Les catacombes de San Gennaro à Naples et le parc de Capodimonte

Miranda devant l'entrée de la billetterie des catacombes de San GenneroLes catacombes de San Gennaro font partie des lieux aussi historiques qu’insolites à Naples ! Avec les catacombes de San Gaudioso un peu plus loin, on se retrouve donc plongé dans le passé paléo-chrétien de la ville.

Les catacombes sont situées hors de la ville historique, sur la colline de Capodimonte. Après la visite, je vous propose de découvre la superbe vue sur la ville qu’offre le parc de Capodimonte.

 

Afficher une carte plus grande

 

Se rendre aux catacombes de San Gennaro

Naples bus pour CapodimonteAïe, pas de métro qui y mène ! Pour tout avouer, nous nous sommes un peu perdus en cherchant les catacombes depuis le quartier de Sanità en contrebas. Le plus simple quand on se trouve dans ce quartier, est d’emprunter l’ascenseur qui permet d’accéder au pont de Sanità. De là, nous sommes remontés à pied en suivant le corso Amedeo di Savoia.

Pour économiser ses pattes (et éventuellement son temps, enfin en théorie) il est aussi possible de prendre un bus, notamment les 178 et 168 (voir la liste des bus sur la photo) depuis la piazza Cavour ou la piazza Dante. Attention cependant à la fréquence, on ne peut pas dire qu’on en ait vu passer beaucoup !

L’entrée des catacombes se trouve sur le côté gauche de la basilique du Bon Conseil, que vous ne pourrez pas manquer ! En effet, il s’agit d’une imitation de Saint-Pierre de Rome ! Un boutique/billetterie vous accueille alors.

Les visites ont lieu chaque heure de 10 h à 17 h (dernier départ) et 13 h le dimanche, obligatoirement guidées et soit en anglais ou en italien. Et non, pas de français pour le moment, mais des visites dans notre belle langue devraient être programmées prochainement devant la forte demande de nos compatriotes !

Infos pratiques sur le site officiel.

 

Une brève histoire des catacombes de San Gennaro

Avant de visiter, place à quelques explications !

catacombes de San Gennaro à NaplesLes catacombes de San Gennaro sont les plus anciennes de la ville. Creusées dans le tuf de la colline de Capodimonte au IIe siècle, elles furent avant tout utilisées par les Romains païens avant de devenir chrétiennes. En effet, la loi romaine interdisait la présence de cimetières intra-muros.

Au IIIe, saint Agrippin, sixième évêque de Naples et premier patron de la ville, y fut inhumé, attirant alors les premiers chrétiens, désireux de reposer à ses côtés. Devenu lieu de pèlerinage, une première chapelle y vit le jour (enfin, façon de parler !).

Le site prit une plus grande ampleur à partir du Ve siècle, avec l’arrivée de la dépouille de saint Janvier, ou San Gennaro, futur patron de la ville, entre 413 et 431. Une vraie star donc ! Encore plus d’inhumations et encore plus de pèlerins, puis de nouvelles églises souterraines…

La situation va changer à partir du IXe siècle, quand les envahisseurs lombards s’emparent du corps de San Gennaro en 831 ! Récupérées, les reliques ne furent pas remises en place mais protégées dans ce qui deviendra la cathédrale (Duomo) de Naples. Tant mieux pour le saint, mais moins pour les catacombes, qui entamèrent leur décadence puis sombrèrent dans l’oubli au XIIIe siècle, même si les ducs et les évêques de Naples continuèrent à s’y faire enterrer jusqu’au Xe siècle (la mode ne se démode pas si vite… du moins à l’époque !).

fresques dans les catacombes de San GennaroIl fallu attendre un demi-millénaire pour qu’elles soient redécouvertes au XVIIIe siècle, devenant une attraction du « grand tour » de la jeune noblesse européenne. Bien sûr, entre temps, les pillages ne manquèrent pas, hum…

Les catacombes servirent également de refuge pendant la Seconde Guerre mondiale (leur proximité avec l’hôpital Saint-Janvier-des-pauvres était un avantage) mais furent alors endommagées.

Des premières restaurations furent entreprises dans les années 1970, mais c’est surtout dans les années 2000 que le plus gros des travaux fut réalisé par l’association qui gère désormais les catacombes de San Gennaro et celles de San Gaudioso. Ces dernières ouvrirent à la visite en 2010, créant alors de nouveaux emplois auprès de la jeunesse de ce quartier populaire de Sanità.

 

La visite des catacombes

Naples entrée des catacombes de San Gennaro

entrée des catacombes

Voilà, c’est parti pour la visite ! Comme mentionné plus haut, celle-ci est obligatoirement guidée et se fait à heure fixe. En attendant, vous pourrez vous reposer dans la salle d’accueil, acheter des souvenirs ou déguster un bon cappuccino !

Le tarif du billet est de 9 € en 2018 et donne également accès aux catacombes de San Gaudioso pour une durée de un an, alors profitez-en !

La visite guidée dure environ 50 minutes, et je peux vous assurer qu’on ne les voit pas du tout passer !

Début mars, il y avait déjà du monde, alors méfiez-vous de la haute saison. Bon il est vrai aussi que les journées pluvieuses de fin d’hiver incitent plutôt aux visites intérieures… ou souterraines !

Notre guide, Antonio, s’avéra très intéressant et nous avons d’ailleurs pris plaisir à le retrouver lors de la visite des autres catacombes.

Les catacombes de San Gennaro se divisent en deux niveaux, le plus ancien étant le niveau inférieur. On ne visite malheureusement pas l’ensemble des 5800 m2, mais juste une petite partie. Les fouilles n’étant même pas complètement terminées, et encore moins les travaux de restauration… De plus, certaines parties étaient alors fermées pour travaux, dommage.

Le vestibule supérieur

La visite débute par le niveau supérieur, Naples vestibule supérieur des catacombes de San Gennarodirectement accessible par un escalier. Creusé à partir du IIIe siècle, ce vestibule naquit certainement à partir d’un hypogée (tombe souterraine) de nobles chrétiens, alors que le vestibule inférieur, plus ancien, abritait quant à lui un hypogée païen.

Comme nous l’explique notre guide, nous pouvons distinguer trois types de tombes :

  • Le loculus ou « niche » creusée dans le mur, où étaient disposés les corps des défunts.
  • Le cubiculum ou chambre funéraire, le plus souvent surmonté d’un arcosolium, une niche décorée de fresques
  • La tombe au sol, où les corps étaient enterrés puis recouverts de terre avant qu’un autre ne vienne se superposer, et ainsi de suite, comme des lasagnes ! (mais en moins appétissant quand même…)

On peut surtout voir les loculi, tombes les plus présentes, la chambre funéraire étant tout de même assez rare. Mais rassurez-vous… ou soyez déçus peut-être, on ne voit plus aucun cadavre, tous les ossements furent transférés dans d’autres cimetières, notamment celui des Fontanelle un peu plus bas, et qui mérite également le détour ! Rien de gore ou glauque ici donc, seulement un lieu chargé d’histoire !

Naples basilique majeure des catacombes de San Gennaro

basilique majeure

L’intérêt réside donc surtout dans les très belles fresques d’origine, véritable témoignage de l’art de l’époque ! On les retrouve dans les cubiculi, même si le temps a fait son œuvre… On peut d’ailleurs voir ici la plus ancienne représentation de San Gennaro (mais hélas, pas pu prendre de photos, aie… pas toujours facile lors d’une visite guidée…)

La basilique majeure se distingue clairement au milieu de la salle. Il s’agit de la plus ancienne de ce niveau, et ses nefs sont directement creusées dans le tuf, fait plutôt unique dans l’architecture chrétienne.

Nous pouvons également voir l’ancien tombeau de San Gennaro, au fond d’un puits visible sous la crypte des évêques. Bien sûr, il ne reste rien du corps du saint, juste une crosse symbolique.

 

 

Las basilique des évêques

Nous pénétrons ensuite dans la basilique des évêques, très impressionnantes de par ses superbes fresques, notamment celle d’un Christ peint sur la voute. Le style des autres fresques (notamment Adam et Eve) rappelle celui de l’art romain, on voit donc bien l’influence de cette précédente civilisation et son évolution. Rien ne se perd, tout se transforme !

 

Le vestibule inférieur

Le vestibule inférieur des catacombes de San GennaroIl est temps de descendre voir le niveau inférieur ! Le plus ancien donc, bâti sur un ancien hypogée romain et païen. La descente s’effectue par l’extérieur, nous pouvons donc ainsi mieux nous rendre compte de comment sont creusées les catacombes.

À l’entrée, nous tombons nez à nez avec un baptistère de 762. À l’époque, pour recevoir le baptême, sacrement très important chez les chrétiens, il fallait s’immerger entièrement dans un bassin, à l’image du Christ plongeant dans le Jourdain.

Ce niveau est immense, les galeries très profondes, mais nous resterons très proches de l’entrée. Au plafond, les fresques des II et IIIe siècles rappellent vraiment le style pompéien !

Nous pouvons voir différents portraits, qui eux évoquent l’art africain chrétien du IVe au VIe siècles, rappelant les rapports entretenus entre Naples et l’Afrique. De nombreux Chrétiens persécutés par les Vandales trouvèrent refuge dans la cité, à l’image de Saint Gaudioso. Les migrants de l’époque quoi…

Pour finir, nous pouvons voir la petite chapelle dédiée à Saint Agrippin, qui fut inhumé dans cette partie des catacombes, et la plus ancienne. Si un jour vous vous mariez à Naples, sachez que vous pourrez choisir de célébrer l’évènement ici, la chapelle étant encore consacrée et attirant les jeunes mariés napolitains ! Au moins ils se souviendront de la cérémonie… Je pourrais me laisser tenter si mon copain me le proposait. 😉

 

Petite anecdote comme je les aime : lors des fouilles entreprises au XVIIIe siècle, une stèle de forme phallique fut retrouvée. Elle comportait une inscription dans une langue proche de l’hébreu, évoquant le dieu romain de la fertilité Priape (souvent associé à des scènes d’orgies, hum).

Après de nombreux casse-tête quant à l’origine de cette stèle (les Hébreux ne priaient pas Priape, pas plus que les Chrétiens) les spécialistes en arrivèrent à la conclusion qu’il s’agissait d’un canular et que des élèves de l’époque déposèrent la stèle dans cette partie des catacombes ! Malheureusement, cette dernière se trouve dans une partie fermée au public (dommage). 😉

 

La basilique San Gennaro extra moenia

Pour clore cette visite, petite incursion dans cette basilique paléo-chrétienne, une des plus anciennes de Naples ! Sa décoration fut modifiée au fil des siècles mais elle put retrouver son aspect d’origine, très sobre. Cela tranche avec les églises baroques de la ville ! On peut encore apercevoir des restes de fresques d’origine, seules vestiges de l’histoire de la basilique.

Pour l’anecdote, un monastère bénédictin lui fut accolé au IXe siècle, destiné à protéger les catacombes. Il faut abandonner au XIIIe siècle, en même temps que ces dernières, puis converti en hôpital (San Gennaro dei poveri) deux siècles plus tard, que l’on peut voir en contrebas.

 

Voilè, c’est terminé, il est désormais temps de ressortir ! Le guide nous laisse quelques minutes pour prendre des photos et « errer » un peu (mais pas trop ! pas envie de me perdre et rester enfermée). Vous pouvez soit sortir en bas dans le quartier de Sanità, soit revenir au point de départ, où se trouvent boutique et toilettes, option que nous avons choisie.

Nous nous trouvons tout de même sur une colline, avec une jolie vue.

 

La basilique dell’Incoronata Madre del Buon Consiglio

Naples basilique Madre del buon consiglioOuf, voilà un bien grand nom ! En français « basilique de la mère du bon conseil ». Avant de partir, allons y faire un petit tour ! Dominant la colline où sont creusées les catacombes, sa taille imposante la rend visible depuis différents points de vue de la ville.

Si vous avez été à Rome, vous ne pourrez que remarquer sa ressemblance frappante avec Saint-Pierre ! Et oui, elle fut bâtie sur son modèle entre… 1920 et 1960 ! Il s’agit donc d’une église récente. Et bien, je n’aurais pas cru…

Si l’extérieur est très ressemblant, c’est moins le cas pour l’intérieur, très néo-classique et plutôt froid, qui me laissa de marbre. Mais je dois dire que je suis une inconditionnelle du baroque, alors… Chacun ses goûts ! J’ai tout de même remarqué la copie de la Piéta du Miche-Ange, et celle de son Moïse.

 

La colline de Capodimonte

Voilà, je vous propose maintenant de me suivre à l’assaut de la colline de Capodimonte, pour admirer la vue sur la ville !

La colline est plutôt connu pour le grand musée qu’elle abrite : le musée de Capodimonte. Plus grand musée de Naples avec le musée archéologique, et un des plus grands musée d’art d’Italie. Malheureusement pour nous, il était un peu tard pour en profiter, préférant disposer de 3h pour déambuler dans la centaine de salles qui composent cet ancien palais ! Une prochaine fois donc… Nous nous sommes alors contenter de flâner dans le parc et de profiter de la vue.


Afficher une carte plus grande

Les escaliers (gradini) Capodimonte

Pour rejoindre le parc, vous pouvez attendre un des bus qui y montent (arrêt devant la basilique, mais sans abri-bus ni banc) ou bien emprunter les escaliers qui coupent le virage. En tant que souris sportives, c’est cette option que nous avons choisi 😉 De quoi prendre de la hauteur tranquillement et profiter déjà d’une petite vue sur la place en contrebas.

 

Le parc de Capodimonte

parc de Capodimonte et son musée15 mn plus tard, nous voilà dans le parc ! Ce grand espace de 134 hectares comprend également un bois et divers bâtiments, mais je dois avouer que pour cette fois, vu l’heure tardive, nous nous contenterons de flâner dans les pelouses devant le musée.

Plutôt agréables les pelouses, avec  palmiers, fontaines… Ici, peu de monde, loin de la ville du centre-ville, on respire !

Outre la flânerie, nous sommes tout de même allés voir l’entrée du musée. Pour tout avouer, nous avions des lu des commentaires comme quoi seul le premier niveau était visible pour cause de travaux et pensions donc avoir le temps d’y faire un tour.

Mais en fait non, tout était bien ouvert et à 12€ la visite (au lieu des 8 indiqués  alors sur le site, pour cause d’exposition temporaire) autant prendre le temps d’en profiter ! Tant pis donc…

Plus d’infos sur le site officiel du musée.

 

L’intérêt de la grimpette, outre la visite du musée, réside bien sûr dans la très belle vue sur Naples et sa baie. Nous pouvons reconnaître au loin la colline du Voméro et le château Saint-Elme, en contrebas la basilique Madre del buon Consiglio et au large, l’île de Capri se profilant à l’horizon.

La vue sur Naples depuis le parc de Capodimonte

 

Voilà, une pause cappuccino et baba, et nous n’avons plus qu’à sauter dans un bus pour retourner au centre-ville…

baba au rhum et cappuccino

Découvrez le quartier de Sanità et les catacombes de San Gaudioso

Ou le cimetière des Fontanelle

Retour à l’article principal