Le quartier de Sanità à Naples et les catacombes de San Gaudioso

Naples vues aériennes de Sanita

vue aérienne d’une partie du quartier de Sanità

Le quartier de Sanità à Naples fait partie intégrante des quartiers dits « historiques », bien que situé hors des anciens murs de la ville.

Souffrant malheureusement d’une mauvaise réputation (très exagérée selon nous), il est tout de même à découvrir, surtout pour sa principale curiosité : les catacombes de San Gaudioso.

Pour y accéder, le plus simple est d’emprunter les lignes 1 ou 2 du métro et descendre à la station Cavour.

 

Afficher une carte plus grande

 

Le quartier de Sanità

marché de la via vergini dans le quartier de Sanita à naples

marché de la via vergini

Une fois sur la piazza Cavour, on remarque non loin de là la porte de San Gennaro (patron de la ville), qui marquait les limites de la ville intra-muros.

Le quartier de Sanità était donc situé hors des murs ! Et oui, c’est que la population croissait rapidement à Naples, il a donc fallu construire de nouvelles habitations en dehors des limites officielles. Voyez, ça fait donc longtemps que Naples est très peuplée et grouille de monde !

Ce quartier très vivant et resté authentique souffre malheureusement d’une mauvaise réputation.

Mais lors de mon passage, je ne m’y suis pas du tout sentie en insécurité, je ne l’ai pas trouvé forcément sale (pas plus que le centre historique). Mais je dois avouer que je ne m’y suis pas promenée en soirée.

J’ai bien aimé découvrir diverses fresques murales, ou street-art, cela donne un petit côté très vivant au quartier !

J’ai emprunté la via Vergini, axe principal où se tient un marché permanent. Pas toujours facile de se frayer un passage ! Vaut mieux être une petite souris… En tout cas, je n’ai jamais vu autant de marchés de rue qu’à Naples !

 

Le palazzo dello Spagnolo

Sur la via Vergini,  nous avons pu entrer dans la cour de ce beau palais du XVIIIe siècle et admirer son superbe escalier, signé Sanfelice (connu pour d’autres escaliers, comme deux de l’église San Giovanni a Carbonara).

C’est ici que le roi Charles Ier de Bourbon s’arrêtait sur le chemin du domaine de Capodimonte pour échanger ses chevaux contre des bœufs afin de gravir la forte pente menant au palais. Un des plus beaux palais du quartier ! Ah, quand on aime le baroque, on est gâté ! À voir de jour et de nuit…

 

Le palais Sanfelice

À deux pas de là, ce palais possède les mêmes escaliers… en version décatie ! À voir pour comparer… L’image de ces deux palais (l’un bien entretenu, l’autre laissé plus ou moins à l’abandon) résume plutôt bien Naples…

 

insigne du quartier Sanita de Naples

Pas de grandes différences avec les autres quartiers anciens de la ville (tels que Spaccanapoli ou les quartiers espagnols) au final…

J’ai pu y retrouver de vieux immeubles pas toujours bien entretenus, des petites ruelles, du linge qui pend, les autels de rue, les scooters ou les voitures qui envahissent les rues étroites…

Mais ici, point de boutiques à touristes, mais des commerces de proximité, des cafés, snacks, trattorie… et même un marché donc !

Le pont de Sanità

Le quartier de Sanità est enjambé par un pont qui relie deux collines de la ville. Ce pont fut complètement encastré dans les immeubles environnants et occupe même une partie du cloître de Santa Maria della Sanità !

Un ascenseur permet d’y accéder et de vous rapprocher des catacombes de San Gennaro, mais nous verrons cela plus tard… 😉

vue sur le quartier Sanita de Naples

Sanità vue depuis le pont

Pour l’anecdote, il fallu attendre l’invasion napoléonienne et Joseph Bonaparte pour que soit décidée la construction de ce pont.

Avant cela, rappelez-vous, il fallait passer par Sanità et gravir une très forte pente pour accéder au domaine royal de Capodimonte.

Et oui, heureusement que les Français étaient là pour penser à raccourcir le trajet ! Cependant,  le contournement du quartier entraine alors sa décadence…

Il fut complètement délaissé et de nos jours demeure un des plus pauvres de Naples. Non, en fait, les habitants ne nous remercient pas, hum.

 

Nous arrivons sur la piazza Sanità, où trône la basilique du même nom. Pas mal le street-art ! Même si les immeubles mériteraient un petit coup de peinture…

Piazza Sanità

 

La basilique Santa Maria della Sanità et les catacombes de San Gaudioso

 

Afficher une carte plus grande

 

Basilique Santa Maria della Sanità

basilique santa maria della sanita à NaplesMonument majeur du quartier, elle fut érigée au XVIIe siècle en onze ans à peine !

Appartenant aux Dominicains, son histoire est fortement liée aux catacombes de San Gaudioso. Elle fut en effet construite au-dessus !

C’est à la fin du XVIe siècle que l’entrée des catacombes fut redécouverte, ainsi qu’une image miraculeuse de la Vierge, la plus ancienne de Naples, dite « de la santé », qui a donc donné son nom au quartier de Sanità…

Celle-ci est désormais visible dans la crypte de la basilique, où se trouve d’ailleurs l’accès aux catacombes.

Cette crypte, par ailleurs richement décorée, était en fait une église paléo-chrétienne, ensevelie comme les catacombes par une coulée de boue au cours du Ier millénaire ! Outre l’image de la Vierge, une fresque très ancienne fut également retrouvée.

Naples escalier de Santa Maria della SanitaCe qui apparait aujourd’hui comme la crypte était donc en fait une première petite église, largement remaniée aux XVIe et XVIIe siècle dans le plus pur style baroque. Les fresques montrent les différents martyrs des premier Chrétiens, ambiance…

On accède à cette crypte en empruntant les escaliers sous l’autel. C’est de là que partent d’ailleurs les visites guidées pour les catacombes.

Je l’ai d’ailleurs trouvé vraiment beau ce maître-autel monumental avec ses superbes escaliers ! C’est d’ailleurs ce que j’ai préféré dans l’église, par ailleurs très sobre…

Petite anecdote : on retrouve encore dans la basilique un ancien « siège de fertilité », sur lequel les Napolitaines venaient s’asseoir pour espérer tomber enceinte. Et oui, ils étaient très superstitieux ces Napolitains, et ils le sont encore !

 

Les catacombes de San Gaudioso

Prêts pour la visite ? 😉 Celle-ci est obligatoirement guidée et a lieu tous les jours, toutes les heures de 9 h à 13 h (heure de la dernière entrée) pendant environ 50 mn. Le billet à 9 € en 2018 donne également accès aux catacombes de San Gennaro un peu plus loin (dans l’année qui suit l’achat).

Les visites s’effectuent en italien et en anglais. Et non, pas de français pour le moment… il vaut donc mieux maîtriser un peu la langue de Shakespeare… ou de Dante !

Notre guide, Antonio, s’est avéré passionné et passionnant ! Nous avons appris un tas de choses grâce à lui, et je n’ai pas la prétention de vous en dire autant, mais j’espère vous donner envie.

Une brève histoire des catacombes de San Gaudioso

Naples catacombes San GaudiosoLes catacombes, creusées dans une colline de tuf, furent utilisées dès le IVe siècle par les Chrétiens.

Saint Gaudioso, martyr venu de Tunisie, y fut inhumé en 453, et de nombreux fidèles voulurent par la suite reposer à ses côtés (les saints étaient un peu les stars de l’époque… ça change des Nabilla et consorts…)

Les reliques du saint furent ensuite transférées dans la ville intra-muros pour les protéger lors des invasions et l’engouement pour les lieux s’amenuisât.

Suite à la coulée de boue du Ier millénaire, les catacombes furent ensevelies et tombèrent dans l’oubli jusqu’à leur découverte au XVIe siècle par les Dominicains.

À partir de là, de riches citoyens (des Nobles…) souhaitèrent également reposer dans les lieux, redevenus à la mode (ah la mode, quel éternel recommencement !).

Les anciennes tombes furent vidées pour faire de la place aux nouveaux (hum, on ne peut même rester tranquille après sa mort…). Contrairement aux principes des premiers Chrétiens où l’égalité était le maître mot, seuls les riches pouvaient donc jouir du privilège d’être enterrés près du saint. Le message initial de la religion se perd…

La visite des catacombes de San Gaudioso

Nous pénétrons dans ce lieu unique par une petite porte au fond de la crypte. Nous tombons nez à nez avec ce qu’il reste de la tombe de San Gaudioso, encore recouverte de mosaïques, très anciennes donc !

Dans les galeries jouxtant le tombeau, d’autres fresques sont également visibles, notamment celle de sainte Catherine. Mais certaines datent du XVIIe siècle ! Les époques se mélangent donc…

 

Avant l’inhumation…

Naples catacombes San GaudiosoFait peu commun, la visite se poursuit par une salle assez spéciale, comportant plusieurs « niches ».

C’est là que les corps des défunts étaient envoyés par une trappe située dans la crypte, et installés en position assise pour être « drainés » de leur fluides corporels et de leur gaz.

Les liquides étaient alors recueillis dans un pot placé en-dessous, un peu comme sur des latrines finalement. Oups, mais qui a dit que la visite était glamour ?

Les corps étaient « troués » ou « éclatés » comme on disait à l’époque (sympa…), puis la tête, une fois « séchée » était découpée et placée dans un trou prévu à cet effet dans la galerie des fresques, un peu plus loin. Non, nous ne sommes pas dans un film d’horreur, je vous rassure !

 

Les fresques

Naples catacombes San GaudiosoOutre le tombeau du saint, on retrouve les sépultures de vingt-sept personnes. Celles-ci sont très originales et ne ressemblent à rien d’autre !

Rappelez-vous les têtes séparées du reste du corps… En effet, leur crâne était déposé au-dessus de fresques représentant leur squelette, tout habillé ! Ces squelettes évoquent par ailleurs leur appartenance sociale : un juge, un chevalier…

Un étrange squelette aux dimensions inhumaines « veille » à l’entrée… De quoi se mettre dans l’ambiance !

On retrouve également le peintre Giovanni Balducci, d’origine modeste mais qui mis sans doute son art au service des Dominicains en échange du droit à reposer ici. Et oui, tout se monnaie, comme quoi, ça ne date pas d’aujourd’hui !

Au XVIIe siècle, la vision de la mort était bien différente de celle des premiers Chrétiens, qui eux la voyaient comme une libération de l’âme et le moyen de se rapprocher de Dieu.

fresque dans les catacombes de San Gaudioso à NaplesDiverses fresques furent donc ajoutées pour rappeler le caractère positif de la mort, et à aider les hommes à se détacher de leurs bien matériels.

En tant que souris coquette, j’ai été frappée par cette fresque de squelettes féminins rappelant que la beauté est éphémère et qu’on ne doit donc pas s’y attacher… Oui, je sais que je deviendrai une vieille souris fripée, mais que voulez-vous, j’ai quand même envie d’en profiter un peu avant !

Cette pratique particulière fut abolie en 1637 pour éviter que les catacombes ne s’effondrent. Et oui, percer des murs, ce n’est jamais anodin !

Il fallu attendre la fin des années 2000 pour qu’elles ouvrent au public, après une minutieuse restauration qui donna du boulot à plusieurs jeunes du quartier réunis en association, désireux de promouvoir ce patrimoine méconnu et de développer économiquement ce quartier déshérité de Naples. Ce sont d’ailleurs eux qui proposent cette passionnante visite guidée.

 

J’espère que cela vous aura donné envie. Pour ma part, j’avais très envie de découvrir les catacombes de Naples ainsi que le cimetière des Fontanelle tout près. J’ai trouvé tout ceci fascinant et pas glauque du tout. Cela fait partie de l’Histoire et de tels lieux sont rares. Bref, une visite qui m’a marquée et que je ne regrette pas du tout !

Tout cela m’a mis en appétit, avant de quitter le quartier, j’ai fait une petite pause « baba » dans une des pâtisseries du coin, miam !

 

Revenir à l’article principal

Ou découvrez non loin de là le fascinant cimetière des Fontanelle

Ou bien grimpez découvrir les catacombes de San Gennaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *