Abbaye de Royaumont : visite en photos, tarifs, horaires, avis

Parc de l'abbaye de Royaumont

Parc de l’abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont se situe à Asnières-sur-Oise, petite commune du Val-d’Oise à 28 km au nord de Paris et 15 km de l’aéroport Charles-de-Gaulle, à proximité de Chantilly.

Fondée par le roi saint Louis en 1228 d’où son nom, c’est la plus grande abbaye cistercienne d’Ile-de-France et la mieux préservée. Elle est remarquablement bien conservée malgré les vicissitudes de l’histoire, à l’exception de son église.

Cette abbaye royale constitue un lieu paisible qui a conservé son cadre isolé de bois et d’étangs à proximité de l’Oise. Elle abrite aujourd’hui la fondation Royaumont qui y accueille des artistes en résidence et organise des concerts classiques.

Que voir, que visiter à l’abbaye de Royaumont ? Comment y aller, quels horaires ? Suivez la souris ! 😉

ATTENTION coronavirus/COVID-19 : l’abbaye est ouverte normalement, sans réservation.




Comment aller à l’abbaye de Royaumont


Afficher une carte plus grande

En voiture

En voiture depuis Paris, il suffit de suivre la N 1 direction Beauvais, puis la D 909 en direction de Viarmes, depuis la Croix-Verte. L’abbaye est également aisément accessible depuis la Francilienne N 104 (suivre le fléchage). Un parking gratuit se situe devant l’entrée du parc de l’abbaye.

En train

En train, c’est moins évident vu l’aspect relativement isolé du lieu. Il faut prendre un train de la ligne H du Transilien en gare de Paris-Nord, direction Luzarches (un train par heure). Descendre à Viarmes (45 mn environ de trajet) puis traverser le centre de Viarmes. Compter… 4 km à pied !

Heureusement en 2020, la fondation Royaumont a créé une navette bus, qui relie le week end l’abbaye à la gare de Luzarches, située à 5 km. A réserver sur le site ou par téléphone.

A vélo

Pour les cyclistes, l’abbaye de Royaumont constitue une étape de l’avenue verte London Paris, entre la ville médiévale de Senlis et Auvers-sur-Oise.

Horaires de l’abbaye de Royaumont




L’abbaye de Royaumont est ouverte de 10 h à 18 h (17 h 30 de novembre à mars) tous les jours, toute l’année sans aucune exception ! Interruption de la vente des billets en semaine de 12 h 45 à 13 h 45.

Tarifs de l’abbaye de Royaumont

En 2020, le tarif d’entrée est de 10 €… ce qui commence à faire un peu cher pour une visite d’environ une heure. Tarif réduit à 7,50 € (enfants de 7 à 18 ans, étudiants jusqu’à 26 ans et chômeurs). C’est un euro de moins en achetant son billet en ligne.

Un pass famille à 28 € est dédié aux couples accompagnés de leurs enfants jusqu’à 18 ans. Gratuit pour les enfants de moins de 7 ans et les habitants de la Communauté de communes Carnelle Pays de France. En revanche, mauvais point, il n’existe pas de tarif pour les handicapés…

Petite histoire de l’abbaye de Royaumont

Galerie occidentale du cloître de l'abbaye de Royaumont

Galerie occidentale du cloître de l’abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont est une abbaye royale, fondée par le roi saint Louis en 1228.

Cette fondation royale explique les grandes dimensions des bâtiments, l’abbaye étant une des plus importantes du royaume de France. Le chantier ne dure que sept ans, et le roi se rend régulièrement à Royaumont.

A l’image des autres abbayes, Royaumont est déclaré bien national durant la Révolution française et transformé en filature de coton en 1792. L’église est détruite, et plusieurs bâtiments sont modifiés et édifiés pour les besoins industriels.

En 1864, après la faillite de la manufacture, elle retrouve sa vocation religieuse. L’abbaye est rachetée par la congrégation des Oblats de Marie-Immaculée, puis cinq ans plus tard, par la congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux.

De grands travaux de restauration sont menés, restituant pour une large part l’abbaye dans son état médiéval. Mais en 1905, la loi de séparation de l’église et de L’État chasse les religieuses, qui n’ont pas eu le temps de rebâtir l’église selon leur souhait.

L’abbaye de Royaumont est alors rachetée par Jules Goüin, un riche industriel et mélomane, qui la transforme en un lieu de création artistique. En 1964, elle est confiée à la Fondation Royaumont, qui assure depuis cette date la gestion des lieux.

Plan de l’abbaye de Royaumont

Plan de l'abbaye de Royaumont

Plan de l’abbaye de Royaumont

Visite de l’abbaye de Royaumont

Vue d'ensemble du bâtiment des latrines et du bâtiment des moines de l'abbaye de Royaumont

Vue d’ensemble du bâtiment des latrines et du bâtiment des moines de l’abbaye de Royaumont

Une fois passé l’accueil-boutique, à la librairie bien fournie sur le thème médiéval, vous voilà face à l’abbaye, dans son parc de 6,5 hectares.

Tout à gauche des bâtiments se situait l’église, hélas disparue. Au fond à droite, se situent un plus grand canal, un petit salon de thé et le jardin médiéval au sud des bâtiments.

Un autre canal plus étroit débouche sous la bâtiment des latrines. Enfin un canal central mène à l’entrée du bâtiment des moines.

Bon, on commence par aller à droite, faire le tour du parc ! 🙂

Le potager

Un vaste potager a été aménagé en 2014 à l’est du parc.

Potager de l'abbaye de Royaumont

Potager de l’abbaye de Royaumont

A gauche de l’entrée du site, le grand canal ne date pas du Moyen Age : il est créé en 1792 lorsque l’abbaye devient une filature ! Il est régulièrement peuplé de canards, d’oies et de cygnes.

On poursuit tout droit le long du petit canal. On entre alors dans les bâtiments par le passage-parloir pour découvrir le vaste cloître de l’abbaye de Royaumont. Ce passage était le seul lieu où les moines pouvaient tenir une conversation à deux, sous le regard du prieur !

Le cloître

Cloître de l'abbaye de Royaumont, vu vers le sud

Cloître de l’abbaye de Royaumont, vu vers le sud

Le cloître de l’abbaye de Royaumont est un des plus vastes cloîtres cisterciens de France. Il mesure 47 sur 48 mètres. Le jardin intérieur du cloître a été redessiné en 1912 par le paysagiste Achille Duchêne… ça ne s’invente pas ! 😉

Remarquez qu’au fond, la galerie est doublée à l’arrière d’un petit passage à l’air libre : c’était l’allée ou ruelle des convers.

Ces moines, souvent d’origine plus modeste effectuaient les travaux manuels. Ils n’étaient pas autorisés à accéder au cloître… Heureusement, le concile Vatican II a mis fin a cette inégalité criante… 700 ans plus tard !

Le bâtiment des convers accueille aujourd’hui l’hostellerie et n’est visible que si vous souhaitez y loger !

On entre par la petite porte à gauche en descendant quelques marches pour accéder aux anciennes cuisines. Voilà une visite qui m’intéresse toujours au plus haut point ! Suivez-moi ! 😉

Les cuisines

Les cuisines de l'abbaye de Royaumont

Les cuisines de l’abbaye de Royaumont

La décoration des cuisines est plutôt sobre, dans l’esprit cistercien ! Il ne reste hélas plus rien des anciennes cuisines, qui ont occupé cet espace jusqu’à… la Première Guerre mondiale ! 🙁

Mais vous pouvez admirer la statue de la Vierge de Royaumont du 14e siècle, rare exemple de Vierge allaitante de cette époque.

Statue de la Vierge de Royaumont ou Vierge allaitante, à l'abbaye de Royaumont

Statue de la Vierge de Royaumont ou Vierge allaitante, à l’abbaye de Royaumont

Le réfectoire

Réfectoire des moines de l'abbaye de Royaumont

Réfectoire des moines de l’abbaye de Royaumont

Encore une petite porte au fond et on accède au réfectoire. Voilà un chef-d’œuvre gothique ! C’est la salle la mieux conservée de l’abbaye médiévale.

Pas moins de 120 moines pouvaient prendre place dans cette vaste salle à deux nefs séparées par des colonnes monolithes (oui, taillées d’un bloc !). Elle mesure pas moins de 40 m de longueur sur 13,5 m de largeur.

Non, il n’y régnait pas un brouhaha digne d’une cantine ! Les repas étaient pris en silence, en écoutant le lecteur installé debout dans la chaire située dans le mur. Saint Louis servait parfois lui-même les moines… La salle fait aujourd’hui office de salle de concert, d’où les chaises et l’orgue qu’on peut apercevoir.

L’orgue est de Cavaillé-Coll, un des plus grands facteurs d’orgues français : il date de 1864 et compte pas moins de 2573 tuyaux ! Sachez qu’il a été construit pour la villa d’un riche industriel suisse, et a été racheté par l’abbaye en 1937  !

La salle du chapitre et la sacristie

Sacristie de l'abbaye de Royaumont

Sacristie de l’abbaye de Royaumont

On regagne le cloître pour se rejoindre la galerie est et le passage-parloir par lequel on arrive.

Au nord (à gauche), la salle du chapitre n’est pas ouverte habituellement aux visiteurs car elle accueille la bibliothèque de la fondation Royaumont.

Au sud (à droite), la salle des moines, largement reconstruite, accueille une salle à manger de la fondation et n’est pas visible.

L’étage du bâtiment des moines accueillait le vaste dortoir des moines, long de 66 mètres et large de 13 mètres pour 6,50 mètres de hauteur ! Des cellules individuelles y ont été aménagées au XIXe siècle et il n’est pas non plus visible.

Deux petites salles débouchant sur ce côté du cloître sont en revanche ouvertes au public. D’abord une salle d’exposition avec un film reconstituant l’abbaye médiévale, puis la sacristie.

Cette dernière salle expose quelques éléments lapidaires comme des carreaux de pavement ou encore la clef de voute du chœur de l’église disparue.

Les ruines de l’église abbatiale

Pilier vestige de l'église de l'abbaye de Royaumont

Pilier vestige de l’église de l’abbaye de Royaumont

On sort alors du cloître côté nord pour découvrir justement l’emplacement de cette église abbatiale, consacrée en 1235.

Malheureusement détruite en 1792, elle n’avait rien à voir avec les sobres et modestes églises de l’ordre cistercien !

Elle avait ici la dimension d’une cathédrale ! Pas moins de 106 mètres de long, et 28 mètres sous voûte dans le chœur !

La tourelle d’angle de 37,5 mètres de hauteur, qui a curieusement survécu au temps, en donne la mesure.

Mais allez surtout voir la cathédrale de Senlis à quelques kilomètres, de dimensions relativement comparables bien que moins longue, pour avoir une juste idée de sa taille.

A l’arrière, hors du parcours de visite, les anciens bâtiments industriels de la filature ont été transformés en exploitation agricole.

Le bâtiment des latrines

Salle à manger dans le bâtiment des latrines de l'abbaye de Royaumont

Salle à manger dans le bâtiment des latrines de l’abbaye de Royaumont

On longe alors la façade est du bâtiment des moines pour rejoindre le bâtiment des latrines. Il se situe à cheval sur le petit canal grâce à 31 arcs en plein cintre.

L’étage accueillait 60 latrines se déversant dans le canal : on se soulageait collectivement dans les abbayes médiévales !

Une roue à aubes y fait fonctionner les machines de la manufacture au 19e siècle. On contourne alors l’édifice pour sa façade méridionale. On parvient alors au salon de thé (ouvert le week-end) puis au jardin médiéval.

Le jardin médiéval

Le jardin médiéval a été recréé en 2004 et labellisé « jardin remarquable ». Il présente neuf carrés surélevés délimités par des branches de châtaignier tressées. Les plantes sont rassemblées selon une thématique qui varie au fil des ans. Derrière se trouve le petit verger.

Jardin médiéval de l'abbaye de Royaumont

Jardin médiéval de l’abbaye de Royaumont

Le palais abbatial

Après la visite, il est intéressant de faire un tour extérieur du domaine pour apercevoir le palais abbatial depuis la départementale 909. Il est aujourd’hui privé. Le palais du type villa à l’italienne a été édifié en 1785. Plus de 500 ans après la fondation de l’abbaye, on voit le chemin parcouru par les abbés ! Ils délaissent la rigueur monastique au profit du confort moderne…

Avis de la souris sur l’abbaye de Royaumont

Salon de thé de l'abbaye de Royaumont

Salon de thé de l’abbaye de Royaumont

Parcourir cette ancienne abbaye donne une juste idée de la piété médiévale et de la générosité du roi Saint Louis pour promouvoir la foi.

On peut regretter la destruction de l’église et l’impossibilité d’accéder à plusieurs salles. Mais l’ensemble des bâtiments et le cadre de verdure assez isolé fera plonger les esprits contemplatifs ou imaginatifs dans notre passé médiéval…

Pour ma part, j’ai également prosaïquement contemplé… et vite dégusté les pâtisseries du salon de thé après ma visite ! On ne se refait pas ! 😉

L’abbaye accueille une hostellerie dans une partie de ses bâtiments. Je ne suis pas contre une invitation à y séjourner !

Que voir aux environs de Royaumont ?

Après la visite de l’abbaye de Royaumont, à proximité vous pouvez découvrir Viarmes, qui accueille un petit musée d’histoire locale bien fait dans le château du XVIIIe siècle qui accueille la mairie.

A Saint-Martin-du-Tertre, à l’orée de la forêt de Carnelle, la tour du télégraphe Chappe se visite régulièrement.

Un peu plus loin, Luzarches mérite un arrêt pour sa belle église, et son centre-ville, avec sa belle halle.

Sur le même thème de l’art médiéval, on ne ratera pas une visite à l’abbaye sœur de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône, également fondée par Saint Louis et sa mère Blanche de Castille, qui résidaient régulièrement à Pontoise.

Et surtout ne manquez pas une visite de la superbe ville médiévale de Senlis, dont la cathédrale possède à peu près les mêmes dimensions que l’église disparue de Royaumont !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *