Auvers-sur-Oise : que voir et visiter sur les pas des impressionnistes ?

Chevet de l'église d'Auvers-sur-Oise

Chevet de l’église d’Auvers-sur-Oise

Auvers-sur-Oise se situe dans le Val-d’Oise, à environ 30 km au nord de Paris.

Étalé sur 7 kilomètres le long de la rive droite de l’Oise, le village a été marqué par le séjour des peintres impressionnistes venus y puiser leur inspiration au XIXe siècle.

Daubigny s’y installa dès 1857. Vincent Van Gogh n’y séjourna que les deux derniers mois de sa vie en 1890, mais son souvenir reste fortement attaché à Auvers où il est enterré avec son frère.

Aujourd’hui, on se balade dans les ruelles pittoresques dotées de panneaux représentant des toiles célèbres, ou les petits musées et lieux de souvenir. Le cadre a peu changé en 130 ans…

Que voir et visiter en une journée à Auvers-sur-Oise, le village des impressionnistes ? Suivez le parcours en photos de la souris qui connaît très bien les lieux ! 😉





Comment aller à Auvers-sur-Oise


Afficher une carte plus grande

Se rendre à Auvers-sur-Oise en voiture

Panneaux routiers à l'entrée d'Auvers-sur-Oise

Panneaux routiers à l’entrée d’Auvers-sur-Oise

Pour se rendre en voiture à Auvers-sur-Oise depuis Paris, le plus rapide est d’emprunter l’A 15 direction Cergy-Pontoise, puis l’A 115 direction Amiens/Beauvais.

Sortir à Méry-sur-Oise Centre, tourner à gauche vers Méry qu’on traverse. Puis tout droit direction Auvers-sur-Oise, dont on aperçoit l’église dans l’axe de la route. Traversez le pont sur l’Oise, et vous y êtes !

Un parking gratuit est situé le long de la gare, tournez immédiatement en biais à gauche après le pont sur l’Oise.

Ah, vous vous demandez pourquoi Zundert est indiqué sur un panneau routier ? La ville natale de Vincent Van Gogh aux Pays-Bas est la ville jumelle d’Auvers-sur-Oise ! 😉

Se rendre à Auvers-sur-Oise en train

Aller à Auvers-sur-Oise en train, comme le faisait Van Gogh à l’époque, est plus compliqué. Car la gare, certes au centre du village, n’est pas directement reliée à Paris. Elle se situe sur la transversale Pontoise – Creil (ligne H du transilien).

Depuis Paris Saint-Lazare, le RER C ou Paris-Nord

Les Rives de l'Oise à Auvers-sur-Oise

Les Rives de l’Oise à Auvers-sur-Oise

Depuis Paris-Saint-Lazare, ou le RER C, il faut se rendre à Pontoise par la ligne J (40 mn environ). Puis prendre un train de la ligne H en direction de Creil ou Persan-Beaumont (12 mn de trajet).

Depuis Paris-Nord, le plus rapide est d’aller à Saint-Ouen-l’Aumône par la ligne H (40 mn), puis de prendre un autre train en direction de Creil ou Persan-Beaumont (10 mn de trajet).

En saison le week-end : le train direct Paris-Nord – Auvers-sur-Oise

Sinon, il existe un train direct de Paris-Nord à Auvers-sur-Oise circulant les samedis, dimanches et fêtes de mars à octobre ! Spécialement conçu pour les touristes, il quitte Paris-Nord vers 9 h 30 et repart d’Auvers-sur-Oise vers 18 h 30.

ATTENTION : en 2020, ce train ne circule que de mi-septembre à fin octobre, à la suite de travaux estivaux.

Entre les quais de la gare et la route qui la domine, regardez… vous ne rêvez pas : ce sont bien des vignes ! Les vignes du pressoir auversois poussent sur quatre sites de la commune, dont un derrière le musée Daubigny, et un autre rue du Gré. Depuis 2002, 400 pieds de Chardonnay donnent un vin vendu aux profit d’associations. 😉

Vignes du pressoir auversois à Auvers-sur-Oise

Vignes du pressoir auversois à Auvers-sur-Oise

Sans changement de train, mais avec un peu de marche à pied

Dernière solution futée de la souris à destination des randonneurs, pour éviter tout changement ! A Paris-Nord, prendre un train de la ligne H en direction de Valmondois ou Persan Beaumont via Ermont (et pas par Montsoult !). Descendre au bout de 40 mn à la gare de Méry-sur-Oise.

Admirer le mini-jardin aménagé le long du quai, puis descendez l’avenue Marcel-Perrin qui traverse la ville. Auvers-sur-Oise est à 1500 m. Pour agrémenter la balade, vous pouvez effectuer la moitié finale du parcours via le parc du château de Méry, voir plus bas ! 😉

Se rendre à Auvers-sur-Oise à vélo

Pour les cyclistes, Auvers-sur-Oise constitue une étape de l’avenue verte London Paris, entre Senlis et Maisons-Laffitte. Il n’y a pas de piste cyclable à Auvers, mais en évitant les deux axes principaux (D 928 et D 4), la circulation routière est très restreinte.

Le chemin des peintres de Pontoise à Auvers




Le champ de blé aux corbeaux par Van Gogh à Auvers-sur-Oise

Le champ de blé aux corbeaux par Van Gogh à Auvers-sur-Oise

L’office de tourisme d’Auvers-sur-Oise a doté la ville de 22 panneaux, représentant les toiles dans leur contexte.

On en trouve sept autres à Pontoise, dans le prolongement, sur les pas de Camille Pissarro. On remarque que le site a finalement très peu évolué depuis les années 1880 !

Un plan-guide indique trois parcours thématiques pédestres (PDF) : un consacré à Daubigny (45 mn), l’autre Van Gogh et un troisième, bien plus long, consacré globalement aux impressionnistes (2 h 30).

Je vous propose un itinéraire de balade logique qui commence à l’église d’Auvers, puis le cimetière, pour finir à la maison du docteur Gachet, en se dirigeant vers l’ouest. 🙂

En flânant dans les rues, on remarque ci et là des chats paressant aux fenêtres, ou des boîtes aux lettres décorées ! Auvers est particulièrement fleuri, les habitants étant encouragés à végétaliser les rues. Si vous venez en mai, le fleurissent des iris est un ravissement !

Boîte aux lettres rue du Montcel, Auvers-sur-Oise

Boîte aux lettres rue du Montcel, Auvers-sur-Oise

L’église Notre-Dame d’Auvers-sur-Oise

Escalier de l'église d'Auvers-sur-Oise

Escalier de l’église d’Auvers-sur-Oise

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption d’Auvers-sur-Oise remonte aux XIIe et XIIIe siècles. Elle est de style romano-gothique de transition.

L’église est caractéristique du Vexin français avec son clocher quadrangulaire.

Van Gogh l’a immortalisée sur une toile aujourd’hui au musée d’Orsay, lui offrant une réputation mondiale !

Du côté nord, le bâtiment est une ancienne ferme seigneuriale, ou aurait résidé la reine Adelaïde de Savoie en 1137, veuve du roi Louis VI.

Sur son flanc sud, on remarque en contrebas de la terrasse le buste de Daubigny, par le sculpteur Fagel.

L’église d’Auvers-sur-Oise est ouverte tous les jours de 9h30 à 19h.

Le buste de Daubigny à Auvers-sur-Oise

Le buste de Daubigny à Auvers-sur-Oise

Tombes de Vincent et Théo Van Gogh

Tombes de Vincent et Théo Van Gogh au cimetière d'Auvers-sur-Oise

Tombes de Vincent et Théo Van Gogh au cimetière d’Auvers-sur-Oise

Les tombes jumelles de Vincent et Théo Van Gogh, sous un lierre abondant, constituent un lieu de pèlerinage.

Elles se situent du côté nord du cimetière, contre le mur d’enceinte, à environ 300 m au nord de l’église. Il faut grimper sur le plateau du Vexin parmi les champs de blé.

Vincent Van Gogh est mort dans sa chambre à Auvers le 29 juillet 1890. Il fut enterré ici. Son frère et confident le rejoint dans la mort seulement cinq mois plus tard… Son corps est transféré à Auvers-sur-Oise avec son frère tant aimé, à la demande de sa veuve en 1914.

D’autres peintres moins connus sont également enterrés dans le cimetière d’Auvers : Norbert Goeneutte, Eugène Mürer, Léonide Bourges, le peintre vénézuélien Émile Boggio…

Rue Émile-Bernard. Le cimetière d’Auvers-sur-Oise est ouvert tous les jours de 8h30 à 19h30.

Le champ de blé aux corbeaux

Face à l’entrée du cimetière (côté ouest), remarquez à 200 mètres un panneau dans un champ ! Allez voir par là…

Il représente le champ de blé aux corbeaux, peint ici même par Van Gogh. En suivant le sentier à gauche, on rejoint directement l’église. Sinon en poursuivant tout droit après le panneau, on aboutit à la maison-atelier de Daubigny.

En contournant le cimetière par la route, on aboutit rue des Tournelles. En tournant à gauche, la ferme des Tournelles vend sa production de fruits et légumes frais directement à la ferme, ou 24h/24 dans un distributeur automatique ! Même principe un peu plus loin à la ferme des Vallées, avec ici des œufs des poulets et des canards.

Le parc Van Gogh et la statue de Zadkine

Statue de Van Gogh par Zadkine à Auvers-sur-Oise

Statue de Van Gogh par Zadkine à Auvers-sur-Oise

Plutôt qu’un parc, il s’agit plutôt d’un grand square devant le marché couvert, avec au fond l’office de tourisme et la nouvelle médiathèque d’Auvers-sur-Oise. Il se situe sur la rue principale ou rue du Général-de-Gaulle, à deux pas de la gare, entre l’église et l’auberge Ravoux.

Faîtes-y une pause pour admirer la statue de Vincent Van Gogh par le sculpteur Ossip Zadkine, inaugurée en 1961. Le peintre est représenté grand et maigre portant un chevalet…

L’auberge Ravoux

""</aL’auberge Ravoux à Auvers-sur-Oise est surnommée « Maison de Van Gogh ».

En effet c’est ici dans une modeste chambre mansardée (la n° 5) que le célèbre peintre passa les deux derniers mois de sa vie.

Il s’y installe après son internement à Saint-Rémy-de-Provence et y mène une activité artistique intense.

Pendant 70 jours, il peint frénétiquement 78 toiles. Par superstition, la chambre n’a plus jamais été relouée après sa mort et est restée en l’état. C’est l’unique maison encore existante où a logé Van Gogh.

Restaurée dans les années 1990, l’auberge a retrouvé sa fonction culinaire avec un restaurant.

A l’étage, on découvre la minuscule chambre dépouillée de Van Gogh. Une visite émouvante, avec présentation audio-visuelle… mais quand même un brin onéreuse pour ce qu’on voit ! De plus, photos interdites…

52-56, rue du Général-de-Gaulle à Auvers-sur-Oise. Tarif : 6 €, 4 € pour les invalides. Ouvert de mars à mi-novembre du mercredi au dimanche de 10h à 18h. Fermé en 2020 pour cause de coronavirus.

La mairie d’Auvers-sur-Oise

Mairie d'Auvers-sur-Oise

Mairie d’Auvers-sur-Oise

La petite mairie d’Auvers, très IIIe République, ne présente rien de bien original… Hormis d’avoir été peinte le 14 juillet 1890 par Van Gogh qui séjournait à l’auberge juste en face !

Le musée Daubigny à Auvers-sur-Oise

""</a

Situé dans un manoir du XVIIe siècle, le musée Daubigny est un petit musée municipal qui présente d’intéressantes expositions.

La collection permanente compte également des œuvres de Charles François Daubigny et de son fils Karl, de l’art naïf, de l’art contemporain… et des œuvres consacrées aux chats ! 😮

Manoir des Colombières, rue de la Sansonne, derrière l’auberge Ravoux à Auvers-sur-Oise.

Tarif : 5 €, réduit 2 € étudiants, handicapés, demandeurs d’emploi. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Horaires : de 14h00 à 17h30 sauf le lundi, ainsi que le samedi et dimanche et fêtes de 10h30 à 12h30 puis de 14h00 à 17h30. Infos sur le site officiel

On poursuit la rue Daubigny vers l’ouest. Remarquez à droite quelques habitations troglodytiques. Mais aussi le tas de racines d’arbres qui a inspiré la dernière toile de Van Gogh le jour de son suicide (ou accident ?).

La maison-atelier de Daubigny à Auvers-sur-Oise

L'atelier de Daubigny à Auvers-sur-Oise

L’atelier de Daubigny à Auvers-sur-Oise

La maison-atelier de Daubigny est érigée par le peintre en 1861. Dès 1857, Daubigny peint à Auvers, depuis l’Oise son bateau-atelier, « le Botin ».

Premier foyer artistique du village, la maison voit défiler des peintres comme Corot, Daumier, Oudinot… qui en ont réalisé la décoration intérieure. Chaque pièce est décorée de fresques, totalisant 200 m² de surface.

Elle appartient encore aux descendants du peintre. Hélas les photos y sont interdites, donc impossible de vous les montrer !

Dans le joli jardin, on peut voir le bateau-atelier que Daubigny utilisait pour peindre depuis le cours de l’Oise. Une reconstitution navigable de ce bateau est amarrée légèrement en amont du pont d’Auvers !

61, rue Daubigny à Auvers-sur-Oise. Tarif : 6 €, réduit 4 €. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Horaires : le samedi et le dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h30. Infos sur le site officiel

On revient légèrement sur ses pas pour prendre à droite la rue de Léry. A moins de 200 mètres, à gauche dans la rue Callé, se situe le musée de l’Absinthe.

Le musée de l’absinthe à Auvers-sur-Oise

L’absinthe, ou « fée verte », était très en vogue au XIXe siècle, avant d’être interdite en 1915 à la suite de ses effets sur la santé.Vincent Van Gogh en a largement abusé…

Cette liqueur est ici présentée au 1er étage par des tableaux, affiches ou objets qui montrent son importance dans les cafés du XIXe siècle. Le 2e étage montre les effets néfastes de sa consommation qui ont menés à son interdiction. On peut aussi visiter le jardin.

44 rue Alphonse-Callé à Auvers-sur-Oise. Tarif : 6 €, réduit 4 € étudiants, handicapés, demandeurs d’emploi. Fermé en 2020 pour cause de coronavirus. Infos sur le site officiel

Poursuivez la rue de Léry, et vous parvenez dans le parc du château. On plutôt en contrebas du parc en son milieu, entre la terrasse du château et l’orangerie, reliés par un pont ! En continuant un peu, on parvient à l’entrée du parc.

Le château d’Auvers-sur-Oise

""</aLe château d’Auvers, également nommé château de Léry, date du XVIIe siècle. Il ne comporte pas de belles pièces meublées à visiter, mais présentait un parcours-spectacle audiovisuel « voyage au temps des impressionnistes ».

J’ai eu l’occasion de le visiter, et ce parcours multimédia immersif méritait d’être vu. Il présentait plusieurs espaces thématiques successifs agrémentés de projections et d’une sonorisation : le Paris d’Haussmann, le cabaret, le train, le bord de mer…

MAIS la présentation a depuis été totalement modifiée en 2017. Il s’agit maintenant d’un parcours « vision impressionniste » qui laisse quasiment que des projections de tableaux… Le seul espace meublé est la reconstitution d’atelier du peintre.

Elle fait depuis l’objet de nombreuses critiques très négatives de visiteurs ! A vous de voir donc, et je ne le recommande plus avec des enfants.

Dans tous les cas, allez voir ses jardins à la française ! Ils s’étendent sur cinq hectares, avec un étonnant nymphée (grotte artificielle abritant une fontaine), des terrasses fleuries d’iris au printemps et un labyrinthe végétal. L’accès du parc est libre toute l’année.

Rue de Léry à Auvers-sur-Oise. Le prix du billet d’accès au château d’Auvers-sur-Oise est de 12 €, 7,50 € en tarif réduit (moins de 18 ans, étudiants, handicapés, demandeurs d’emploi, enseignants…). Gratuit pour les enfants de moins de 7 ans. Infos sur le site officiel

Le parc est ouvert du mardi au dimanche & jours fériés de 9h à 18h30, et jusqu’à 19h30 du 1 er avril au 30 septembre.

Poursuivez vers l’ouest depuis l’entrée du parc, en traversant la départementale et en empruntant la rue Victor Hugo. Elle devient rapidement la rue Gachet. Au bout à droite, on parvient à la maison de ce médecin qui a marqué l’histoire… de l’art !

La maison du docteur Gachet

Maison du docteur Gachet à Auvers-sur-Oise

Maison du docteur Gachet à Auvers-sur-Oise

La maison du Docteur Gachet, a été achetée en 1872 par Paul Gachet, l’ami des peintres impressionnistes, et lui-même peintre amateur.

Vincent Van Gogh venait ici consulter ce spécialiste de la psychiatrie et de la mélancolie lors de son séjour à Auvers-sur-Oise, sur les conseils de son frère Théo.

Le docteur Gachet recueillait les animaux et a eu jusqu’à 17 chats ! Heureusement, il n’y en a plus de nos jours, j’ai donc pu me faire photographier devant la maison (ouf !).

Cette haute maison blanche, vidée de l’essentiel de ses meubles, a été rachetée par le conseil départemental du Val-d’Oise. C’est aujourd’hui avant tout un lieu de mémoire, présentant des expositions temporaires.

La maison est entourée d’un joli jardin en terrasse, avec à l’arrière un habitat troglodytique creusé dans la falaise.

78, rue du Docteur-Gachet à Auvers-sur-Oise. Accès gratuit de mars à octobre inclus, du mercredi au dimanche de 10h30 à 18h30.

Que voir d’autre à Auvers-sur-Oise ?

Auvers-sur-Oise offres d’autres curiosités à ceux et celles qui parcourront ses rues d’un regard curieux. Bon, la souris vous aide à dénicher quelques lieux plus ou moins insolites ! 😉

Les vestiges médiévaux

Pont médiéval rue Daubigny à Auvers-sur-Oise

Pont médiéval rue Daubigny à Auvers-sur-Oise

La Porte des Colombières, avec ses créneaux, est un vestige des murs entourant les grands domaines médiévaux.

Elle donne aujourd’hui accès depuis la rue Daubigny au manoir des Colombières, qui abrite le musée Daubigny.

Le petit pont médiéval visible de la rue Daubigny, à deux pas de l’église, est un vestige d’une ancienne ferme seigneuriale. Il franchissait à l’époque un ruisseau. La reine Adélaïde, veuve du roi Louis VI le Gros en 1137 résida un temps dans ce domaine.

Juste à côté, en contrebas de la rue Daubigny, au 2 sente des Calpons, on peut remarquer un étonnant bas-relief, comportant un petit chien et l’inscription « La Bouchonnière ».

Il s’agit d’un lieu de toilettage de chiens à l’aide d’un bouchon, un faisceau de paille, servant à frotter l’animal. A la fin du XIXe siècle, le chemin de fer attire la bourgeoisie parisienne à Auvers, qui y fait toiletter ses petits chiens.

Enseigne "La Bouchonnière" à Auvers-sur-Oise

Enseigne « La Bouchonnière » à Auvers-sur-Oise

Parmi les maisons d’Auvers, une se démarque par son architecture originale : le Castel Val !

C’est une villa édifiée en 1903 par l’architecte Hector Guimard, l’auteur des célèbres entrées de stations de métro à Paris. 4, rue des Meulières à Auvers-sur-Oise, peu avant la halte de Chaponval. En 2020, cette demeure de 200 m²  est en vente pour 1,3 millions d’euros. Si vous disposez de cette modique somme, n’hésitez pas à me l’acheter, ça me fera plaisir étant fan d’Art nouveau ! 😉

A voir également à Auvers

Les vestiges de la chapelle Saint Nicolas (XIIIe siècle). Cette chapelle, qui tomba en ruines au XIXe siècle, servi régulièrement de motif aux peintres.

A côté, une nouvelle chapelle a été édifiée à la même époque. Elle est récemment devenue l’église orthodoxe roumaine Saint-Anthime-l’Ibère. Rue Simone Le Danois, au Valhermeil, en direction de Pontoise.

Le cloître. A deux pas, une maison bourgeoise de la fin du XIXe siècle sur la rue de Pontoise possède un élément insolite dans son jardin ! En effet, le propriétaire en 1924 acheta… un cloître dans les Pyrénées centrales.  Il le fit démonter pierre par pierre et remonter à Auvers-sur-Oise !

Tête de sphinx à Auvers-sur-Oise

Tête de sphinx à Auvers-sur-Oise

La tour Montcel. Cette tour, probablement un ancien moulin ou colombier, daterait du XIIIe siècle. Une maison du XIXe siècle lui est accolée, elle fut la résidence du peintre américain Sprague-Pierce. 34 Rue du Montcel à Cordeville.

Dans la même rue, la croix du Montcel est une ancienne croix de mission, servant de point d’arrivée à la procession annuelle.

Une clef de voûte en forme de tête de sphinx orne un mur d’une rue d’Auvers-sur-Oise.

Cet élément d’architecture insolite en ce lieu provient probablement d’un des pavillons de l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Van Gogh s’en est inspiré pour dessiner des croquis avec diverses expressions. 56, Rue Rajon à Cordeville (route principale d’Auvers à Butry).

Enfin une promenade dans la longue rue longeant la falaise (rue Daubigny et son prolongement) offre un aperçu sur de nombreux habitats troglodytiques.

La croix du Montcel à Auvers-sur-Oise

La croix du Montcel à Auvers-sur-Oise

Chat rue du Montcel, Auvers-sur-Oise

Chat rue du Montcel

Vous pouvez compléter votre balade sur les sentiers du plateau du Vexin, ou sur le chemin de halage au bord de l’Oise.

Que voir autour d’Auvers-sur-Oise ?

Auvers-sur-Oise se situe dans la vallée de l’Oise, au pied du plateau du Vexin français. Parmi les sites les plus proches, on peut poursuivre la balade sur les pas des impressionnistes dans les villes limitrophes à Pontoise et Saint-Ouen-l’Aumône. On y trouve également des reproductions de toiles dans leur site.

Pontoise : l’ancienne capitale du Vexin français

La place des Moineaux de nuit à Pontoise

La place des Moineaux de nuit à Pontoise

Pontoise, la capitale historique du Vexin français, est une des plus anciennes villes de France.

Elle mérite une découverte approfondie, pour sa cathédrale Saint-Maclou gothico-renaissance, ses remparts dominant l’Oise, et ses vieilles rues, qui font l’objet de fréquents tournages de films.

On peut aussi en visiter les souterrains chaque dimanche en visite guidée par l’office de tourisme.

Pontoise possède deux musées municipaux : le musée Tavet-Delacour et le musée Pissarro.

Saint-Ouen-l’Aumône : l’abbaye de Maubuisson

L'abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l'Aumône

L’abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône

Saint-Ouen-l’Aumône offre un beau coup d’œil sur Pontoise et ses remparts depuis les rives de l’Oise. On trouve également des reproductions de toiles de Pissarro dans leur contexte.

La ville tient son nom de l’évêque de Rouen, mort en 683. Rien d’extraordinaire, mais elle abrite encore l’abbaye cistercienne de Maubuisson, fondée au XIIIe siècle par Blanche de Castille, la mère de Saint-Louis. Au XVIIIe siècle, elle devint un lieu de débauche, où les moniales recevaient… leurs amants !

Le scandale fit fermer l’abbaye en 1787 sur ordre de Louis XVI. Elle fut rapidement l’objet de dégradations durant la période révolutionnaire, où elle devient une carrière de pierre.

On y voit encore les latrines au-dessus d’un canal, la très belle salle capitulaire et la salle des religieuses, avec ses pavements. Au fond du parc, à l’ouest, la grange du XIIIe siècle est impressionnante avec ses 51 mètres de longueur.

Miroir d'eau de l'abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l'Aumône

Miroir d’eau de l’abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône

Il ne reste hélas que peu de bâtiments de cette grande abbaye royale médiévale. Toutefois il subsiste un joli parc de huit hectares, avec son ancien système hydraulique médiéval.

Rachetés par le Conseil départemental du Val-d’Oise, les lieux accueillent très régulièrement des expos (gratuites) d’art contemporain.

Infos sur le site officiel

Juste face à l’entrée du parc, rue Alexandre Prachay, les serres de Maubuisson proposent… un distributeur automatique de légumes frais ! Il fonctionne 24h/24, plus d’excuses pour vous contenter de conserves ! 😉

A côté, l’ancien vivier des moniales est devenu le petit parc public des étangs de Maubuisson, avec ses trois bassins accueillant des canards le long de la Liesse. De là à dire vu le nom de la rivière que ce sont des canards fêtards… 😉

L’abbaye de Maubuisson se situe à moins de 300 m de la gare de Saint-Ouen-l’Aumône (ligne H du Transilien, Paris-Nord – Pontoise).

Méry-sur-Oise et son château

Le château de Méry

Le château de Méry-sur-Oise

Le château de Méry-sur-Oise

Sur la rive gauche de l’Oise, juste en traversant le pont depuis Auvers-sur-Oise, Méry-sur-Oise possède un magnifique château des XVIIe et XVIIIe siècles, entouré d’un parc de 27 hectares.

Il a été rénové par Vivendi en 1999 (devenu Veolia), propriétaire du domaine, avec une restauration intérieure partiellement contemporaine par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Le château a été racheté par la ville en 2004. Il est depuis loué pour des séminaires et réceptions et n’est ouvert qu’exceptionnellement au public (votre souris a eu la chance de le visiter pour les journées du patrimoine).

Le parc de Méry

En revanche le grand parc et sa pièce d’eau peuplée de canards et de cygnes sont accessibles librement toute l’année. On peut y accéder soit depuis le centre de Méry, sur la D 928, face à la mairie, avenue Marcel-Perrin. Soit plus agréablement depuis Auvers par le chemin de halage le long de l’Oise (accès au fond du parc).

Les rives du grand lac qu’on aperçoit au fond du parc ne sont pas accessibles. Et pour cause : c’est un bassin réservoir de l’usine des eaux d’Ile-de-France, située de l’autre côté de la route !

Cette usine de production d’eau potable alimente une bonne partie de la zone urbaine du Val-d’Oise. En cas de pollution accidentelle de l’Oise, le bassin du parc assure trois jours d’eau potable  à la région.

Mériel : sur les pas de Jean Gabin

L’agréable chemin de halage sur la rive gauche de l’Oise mène rapidement à Mériel. Cette petite commune garde le souvenir de Jean Moncorgé, devenu l’acteur Jean Gabin, qui y passa son enfance à voir passer les trains.

De là lui serait venue cette fascination pour le métier de conducteur, qu’il a mise en œuvre en 1938 dans La Bête humaine de Jean Carné ! Un petit musée lui est consacré. Fermé en 2020 pour travaux. Infos sur le site officiel du musée

Le parc naturel régional du Vexin français

Auvers-sur-Oise est une commune membre du parc naturel régional du Vexin français. Le PNR compte plusieurs écomusées, comme la maison du pain à Commeny, la maison de la meunerie à Valmondois…

Le musée archéologique de Guiry-en-Vexin, bien présenté, et le musée de l’Outil à Wy-dit-Joli-Village, méritent une visite, d’autant plus que c’est gratuit !

Parmi les autres sites les plus remarquables du parc ouverts au public, le domaine de Villarceaux et le château de La Roche-Guyon et son village sont à découvrir absolument.

Le GR 1 : tour de l’Ile-de-France

L'autoportrait de Van Gogh à Auvers-sur-Oise

L’autoportrait de Van Gogh à Auvers-sur-Oise

Les randonneurs peuvent poursuivre leur visite du Val-d’Oise en empruntant le sentier de grande randonnée GR 1 qui traverse Auvers-sur-Oise.

De là, on peut gagner le plateau du Vexin français, ou L’Isle-Adam et la vallée de l’Oise.

Avis de la souris sur Auvers-sur-Oise

A seulement trente kilomètres de Paris, il est finalement assez surprenant de voir qu’Auvers-sur-Oise a assez peu changé en 130 ans, depuis la fin tragique de Van Gogh.

Le village attire depuis de nombreux talents et l’art reste intrinsèquement lié à la commune. Bien plus que le seul souvenir des peintres impressionnistes, les paysages d’Auvers continuent encore à inspirer les artistes au XXIe siècle…

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *