Palais de Topkapı à Istanbul et son harem : visite, photos, prix, horaires

Palais de Topkapi

Palais de Topkapi

Le palais de Topkapı (avec la lettre ı turque qui se distingue du i et se prononce eu, donc topkapeu) est un site emblématique et « incontournable » d’Istanbul.

Littéralement « la porte du canon », ce palais fut la résidence des sultans de la fin du XVe siècle jusqu’au milieu du XIXe, quand il ne fut plus jugé assez moderne.

Il est situé sur la pointe du sérail, tout au bout du quartier historique de Sultanahmet, édifié sur une colline dominant la Corne d’Or, le Bosphore, et la mer de Marmara.

Comment s’y rendre, visite en photos, tarifs, horaires, suivez la souris ! 😉

Localisation et plan


Afficher une carte plus grande

Comment se rendre au palais de Topkapı

A part avec vos pieds si vous résidez dans le quartier de Sultanhamet, vous pouvez emprunter la ligne de tram T1 et descendre à l’arrêt Gulhäne. C’est ensuite à moins de dix minutes à pied !

Tarifs

maquette pointe du sérail

Maquette de la pointe du sérail

  • Le prix du billet pour la visite du palais de Topkapı est de 60 TL
  • Le prix du billet pour la visite du harem est de 35 TL
  • Le prix du billet pour la visite de l’église Sainte-Irène est de 30 TL

Pas forcément donné tout ça, même si la livre turque a bien baissé…

Bien sûr le plus rentable est d’acheter le museum pass à 125 TL valable 5 jours, à condition bien sûr de ne pas visiter que le palais. Mais couplé à la visite de Sainte-Sophie, le pass est déjà rentabilisé…

C’est cette option que nous avons choisie.

Horaires

  • Le palais de Topkapı est ouvert tous les jours sauf mardi, le 1er mai, et seulement l’après-midi lors de certaines fêtes religieuses comme le premier jour du ramadan.
  • Saison estivale (15 avril – 30 octobre) : ouverture de 9h à 18h45. Fermeture des caisses à 18h
  • Saison hivernale (30 octobre – 15 avril), ouverture de 9h à 16h45, fermeture des caisses à 16h.

Infos pratiques sur le site officiel.

Présentation

Les palais du monde musulman sont bien différents de ceux que nous connaissons chez nous. Ici tout est organisé dans différentes cours (quatre au total) comprenant chacune plusieurs pavillons indépendants. À l’extérieur du palais, on n’aperçoit que ses murailles, à l’image de ce que nous avons pu voir à Séville, Grenade, ou Marrakech.

Topkapi vu depuis la 4e cour

Topkapi vu depuis la 4e cour

Il faut d’abord pénétrer par la Porte impériale pour accéder gratuitement à la première cour, celles des Janissaires.

De là vous pourrez acheter vos tickets d’entrée ou votre museum pass. Il faudra montrer patte blanche pour entrer dans la seconde cour, celle des Cérémonies, lieu de rassemblement à l’époque ottomane.

On y trouve les cuisines du palais, où sont actuellement exposées des porcelaines chinoises, et l’entrée du harem, ainsi que les anciennes écuries. La troisième cour était seulement réservée aux proches du sultan.

On y trouve plusieurs pavillons qui comportent des pièces du musée de Topkapı, et les anciens hammams.

La quatrième cour, ou « jardin des tulipes » (ça tombe bien, c’était la saison !) comporte également des pavillons et un petit jardin, ainsi que des terrasses surplombant le Bosphore.

La visite du palais de Topkapı

La cour des Janissaires

Il s’agissait du corps d’élite de l’armée ottomane, composée d’enfants chrétiens arrachés à leurs familles (une sorte de tribut qu’elles devaient à l’Empire), convertis à l’Islam et formés pour devenir des militaires. La cour est en accès libre.

La cour des Cérémonies

On franchit alors la porte du salut (dessinée par des architectes hongrois) pour y accéder (mais avec un billet !).

Très agréable, on peut en visiter les cuisines, dont les cheminées sont identiques à celles du palais des papes d’Avignon ! Dur de s’en rendre compte, mais il fallait préparer des repas pour des milliers de personnes !

Aujourd’hui les cuisines abritent une collection de porcelaines chinoises, fabriquées spécialement pour l’empire ottoman.

Quelques panneaux expliquent les habitudes alimentaires de l’époque. Il est normalement interdit de faire des photos (on ne voit pas bien pourquoi…), mais la souris aimant rapporter des souvenirs et montrer les lieux à ceux qui n’y viendront peut-être jamais, on en a fait quand même (un peu) !

Le harem du palais de Topkapı

Quelques explications…

plan du harem

plan du harem

Probablement la plus belle partie du palais, du moins c’est celle qu’on a préférée !

Il s’agissait non pas d’un lieu de débauche comme on se l’imagine souvent dans nos esprits occidentaux mal éclairés par les fantasmes des écrivains et peintres orientalistes du XIXe siècle qui n’y ont jamais pénétré (!), mais du lieu de vie du sultan, ses concubines, ses sœurs, tantes, nièces…

Bien sûr de jolies esclaves (non musulmanes) y vivaient et recevaient une éducation digne des plus grandes familles nobles, afin d’être un jour mariées à des membres importants de l’Empire, ou bien de pouvoir espérer attirer l’attention du sultan, ne serait-ce que pour une nuit !

On y apprenait le chant, la danse, jouer d’un instrument, etc.

Il s’agissait bien sûr d’un lieu complètement coupé du monde (le mot harem vient de l’arabe haram qui signifie « interdit ») et dans le fond on ne sait pas exactement ce qui s’y passait, d’où les nombreux fantasmes suscités chez les Occidentaux.

Le harem était gardé par les eunuques, esclaves castrés chargés de maintenir l’ordre et l’organisation.

Palais de Topkapi

Palais de Topkapi

Malheureusement, comme finalement un peu partout dans la ville, la moitié du harem était fermé pour travaux !

C’était d’ailleurs aussi le cas du reste du palais. Une bonne dose de frustration donc, surtout vu le prix d’entrée, pas réduit pour autant !

Nous avons tout de même été émerveillés par tant de splendeur ! Tout est richement décoré de céramiques (d’Iznik).

Comme dans d’autres palais de ce genre précédemment visités, nous avons apprécié ! Le harem se compose à l’origine d’environ 300 pièces mais seulement une quarantaine se visitent (normalement).

La création du harem remonte au XVIe siècle à l’époque de Soliman le magnifique, à la demande de sa femme Roxelane (le palais de Beyazit ayant brûlé) et c’est le grand architecte Sinan qui dirigea les travaux. Cependant la décoration intérieure date du XVIIIe siècle.

Pour l’anecdote, je trouve très belle l’histoire d’amour entre Soliman et Roxelane (oui je suis une romantique…), qui renonça à toutes les autres femmes de son harem pour lui rester fidèle, l’affranchie puis l’épousa une fois qu’elle fut convertie à l’Islam (les sultans ne se mariaient traditionnellement pas et les concubines ne pouvaient être musulmanes)

…Puis c’est parti !

On commence la visite par la cour et la salle des eunuques, ainsi que la mosquée qui s’y trouve.  

On traverse également plusieurs petites salles en marbre, toutes plus jolies les unes que les autres. Un vrai palais des 10001 nuits !

J’aime beaucoup aussi les carreaux de céramique qui ornent les murs.

La chambre de la valide sultane

chambre de la valide sultane au harem de TopkapiMa pièce préférée fut la chambre de la valide sultane, vraiment très belle, entre céramiques et peintures sur bois. Un vrai mélange entre Orient et Occident !

La valide sultane était la mère du sultan, et finalement c’était elle seule qui avait le plus de pouvoir au sein du harem.

Elle décidait de tout ce qui se passait, donnait des ordres et aux filles et aux eunuques, et le sultan avait plus ou moins besoin de son aval pour choisir sa favorite !

Une vraie vie de reine en somme, du moins au sein du harem.

La salon du sultan

salon du harem de topkapiVéritable lieu de réception et de vie, le sultan y faisait également son choix pour la nuit !

Cette pièce est vraiment le clou de la visite, elle est juste sublime ! De quoi rêver !

J’ai pu y voir un petit salon de musique, malheureusement fermé, mais étant une souris curieuse, j’ai tout de même pu coller mon museau contre la vitre pour jeter un coup d’œil !

La chambre du sultan

chambre du sultan à topkapi

chambre du sultan

Après quelques autres pièces, on arrive ensuite dans la magnifique chambre du Sultan, ornée d’une grande coupole.

C’est ici que le sultan passait la nuit avec sa favorite. Une fontaine fut installée pour couvrir le bruit des gémissements. Ingénieux, hum !

Les appartements des princes

Nous voyons ensuite les appartements des princes, qui n’avaient pas le droit de les quitter, ni même regarder par la fenêtre…

Là par contre, triste vie… surtout quand on sait que selon la tradition, l’aîné devait tuer tous ses autres frères pour éviter de futurs complots. Charmant, n’est-ce pas ?

Cour extérieure

Pour clore la visite (qui nécessite quand même un certain temps pour admirer tous les détails !) on accède à une cour surplombant une terrasse (et la vue sur la Corne d’Or). En contrebas se trouvait la piscine.

Une petite mosquée se trouve également dans la cour. C’est tout ce que nous avons pu visiter… mais c’est déjà pas si mal, on en prend plein la vue et on a adoré !

Les terrasses de la quatrième cour du palais de Topkapı

En ressortant du harem on arrive sur les terrasses de la quatrième cour, côté Corne d’Or, offrant une magnifique vue sur le quartier de Galata !

On peut visiter trois pavillons : le Sünnet Odasi, où les princes étaient circoncis, le Bağdat Köşkü, dans lequel se trouve un très beau brasero de cuivre offert par Louis XV, et un autre, tout aussi richement décoré de céramiques.

La cour des Tulipes

À cette saison elle porte bien son nom ! On peut déjà apercevoir en contrebas les jolies tulipes, et au loin la vue sur le Bosphore et la mer de Marmara.

On y trouve également un petit pavillon d’été, un premier restaurant (fermé) et un autre encore plus bas, dominant la mer de Marmara. Vue imprenable ! (plus de photos du Bosphore dans un article dédié, idem pour les vues sur le quartier asiatique de Kadiköy).

La troisième cour du palais de Topkapı

troisième cour du palais topkapi à istanbulPassons alors dans la troisième cour. Je précise qu’il s’agit de notre parcours de visite, le harem se visitant d’abord car il ferme plus tôt… on peut bien sûr visiter chaque cour dans l’ordre que l’on souhaite.

Cette cour, réservée aux sultans et à ses proches, comporte plusieurs pavillons indépendants convertis en musée.

Malheureusement on n’y voyait pas grand-chose, pour cause de travaux ! Fermés, le hammam présentant des collections de costumes, la salle des miniatures et portraits, la bibliothèque d’Ahmet III… en partie fermées, les salles du trésor, et celles de l’horlogerie ! Et quant à ce qui reste ouvert, les photos sont interdites et la surveillance étroite…

Tant pis, on ne vous montrera pas ce qu’on peut encore voir du trésor royal (de beaux bijoux, armes, etc) et panneaux de calligraphies. Un pavillon, dans lequel on peut entendre un imam psalmodier,  présente des saintes reliques de l’Islam. Nous avons pu prendre en photos les premières salles, pour la beauté de leur architecture et décoration !

On peut tout de même entrer dans  un pavillon qui servait de salle d’audience (salle accessible seulement derrière une vitre). À noter que celui qui paie uniquement pour la visite du palais (sans le harem) ne voit donc que cette cour où tout est à moitié fermé, la cour des Tulipes, et les cuisines. Pour le prix ça fait un peu light quand même…

L’église Sainte-Irène

église sainte-irène à IstanbulUne fois la visite terminée, revenons dans la première cour avant de sortir définitivement.

Un peu oubliée dans son coin, on y trouve l’église Sainte-Irène, deuxième église byzantine par la taille après Sainte-Sophie, de la même époque (VIe siècle), elle ne fut jamais convertie en mosquée mais en… lieu de stockage pour l’artillerie !

Après des années de fermeture, elle est désormais ouverte au public pour la modique somme de… 30 TL,. Un peu cher pour ce qu’il y a à voir, n’y allez donc que si vous possédez le museum pass (c’est inclus dedans).

L’intérieur est en effet très dépouillé (doux euphémisme) et quelque peu à l’abandon (un filet suspendu au plafond vous empêche de recevoir les déjections de pigeons, sympa !

Elle ferme en même temps que le palais de Topkapı (elle se trouve dans son enceinte) mais la caisse, et donc l’accès, ferme 1h avant.

Revenir à l’article principal

Découvrez le quartier de Sultanahmet

Ou la basilique Sainte-Sophie

ou découvrez le quartier d’Eminönü et du bazar aux épices

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *