vue sur la turbie
PACA

Que voir, que faire et visiter à la Turbie : le trophée des Alpes et la route de la Grande Corniche

Que voir, que visiter, que faire à la Turbie ? Où se balader à La Turbie sur la Côte d’Azur ?

La Turbie se situe sur la route de la Grande Corniche, à mi-chemin de Nice et de Menton.

Le village, d’origine antique, domine la principauté de Monaco de 500 mètres, offrant des vues spectaculaires, en particulier depuis le site de la Tête de Chien.

Le village aux ruelles médiévales est surtout connu pour son rare monument antique : le Trophée des Alpes, édifié sous le règne d’Auguste. Il n’en n’existe en effet que deux dans tout l’Empire romain !

Suivez la souris ! 😉

Plan de la Turbie


Afficher une carte plus grande

Comment aller à la Turbie

Se rendre à la Turbie en voiture

Le village de la Turbie se situe sur la Grande Corniche, environ à mi-chemin de Nice et de Menton. Comptez 20 mn quand ça roule depuis ces villes.

Sinon, La Turbie bénéficie d’une sortie directe depuis l’autoroute A8 !

un parking à La Turbie

Une fois arrivé, ça se complique : le stationnement y est gratuit mais assez difficile.

Le principal parking se situe au pied du trophée des Alpes, on y accède juste à droite après le centre du village en venant de Nice.

S’il est complet, tentez la route de Cap-d’Ail et immédiatement à gauche, tournez sur la route de la Tête de Chien, après la section étroite à circulation alternée dans le village.

Il y a parfois des places dans les rues à gauche, au pied de la batterie.

Se rendre à la Turbie en bus

Là, les choses se compliquent ! Il n’y a pas de gare à La Turbie, perchée en altitude. Ou plutôt il y en avait une il y a longtemps, mais le fameux chemin de fer à crémaillère permettant aux touristes de grimper depuis Monaco a hélas disparu…

Quelques rares bus relient la Turbie à Nice et Monaco. Bon courage… 

  • Bus 100X Express Nice-Monaco. Départ depuis la gare routière de Vauban (correspondance avec le T1), environ 20 minutes de trajet. Bus toutes les heures, avec un gros trou de plusieurs heures au milieu de la journée !
  • Bus 116 en direction de Peille, quelques départs par jour, environ 40 minutes.
  • Depuis Monaco, ligne 11

Village de la Turbie

Le village de la Turbie offre plusieurs rues d’apparence médiévale, auxquelles on accède par des portes fortifiées.

porte du village de la Turbie

La rue Droite et la rue Comte-de-Cessole occupent le tracé de l’ancienne voie romaine, la via Julia Augusta.

village de la Turbie

J’ai trouvé ce village absolument charmant ! On y retrouve la quiétude des villages, les vieilles pierres, les couleurs du sud.

Plutôt reposant en venant de Nice finalement…

village de la Turbie village de la Turbie village de la Turbie village de la Turbie

Ça et là, des éléments antiques ou médiévaux, souvent intégrés à l’architecture.

village de la Turbie village de la Turbie village de la Turbie

Sur la place centrale, un vieux puits…

Puits à La Turbie
Puits à La Turbie

puits de la Turbie

En résumé, joli village mais… trop de chats partout !

chats de la Turbie

L’église Saint-Michel de la Turbie

L’église Saint-Michel-Archange est typique du baroque niçois. Remarquez la coupole couverte de tuiles vernissées.

La nef est couverte de fresques et de stucs et ornée de plusieurs beaux tableaux. 

église Saint-Michel de la Turbie église Saint-Michel de la Turbie église Saint-Michel de la Turbie

La chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Turbie

Un peu plus loin, la chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Turbie est hélas très rarement ouverte. Mais votre souris préférée a eu la chance de tomber sur le curé du village, qui lui a ouvert la porte !

Je vous offre donc l’occasion d’en découvrir l’intérieur ! 😉

Chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Turbie Chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Turbie Chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Turbie

En haut du village, on parvient au Trophée des Alpes, qu’on devine derrière les arbres. Mais on n’y accède que du côté est, par l’avenue Prince Albert 1er de Monaco.

Allons justement le visiter… Suivez-moi ! 🙂

Trophée des Alpes de la Turbie

Trophée des Alpes ou trophée d’Auguste

Horaires du trophée des Alpes

  • Le trophée est ouvert de 9 h 30 à 13 h puis de 14 h  30 à 18 h 30 de mai à septembre.
  • Le reste de l’année, ouverture à 10 h et fermeture dès 17 h.

Tarif du trophée des Alpes

Le tarif d’entrée est de 6 € en 2021/22, avec toutes les gratuités des monuments nationaux : jeunes de moins de 26 ans, chômeurs, handicapés et un accompagnateur…

Visite du trophée des Alpes

Petite histoire du trophée des Alpes

Trophée des Alpes

Le trophée des Alpes fut édifié sous le règne d’Auguste, premier empereur de Rome, afin de célébrer sa victoire sur les peuples des Alpes, entre 25 et 14 avant J.-C.

Avec un tel monument, l’Empereur était honoré de son vivant tel un dieu.

Plus que la commémoration d’une simple victoire, le trophée a surtout pour but de déifier Auguste, en l’assimilant au dieu Hercule.

Transformé en ouvrage fortifié au Moyen Age, le trophée des Alpes fut partiellement détruit en 1705 sur ordre du roi Louis XIV.

Au XVIII et XIXe siècles, les pierres furent utilisées pour édifier l’église du village et de nombreuses maisons.

Le trophée est classé monument historique après le rattachement du comté de Nice à la France en 1860.

Trophée des Alpes plan

Le monument a été patiemment restauré par l’architecte Jean-Camille Formigé puis son fils Jules au début du XXe siècle, tous deux architectes en chef des monuments historiques.

Les travaux furent en partie financés par le mécène américain Edward Tuck, qui séjournait à Monaco.

Le parc

Le trophée était autrefois entouré de maisons. Toutes furent démolies pour dégager le site.

Un joli parc de deux hectares les remplace, offrant une végétation méditerranéenne et surtout de magnifiques vues sur Monaco puis le cap Martin.

Vue sur Monaco depuis le parc de la Turbie
Vue sur Monaco depuis le parc de la Turbie

parc de la Turbie vue sur Monaco depuis la Turbie

Le trophée

Le trophée des Alpes est bâti en jolie pierre blanche de la Turbie.

Il mesure 36 mètres de hauteur (50 mètres à l’origine), et 38 mètres de largeur au sol.

Trophée des Alpes à La Turbie

Son emplacement ne fut pas choisi au hasard : il se situe à la naissance des Alpes, au point le plus visible de la route dominant le port antique de Monaco (Monoïkos), montrant bien à tous la victoire romaine !

Sur la face occidentale du trophée, du côté de la Gaule, difficile de rater l’immense dédicace à Auguste, avec l’énumération des 45 peuples soumis par Rome !

Elle fut reconstituée grâce aux fragments retrouvés sur place, et à un texte de Pline l’Ancien.

Deux victoires ailées encadrent la vaste inscription. 

Trophée des Alpes à La Turbie

Il faut imaginer à l’origine un monument entouré de 24 colonnes, avec à son sommet une immense statue d’Auguste ! 

Trophée des Alpes à La Turbie

Là encore, des chats se promènent tranquillement, narguant les souris !

chat à la Turbie

La vue panoramique du trophée des Alpes

On peut grimper dans le monument par plusieurs escaliers. Attention, les marches sont hautes, c’est sportif ! J’ai eu mal aux pattes après…

escaliers du trophée des Alpes à La Turbie

La vue plongeante sur le village en contrebas, et de l’autre côté sur le bord de mer, est tout bonnement splendide ! Ça méritait bien l’effort…

Vue depuis le sommet du trophée des Alpes
église de la Turbie
Vue depuis le sommet du trophée des Alpes
village de la Turbie
Vue depuis le sommet du trophée des Alpes
vue sur le musée et le bord de mer
Vue depuis le sommet du trophée des Alpes
Mont Agel
Vue depuis le sommet du trophée des Alpes
Saint-Jean-Cap-Ferrat au loin
Vue sur Monaco depuis le sommet du trophée des Alpes
Vue sur Monaco depuis le sommet du trophée des Alpes

Au fait, saviez-vous qu’il n’existe qu’un autre trophée romain dans tout le monde antique ? Il se situe en Roumanie, à Adamklissi !

Celui-ci, de plan circulaire, fut édifié par l’Empereur Trajan, pour commémorer sa victoire sur les Daces (oui; d’où le nom de la Dacia, vous savez tout !)

Le musée du site

Le petit musée offre quelques explications sur l’édification du trophée.

On y trouve des fragments du monument, des plans, des photos, une maquette et un film sur l’histoire du trophée et sa restauration. 

musée du Trophée des Alpes de La Turbie musée du Trophée des Alpes de La Turbie musée du Trophée des Alpes de La Turbie

On fait tranquillement le tour du site en un peu plus d’une heure.

Vue panoramique sur Monaco depuis la Tête de Chien

Le rocher de la Tête de Chien domine Monaco et Cap-d’Ail de 550 mètres.

Il offre un panorama spectaculaire sur la Riviera niçoise, du cap de Nice jusqu’en Italie !

vue sur la Tete de chien

Il tient son nom de l’occitan Testa de camp, qui signifie « extrémité du camp militaire ».

C’est en effet un site stratégique vu sa situation exceptionnelle.

Aucun rapport donc avec l’animal, même si on peut vaguement deviner le profil d’un chien !

La Tête de Chien est aujourd’hui un grand site d’escalade français.

Comment aller à la Tête de Chien depuis la Turbie et Monaco

Pour se rendre à la Tête de Chien, il suffit d’emprunter la D 37 vers Cap-d’Ail, puis immédiatement à gauche à la sortie du village de la Turbie, c’est indiqué.

Depuis Monaco, il faut emprunter la nationale 7 (M 6007) puis la D 37 vers la Turbie, immédiatement à droite aux feux en sortant de Cap-d’Ail.

tête de chien à la Turbie

Soyez prudents sur cette route en lacets : n’oubliez pas que la princesse Grace de Monaco y perdit la vie.

Impossible d’accéder au site en voiture : il faut se garer (parking gratuit) puis poursuivre à pied sur la route sur environ 700 mètres, en légère montée.

Au bout de la route, on remarque le fort de la Tête de Chien, racheté en 2016 par la Principauté et qui ne se visite pas, et enfin, après un court tunnel piétonnier, le belvédère.

Que voit-on depuis la Tête de Chien

Le panorama permet de découvrir les principaux sites de la Riviera, du mont Boron à Nice, à Bordighera en Italie.

La Tête de Chien offre surtout une vue plongeante spectaculaire sur Monaco, qu’on domine de plus de 500 mètres !

vue sur monaco

A l’ouest, on aperçoit le village d’Eze qui domine la plage de 430 mètres, puis la péninsule du Cap Ferrat.

vue depuis la Tête de Chien à la Turbie

Au fond, c’est le mont Boron à Nice, et la baie des Anges.

A l’horizon, on devine Antibes et son cap, et au fond, le massif de l’Estérel, par temps clair.

En contrebas, s’étend la ville de Cap-d’Ail, avec le cap à proprement parler, puis vers l’est le quartier de Fontvieille à Monaco, avec le stade Louis II.

vue depuis la Tête de Chien à la Turbie vue depuis la Tête de Chien à la Turbie

Monaco vue depuis la tête de Chien

Puis c’est le fameux rocher de Monaco, facilement reconnaissable, qui domine le port Hercule. On remarque le palais princier, et au bout du rocher, le musée océanographique.

vue depuis la Tête de Chien à la Turbie
port Hercule
vue depuis la Tête de Chien à la Turbie
Rocher de Monaco

La vue domine Monte-Carlo, avec son casino (partiellement caché par les hauts immeubles), et au loin, Roquebrune-Cap-Martin et Menton.

vue depuis la Tête de Chien à la Turbie vue depuis la Tête de Chien à la Turbie

Après la ligne de crête des Alpes, c’est l’Italie : on devine au loin Vintimille puis Bordighera, en Ligurie.

La Grande Corniche : un parcours spectaculaire

La route de la Grande Corniche (D 2564), ou Haute Corniche, relie Nice à Roquebrune en longeant au plus près la ligne de crête, qui domine la Riviera de près de 700 mètres !

Elle est la plus haute des trois routes de corniche reliant Nice à Roquebrune-Cap-Martin. Elle suit en partie le tracé de l’ancienne voie romaine, la via Julia Augusta.

La Turbie

La Basse Corniche, ou Corniche inférieure, domine directement la mer en passant par le centre de Villefranche-sur-Mer, la plage d’Eze, puis Monaco.

La Moyenne Corniche domine la Méditerranée d’environ 400 mètres, en passant par les hauteurs de Villefranche puis le village d’Eze et enfin Beausoleil.

Parcours de la Grande Corniche de Nice à la Turbie

Depuis le quartier du port à Nice, la route de la Grande corniche s’élève rapidement jusqu’au mont-Gros, contournant l’observatoire de Nice.

Puis elle atteint le col d’Eze (507 mètres d’altitude), d’où se détache la route menant à l’Astrorama et au fort de la Revère, dans le parc départemental de la Grande Corniche.

Puis la route longe la crête, dominant le village d’Eze, avant d’atteindre son point le plus élevé, à 530 mètres d’altitude, puis le village de la Turbie.

Eze vu depuis la grande corniche
Eze vu depuis la grande corniche

Parcours de la Grande Corniche de la Turbie à Roquebrune-Cap-Martin

En poursuivant vers l’est, la route de la Grande Corniche domine Beausoleil et Monaco, offrant de multiples vues.

Hélas, il est très difficile de s’y arrêter, par manque de lieux de stationnement !

Elle redescend progressivement jusqu’au Vistaëro, avec son grand hôtel moderne, offrant une superbe vue sur Monaco à 305 mètres de hauteur. 

Monaco vu du Vistaero
Monaco vu du Vistaero

De multiples virages permettent enfin de gagner Roquebrune-Cap-Martin et la route de la Moyenne Corniche.

Un embranchement à gauche (c’est indiqué) donne accès au vieux village de Roquebrune, qui mérite indéniablement une visite ! 😉

ATTENTION : Napoléon, qui ordonna la construction de la route faute de mieux, la trouvait dangereuse. En soirée, il n’est pas rare d’y croiser des animaux : je suis tombée sur un chevreuil planté au milieu de la route, heureusement, je roulais doucement.

Bref, malgré les superbes vues, roulez prudemment ! 

Parc départemental de la Grande Corniche

La cime de la Forna (621 mètres d’altitude) offre une belle vue sur le site de la Turbie et le Trophée des Alpes.

vue sur la Turbie et le Trophée des Alpes

Pour y accéder, il suffit de se rendre en voiture au fort de la Revère, dans le parc départemental de la Grande Corniche, à partir du col d’Eze.

Une promenade piétonne étonnante, la route de la Simboula, offre des vues plongeantes sur le littoral, à près de 700 mètres de hauteur, en passant par deux tunnels piétons !  

sentier de la Revère, à la Turbie

Mais je vous explique tout ça en détail dans cet article à lire absolument ! 😉

Que voir à Eze

Avis de la souris sur la Turbie

La Turbie est moins connu qu’Eze ou Roquebrune, mais offre un joli village médiéval, un monument antique unique en son genre et de multiples vues panoramiques sur la Côte d’Azur.

Trois bonnes raisons pour s’y rendre, d’autant qu’il est un peu plus calme que d’autres lieux plus célèbres !

Je déplore juste le nombre élevé de chats, jusque sur le Trophée des Alpes : pas rassurant pour une souris ! 

vue sur le trophée des Alpes de la Turbie

Que voir autour de La Turbie

Autour de la Turbie, il faut indéniablement aller visiter la Principauté de Monaco, pour son fameux rocher, le musée océanographique et Monte-Carlo avec son casino.

On y découvre également le jardin exotique et la grotte, et plusieurs musées.

En contrebas du village, le sentier littoral relie l’ouest de la ville de Cap-d’Ail à Monaco sur environ 4 km, via le cap proprement dit. Une superbe balade au bord de la Méditerranée !

sentier littoral de cap d'ail
sentier littoral de Cap-d’Ail

Limitrophe de la Turbie, découvrez le vieux village de Roquebrune-Cap-Martin !

Il vous offre un superbe village perché aux ruelles médiévales s’enroulant autour du plus ancien donjon de France, un olivier datant de l’Antiquité qui serait le plus vieil arbre de France, et une superbe promenade sur le sentier littoral, du cap Martin à Monaco.

Puis c’est Menton, la ville des citrons, avec sa vieille ville toute colorée.

A l’ouest, le village perché d’Eze est incontournable, avec son jardin exotique dominant la mer de 430 mètres.

Enfin Villefranche-sur-Mer escalade la colline, dominant la rade et la plage. On y découvre une curiosité : la rue obscure, entièrement souterraine !

Et bien sûr, Nice, plus grande ville du département, offre de nombreuses choses à voir ! 🙂

4.9/5 - (9 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *