Le Duomo de Naples et la via dei Tribunali : visite en photos, prix, horaires

La vieille ville de Naples, aussi appelée « Spaccanapoli », est riche et dense en églises, ruelles, placettes… Tout comme pour la vieille ville de Rome, difficile de tout décrire en un seul article !

Nous verrons donc le Duomo, la cathédrale de Naples et le baptistère San Giovanni in Fonte, la superbe chapelle San Gennaro. Puis ce qui se trouve autour, et la via dei Tribunali, un des axes majeurs du centre historique de Naples ! Et oui, beaucoup de choses à voir dans un périmètre très restreint, c’est la magie de cette ville aux multiples visages ! 😉





Comment aller au Duomo de Naples ?


Afficher une carte plus grande

Je vous aurais bien dit de descendre à la station Duomo… mais la station, inachevée, est en chantier pour des années !

A défaut, la station de métro la plus proche est Museo, sur la ligne 1 du métro de Naples. Sinon, Piazza Cavour sur la ligne 2, en correspondance avec la première, est légèrement plus proche.

Le Duomo de Naples, ou cathédrale de Santa Maria Assunta

Ou en français Notre-Dame-de-l’Assomption, « Duomo » est plus simple, n’est-ce pas ? 😉 Trônant fièrement au milieu de la via Duomo, elle offre malheureusement peu de recul pour admirer sa superbe façade de marbre blanc oscillant légèrement vers l’ocre grâce aux reflets du soleil.

Bâtie à la fin du XIIIe siècle sur ordre de Charles Ier d’Anjou, elle possède une structure gothique mais ne vous laissez pas tromper par sa façade qui est en fait… néo-gothique, puisque remaniée en 1876 !

Tout comme bon nombre d’églises en Italie, elle fut plusieurs fois remaniée à différentes époques, offrant par exemple un somptueux plafond à caissons du XVIIe siècle, des chapelles, dont plusieurs ont gardé leur aspect gothique d’origine, un chœur rococo du XVIIIe siècle… de quoi réviser son histoire de l’architecture ! Ce qui compte, c’est que la souris esthète que je suis a bien aimé le résultat (ne voyage-t-on pas pour voir de belles choses ?).

Les piliers de la nef sont quant à eux ornés des bustes des différents évêques de Naples.

Horaires du Duomo de Naples

En principe, car ça change souvent en Italie (!), la cathédrale de Naples est ouverte du lundi au samedi de 8 h à 13 h 30 puis de 14 h 30 à 19 h 30. Le dimanche de 8 h à 13 h puis de 16 h 30 à 19 h 30. Attention, les horaires du baptistère (payant) sont un peu plus limités.

Chapelle du trésor de San Gennaro

Je n’ai surtout pas manqué la chapelle San Gennaro (saint Janvier en français) patron de la ville, qui contient ses reliques, dans une débauche de décoration baroque à ne plus savoir où donner de la tête ! Les pièces les plus précieuses sont exposées dans un musée juste à côté, dont l’entrée est payante.

La crypte du Duomo

Ne manquez pas la crypte de style Renaissance… Datant de 1497, on y retrouve la sépulture de San Gennaro. Pour la petite histoire, ses reliques reposaient dans les catacombes de San Gennaro, auxquelles il a donc donné son nom (une visite passionnante que je vous recommande chaudement… même s’il y fait frais !). 😉

Elles furent pillées par les envahisseurs lombards eu IXe siècle, et une fois récupérées, transférées dans ce qui allait devenir la cathédrale, pour être mieux protégées (entraînant ainsi le déclin des catacombes).

La basilique Santa Restituta

Basilica di Santa restituta dans le Duomo de NaplesOn y accède par le côté gauche de la nef. Il s’agit d’une basilique paléochrétienne de 450, rattachée ensuite à la cathédrale. Bien sûr, comme bien des édifices, la décoration fut remaniée au XVIIe siècle

Si son aspect actuel évoque plutôt un théâtre baroque, on y trouve encore des vestiges de l’art paléochrétien napolitain, avec notamment de belles mosaïques, des pavements…

Les colonnes antiques sont également d’origine. Ouf, tout n’a pas été remplacé ! Beau mélange donc, enfin selon mes goûts !

Nous avons pu remarquer les tombeaux et les sarcophages superbement sculptés, mais c’est surtout la très belle mosaïque de la Vierge couronnée qui attira notre attention. Ah, les mosaïques byzantines, j’aime beaucoup, et vous ?

Le baptistère San Giovanni in Fonte

plafond en mosaïque du baptistère du duomo de NaplesMoyennant 2€ (en 2018), il est possible de visiter le baptistère du IVe siècle, considéré comme un des plus anciens d’Italie et LE plus ancien d’Italie du sud.

Bien qu’il ne soit pas très grand (mais il parait que ce n’est pas la taille qui compte…) j’ai vraiment apprécié la beauté de ses mosaïques au plafond, datant elles du Ve siècle et évoquant des scènes bibliques.

Malheureusement, une partie ne survécut pas aux différentes tremblements de terre qui ébranlèrent la ville. Nous étions seuls pour admirer cette merveille, nous avons donc pris notre temps !

La via Duomo

Nous pouvons admirer un peu les beaux bâtiments colorés et repeints de la via Duomo, qui descend jusqu’au port, mais que nous n’emprunterons pas vraiment, faute de temps… Il s’agit d’un axe important reliant le port à la vieille ville et dont la plupart du bâti date du XIXe siècle. En tout cas, c’est très joli !

La via dei Tribunali

via dei Tribunali

La via dei Tribunali (rue des tribunaux) est l’ancien decamanus maximus de l’époque gréco-romaine. Il s’agit donc d’un axe structurant et majeur de la vieille ville ! D’ailleurs, on notera que le centre historique de Naples n’est pas composé d’un lacis de ruelles tortueuses à l’inverse de bon nombre de villes anciennes, mais présente un aspect plutôt rectiligne.

Bref, il est finalement aisé de ne pas s’y perdre (à défaut de ne pas perdre son latin devant tant de choses à voir et riches en histoire).

Cet axe demeure un des plus fréquentés du quartier, surtout par les piétons (Napolitains et touristes) mais également par les deux roues qui n’hésitent pas à vous frôler et répandre une « douce » odeur d’essence mal raffinée. Grr ! S’ajoutent quelques voitures qui passent par là… bref, la balade n’est finalement pas de tout repos, et flâner ne s’avère pas si agréable !

piazza Sisto Riario Sforza

Nous ne l’avons pas parcourue entièrement mais sommes passés devant la petite piazza Sisto Riario Sforza, faisant face à la pinacothèque Poi Monte della Misericordia et son église (tout étant payant, nous avons juste vu la cour intérieure) à l’est du Duomo.

Puis nous avons continué à l’ouest, en passant par la piazza di Girolamini (église et oratoire payants), pour arriver sur la piazza San Gaetano, faisant face à la piazzeta San Gregorio Armeno (on vous a dit qu’il y avait beaucoup de choses sur un petit périmètre ! )

Comme vous le constaterez, la via dei Tribunali offre un aspect contrasté… à l’image de Palerme, un patrimoine riche et dense, mais pas toujours bien entretenu, des bâtiments un peu décrépis… Heureusement, des travaux de restauration semblent avoir lieu un peu partout dans la ville, il était temps de sauvegarder ces merveilles tombant en lambeaux !

La basilique San Paolo Maggiore

Située sur la piazza San Gaetano, il s’agit normalement d’une des plus belles églises de Naples, mais elle était fermée ! Nous n’avons pas su si la cause était les travaux de ravalement de façade… Un peu déçus pour le coup ! La crypte par contre était ouverte, avec un accès à part, sous les escaliers.

À noter qu’il est difficile de visiter toutes les églises qui se présentent sur le passage, beaucoup n’ouvrent leurs portes qu’à des horaires restreints (le matin ou en soirée) voire n’ouvrent que très peu tout court, d’autres sont payantes (et pas forcément si données…). Là encore il nous faudra revenir, il s’agissait donc d’une première approche !

Sur la place, ne manquez pas la visite de la « Naples souterraine« .

La basilique San Lorenzo Maggiore

Celle-ci se trouve sur la piazzeta San Gregorio Armeno et dispose d’une toute petite façade ! (en travaux à ce moment-là). Puisqu’on la voit mal sous ses échafaudages, la façade est justement baroque et ne laisse rien présager de l’intérieur !

Elle jouxte un couvent (accès payant) mais également l’entrée du « Naples souterrain », là encore nous étions intéressés mais pressés par le temps, alors ce sera (encore) pour une autre fois ! Dure la vie de souris voyageuse devant faire des choix de visites !

La basilique se visite gratuitement et présente un style purement gothique français, et pour cause, elle fut construite sous le règne des Angevins, au XIIIe siècle ! Elle abrite d’ailleurs plusieurs tombeaux.

Elle aussi connut son lot de remaniements, surtout après les différents tremblements de terre qui secouèrent la cité (c’est risqué là-bas !) et se vit adjoindre des chapelles baroques qui tranchent un peu… Que les puristes se rassurent, la plupart des éléments baroques furent supprimés aux XIXe et XXe siècle (quelle histoire !). On notera les restes de fresques anciennes et quelques traces de polychromie.

Au nord du centre historique : l’église San Giovanni à Carbonara

L’église San Giovanni à Carbonara est une des plus fascinantes de Naples, avec ses superbes fresques, et mérite largement le détour ! À deux pas de là, le musée d’art contemporain Donna Regina, ou MADRE, ravira les fans du genre.

Je vous propose ici de débuter la suite de la balade autour de la porta Capuana, et d’avancer progressivement vers la partie plus touristique.


Afficher une carte plus grande

Autour du corso Garibaldi et de la piazza Carlo III

C’est précisément dans ce petit quartier populaire que nous logions, outre la vue depuis la terrasse, nous avons donc pu l’explorer ! Le corso Garibaldi, qui relie la très animée piazza Carlo III au port en passant par la gare, offre des façades typiques des grands boulevards italiens, plutôt colorées et assez bien entretenues. Il s’agit d’un boulevard commerçant, du moins sur la partie haute.

La piazza Carlo III fait face à « l’auberge des pauvres », un bâtiment classé monument historique et listé au patrimoine mondial, mais non visitable pour le moment.

Les petites rues autour du corso Garibaldi et de la porta Capuana abritent des petits marchés où l’on trouve un peu de tout à des prix imbattables ! Ambiance napolitaine garantie ! Ici finalement peu de touristes mais cela reste animé, avec différents cafés, petits restos, etc. J’aime bien ce genre d’ambiance très « authentique » !

Autour de la porta Capuana et de la via Carbonara

Porta Capuana

Nous arrivons alors devant la porta Capuana, datant du XVe siècle, et ainsi nommée car orientée dans la direction de la ville de Capoue (logique, non ?). Elle faisait partie des anciennes murailles fortifiées de la ville, avec d’autres portes.

Juste derrière se trouve le grand Castel Capuano, dont les origines remontent au XIIe siècle mais dont il ne reste que peu de chose de l’apparence originelle !

Nous nous sommes alors dirigés vers la via Carbonara, autre boulevard typique, afin de visiter l’église San Giovanni a Carbonara.

Un peu plus loin nous sommes passés devant le MADRE, le musée d’art contemporain de la ville (museo di arte Donna Regina). puis devant le musée Diocésain sur le largo Donna Regina, situé dans une ancienne église. Nous avons pu jeter un petit coup d’œil depuis le pas de la porte, mais photos interdites ! Tant pis, j’en ai volé une  ! Pas de visite du musée cette fois-ci… Ce dernier comporte apparemment une belle collection d’objets religieux de différentes époques.

Église San Giovanni a Carbonara

Cette église mérite bien un petit détour ! D’origine gothique, elle fut embellie et agrandie par le roi Ladislas Ier qui souhait s’y faire enterrer.

À l’extérieur, un escalier très baroque fut ajouté au début du XVIIIe par Ferdinando Sanfelice (le bienheureux) à qui on doit plusieurs œuvres architecturales dans la ville. Il faut grimper tout en haut pour y accéder… plusieurs autres églises y étant accolées ! Et non, aucun rapport ici avec les pâtes, même si forcément cela m’a donné envie d’en manger !

chapelle caracciole del sole

Si la nef gothique d’origine présente un aspect plutôt simple, on peut admirer au fond de l’abside le superbe monument funéraire de Ladislas 1er, finement sculpté !

Il faut alors passer en dessous pour pénétrer dans la chapelle Caracciolo del Sole et en prendre plein la vue devant les superbes fresques (fin du Moyen-Âge) qui l’ornent !

J’aime vraiment beaucoup ce genre de fresques en tout cas, ah, ils étaient doués ces Italiens !

L’intérêt de l’église réside également dans les autres chapelles, ajoutées au fil du temps, comme la chapelle Caracciolo di Vico, abritant les tombeaux de la famille du même nom, réalisés par des artistes de la Renaissance napolitaine.

Tout au fond, j’ai vraiment adoré la chapelle Somma, également ornée de fresques d’une grande finesse ! Superbe !


Bref, avis aux amateurs d’art et amoureux de fresques et sculptures des « quattrocento » et « cinquecento », une église à ne pas rater !

Église Santa Caterina a Formiello

Cette jolie église Renaissance jouxte la Porta Capuana, c’est donc tout naturellement que nous y sommes entrés (par chance, elle était ouverte), notre première église napolitaine !  Sa construction s’étala durant presque tout le XVIe siècle, même si la nef fut plus ou moins remaniée au siècle suivant (comme la plupart des églises, rares sont celles qui ne subirent aucune modification). Jolie !

Le musée d’art contemporain Donna Regina (MADRE)

naples MADREÀ quelques encablures de là. nous avons profité de la gratuité du lundi pour jeter un coup d’œil à ce musée.

Pas forcément fans d’art contemporain à la base, nous sommes toutefois ouverts et aimons profiter des occasions qui s’offrent à nous pour découvrir de nouvelles choses et élargir notre horizon !

Le musée doit son nom au palais Donna Regina, qui fut abandonné suite à des inondations en 2001, puis repris par la région dans le but de le transformer en musée d’art contemporain. Et oui, chaque région veut son propre musée d’art contemporain, et c’est vrai qu’il en manquait un à Naples !

Le MADRE ouvrit ses portes en 2005, il s’agit donc d’un musée récent ! C’est l’architecte portugais Álvaro Siza Vieira qui fut en charge des travaux.

Le musée n’est pas très grand (moins de 3000 m² de surface d’exposition) et peut donc se parcourir rapidement ! Les amateurs du genre se raviront des œuvres de Jeff Koons, Andy Warhol, Anish Kapoor…

Une salle du musée MADRE à NaplesComme souvent dans ce genre de musée, les explications sont minimalistes et je me suis souvent retrouvée devant à une œuvre à me demander « qu’est-ce que cela représente ? Dans quel but ? ». Mais pour moi cela reste une expérience intéressante. Je recommande donc le MADRE aux fans d’art contemporain ou à ceux qui passeraient dans le coin et seraient tout simplement curieux !

J’ai bien aimé les salles décorées spécialement pour ce musée, aux fresques énigmatiques, ainsi que l’exposition sur les ruines de Pompéi, revisitées version contemporaines bien sûr !

Tarifs et horaires du MADRE

Le musée est ouvert tous les jours sauf mardi de 10 h à 19 h 30 (20 h le dimanche).

Le prix du billet d’entrée est de 8 €. Un peu cher selon moi, mais le lundi c’est donc gratuit ! Attention, fermeture des caisses 1 h avant, y compris le lundi…

Plus d’infos sur le site officiel

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 4,67 sur 5)
Loading...

Découvrez désormais la « Naples souterraine » située sur la piazza Gaetano

Poursuivez la balade sur Spaccanapoli

Retournez à l’article principal

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *