Le palais Lascaris à Nice

Le palais Lascaris à Nice se situe en plein centre, au 15 de la rue Droite dans le Vieux-Nice. Ce palais datant du XVIIe siècle et fondé par un grand maître de l’ordre de Malte a été acquis par la ville et abrite de nos jours le musée des instruments de musique.


Afficher une carte plus grande

S’y rendre et visiter

Rien de plus simple, le palais est situé dans le Vieux-Nice, à proximité du tramway : l’arrêt cathédrale – Vieille ville se trouve à moins de 100 mètres.

Le palais est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h ou 11h (selon la saison) à 18h.

La mairie de Nice propose plusieurs formules de visite couplée pour ses musées. Il vous faudra donc débourser au minimum 10€ si vous optez pour le pass 24h. Le palais est par ailleurs gratuit pour les habitants de la communauté d’agglomération ainsi que pour les étudiants, demandeurs d’emploi… plus d’infos sur le site officiel.

Histoire

Le palais a été édifié en 1648 pour Jean-Baptiste Lascaris, 57e grand maître de l’ordre de Malte. Jusqu’à la Révolution française, le palais constitue la résidence de la famille des Lascaris-Vintimille, comtes de Peille. Il est par la suite acheté par des banquiers et transformé en immeubles d’habitations, occasionnant de nombreux dégâts. Il est finalement acquis par la Ville de Nice en 1942, qui le fait restaurer de 1963 à 1970.

La visite

Tout d’abord, on pourra admirer, difficilement vu le peu de recul, la belle façade, avec son grand portail en marbre. A l’étage noble (deuxième étage), les balustres des balcons reposent sur des corbeaux sculptés de masques grimaçants.

A l’intérieur, l’escalier d’honneur dessert les deux étages et est caractéristique du style baroque génois, avec ses statues de marbre. Le premier étage aux salles plutôt sobres abrite la collection d’anciens instruments de musique de toutes les parties du monde. Pour des raisons obscures, les photos y étaient interdites… cela n’a cependant pas empêché votre souris préférée d’en faire quelques-unes en douce…

Rez-de-chaussée et premier étage

 

Deuxième étage

Au deuxième étage ou étage noble, à la plus grande hauteur sous plafond,  il faut admirer (sans se tordre le cou !) les plafonds aux scènes mythologiques réalisés par les peintres de l’école génoise. A gauche de l’escalier monumental, on parcourt le grand salon, une anti-chambre puis une chambre d’apparat, ornés de tapisseries du XVIIe siècle. Partout, on notera les dessus de portes ornés de « marines », très en vogue à l’époque.

Dans le grand salon se tient régulièrement des concerts, comme le démontrent les chaises qui y sont disposées. Outre les belles tapisseries, on notera également un piano dont l’intérieur du couvercle fut redécoré par des artistes modernes.

Le grand salon

 

L’antichambre

On remarque le plafond peint, les chaises tapissées et quelques beaux instruments de musique.

 

La chambre

Dans cette dernière, une cloison en verre et stuc ornée d’atlantes et de cariatides précède le lit à baldaquin.

 

Le reste des pièces de l’étage présente la collection d’instruments de musique. Je dois avouer que mes connaissances en la matière sont quelque peu limitées, alors je me suis surtout contentée d’en admirer les décors peints ! Pour des raisons de conservation, on ne peut bien évidemment pas « tester » les instruments, mais le palais organise régulièrement concerts et démonstrations. Il faut tomber dessus !

Enfin à droite de l’escalier, après un vestibule, on découvre la chapelle. Avant de quitter cet étage, ne manquez pas les petites pièces aux plafonds de stucs, réalisés par des stucateurs lombards, et les portes « volantes » à l’italienne, aux charnières dissymétriques.

 

L’avis de la souris

Bien que pas très grand, ce palais baroque n’en demeure pas moins intéressant et mérite largement le détour à l’occasion d’une promenade dans le Vieux Nice ! Surtout que la région offre finalement peu de palais à visiter. Bien sûr, la formule d’un billet de 10€ pour la visite de plusieurs musées en 24h proposée par la ville de Nice est quelque peu contraignante, et implique de ne pas visiter que le palais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *