La galerie de l’Académie à Florence : visite en photos, prix, horaires, avis

David de Michel-Ange dans la galerie de l'Académie

« David » de Michel-Ange

La galerie de l’Académie à Florence (Galleria dell’Accademia di Firenze) est un des musées incontournables de la cité des Médicis.

C’est en effet le plus visité de la ville après la galerie des Offices, car réputé pour abriter le célèbre David de Michel-Ange.

Mais si les groupes de touristes trop pressés se contentent souvent de l’admirer rapidement avant de courir ailleurs, le musée recèle bien d’autres trésors à découvrir, comme l’ensemble des sculptures de Michel-Ange ou la peinture gothique toscane.

Visite complète en photos de la galerie de l’Académie, histoire, prix, horaires, je vous explique tout. Suivez la souris ! 😉





Plan d’accès à la galerie de l’Académie


Afficher une carte plus grande

La galerie se situe Via Ricasoli 60, juste à 300 mètres au nord du Duomo en remontant cette rue vers la piazza San Marco. Autant dire que je vous suggère d’y aller à pied !

Horaires de la galerie de l’Académie




Horaires et tarifs 2018

La galerie est ouverte tous les jours sauf le lundi de 8 h 15 à 18 h 50 (dernière entrée 30 mn avant).

Tarifs de la galerie de l’Académie

En 2018, le prix du billet d’entrée était de 8 €, 12,50 € en cas d’exposition. En 2019, le tarif passe à 12 € ! Infos sur le site officiel du musée.

Il faut ajouter 4 € pour la réservation d’un billet coupe-file (ça commence à chiffrer !), à acheter sur le site du musée (méfiez vous des nombreux sites qui vous facturent des commissions en plus).

Ce billet coupe-file est sans doute indispensable en haute saison vu la file d’attente. Mais ce n’est pas forcément le cas en basse saison : un après-midi de décembre hors vacances, nous n’avons pas du tout attendu !

Bref, faites comme nous, évitez les touristes, ne venez pas en haute saison ! 

Un peu d’histoire

La première académie des Beaux-Arts de Florence remonte à 1784, quand elle fut fondée par Pierre Léopold de Lorraine. Les jeunes artistes venaient y admirer et étudier les œuvres des grands maîtres du passé.

Visite de la galerie de l’Académie

Le salon du Colosse

Ce salon fait référence à la statue antique d’un Dioscure colossal qui y était autrefois exposé. Il est consacré de nos jours à la peinture des XVe et XVIe siècles. Au centre, on peut aujourd’hui admirer L’Enlèvement d’une Sabine, de Jean Bologne (Giambologna), modèle en plâtre de la statue en marbre qu’on peut admirer dans la loggia de la piazza della Signoria.

salon du Colosse

Le salon du Colosse abrite de magnifiques toiles du Perugin, de Paolo Uccello, Botticelli, Filippino Lippi, Fra Bartolomeo… 

Parmi les plus connues, La Thébaïde (vers 1460) d’Uccello, La Madone de la mer de Botticelli (ou de son élève Filippino Lippi ?), La Vierge à l’Enfant avec saint Jean et deux anges de Botticelli ou encore le retable de la Déposition de Filippino Lippi, qui fut achevé par le Pérugin.

Dommage que l’éclairage était assez médiocre ! Cela m’a tout de même donné un avant-goût de la Galerie des Offices !

Le musée des instruments de musique

Le petit museo degli instrumenti musicali se situe au bout d’un couloir à droite dans le salon du Colosse, et beaucoup doivent probablement le rater ! La collection présentée a été rassemblée par les Médicis puis les grands-ducs de Lorraine (qui n’étaient pas des hiboux, non mais !).

On peut y admirer un piano, des violons de des violoncelles, la présentation étant agrémentée de tablettes tactiles.

Selon moi, cette section n’est pas forcément indispensable si on dispose de peu de temps. Mais si justement vous avez un peu de temps devant vous, c’est un petit plus !

La galerie des Prisonniers

galerie des prisonniers

Cette longue galerie sert de vestibule à la tribune et abrite les célèbres Captifs ou Esclaves de Michel-Ange, qu’il destinait au tombeau du pape Jules II. Il s’agit là d’œuvres inachevées. Le Louvre abrite deux autres Esclaves, qui eux furent achevés.

On ignore toujours leur signification, mais il faut admirer le tourment de l’artiste qui cherche à extirper la beauté de la matière !

La tribune : le David de Michel-Ange

visage du David de Michel-AngeEt le voilà ! 😉 La tribune fut réalisée pour accueillir la monumentale statue de David par Michel-Ange (1501-1504), qui était exposée à l’extérieur sur la piazza della Signoria devant le palazzo Vecchio jusqu’en 1873.

Difficile de la rater : outre le troupeau agglutiné devant, avec 5,17 m de hauteur et un poids de 5,5 tonnes, elle ne passe pas inaperçue !

Ici, plus d’adolescent androgyne à la mode de Donatello, place au héros viril et athlétique !

Vous noterez cette musculature rappelant les antiques et l’intensité du regard… qui m’a un peu évoqué notre ancien président Hollande.

Faites absolument le tour de la statue pour en admirer les fesses détails. Regardez les extrémités des membres, magnifiques dans leurs détails anatomiques… mais disproportionnés par rapport au corps ! (je parle des mains et des pieds, rien d’autre, hum)

David de Michel-Ange

buste du David de Michel-Ange

fesses du David de Michel-Ange

Le salon du XIXe siècle

Ce salon – également nommé Gipsoteca Bartolini – accueille les œuvres des professeurs de l’Académie, en particulier les plâtres sculptés de Lorenzo Bartolini. Ils servaient de modèles pour les modèles en marbre.

Vous noterez les nombreux trous dedans, destinés à calculer les perspectives.

Les salles du Trecento

Ces trois salles présentent les tableaux gothiques florentins de la fin du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle, dont plusieurs triptyques et polyptyques.

Le 1er étage

retable gothique

Les quatre salles présentent les courants de la peinture toscane gothique tardive (fin XIVe et XVe siècles). Certains satureront peut-être après tant de « bondieuseries », mais il faut admirer la beauté des personnages, comme ceux de Lorenzo Monaco dans la dernière salle.

Avis de la souris

Ce musée renferme des pièces magnifiques qui constituent un complément indispensable à la galerie des Offices pour tout amateur d’art. Il est d’ailleurs le second musée le plus visité de Florence avec environ 1,5 millions d’entrée par an.

Pour ceux qui le sont moins, ils trouveront le musée assez cher pour sa taille relativement modeste, et comme d’habitude en Italie, les explications pour le moins laconiques (à moins de payer encore en plus un audioguide !).

On peut sans doute juste regretter la présence trop nombreuses de touristes en saison, qui imposent une longue file d’attente et des bousculades à l’intérieur. Tout cela juste pour se précipiter sur le (trop ?) célèbre David en ignorant superbement le reste du musée !

Allez donc le visiter comme moi hors saison, sans attente et dans de bien meilleures conditions ! 😉

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Découvrez également la plus belle vue de Florence ! 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *