Visite de la vieille ville de Kaunas

Avec ses 340.000 habitants, Kaunas est la deuxième ville de Lituanie. Elle fut d’ailleurs capitale du pays entre 1920 et 1939 quand une partie du territoire, dont Vilnius, faisait encore partie de la Pologne.

Kaunas est située à 100 km de Vilnius et occupe une position plus centrale dans le pays. Le centre se trouve au confluent des fleuves Neris et Niemen.

Comment se rendre à Kaunas de Vilnius


Afficher une carte plus grande

Gare de Kaunas

Gare de Kaunas

Pour nous y rendre nous avons opté pour le train, qui met entre 1 h 05 et 1 h 40 selon les heures, et coûte entre 4 et 6 € selon la durée.

Selon où vous logez dans Vilnius il vous faudra prendre un trolley ou un bus pour vous rendre à la gare, ce qui ne pose pas de problèmes car ils y passent quasiment tous !

Les trains sont propres et confortables. Contrôle systématique des billets à bord (pas besoin de valider). Horaires et tarifs sur le site des chemins de fer lituaniens.

Il est possible de prendre des bus à partir de la gare routière (située en face de la gare ferroviaire), le temps de parcours étant sensiblement le même pour un tarif très légèrement supérieur.

La gare de Kaunas n’est pas située dans le centre historique. Il vous faudra soit marcher 20 bonnes minutes (en passant par les faubourgs, franchement moches car restés « dans leur jus » de l’époque soviétique) soit là aussi prendre un des nombreux bus ou trolley. A 0,70 € le ticket acheté à bord, n’usez pas inutilement vos semelles !

La vieille ville de Kaunas

Étant désireux de visiter l’insolite musée du Diable, situé à mi-chemin entre la vieille-ville et la gare, nous y sommes allés à pied en passant par un parc (plus sympa qu’un boulevard à bagnoles…) où nous avons pu admirer deux églises orthodoxes et une toute petite mosquée (dédiée à la communauté Tatare musulmane de la ville) avant d’arriver devant l’église Saint-Michel, anciennement église orthodoxe et désormais catholique.

Nous voilà alors en haut de l’avenue de la liberté, élégante promenade piétonne bordée d’arbres et d’immeubles colorés plutôt restaurés, dans lesquels on trouve boutiques, cafés et restaurants (surtout des chaînes locales en fait).

Le parcours intéressant dans la ville consiste à se balader sur cette avenue pour atteindre la rue Vilniaus, principale rue de la vieille-ville, avec d’anciennes maisons colorées et de gros pavées. Il s’agit de la rue animée de la ville, dont les terrasses (pas que des chaînes ici…) débordent !

On passe aussi devant l’ancien palais présidentiel et devant la cathédrale, aussi sobre à l’extérieur qu’ouvragée à l’intérieur (mais sans excès) avant d’atteindre la place principale de la ville, celle de l’ancien hôtel de ville et ancien marché, place par ailleurs très élégante où nous nous sommes arrêtés pour boire un bon cocktail et manger un gâteau (à des prix très éloignés de ceux pratiqués en France, le choix en plus…) .

Derrière, vers les bords du fleuve, on peut admirer la maison de Perkunas, en brique, avec une architecture similaire à l’église Sainte-Anne de Vilnius.

De l’autre côté de la place, on peut voir les ruines de l’ancien château médiéval.

Le musée du Diable de Kaunas

Kaunas regorge de petits musées originaux. Nous n’avions le temps d’en faire qu’un seul alors notre choix s’est porté sur le musée du Diable ! Étonnant petit musée qui retrace la mythologie lituanienne liée au Diable, avec une collection de statues et pas mal d’explications, le tout dans trois grandes salles (quand même !).

On y trouve notamment une représentation d’Hitler et Staline en diables ! À conseiller à ceux qui aiment les musées insolites. Le prix d’entrée est symbolique donc inutile de vous en priver, c’est ici pour les infos pratiques !

En résumé, le centre de Kaunas est moins grand et un peu moins restauré que celui de Vilnius, mais la ville vaut le détour, ne serait-ce qu’une demie-journée, car moins touristique, plus authentique, et intéressante.

On peut même y rester plus longtemps pour profiter des musées et des parcs (deux funiculaires permettent aussi d’avoir une belle vue sur la ville, mais nous n’avions malheureusement pas le temps pour ça, peut-être une prochaine fois).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *