La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-sang-versé de Saint-Pétersbourg

La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-sang-versé, ou Храм Спаса на Крови en russe, khram spasa na krovi (oui, c’est plus long en français) est sans doute LE monument majeur de Saint-Pétersbourg, avec l’Ermitage. Reconnaissable de loin à ses beaux bulbes multicolores, s’il y a bien une église à ne pas rater, c’est celle-là ! Petite visite guidée avec la souris !

 

Afficher une carte plus grande

 

Située en plein dans le « Triangle d’or » de Saint-Pétersbourg, et non loin de la Perspective Nevsky, vous ne pourrez pas la manquer ! Pierre le Grand, fondateur de la ville, désirait une nouvelle capitale tournée vers l’Europe et souhaitait s’affranchir de l’architecture russe traditionnelle. Contrairement à moi, il ne supportait pas les bulbes des églises orthodoxes, on n’en trouve donc pas en plein cœur de la ville, et quel dommage !

Heureusement, à la fin du XIXe siècle, le style « néo-russe » revenait à la mode, pour le plus grand plaisir de mes grands (et beaux) yeux, et cette cathédrale fut ainsi érigée au bord du canal Griboïedov entre 1883 et 1907 !

Si les bulbes multicolores et l’architecture typiquement russes bordant le canal offrent une belle image de carte postale qui revient souvent sur les guides, il ne faut pas oublier que l’emplacement fut choisi là où le tsar Alexandre II fut mortellement blessé, d’où le nom « sur le sang versé ». Ah, ces Russes, quel sens du drama ! Et tout nous rappelle l’histoire franchement gaie du pays, hum.

L’église fut inspirée de la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux (encore un nom à rallonge !) de Moscou. Imitée, mais pas égalée, cette dernière reste pour moi la plus belle pour l’extérieur, en revanche, je fus complètement bluffée par la magnificence de la décoration de Saint-Sauveur (vous ne m’en voudrez pas d’abréger, c’est long à taper avec mes petites pattes de souris).

Quoiqu’il en soit, cela fait plaisir de voir enfin de beaux bulbes colorés dans cette ville à l’architecture très classique et très « européenne ». Attention, je ne critique pas la ville, pour moi une des plus belles du monde, mais c’est vrai qu’à mon sens il manque les bulbes russes pour atteindre la perfection (on s’en rapproche quand même). C’est pour cette raison que j’ai savouré Saint-Sauveur, la plus belle de la ville, celle qui fit battre mon petit cœur lorsque je l’ai aperçue au loin pour la première fois, celle qui m’a longtemps fait fantasmer !

L’extérieur

Comme expliqué, elle fut édifiée dans un style « néo-russe », à savoir un pastiche de l’architecture des églises traditionnelles russes, mais avec une ornementation plutôt chargée !

On retrouve des églises de cette époque ailleurs dans la ville, mais pas dans le centre, et ailleurs dans le pays ou même à l’étranger, comme à Nice par exemple (où il s’agit selon moi du plus beau monument de la capitale azuréenne, mais je m’égare).

Cette église est pour moi une pure petite merveille, mais bon après chacun ses gouts !

Je ne vais pas m’étendre plus que de raison, on a inventé Wikipedia pour ça, je préfère vous laisser admirer les détails ! De jour comme de nuit, je ne m’en lassais pas !

 

L’intérieur

Pour la petite histoire, l’église fut dé-consacrée pendant la période soviétique, comme la plupart des lieux de culte. Elle ferma un temps avant de servir d’entrepôt et resta longtemps en piteux état ! Il fallu 27 longues années pour la restaurer et la rouvrir au public en 1997 ! Quelques photos à l’intérieur évoquent un peu cette période.

Aujourd’hui il s’agit avant tout d’un musée, bien pratique pour faire payer les touristes, hum. Il vous en coûtera 250 roubles en 2017, de 10h à 18h (sauf mercredi), et 400 roubles pour la visite « nocturne », de 18h à 22h à la belle saison. Ils sont malins !

Mais la visite vaut largement le coup ! À l’intérieur, tout est recouvert de mosaïques, c’est tout simplement grandiose ! J’ai retenu mon souffle avant d’entrer, m’attendant à être émerveillée. Je ne fus pas déçue, la beauté du décor alla même au-delà de mes espérances ! Il serait alors vraiment dommage de rater un tel joyau !

Les fresques en mosaïques évoquent la tradition des églises byzantines, et représentent des scènes bibliques et la vie de Jésus. N’hésitez pas à faire comme moi et à lever la tête pour bien admirer les détails ! Tout est beau ! Attention quand même au torticolis !

 

Nous y avons passé une heure, le temps de bien nous tout admirer et faire des photos des détails pour éviter de nous tordre le cou. Et des détails, il y en a !

J’ai bien aimé les différentes iconostases. Dommage que les icônes d’origine ne soient plus présentes…

Au fond de l’église « côté canal », un baldaquin fut placé à l’endroit où le pauvre Alexandre II fut assassiné. Dire qu’il voulait réformer le pays et abolir le servage… Comme quoi la route de l’enfer est pavée de bonne intentions !

On y retrouve aussi un bout de quai original, l’église « rognant » sur le canal, pour un plus bel effet esthétique !

Vraiment une église coup de cœur, pour moi la plus belle de la ville et certainement une des plus belles que j’ai pu voir dans ma vie. Je recommande chaudement.

 

Lieu touristique oblige, les marchands du temple sont là ! De quoi repartir avec quelques emplettes… ou pas, selon votre budget ! Je dois avouer que j’aime beaucoup l’artisanat russe de qualité, surtout les jolies boites laquées peintes à la main, mais leur prix est malheureusement peu compatible avec mon porte-monnaie de souris « sans dents ». Avis à mes fans généreux, hum. En attendant, je me suis contentée de les admirer dans diverses boutiques (et de ramener des « imitations », re-hum).

Ceci dit, on trouve aussi des stands de souvenirs dans toutes les églises, même si la part belle est faite aux icônes. Quel sens du marketing ces Russes !

 

Le canal Griboïedov devant la cathédrale Saint-Sauveur

Après ou avant la visite de ce petit bijou qu’est la cathédrale Saint-Sauveur, ne manquez pas de vous balader le long du Griboïedov, sur lequel est « posée » l’église. Rejoignant la Perspective Nesky, il offre une promenade très agréable et de beaux points de vue sur la cathédrale !

Bien sûr, il s’agit d’un axe très fréquenté par les touristes, de quoi chiner dans les stands à souvenirs, mais attention, comme on peut s’en douter, il vaut mieux s’éloigner pour trouver des tarifs plus avantageux !

Les petits budgets trouveront leur bonheur avec la cafétéria « Stolovaya 1 » (pratique aussi pour une pause bière ou vodka à moindre coût), d’autres testeront les chaînes ou petits restaurants que l’on trouve le long du quai. Pour ma part, j’ai bien aimé déguster un bon gâteau dans une sympathique petite boulangerie en face de l’église ! Déco plutôt sympa et prix assez doux pour le quartier !

 

Revenez à l’article principal

Découvrez la cathédrale Saint-Isaac

Ou baladez-vous entre l’Amirauté et la Nouvelle-Hollande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *