La vue du sommet de la tour Eiffel : conseils de visite, photos du panorama, prix et horaires

Paris vu depuis le 3e étage de la tour Eiffel

Paris vu depuis le 3e étage de la tour Eiffel

La tour Eiffel à Paris a-t-elle encore besoin d’être présentée ? 😉

Ce symbole universel de Paris voire de la France a été érigé en seulement deux ans et achevé au printemps 1889 pour l’exposition universelle.

La tour accueille six millions de visiteurs chaque année ce qui en fait le monument payant le plus visité du monde ! Mais cela induit aussi une forte affluence qui peut devenir très pénible en saison avec de longues files d’attente.

Votre souris préférée a effectué une ascension au sommet afin de vous faire découvrir la célébrissime tour et surtout vous détailler et expliquer la vue imprenable sur la capitale depuis le sommet de la tour Eiffel.

Car une fois en haut, il n’y a aucune explication sur le paysage !

Que voit-on de la tour Eiffel ? Suivez mes conseils pratiques et bons plans pour visiter la tour Eiffel (presque) sans attente, indispensables pour éviter la foule et apprécier au maximum votre visite. Suivez-moi ! 😉





Comment aller à la tour Eiffel


Afficher une carte plus grande

C’est assez simple : en métro, lignes 6 ou 9 et descendre à Trocadéro : vous parvenez directement sur le parvis qui vous offre sans doute la vue la plus photographiée de Paris ! Moins de 10 mn à pied et vous y êtes ! 🙂

Sinon par la même ligne 6 jusqu’à Bir-Hakeim, ou le RER C, descendre à Champ de Mars – Tour Eiffel (tous les trains de la ligne s’y arrêtent).

Vous pouvez également prendre la ligne 8 et descendre à École Militaire, à l’autre bout du Champ de Mars.

Comment visiter la tour Eiffel

Les différentes options pour visiter la tour Eiffel

La tour Eiffel au coucher de soleil

La tour Eiffel au coucher de soleil

Quatre options de visite sont possibles, aux prix croissants :

  • les 1er et 2e étages à pied par les escaliers
  • les 1er et 2e étages par ascenseur
  • les 1er, 2e ET 3e étages (sommet), à pied par les escaliers jusqu’au 2e puis en ascenseur du 2e au 3e.
  • les 1er, 2e ET 3e étages par ascenseur

Il n’est pas possible d’accéder au sommet par les escaliers, l’ascenseur est obligatoire du 2e au 3e étage. Les escaliers menant au sommet ne servent que pour les évacuations d’urgence ou l’entretien.

Aspect assez discutable : cela interdit l’accès du sommet aux personnes handicapées en fauteuil (PMR) pour des raisons de sécurité !

Il n’est pas non plus possible de grimper à pied et de redescendre par ascenseur : si vous choisissez cette option plus économique, soyez certains de pouvoir affronter les 674 marches et 116 mètres d’ascension puis la redescente ! En revanche vous pouvez librement grimper par ascenseur et redescendre à pied.

Faut-il monter au sommet ou la vue du 2e étage est-elle suffisante ?

Le pilier nord vu en plongée depuis le 3e étage de la tour Eiffel.

Le pilier nord vu en plongée depuis le 3e étage de la tour Eiffel.

Ma réponse à cette question s’exprime en photos : à vous de voir ! Mais je pense que cette ascension au sommet vaut vraiment le coup (le coût, tout dépend de votre budget !).

La vue est bien plus ample que du 2e, qui offre pourtant déjà un vaste panorama.

Si vous souffrez du vertige, je ne vous recommande en revanche pas le sommet.

C’est assez impressionnant et moins « rassurant » car bien plus étroit que les étages inférieurs, même si tous sont plus que largement grillagés (aucune chance de tomber !).

Quand faut-il visiter la tour Eiffel ?

Quand il fait beau pardi ! Mais pas trop chaud non plus car la brume de chaleur limite la portée de la vue, qui peut porter à environ 70 km.

La meilleure visibilité s’obtient 1 à 2 heures avant le coucher du soleil en principe. Cet horaire vous permet en outre d’admirer la vue sur Paris de jour, puis celle qui va suivre peu après avec la tombée de la nuit et l’illumination de la ville, un spectacle féérique.

Quant à l’affluence, elle est à l’évidence maximale en haute saison, surtout les week-ends et durant les vacances scolaires… et pas seulement françaises ! Durant la journée, l’affluence est en général plus faible avant 11 h du matin, et après 20 h.

Foule attendant l'ascenseur pour le 3e étage

L’attente de l’ascenseur au 2e pour le 3e étage

Pour limiter le temps d’attente, réservez vos billets !

Vu la forte fréquentation de la tour, et surtout pour accéder au sommet, à la capacité assez restreinte, réservez impérativement votre billet ! En saison, ce sont très souvent 2 à 3 heures d’attente à la caisse pour acheter des tickets !

Et inutile de vous faire plus ou moins « arnaquer » sur des sites tiers aux tarifs plus ou moins indécents !

Achetez votre billet et réservez votre créneau horaire sans supplément directement sur le site officiel de la tour Eiffel ! (la souris vous conseille mais ne vous prend pas pour des pigeons !) 🙂

Attention, ne réservez pas au dernier moment, surtout pour le sommet, il n’y aura plus de créneaux disponibles ! Même hors-saison, anticipez d’au moins 8 à 10 jours au minimum !

C’est ce que j’ai fait un après-midi de semaine d’avril 2018 : 10 mn d’attente au contrôle, puis environ 15 mn pour l’ascenseur, puis environ 20 mn pour le second ascenseur jusqu’au sommet.

En revanche, sachez que seuls les billets avec montée par ascenseur sont vendus en ligne sur le site officiel ! Si vous souhaitez grimper à pied, vous devrez faire la queue à la caisse ! (c’est mesquin, mais il y a heureusement une caisse réservée au courageux, au pilier sud, ouf !)

Durée de la visite à la tour Eiffel

Le site officiel indique un temps de visite de 1 h 30 jusqu’au 2e étage et 2 h 30 jusqu’au sommet, ce qui me semble le minimum. Et oui, prenez en compte les temps d’attente aux ascenseurs, en particulier jusqu’au 3e étage.

Pour ma part, j’ai mis exactement 4 h à visiter les trois étages de la tour, dont environ 45 mn de temps d’attente au total un jour de fréquentation modérée, mais il est vrai que j’ai pris mon temps et fait plusieurs dizaines de photos… à chaque étage !

N’espérez donc pas visiter la tour Eiffel sans aucune attente ou presque et faire cette visite rapidement entre deux autres à Paris !

Enfin si vous montez à pied jusqu’au 2e étage, comptez entre 30 et 45 mn d’ascension, selon votre forme et votre rapidité. Vous pourrez vous entrainer pour « la Verticale tour Eiffel », une compétition de vitesse d’ascension jusqu’au sommet. Le record à ce jour est de 7 mn 48 pour les 1665 marches ! 😉

Vendeurs à la sauvette et pickpockets

La tour concentre particulièrement à ses pieds les plaies des sites touristiques parisiens : vendeurs à la sauvette (devant des policiers qui ne font curieusement rien…), fausses pétitions par de jeunes Roms qui vous volent durant un moment d’inattention, pickpockets à l’extérieur, voire sur la tour…

Bref, n’achetez rien à des vendeurs illégaux, ce seront probablement des contrefaçons parfois dangereuses, et soyez raisonnablement prudents avec vos effets personnels !

Tarifs 2019 de la tour Eiffel

Les tarifs ont énormément augmenté en novembre 2017 (50 % d’augmentation !), afin de financer la construction du mur de verre décidée par la maire de Paris, censé vous protéger des attaques terroristes !

S’il vous protège en tout cas des vendeurs à la sauvette africains particulièrement lourdingues (à la sortie de l’enceinte, foncez pour les éviter !), il vous offre plutôt une seconde file d’attente interminable dont on se passait bien, et une forte hausse des tarifs…

  • L’ascension jusqu’au sommet de la tour Eiffel en ascenseur coûte dorénavant 25,50 € (17 € en 2017),
  • L’ascension jusqu’au sommet coûte 19,40 € si vous grimpez au 2e à pied, puis jusqu’au 3e en ascenseur (obligatoire).
  • L’ascension en ascenseur des seuls 1er et 2e étages coûte 16,30 €, et 10,20 € à pied.

Le demi-tarif s’applique aux jeunes de 12 à 24 ans inclus.

Le tarif réduit (quart du plein tarif) aux enfants de 3 à 11 ans et aux handicapés.

Pour les enfants jusqu’à 3 ans… et les bénéficiaires du RSA, c’est gratuit !

En revanche les chômeurs ne bénéficient plus de la moindre réduction avec la dernière hausse !

Horaires de la tour Eiffel

La tour est ouverte tous les jours de l’année, à l’exception du 14 juillet, de 9 h 30 à 23 h 45, et de 9 h 00 à 00 h 45 de mi-juin à début septembre, sauf conditions météorologiques très défavorables (vent fort, gel et chutes de neige).

Les caisses ferment 45 mn avant la fermeture de la tour et l’accès au sommet n’est vendu que jusqu’à 22 h 30 (23 h 00 l’été).

Attention, hors de la période estivale, les escaliers ne sont accessibles à la montée que jusqu’à 18 h 30 ! (mais on peut redescendre plus tard)

Visite de la tour Eiffel

Les escaliers de la tour Eiffel

Les escaliers de la tour Eiffel

Il faut d’abord franchir l’enceinte en verre blindé avec ses (longs) contrôles de sécurité. Puis la billetterie si vous n’avez pas de billet imprimé (mauvaise idée !).

Puis suit encore le second contrôle au pied de la tour Eiffel (au cas où le premier ne serait pas assez efficace ?), et vous voici (enfin !) dans la queue (encore) pour attendre l’ascenseur ! 😉

Les courageux qui choisissent de monter à pied jusqu’au 2e étage s’économiseront cette nouvelle attente… au prix de quelques douleurs aux gambettes mal entraînées !

Avec un billet acheté en ligne, vous profitez de la file d’attente dédiée plus rapide aux contrôles de sécurité, puis évitez l’attente aux caisses, souvent bien longue.

Enfin un accès plus rapide vous est réservé pour accéder aux ascenseurs.

Le 3e étage (276 m)

La galerie supérieure du 3e étage de la tour Eiffel

La galerie supérieure du 3e étage de la tour Eiffel

Si vous montez au sommet, enfin parvenus au 2e étage, il faut changer d’ascenseur… et refaire environ 20 à 45 mn de queue !

Et là, bizarrement, pas de file prioritaire, tout le monde est logé à la même enseigne ! C’est que la vue se mérite vraiment… 😉

Après pas mal d’attente en saison puis une ascension plutôt rapide et impressionnante, vous y êtes !

La montée au 3e étage de la tour Eiffel offre un panorama époustouflant depuis la galerie couverte.

Mais il faut monter par l’escalier pour atteindre la galerie extérieure à 279 m de hauteur qui offre une vue panoramique exceptionnelle sur Paris !

On distingue l’essentiel des monuments de la ville, mais il n’est pas forcément aisé de les distinguer hormis les plus célèbres si vous ne connaissez pas parfaitement Paris. Bon, je suis là pour tout expliquer !

Les quatre piliers de la tour sont orientés presque exactement aux points cardinaux. Je vous présente donc les vues par face.

Au nord-ouest

Vue du Trocadéro, du bois de Boulogne et de la Défense depuis le 3e étage de la tour Eiffel

Vue du Trocadéro, du bois de Boulogne et de la Défense depuis le 3e étage de la tour

Le premier aspect qui frappe est la perspective du palais de Chaillot jusqu’au quartier de La Défense par delà le bois de Boulogne.

Dans celui-ci devant La Défense, on remarque une curieuse construction : la fondation Vuitton.

Au nord du bois (à droite), c’est Neuilly-sur-Seine qu’on aperçoit, avec à droite la tour de l’ex-hôtel Concorde-Lafayette sur la porte Maillot.

Tout au fond, c’est la butte de Cormeilles qu’on aperçoit, dominant la Seine en aval de Paris et connue pour son immense carrière de gypse, la plus importante de France.

A l’ouest, le paysage est très boisé. Au-delà du bois de Boulogne, on distingue le mont Valérien, qui domine Nanterre, Puteaux et Suresnes.

Tout au fond, c’est la forêt de St-Germain-en-Laye (3500 ha) qui ferme la perspective. Elle est enserrée dans une ample boucle de la Seine, mais on ne s’en rend pas compte.

Au nord-est

Le palais de Tokyo et la Seine, l'Arc deTriomphe, les Champs-Elysées, et au fond, le parc Monceau vue du 3e étage.

Le palais de Tokyo et la Seine, l’Arc de Triomphe, les Champs-Elysées, et au fond, le parc Monceau vue du 3e étage.

On admire ici l’essentiel des monuments de Paris !

Tout d’abord, l’Arc de triomphe de l’étoile, avec à l’arrière plan, les tours de Levallois, puis tout au fond la forêt de Montmorency sur sa colline (2200 ha) dominée par une tour TV.

Tout à l’horizon, ce sont les hauteurs de la forêt de L’Isle-Adam (1500 ha) qu’on aperçoit à près de 30 km.

Plus à droite, on distingue le côté nord des Champs-Elysées, perpendiculaires à la vue, à l’arrière-plan, la tache verte du parc Monceau.

Au fond, on note la tour (moche !) du nouveau tribunal de Grande instance à la porte d’Asnières.

Le bas des Champs-Élysées, la butte Montmartre, avec à l'arrière l'aéroport du Bourget vus du 3e étage.

Le bas des Champs-Élysées, la butte Montmartre, avec à l’arrière l’aéroport du Bourget vus du 3e étage.

Puis plus à droite, c’est la butte Montmartre au fond, avec le célèbre Sacré-cœur à son sommet.

Derrière à l’horizon, c’est l’aéroport du Bourget avec la fusée Ariane (l’aérogare abrite le passionnant musée de l’Air et de l’Espace).

Puis encore plus loin dans le même axe, l’aéroport Charles-de-Gaulle dont on distingue au loin les tours de contrôle.

Au premier plan, c’est le Grand palais et son immense verrière qu’on remarque par sa taille, suivi à droite pas la place de la Concorde.

A l’arrière-plan, c’est l’église de la Madeleine, en forme de temple grec avec sa colonnade, et juste à gauche, l’Opéra Garnier.

Puis on poursuit vers la droite, avec le jardin des Tuileries puis le Louvre.

Le Louvre, Beaubourg (centre Pompidou) et au fond, le cimetière du Père-Lachaise vus depuis le 3e étage e la tour Eiffel

Le Louvre, Beaubourg (centre Pompidou) et au fond, le cimetière du Père-Lachaise vus depuis le 3e étage

Devant, sur l’autre rive de la Seine, ce sont les toits du musée d’Orsay.

A l’arrière du Louvre, on note successivement le palais royal, l’église St-Eustache puis la « canopée » des Halles (le truc moderne moche qui fait des vagues !) et le centre Pompidou, aisé à reconnaître ! 😉

Derrière lui, la vaste tache verte carrée n’est pas un parc : c’est le célèbre cimetière du Père-Lachaise, le plus vaste espace vert intra-muros !

Dans le centre de Paris sur les rives de la Seine, on remarque la tour St-Jacques derrière le pont des Arts et le pont Neuf.

Puis sur l’île de la Cité, le palais de justice avec la flèche de la Sainte-Chapelle, et la cathédrale Notre-Dame.

Au sud-est

Vue du Champ-de-Mars, de l'école militaire et de la tour Montparnasse depuis le 3e étage de la tour Eiffel

Vue du Champ-de-Mars, de l’école militaire et de la tour Montparnasse depuis le 3e étage

C’est au premier plan la perspective du Champ-de-Mars fermée par l’école militaire, et au fond la tour Montparnasse qu’on remarque le plus.

Autour d’elle, on observe les constructions (moches !) de l’ensemble Maine-Montparnasse autour de la gare du même nom.

Derrière la tour Montparnasse, notez la tache verte du cimetière du Montparnasse avec tout au fond à gauche de la tour, les tours du quartier chinois du 13e arrondissement.

Devant ces tours, on remarque le dôme de l’observatoire de Paris.

Plus au nord (à gauche), c’est l’essentiel de la rive gauche qu’on admire…

Trois lieux majeurs se détachent : le Panthéon, avec sa colonnade et son dôme, qui domine le jardin du Luxembourg, l’église Saint-Sulpice et ses deux tours différentes, juste derrière le dôme doré des Invalides très reconnaissable.

Le jardin du Luxembourg et le Panthéon vus depuis le 3e étage de la tour Eiffel

Le jardin du Luxembourg et le Panthéon vus depuis le 3e étage

Mais en regardant mieux, on distingue au fond la coupole de la Sorbonne juste à droite de St-Sulpice ainsi que la petite coupole verte de son observatoire.

A l’arrière, on voit la tour moderne de la fac de Jussieu et juste derrière, les tours de bureaux du quartier de Bercy proches de la gare de Lyon.

Au fond, le grand rocher du zoo de Vincennes, à l’entrée du bois.

Dans l’axe du Panthéon, on voit au premier plan le toit du Bon marché, célèbre grand magasin de la rive gauche qui inspira Émile Zola, puis les toits du palais du Luxembourg, siège du Sénat (là où se reposent des gens qui vous coûtent cher !).

Tout au fond derrière le dôme du Panthéon, on aperçoit la toiture de la gare d’Austerlitz, puis le vaste bâtiment blanc du ministère des Finances (c’est qu’il en faut de la place pour nous taxer !).

A l’horizon, c’est le vaste bois de Vincennes qu’on observe, dominé au loin par la tour TV de Chennevières-sur-Marne en banlieue Est de Paris.

A l’arrière du jardin du Luxembourg, on remarque les quatre tours de la bibliothèque nationale de France, puis au sud (à droite) du jardin, le dôme de l’église du Val-de-Grâce.

Au sud-ouest

La Seine et le quartier Beaugrenelle dans le 15e arrondissement vus du 3e étage de la tour Eiffel

La Seine vers l’aval et le quartier Beaugrenelle dans le 15e arrondissement vus du 3e étage

C’est le cours de la Seine qui marque le paysage, séparant le 15e du 16e arrondissement, sur l’autre rive.

Au premier plan, on voit les tours du Front de Seine du quartier Beaugrenelle, exemple caractéristique du manque total d’imagination architecturale des années 1970…

Au sud, s’étend le 15e arrondissement, le plus peuplé de Paris mais dénué du moindre monument notable.

On note la tache verte du parc André-Citroën avec son ballon captif, et au-delà, Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt.

Tout au fond, ce sont les hauteurs du parc de Saint-Cloud et, à gauche, la colline portant la forêt de Meudon (1150 ha), identifiable par sa tour TV.

Le bureau du 3e étage montrant la rencontre entre Eiffel et Edison

Le bureau du 3e étage montrant la rencontre entre Eiffel et Edison

En faisant le tour de la galerie extérieure, vous remarquerez un petit bar à champagne, très apprécié des touristes asiatiques et des toilettes (attention, eau non potable !).

On voit aussi une reconstitution plutôt réussie, avec personnages de cire, du bureau que Gustave Eiffel s’était – croit-on – aménagé au sommet.

On le voit recevoir Thomas Edison, en compagnie de sa fille. En réalité, le sommet a accueilli une station météo puis d’expérimentation de la TSF (télégraphie sans fil).

Au-dessus de vos têtes, la forêt de 116 antennes, pour la télévision et la radio, ont porté la hauteur de la tour de 300 m initialement à 324 m aujourd’hui.

Si vous vous pensez « électro-sensible », sachez qu’un émetteur de téléphonie mobile atteint en général 50 W, ceux de la TNT qui vous surplombent atteignent 50.000 W ! Enfin un détail qui m’a étonnée : à cette hauteur, on n’entend quasiment plus le bruit de la circulation !

Le 2e étage (116 m)

Le 2e étage de la tour Eiffel

Le 2e étage de la tour Eiffel

Après avoir pris le temps d’admirer la vue… et de refaire la queue (!) pour attendre l’ascenseur, on redescend au 2e étage.

Après le sommet, la vue peut (un peu) décevoir après celle du sommet, mais qui offre une vision déjà haute mais plus rapprochée et donc d’un autre intérêt.

Ainsi, la butte Montmartre par exemple apparaît mieux, alors qu’elle semble complètement écrasée depuis les hauteurs du sommet de la tour.

Cet étage plus vaste offre une buvette, un bar à macarons, une boutique de souvenirs et le fameux restaurant Jules-Verne.

Bon, vu le délai de réservation et les prix pratiqués, je ne l’ai pas testé pour vous, snif ! Mais toute invitation de la part d’un touriste fortuné sera considérée avec le plus grand intérêt ! 😉

Le 1er étage (57 m)

Les bulbes du centre culturel russe et la butte Montmartre vus du 1er étage de la tour

Les bulbes du centre culturel russe et la butte Montmartre vus du 1er étage

Éblouis par la vue spectaculaire des niveaux supérieurs… et sans doute épuisés par tant d’attente, beaucoup de touristes ignorent le 1er étage. C’est un tort ! (et le tort tue n’est-ce pas ?!) 😉

Cet étage, certes moins élevé, offre des points de vue plus proches sur les environs, mais surtout quelques curiosités qu’il serait dommage de rater puisque vous êtes là.

On peut marcher sur le nouveau plancher de verre, découvrir une vidéo de présentation de la tour, et un tronçon de l’escalier d’origine qui permettait d’atteindre le sommet. J’en ai vu un autre tronçon… dans la cour d’un musée de… Moscou !

Si vous ne pouvez vous offrir le célèbre restaurant Jules-Verne du 2e étage, mais avez quand même un portefeuille pas trop dégarni, « le 58 » vous accueille pour déjeuner ou dîner…

Le plancher de verre au 1er étage de la tour Eiffel

Le plancher de verre au 1er étage

Pour les sans-dents comme moi, il faudra se contenter des buvettes, aux tarifs curieusement très raisonnables malgré le lieu.

Vous pouvez redescendre en ascenseur, ou facilement à pied, une expérience intéressante pour mieux observer l’architecture de la « dame de fer ».

Avant de quitter la tour, pensez à dire bonjour aux sympathiques canards de la pièce d’eau située à ses pieds ! (coin-coin !)

Avis de la souris

La tour Eiffel offre la vue la plus haute et donc la plus étendue sur Paris et sa région.

Mais il vous faut composer avec la météo, souvent capricieuse, et la masse de touristes dans ce monument, parmi les plus visités de France.

Je vous suggère donc une visite pas beau temps afin de réellement profiter de la vue, une journée idéalement ensoleillée mais pas trop chaude afin d’éviter la brume de chaleur, ni trop venteuse (au sommet, ça décoiffe !) et de réserver votre billet pour gagner du temps !

Mais comme il faut anticiper cette réservation, selon le délai, il n’est pas toujours possible de connaître la météo du jour choisi…

Il faudra donc faire un choix cornélien entre jour de beau temps et longue attente en caisse (car vous ne serez pas les seuls à vouloir visiter la tour ce jour là!) et réservation avec bien moins d’attente et météo imprévisible le jour de visite. Dur, dur…

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Billets coupe-files pour Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *