L’Aventin à Rome : le trou de serrure de la place des Chevaliers de Malte et la basilique Sainte-Sabine

L’Aventin, située non loin du Celio, est la colline la plus méridionale de la Rome antique. Elle ne fut d’ailleurs pas urbanisée de suite, et demeure de nos jours un lieu résidentiel et plutôt calme (et cossu). On y trouve essentiellement des églises et basiliques, telles que Sainte-Sabine, une des plus anciennes de Rome, et Saint-Alexis.

C’est aussi au sommet que l’on peut découvrir le « secret le moins bien gardé de Rome » et jouir d’une très belle vue sur la ville à partir du jardin des orangers ! 😉

Plan du quartier de l’Aventin


Afficher une carte plus grande

Pour nous rendre dans le quartier de l’Aventin, nous avons emprunté la ligne 3 du tramway jusqu’à l’arrêt « Piramide » puis sommes remontés sur la colline en coupant à travers un parc (moyennement entretenu, mais bon il avait plu fortement les jours derniers, c’est peut-être mieux à la belle saison…).

Outre la viale Aventino qui souffre de la forte concentration automobile (axe principal du quartier…) et où se regroupent commerces et lieux de sortie, la colline en elle-même est très calme et offre de jolies maisons ou petits immeubles, le tout bordé de palmiers.

Cela tranche fortement avec la densité urbaine du centre, alors que ce n’est pas si loin ! Bref, si un jour il vous vient l’idée de vous cotiser pour offrir une maison dans le coin à votre souris préférée, elle ne dira pas non ! 😉

En remontant, on arrive sur la place des Chevaliers de Malte, bordée également par l’église de Saint-Anselme de l’Aventin (non visitable à ce jour, mais il semblait qu’on y vendait des bondieuseries).

La place des Chevaliers de Malte

A priori il s’agit d’une simple place, bordée d’une église d’un côté, et d’un grand mur de l’autre, qui laisse cependant entrevoir un jardin !

Mais alors pourquoi tant de monde se presse pour regarder par le trou de serrure de la porte du mur ? Tout simplement parce qu’ils connaissent le « secret le moins bien gardé de Rome » ! En effet, la vue offre un superbe alignement sur… et bien découvrez cela en photo ! On vous conseille d’éviter la pleine saison pour ne pas attendre trop longtemps…

La basilique Saint-Alexis

Encore une église ancienne, avec son campanile romain comme on en voit pas mal dans le coin, qui fut elle aussi remaniée pendant la période baroque tardive, à savoir dans les années 1750. L’extérieur plutôt sobre ne laisse donc rien présager de l’intérieur (même si par rapport à d’autres églises de Rome, cela reste encore assez sobre aussi…).

Curiosité majeure du lieu : dans une chapelle est exposée la relique de l’escalier en bois où selon la légende, Saint-Alexis dormit pendant des années. Le saint revint en effet d’un pèlerinage en terre sainte plutôt transformé, et ses parents ne le reconnurent pas.

Un peu triste quand même, j’espère que mes proches me reconnaîtront quand je partirai en pèlerinage dans la terre sacrée du fromage ! 😉

La basilique Sainte-Sabine

Ou Santa Sabina en italien, il s’agit là encore d’une des plus anciennes églises romaines puisqu’elle fut édifiée au milieu du Ve siècle, dédiée à Sainte Sabine, martyre chrétienne du IIe siècle.

Contrairement à bien d’autres églises, les transformations baroques furent supprimées, lui rendant son aspect et sa simplicité originelles. Il s’agit donc d’un des plus beaux exemples de basilique paléochrétienne !

Seules deux chapelles du XVIIe siècle furent conservées. Un campanile fut ajouté à l’extérieur au Xe siècle, (mais complètement remanié à l’époque baroque) ainsi qu’un couvent trois siècles plus tard.

On remarquera surtout la fresque de l’abside, qui date de 1560 et remplaça la mosaïque originelle… Les colonnes romaines de la fin de l’empire sont d’origine, récupérées dans le temple de Junon juste à côté (ils avaient le sens du recyclage !) alors que le plafond à caisson date de… 1938 ! On notera aussi les fenêtres de l’abside, chose rare !

Outre le campanile, l’extérieur de la basilique a peu changé depuis sa construction, mais la façade a disparu, ce que l’on voit aujourd’hui est en fait un narthex (porche d’entrée). Sur la droite, l’ancienne porte principale date elle aussi du Ve siècle ! Un miracle qu’elle nous soit parvenue en si bon état !

Les dix-huit panneaux sculptés ayant survécu dépeignent des scènes bibliques. En y regardant de plus près vous y verrez… Napoléon ! La tête de ce dernier remplace celle de Pharaon dans la scène de la traversée de la mer Rouge par les Juifs !

Selon la légende, Saint Dominique aurait planté dans le cloître une orange rapportée de son Espagne natale. Aujourd’hui, on peut voir un oranger à travers un petit trou !

La vue sur la ville

Les jardins bordant chaque basilique offrent une très belle vue sur la ville ! On peut apercevoir Saint-Pierre du Vatican, la synagogue, le Panthéon, le Capitole, le Vittoriano, une vue plongeante sur le quartier du Trastevere… rien que pour ça, la visite du quartier vaut le coup !

L’église Santa Prisca

Nous redescendons ensuite en direction de cette petite église, là encore connue pour être très ancienne !

Elle fut bâtie au IVe ou au Ve siècle, à la place d’une ancienne maison romaine où se pratiquait le culte chrétien. Après plusieurs pillages, elle fut remaniée en 1660, date de sa façade actuelle. On y voit surtout de jolies fresques, aussi bien dans le nef que dans l’abside, peintes par un artiste florentin en 1600.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Revenir à l’article principal

Non loin de là, au pied de l’Aventin, découvrez le Testaccio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *