ! Bon, apparemment ce n’est qu’une légende, car ce dernier, Postnik Yakovlev (on n’est pas non plus très sûr de son identité…), participa plus tard à d’autres projets.

vue sur la place rouge et la catédrale Saint Basile de MoscouMais peu importe, dans tous les cas, la cathédrale ne fut jamais égalée et demeure vraiment exceptionnelle, vous ne trouvez pas ? 😉

Elle fut cependant plusieurs fois remaniée, les escaliers furent notamment couverts, avant cela, les chapelles étaient indépendantes les unes des autres et accessibles par des passages ouvertes.

Les couleurs des bulbes ne furent d’ailleurs rajoutées que près d’un siècle plus tard ! Et tant mieux, c’est là que réside toute son originalité et sa fantaisie ! Ils sont par ailleurs tous différents, un vrai régal pour les yeux.

Pour ma part, en tant que souris très gourmande, je ne peux pas m’empêcher de penser à un tas de bonbons, sucettes, ou cornets de glace « à l’italienne ». Miam, j’ai envie de croquer dedans ! Bon, en fait je me suis contentée de la visiter, c’est déjà pas mal…

La cathédrale manque de peu d’être démolie sous le régime de Staline, ce dernier trouvant qu’elle gênait lors des défilés militaires ! Heureusement, et pour notre grand plaisir, elle fut épargnée, ouf ! Elle fut transformée en musée pendant la période communiste. Aujourd’hui, c’est toujours le cas (raison pour laquelle elle est payante…) mais un office est célébré une fois par an.

 

La visite de Saint-Basile-le-Bienheureux

maquette de Saint-Basile-le-BienheureuxSi bon nombre de touristes se contentent de l’admirer de l’extérieur, j’avais tout de même très envie de la visiter !

Curieuse, je me demandais à quoi l’intérieur pouvait ressembler, et comment étaient organisées les salles. L’architecture étant tellement spéciale, difficile de savoir à quoi s’attendre !

Alors, à quoi cela ressemble-t-il donc à l’intérieur ? Et bien, ce qui frappe en premier, c’est que tout semble petit ! Ici pas de grande nef ou de hauts plafonds, rien à voir avec d’autres cathédrales !

Le premier niveau

Nous entamons la visite par le premier niveau, et oui, il y en a deux ! Le premier est plutôt bas de plafond. Après un couloir aux murs recouverts de motifs floraux, on pénètre dans la chapelle de Basile (appelée le Bienheureux car « fou » selon la doctrine religieuse) très richement décorée. Probablement la plus remarquable pièce de ce niveau, et une des chapelles les plus riches de l’église !

Se succèdent ensuite plusieurs petites salles de brique apparente présentant divers objets religieux ou historiques. C’est donc là que se trouve le musée à proprement parler. Ces salles n’étaient à l’origine pas accessibles aux fidèles et servaient d’entrepôt ! Un escalier secret permettait d’y accéder. Au début, la noblesse moscovite y déposaient leurs biens précieux, comme dans un coffre-fort !

 

Le second niveau

Il faut ensuite grimper à l’étage en empruntant un étroit escalier en colimaçon. J’ai vraiment eu l’impression de me trouver dans le château de la Belle au bois dormant ! Personne à mobilité réduite, attention tout de même…

Nous découvrons alors la chapelle centrale, la plus grande. Nous nous trouvons sous le bulbe central, le plus haut, et on s’en rend bien compte en levant les yeux. (attention au torticolis !)

Nous pouvons ensuite déambuler dans les autres chapelles, et admirer les belles iconostases et fresques. Comme ici les photos sont autorisées, ce qui est rarement le cas dans les églises orthodoxes, je m’en suis donné à cœur joie ! Dommage que le recul nécessaire fasse défaut…

Des fenêtres offrent également une vue impressionnante sur les quais de la Moskova, juste derrière.

 

Si l’intérieur de la cathédrale n’est pas forcément impressionnant ou grandiose, je peux dire que je l’ai trouvé tout mignon, et j’ai vraiment aimé me trouver dans ce lieu chargé d’histoire (il s’agit quand même d’une des plus vieilles églises de la ville, avec celles du Kremlin) et j’ai eu l’impression de percer un mystère ! Je ne peux que recommander ! Juste dommage que les touristes étrangers soient pris pour des vaches à lait, le tarif ayant doublé en un an ! Bizarrement, juste après la Coupe du monde, hum…

J’espère que cet article vous aura donné envie 😉

 

Découvrez maintenant le mythique Kremlin de Moscou

Sinon déambuler dans le plus beau et plus ancien quartier de Moscou : le Kitai Gorod

Ou bien retournez sur la place Rouge

Ou sur l’article principal (index)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *