Visite du château et jardin du Grand Trianon à Versailles

Le château et le parterre haut du Grand Trianon

Le château et le parterre haut du Grand Trianon

Le château et jardin du Grand Trianon se situe dans le domaine national du château de Versailles, à 1,5 km au nord-ouest du château.

Œuvre de Jules Hardouin-Mansart et élevé en seulement six mois en 1687, le Trianon de Marbre remplace le fragile Trianon de Porcelaine, qui abritait de 1670 à 1687 les collations de Louis XIV et de Madame de Montespan, avant de se dégrader… à l’image de leur liaison.

Vidé de ses meubles durant la Révolution, hormis ses tableaux d’origine toujours en place, il est remeublé par Napoléon qui y séjourne régulièrement, ainsi plus tard que le roi Louis-Philippe avec sa famille.

L’aile nord, dite de Trianon-sous-Bois, est restaurée dans le même style Empire sur ordre du Général de Gaulle en 1963 afin d’y accueillir les chefs d’États étrangers en visite officielle en France. Longtemps fermée, cette aile a été récemment restaurée et rouverte au public, je vais donc vous la présenter ici ! Suivez-moi ! 😉

Comment se rendre au Grand Trianon






Afficher une carte plus grande

Plan du domaine de Trianon

Plan du domaine de Trianon

Vous ne souhaitez pas vous faire plumer par le petit train, payant et cher (8 € le ticket AR en 2018), ni marcher toute la distance d’accès du château au domaine de Trianon (environ 25 mn à pied) ?

Vous pouvez emprunter le bus urbain TRI du réseau Phébus qui relie une fois par heure le Grand Trianon aux trois principales gares de Versailles (Rive-Droite, Château-Rive-Gauche et Chantiers). L’arrêt se situe juste avant la première grille, celle de l’accès au domaine (pas la grille proche du château).

Le bus est accessible avec un ticket T de bus/métro habituel (vendu 2 € à bord) ou un abonnement Navigo, simple et économique ! Attention, il ne circule qu’en saison. Horaires ICI sur le site officiel.

En voiture, deux possibilités : pour les personnes à mobilité réduite… et les flemmards (!), sachez que vous pouvez entrer dans le domaine en voiture par la grille de la Reine, en payant 6 €. C’est heureusement gratuit pour les handicapés. On peut ensuite se garer (sans frais supplémentaires) directement devant les grilles des châteaux du Grand et du Petit Trianon… quand il y a de la place, ce qui n’est pas toujours évident le week-end en saison.

Pour les « sans-dents » un peu marcheurs, garez-vous gratuitement au Chesnay, de l’autre côté de la D186, à proximité de la grille Saint-Antoine, au nord du domaine, c’est à moins de 15 mn à pied du château par une promenade agréable dans le parc.

Pour tous, des toilettes gratuites sont disponibles du côté nord de l’esplanade avant l’accès au domaine, vous n’en trouverez pas dans le château ni dans le parc du Grand Trianon, pensez-y avant de démarrer la visite !

Infos pratiques

Tarifs

Esplanade du Grand Trianon

Esplanade du Grand Trianon

Le château se visite avec deux types de billets. Soit un billet, vendu 12 € en 2018 (10 € en 2016), spécifique au domaine de Trianon (les deux châteaux et leurs parcs), dit à moitié faussement « domaine de Marie-Antoinette » (seul le Petit Trianon était son domaine) ; soit avec un billet passeport ouvrant l’ensemble du domaine de Versailles pour une journée ou deux, vendu respectivement 20 et 25 € en 2018 (27 et 30 € si un jour de grandes eaux ou jardins musicaux est inclus).

Vous pouvez également acheter un billet coupe-file par le biais de notre partenaire Come to Paris.

Vous éviterez ainsi la file d’attente à la caisse. Le billet est valable le jour de votre choix durant dix mois ! 😉

Le domaine de Trianon est accessible gratuitement aux jeunes européens de – de 26 ans, aux chômeurs, etc, comme le château proprement dit et globalement tous les musées et monuments nationaux en France. Rappelons que jusqu’en 2006, les jardins étaient accessibles gratuitement à tous depuis plus de deux siècles, tous les jours et toute la journée…

Horaires

Le domaine est ouvert tous les jours, sauf le lundi et quelques jours fériés, de 12 h (!) à 17 h 30 de novembre à mars, et jusqu’à 18 h 30 d’avril à octobre (inclus), dernière entrée 30 mn avant. Les jardins ferment à 19 h 30 en haute saison.

Des horaires totalement absurdes puisqu’ils ne permettent pas de profiter de la matinée… tandis que le château est totalement saturé de touristes et qu’on vous explique qu’il vaut mieux aller ailleurs, pour revenir le visiter avec – un peu – moins de foule en fin de journée. Bonne gestion dites-vous ?

N’oubliez pas de lire la page rassemblant mes conseils pratiques pour le domaine ! 😉

La visite du Grand Trianon

Le château du Grand Trianon se présente sous la forme de deux corps de bâtiments séparés par un « péristyle » central (en réalité, une loggia). La décoration, le plus souvent d’origine hormis quelques modifications ultérieures, est particulièrement sobre, relevée par des tentures et un mobilier colorés. On pénètre dans le château par l’aile gauche.

L’aile gauche

Après la fouille habituelle à l’entrée, puis une petite boutique, on démarre la visite par un premier salon, puis un long couloir menant au boudoir de l’Impératrice.

Puis on entre dans le magnifique salon des Glaces (mais non, on n’y trouve pas de crème glacée, snif) qui ouvre sur le petit bras du Grand canal, avec son mobilier Empire et ses superbes rideaux en soie commandés par Marie-Antoinette. Elle avait bon gout, j’ai vraiment bien aimé ce salon ! C’était auparavant le cabinet du Conseil de Louis XIV, où le roi réunissait ses ministres.

Nous découvrons ensuite la chambre de l’Impératrice Marie-Louise, ancienne chambre de Louis XIV, dont le lit actuel fut commandé par Napoléon pour le palais des Tuileries. Il fut réemployé par le roi Louis XVIII qui y est mort en 1824. La reine Elizabeth II, en visite officielle à Versailles en 1957, refusa de dormir dans ce lit où avait dormi Napoléon ! Au mur, on remarque le tableau représentant Saint Jean à Patmos de Charles Le Brun.

Suit le salon de la chapelle, avec son autel dans un placard ! Une fois la messe dite, les portes étaient refermées. Enfin suit l’antichambre des Seigneurs, qui servit de salle à manger à l’Empereur. Il faut alors sortir et traverser le péristyle pour poursuivre la visite.

Pas très pratique quand même… ce péristyle fut d’ailleurs couvert à un moment mais Louis XIV, toujours soucieux des apparences, n’aimait pas le rendu ! Il faut donc penser à se couvrir l’hiver pour traverser…

L’aile droite

Après la traversée du « péristyle », on accède à l’aile droite, dont plusieurs salons furent réaménagés par roi Louis-Philippe pour ses séjours en famille. On entre d’abord dans le salon rond. Celui-ci donne accès, du côté sud, à ce qui fut le 3e appartement de Louis XIV… lorsqu’il est ouvert, avec le salon de famille de l’Empereur.

Puis voici la chambre de la Reine des Belges, fille du roi Louis-Philippe… que vous aurez peu de chance de visiter car elle n’est que rarement ouverte, faute de personnel ! Il m’a fallu trois visites (oui, je suis une fan des lieux) pour enfin la découvrir !

Le salon rond du Grand Trianon

Le salon rond du Grand Trianon

En regagnant le salon rond, vous remarquerez deux grandes portes de chaque côté. Que cachent-elles ? Heureusement, je suis là pour ouvrir les portes et vous faire découvrir les secrets de l’histoire ! 😉

Celle de gauche cache un escalier en colimaçon menant à un entresol qui permettait aux musiciens de gagner les tribunes du salon de musique que vous allez découvrir ; celle de droite cache… un autel, car on transformait parfois ce salon en chapelle ! Au dessus de ces portes, on voit des… dessus-de-porte (logique !) du peintre… François Desportes ! (ça ne s’invente pas !)

On continue avec le salon de musique de Louis XIV, lieu où se déroulait le souper en famille du roi, où on remarque en haut les discrets panneaux cachant les fameuses tribunes où jouaient les musiciens. Comme vous le constatez, ce salon est devenu une salle de billard sous Louis-Philippe. Puis suit le salon de famille du roi Louis-Philippe, tout jaune…

Vient alors le très beau le salon des Malachites. Ce dernier est décoré de ces pièces minérales vertes offertes à Napoléon par le tsar Alexandre 1er après l’entrevue de Tilsit en 1809. Sur la cheminée, regardez le tableau Apollon et Théthys du peintre La Fosse : la déesse Théthys fait comment dire… un peu blonde non ? 😉

On entre ensuite dans le salon frais, car exposé au nord, qui expose des tableaux de l’ancien Versailles de Mansart. Depuis ce salon, on aperçoit, sans y pénétrer, le salon des Sources ou cabinet topographique de l’Empereur, pièce de travail qui faisait office, comme dans toutes les résidences impériales, de bibliothèque.

Le cabinet donne accès au Petit Appartement de l’Empereur, autrefois appartements de Madame de Maintenon, puis de Madame de Pompadour, uniquement accessible en visite guidée.

A l’opposé en retour d’angle, on découvre la longue galerie des « Cotelle ». Elle porte le nom du peintre de 21 des 24 tableaux qui y sont accrochés représentent les jardins du temps de Louis XIV.

Ces tableaux sont plus intéressants à observer qu’il peut sembler de prime abord : la plupart des bosquets ont en effet été transformés depuis ou ont carrément disparu ! La galerie, dotée de lustres de style Empire, mène au salon des jardins. C’est ici que s’achève la visite du château.

L’aile de Trianon-sous-Bois

L'aile de Trianon-sous-Bois vue de l'ancien jardin des sources

L’aile de Trianon-sous-Bois vue de l’ancien jardin des sources

Toutefois depuis 2016, on accède enfin à l’aile qui suit en équerre, dite de Trianon-sous-Bois. Elle fut aménagée en 1963 sur ordre du Général de Gaulle comme résidence présidentielle pour la réception des chefs d’États étrangers. La décoration ne dépareille pas puisque les appartements ont été meublés en style Empire par le Mobilier national.

Cette aile n’est habituellement ouverte qu’aux visites conférences, hormis dans le cas de l’exposition sur le général de Gaulle en 2016 qui m’a enfin permis de la découvrir et de vous la présenter ici ! (ouf !) Je peux enfin, moi aussi, ouvrir une petite porte mystérieuse et vous faire découvrir un lieu méconnu ! 😉

On parcourt d’abord une galerie permettant d’accéder à l’extrémité nord de l’aile. Puis on découvre des salons en enfilade, avec d’abord le salon des huissiers puis le salon d’attente.

Suivent les bureaux du 1er aide-de-camp puis du… 2e aide-de-camp.

Puis on découvre le bureau du Général de Gaulle.. C’est donc ici que le grand Général passait des heures !

Suivent le salon et la salle à manger…

A la fin, on visite la petite chapelle, ancien salon de billard de Louis XIV, transformé en chapelle par Louis-Philippe.

On gagne ensuite le sous-sol où ont été aménagées de vastes cuisines modernes, devant fournir les repas officiels se déroulant au-dessus ! Comme j’aime beaucoup les cuisines (ça vous étonne ?) voilà un lieu que j’ai apprécié de découvrir… en plus, ils y préparaient des gâteaux ! Miam !

L’étage, avec la chambre à coucher du général de Gaulle, n’était pas ouverte dans le cadre de  l’expo et se découvre uniquement en visite commentée.

Les expositions au Grand Trianon

Exposition "Un président chez le Roi, De Gaulle à Trianon"

Exposition « Un président chez le Roi, De Gaulle à Trianon »

Le Grand Trianon accueille en principe une exposition annuelle, sur des thématiques liées au lieu.

En 2016, l’exposition était consacrée au séjour du général de Gaulle qui a fait remeubler une partie des lieux pour en faire une résidence officielle de la présidence de la République, comme vous l’avez constaté ci-dessus.

En 2017, Pierre le Grand était à l’honneur, lui qui est venu y séjourner en visiteur exactement 300 ans auparavant rencontrer le Régent. On y découvrait pas mal de pièces du fameux musée de l’Ermitage… que je vous invite à découvrir avec moi ! 😉

En 2018, l’exposition était dédiée à Jean Cotelle peintre de Louis XIV, tombé dans l’oubli…

Les jardins du Grand Trianon

Les jardins du Grand Trianon sont dessinés à la française, avec leurs perspectives et leurs massifs de fleurs. La plus belle partie se situe aux alentours immédiats du château, avec de superbes massifs en saison, le parterre bas, au pied du péristyle, dominant le bassin du Fer-à-Cheval et le petit bras du Grand canal.

Au-delà, se situe un bois aux allées géométriques avec ci et là un bassin. Aujourd’hui dépourvu de statues, l’ensemble est plutôt déserté par les touristes (car un peu vide et éloigné du grand château). Il est médiocrement mis en valeur en s’éloignant et très rarement en eau.

Le bassin d’eau, aujourd’hui bien mal dénommé, œuvre de Mansart en 1703, est le seul bassin à décor mythologique du Grand Trianon, avec ses marbres polychromes. Bref, si ce jardin n’est pas désagréable, je lui préfère largement celui du Petit Trianon, bien plus romantique et mieux entretenu.

A l’est de l’aile de Trianon-sous-Bois, on découvre l’ancien jardin des sources, puis le petit jardin particulier de Louis XIV, protégé par les ailes en équerre qui accueillaient le roi et Madame de Maintenon à la fin du règne. Au fond, le pont dit de réunion érigé par Napoléon permet de gagner directement le jardin français du parc du Petit Trianon.

L’avis de la souris

Si on croise forcément un peu de monde dans un lieu aussi célèbre, l’éloignement, certes relatif, du château de Versailles fait que 60 % de ses visiteurs n’y viennent pas, même en ayant souvent payé un passeport à la journée, faute de temps ou trop épuisés. Les conditions de visite sont donc nettement plus agréables, généralement sans bousculades et parfois presque sans personne en semaine hors-saison !

L’intérêt de la visite étant indéniable, avec toutes ces pièces à la superbe décoration et élégamment meublées en style Empire, inutile de vous dire que je vous encourage vivement à vous y rendre !

Avec le même billet, vous enchaînerez ensuite la visite du Petit Trianon, tout à côté, qui est plus rapide car plus petit, mais dont le parc à l’anglaise dessiné pour la reine Marie-Antoinette, avec ses pièces d’eau romantiques et son hameau pittoresque, incite à la rêverie et mérite absolument d’être découvert.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Découvrez le Petit Trianon

ou bien visitez les Grands Appartements pour une visite exceptionnelle de nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *