Odessa, son célèbre escalier Potemkine et le bord de mer à Arkadia

OdessaOdessa (Одеса en ukrainien et Одесса en russe) est la 3e ville d’Ukraine par sa population avec un million d’habitants. Aujourd’hui premier port d’Ukraine, la ville fut fondée ex-nihilo par la tsarine Catherine II en 1794 afin d’ouvrir l’Empire russe sur la mer Noire.

« Ville libre » peuplée en premier lieu d’immigrants de diverses origines, juifs, russes, albanais, grecs, et de bon nombre d’aventuriers ou de hors-la-loi, elle fut d’abord gouvernée par le duc de Richelieu, arrière petit neveu du cardinal, émigré français ayant fui la Révolution et resté une figure emblématique de la ville.

Cette histoire singulière confère à ses habitants une certaine ouverture d’esprit et un caractère particulier un brin ironique. Jamais pleinement russe, pas vraiment ukrainienne, Odessa reste une ville cosmopolite unique en son genre. Aujourd’hui majoritairement russophone et un brin décadente, elle est la principale cité balnéaire d’Ukraine, surtout depuis la perte de la Crimée, mais malgré l’ambiance décontractée et l’apparente tranquillité, les tensions entre nationalistes ukrainiens et russophones restent réelles.


Afficher une carte plus grande

J’ai découvert Odessa lors d’un long circuit en Ukraine comprenant Kiev et Lviv. J’ai séjourné plusieurs jours dans la ville et vous présenterai progressivement divers aspects de la cité.

Se rendre à Odessa

Pour nous rendre à Odessa depuis Kiev nous avons choisi la compagnie Ukraine International Airlines, pour environ 45€, mais on trouve des compagnies « charters » moins chères. Mieux vaut s’y prendre à l’avance ! Bien que située à seulement 450 km de Kiev, le train « rapide » met 7h pour relier les deux villes, nous avons donc laissé cette option de côté.

Beaucoup d’Ukrainiens choisissent également le train de nuit. L’aéroport d’Odessa est vraiment petit, en attendant la fin des travaux du nouveau terminal… Pour rejoindre le centre, c’est un peu le foutoir ! Les transports en commun étant peu fréquents et s’arrêtant tôt. Les taxis ont la réputation d’arnaquer les touristes qui ne parlent pas russe, alors nous vous conseiller de demander à votre hôtel ou loueur de vous en appeler un qui proposera un prix fixe et devra s’y tenir ! Infos sur les transports sur le site officiel de l’aéroport.

 

Le centre d’Odessa

Le centre d’Odessa est plutôt agréable, même si la circulation automobile est, comme ailleurs en Ukraine, un peu peu trop présente et rapide. Le plan de la ville est simple : il est orthogonal, et toutes les avenues sont ombragées, ce qui fort sympathique pour s’y balader l’été !

L’hyper-centre offre globalement une architecture de style « Empire russe » qui lui a valu le surnom (peut-être un peu exagéré) de « Saint-Pétersbourg » du sud. Si tout n’est pas d’une grande beauté, l’architecture reste globalement plutôt cohérente (très peu de tours ou mochetés modernes en béton) et ça et là, de très beaux immeubles jalonnent la ville.

Au sud du centre-ville, on trouve la gare et tout à côté à l’ouest, le vaste marché, célèbre dans tout le pays. Vous arriverez peut-être par le train depuis Kiev, ou serez amené à le prendre, et ce sera alors un réel plaisir pour les yeux !

La gare centrale d’Odessa

 

Le grand marché Privoz à Odessa

Juste à côté, ne manquez donc pas cet énorme marché, à moitié extérieur et à moitié intérieur dans sa grande halle. Malheureusement, il faisait vraiment chaud lors de notre séjour et nous ne nous y sommes pas trop attardés (ça cogne à l’intérieur !)

 

L’opéra d’Odessa

Il s’agit probablement du monument le plus remarquable de la ville ! Devant, c’est le défilé de limousines, il fait bon être vu à Odessa devant son opéra… De style néo-baroque « viennois » je l’ai trouvé plutôt pas mal. Cependant, je regrette vraiment de ne pas avoir pu le visiter ! J’aurais aimé assister à un spectacle, hélas, en ce mois de juillet, nous étions en plein creux de la saison artistique !

Pour la petite anecdote, j’avais vu l’affiche du mois dans l’entrée avec les dates de spectacle, et avais repéré une représentation de « Gisèle ». Toute contente, nous allons donc au guichet acheter nos billets, même si la vendeuse ne semblait pas trop comprendre. Ce n’est qu’une fois les tickets imprimés que je m’aperçois de mon erreur : la date était celle du mois d’aout ! Et oui, sur l’affiche, tout était écrit en russe (ou ukrainien) et à l’époque je n’avais pas su déchiffrer le mois ! Aie ! Heureusement, devant nos mines déconfites, la guichetière accepta de nous rembourser les billets, chose qui ne se fait normalement pas. Ouf pour le porte-monnaie, mais déception quand même, j’en rêvais déjà de Gisèle, tant pis…

 

La rue Deribasovska

La ville n’offre au final que peu de grands monuments, mais offre de jolies balades et plusieurs rues commerçantes assez sympathiques. La plus animée, jour et nuit, est la rue Deribasovska, avec ses cafés, restaurants, son jardin et ses musiciens de rue. Vraiment un « incontournable », où bat l’âme de la ville. J’ai apprécié l’ambiance très « vacances », idéale pour finir ce séjour !

Au milieu, j’ai de suite remarqué et admirer la superbe façade Art nouveau verte de l’hôtel Bolshaya Moscovskaya, ou « maison aux visages », œuvre de l’architecte Lev Vlodek. Je suis vraiment fan de ce type architectural !

Le passage

Du côté ouest de la rue s’ouvre le passage, unique passage couvert de la ville avec ses sculptures baroques, ouvert en 1900 et du même auteur. S’il est vraiment très beau, malheureusement l’activité n’y battait pas son plein ! Comme dans bon nombre de passages couverts, hélas ! Cependant, je le considère comme une des plus jolies galeries couvertes que j’ai pu voir dans ma vie !

 

Ailleurs dans le centre, les fans pourront notamment le musée Pouchkine ainsi que la statue du célèbre écrivain, le musée archéologique, le musée d’art occidental et oriental, de beaux immeubles néo-mauresques, le nouveau centre culturel arabe (avec sa salle de prière) ainsi que d’autres beaux bâtiments ! J’ai vraiment apprécier mes balades dans le centre d’Odessa, à flâner le museau en l’air, au grès du vent, à juste profiter, admirer…

 

La poste centrale d’Odessa

N’hésitez pas à vous éloigner un peu de l’hyper-centre pour aller voir la poste centrale et sa superbe salle couverte d’une verrière ! Remarquez les symboles communistes toujours présents ça et là…

 

La place du duc de Richelieu et le boulevard Primorski

place à OdessaUn peu plus au nord, dominant le port, la plus jolie place de la ville est celle du duc de Richelieu, qui s’ouvre sur les escaliers menant au port. Elle se situe au centre du boulevard Primorski, promenade ombragée dominant le port et offrant là aussi de nombreux beaux immeubles. A son extrémité est se trouve l’hôtel de ville avec, devant, un canon pris aux anglais durant la guerre de Crimée.

A l’extrémité ouest se trouve le palais du comte Vorontsov, 3e gouverneur de la ville. Derrière, le pont piétonnier Teschin dit « de la belle-mère » (j’imagine que beaucoup rêvaient d’y jeter la leur, hum) franchit un ravin. Entre le boulevard Primorski et le centre se situe la place accueillant la statue de l’Impératrice Catherine II et des fondateurs de la ville.

Les rues alentours sont aussi très jolies et intéressantes, ceci étant probablement le coin le plus attrayant de la ville ! On notera surtout la rue Vorontsovskyi, une des rares qui ne soit pas droite à Odessa, et célèbre pour ses cours intérieures typiques (mais qu’on trouve aussi ailleurs dans la ville) et sa « maison de sorcière », immeuble qui semble n’avoir qu’un seul mur selon l’angle du regard (mais on voit aussi ce genre de choses ailleurs, à Paris par ex…)

La place du duc de Richelieu et ses alentours

Le boulevard Primorski

 

 

 Le port et le célèbre escalier Potemkine

Odessa est avant tout un grand port sur la mer Noire, le premier d’Ukraine. C’est pour créer une entrée monumentale à la ville que fut aménagé de 1837 à 1841 son célèbre escalier Potemkine, théâtre des premiers évènements révolutionnaires russes en 1905 ou plutôt en réalité du fameux film d’Eisenstein, le cuirassé Potemkine, sorti en 1925.

les escaliers potemkine à OdessaL’escalier compte 192 marches et dix paliers mais pour les fainéants (pas moi donc, hum), il est longé par un funiculaire gratuit… mais fermé pour travaux en 2016 ! Malheureusement lors de notre passage, la perspective était en partie bouchée par des travaux ! Bon, un peu d’exercice ne fait pas de mal (re-hum)…

À noter que les escaliers furent conçus afin qu’ils paraissent toujours de la même largeur de haut en bas ! En effet, les marches en haut mesurent 12,5 m de longueur tandis que les plus basses atteignent 20 m ! De plus, lorsqu’on est tout en haut, on ne voit pas les marches mais seulement les paliers, et lorsqu’on est en bas, c’est l’inverse ! Pas mal !

Le port, en revanche, nous a déçus, il ne possède pas de charme particulier (bref un port quoi…) et le centre commercial était en travaux (encore !). On obtient une vue agréable sur la baie, mais c’est tout (et 192 marches à grimper pour regagner le centre…). On notera la petite église reconstruite, Saint-Nicolas-des-Marins, à ne pas confondre avec celle de Saint-Pétersbourg, plus célèbre (et une des mes églises préférées d’ailleurs !)

 

Les églises d’Odessa

église Saint-Pantaleon à OdessaLa ville possède plusieurs belles églises orthodoxes russes de toutes les couleurs. En voici quelques exemples, tel que la belle Saint-Pantaléon et ses énormes bulbes (malheureusement impossible de voir l’intérieur à part une petite chapelle !) et la cathédrale récemment reconstruite.

Malheureusement, les photos dans les églises orthodoxes sont souvent interdites, même si ce n’est pas toujours très clair ! Des fois oui, des fois non (en Russie c’est plus simple, c’est non partout, sont plus cools les Ukrainiens). Nous nous sommes faits enguirlander en prenant une photo dans la cathédrale ! Tant pis, c’était fait, et tant mieux !

Ah, les bulbes, pour moi c’est là tout le charme du monde orthodoxe russe… j’aime les voir scintiller de loin ! C’est dont logiquement que je m’étais préparé un petit parcours « églises ». Pour la petite histoire, nous avions repéré une jolie église bleue sur le net, un peu excentrée, et en allant sur place, nous nous sommes rendus compte que le bâtiment était en fait une maison de retraite ! On avait l’air fins en entrant, hum. Voilà où me mène ma quête des églises bleues, si rares chez nous 😉

 

Les plages et le quartier d’Arkadia

Avec son port, son escalier monumental et son opéra, ce sont bien sûr les plages de la ville qui en font également la célébrité. La plus connue est celle d’Arkadia, à quelques kilomètres au sud du centre-ville, complexe moderne avec clubs, tours et centres commerciaux. Peu d’intérêt pour nous, le quartier attire surtout les clubbers ou touristes occidentaux en recherche de beautés slaves… ambiance « caliente » qui n’attire pas forcément votre souris préférée. Les plages, quant à elles, oscillent entre agréables (celles qui sont privées) et plus… bucoliques !

Arkadia à OdessaDu port à Arkadia, une « promenade de santé » longe les plages, en contrebas de la ville, située en hauteur. Nous l’avons parcourue sur près de 5 km, cela faisait du bien de se mettre au vert, loin de la circulation automobile. Un télésiège assure la liaison entre la plage et la ville, mais il n’y en a qu’un sur tout le parcours. Pour atteindre les plages, il faut souvent suivre une descente un peu acrobatique !

Vous pouvez aussi rejoindre le quartier d’Arkadia en empruntant un tram qui longe le boulevard des Français, mais sous le cagnard, on a préféré éviter ! Et non, les vieux coucous qui servent de tram ne sont pas climatisés… Je préfère encore suer en marchant que suer tout court !

Le boulevard comporte par ailleurs de belles maisons et anciens sanatorium, mais malheureusement les arbres empêchent de voir grand-chose, et les bâtiments sont plutôt en retrait par rapport à la rue !

Cette balade fut plutôt agréable, de toute façon, c’est toujours sympa de voir la mer je trouve 😉 En arrivant à Arkadia nous avons un peu tâté l’ambiance : musique électro à fond les ballons, boutiques, bars, coffee shop (dont une imitation d’une très célèbre enseigne américaine…). Finalement assez sympa, à condition de ne pas rester trop longtemps, mes oreilles étant grandes (hum) elles souffrent vite !

Nous avons profité de ne pas être loin pour reprendre un tram en fin de journée afin de dîner au célèbre restaurant « Datcha« , pour une soirée romantique dans un cadre agréable. Une belle fin de séjour pour nous donc 😉

 

En résumé, Odessa reste une destination agréable, loin des clichés véhiculés autour de la prostitution, fêtes, mafia… même si on ne va nier que cela existe (comme dans beaucoup d’endroits…), nous nous sommes sentis bien plus en sécurité dans les rues d’Odessa le soir que dans celles de Paris… ou de Marseille, la principale ville portuaire française avec laquelle Odessa est jumelée. Nous avons pu nous y balader tranquillement, y manger et boire, le tout à des tarifs à faire baver d’envie un touriste français sur la côte d’azur !

Découvrez la gastronomie à Odessa

 

7 Responses to Odessa, son célèbre escalier Potemkine et le bord de mer à Arkadia

  1. LAURENCE LESAFFRE dit :

    vraiment, un grand bravo.
    si ce n’est pas l’été 2017 car j’ai prévu sao tomé, sur, ce sera l’Ukraine.
    merci pour cette belle découverte

  2. ElCaribou dit :

    Ah coolos, ça m’a l’air assez esthétique tout ça. Petite question, l’ukrainien parle anglais ?

    • Miranda dit :

      Oui c’est joli tout ça ! L’Ukrainien parle à peine anglais, malheureusement (plus à Lviv, un peu à Kiev, très mal à Odessa), mais tu peux toujours tenter le serbe, sur un malentendu ça peut marcher 😉

  3. aiechicita dit :

    Bonjour a tous.

    Tout cela me rassure et me donne envie, je pars de France le 19 septembre pour 10 jours de détente à Odessa et j’ai bien hâte d’y être.

    Seul bémol; s’ils ne parlent pas anglais cela va être compliqué. En espérant que les menus soient en double langue. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *