Que visiter, que voir, que faire à Cherbourg et dans le Cotentin en 1, 2 ou 3 jours

carte de Cherbourg et du Cotentin

Que visiter en une journée à Cherbourg ? Où se promener à Cherbourg ?

Cherbourg-en-Cotentin se situe à la pointe du Cotentin, en Normandie, à 300 km à l’ouest de Paris.

Ce célèbre port militaire est connu pour son immense rade artificielle, ses sous-marins, sa gare transatlantique… et ses parapluie (!).

Cherbourg, sous-préfecture du département de la Manche, a fusionné avec ses voisines pour former la ville de Cherbourg-en-Cotentin (70.000 habitants).

La ville de Cherbourg a été partiellement reconstruite après les terribles combats de 1944.

Cette sympathique ville à taille humaine reste finalement méconnue des touristes !

Il faut y découvrir la Cité de la mer et sa gare transatlantique, avec l’unique sous-marin nucléaire visitable en France, mais également un centre ancien heureusement assez préservé.

Que faire à Cherbourg et alentours en un week end de 2 jours ou 3 jours ? Comment y aller, où stationner à Cherbourg ? Quelles sont les meilleures activités à Cherbourg ?

Que voir autour de Cherbourg, sur la presqu’île du Cotentin ? Suivez le parcours de visite complet de la souris ! 😉

Plan de Cherbourg


Afficher une carte plus grande

Comment aller à Cherbourg

Aller à Cherbourg en voiture

Cherbourg-en-Cotentin se situe à l’extrémité nord de la presqu’île du Cotentin. C’est l’aboutissement de la route nationale 13 depuis Paris.

Pour aller à Cherbourg, il suffit d’emprunter l’A13 (autoroute de Normandie) jusqu’au périphérique de Caen, qu’on contourne. Puis de suivre la N 13, à 2X2 voies jusqu’à Cherbourg.

Comptez environ 4 heures depuis la capitale pour 350 km (par la route), et 25 € de péage sur l’A 13.

La voiture reste l’option la plus simple pour se déplacer aisément aux alentours de Cherbourg, ville peu dense et au stationnement aisé.

Où se garer gratuitement à Cherbourg ?

On peut encore facilement stationner à Cherbourg, et le plus souvent gratuitement ! Seul l’hypercentre est payant. ça devient rare…

Au nord du centre-ville, les parkings du petit ou du grand perroquet sur la place Napoléon, face à la mairie et à la basilique Saint-Trinité, sont gratuit par exemple. A deux pas le parking de Chantereyne est aussi gratuit.

Entre le centre et le bassin du commerce, derrière la théâtre, vous pouvez également stationner librement sur le parking de la Divette.

Sinon le parking du centre commercial les Eléis, à côté de la gare et du bassin du commerce, est également gratuit toute la journée (attention, il ferme la nuit de 22 h 30 à 8 h et une partie du dimanche).

Aller à Cherbourg en train

Chaque jour, une dizaine de trains semi-directs (TER Normandie) relient Paris-Saint-Lazare à Cherbourg, via Caen, Bayeux, Carentan et Valognes en 3 h 15. Comptez un train toutes les heure, ou deux heures selon le moment de la journée.

gare de cherbourg

J’ai expérimenté pour vous l’offre de la SNCF : horaires approximatifs (à cause de la saturation du tronçon Paris-Mantes-la-Jolie), trains Corail datant d’il y a quarante ans (pour aller à Carentan, hum), WC parfois sans eau, et pas de restauration !

Bref, j’ai beau aimer le train, j’ai quand même préféré ma voiture (désolée pour l’écologie, hum).

Visiter Cherbourg : les activités incontournables

  • la Cité de la mer, avec le Redoutable, unique sous-marin nucléaire visitable en France
  • la vieille-ville de Cherbourg et ses ruelles ou passages étroits, les boëls ou boyaux
  • le panorama du fort du Roule, embrassant la vaste rade de Cherbourg
  • le tour du cap de la Hague, avec l’impressionnant Nez de Jobourg
  • Barfleur, un des plus beaux villages de France, et le phare de Gatteville, second plus haut phare du pays (75 m)

Que voir, que faire à Cherbourg en 1 jour

Que faire à Cherbourg en une journée ?

Cherbourg : la plus grande rade artificielle d’Europe

Cherbourg possède la plus grande rade artificielle d’Europe ! Elle couvre une superficie d’environ 1500 ha. La rade a été édifiée pour la défense militaire des côtes françaises, en particulier face aux Anglais.

Elle est protégée par une succession de trois digues, qui s’étendent sur plus de 6 kilomètres avec trois forts principaux.

digue de la rade de Cherbourg

L’édification des digues a débuté dès 1783 et ne s’est achevée avec difficulté que 70 ans après ! En effet, les ouvrages étaient détruits par les tempêtes hivernales à peine édifiés… On peut partir à sa découverte lors de visites commentées en bateau.

Fort du Roule : le plus belle vue sur Cherbourg

Si vous êtes motorisés, ou dotés de solides mollets (!), je vous propose de débuter la visite de Cherbourg par la montagne du Roule, occupée par le fort du Roule.

Il domine la rade de 112 mètres et offre un vaste panorama sur Cherbourg.

fort du Roule à Cherbourg

Accès au fort du Roule

Pour y accéder, emprunter l’avenue de Paris (N 2013) depuis le bassin du commerce, et tournez rapidement à gauche (150 mètres) vers l’avenue Lecarpentier, juste après le jardin des plantes.

Puis prenez tout de suite à droite vers la montée des Résistants, qui serpente jusqu’au fort. Comptez un peu plus kilomètre après le jardin des plantes (donc faisable à pied).

Panorama sur la rade de Cherbourg

Entrez dans le fort, et contournez le musée. Remarquez les gares maritimes de Cherbourg, l’arsenal et le vaste plan d’eau de la grande rade (1500 ha).

vue sur Cherbourg depuis le fort du Roule

Devant vous, notez la gare, le bassin du commerce (coupé par une passerelle mobile), puis l’avant-port. Il s’ouvre sur la petite rade. Le centre-ville de Cherbourg se situe du côté ouest. 

Remarquez le grand centre commercial « les Eléis »…

vue sur Cherbourg depuis le fort du Roule

A l’est de la rade (à droite), remarquez le port de commerce, et face à vous, le terminal transmanche et la Cité de la mer.

vue sur Cherbourg depuis le fort du Roule

A l’ouest de la rade (à gauche), l’arsenal de Cherbourg se compose du port militaire et de la direction des constructions navales spécialisées dans la construction et l’accueil de sous-marins. Il est issu d’un chantier naval fondé en 1782.

La marine nationale assure également  des missions de service public. Elle contrôle les trafic maritime et en lutte contre la pollution grâce à sa flottille de « patrouilleurs de la Manche ».

Au-delà, c’est la grande rade de Cherbourg, avec ses kilomètres de digues.

Le fort du Roule abrite des fortifications souterraines ainsi que le musée de la Libération (voir les musées plus bas). 

Bon, redescendons pour découvrir la ville. Suivez-moi ! 😉

Port Chantereyne

Le vaste port Chantereyne est un des plus grands ports de plaisance des côtes françaises, avec 1600 anneaux. Il accueille chaque année environ 10.000 embarcations, ce qui en fait le second plus fréquenté de France après le port de Cannes !

port des Chantereyne de Cherbourg

cabine téléphonique anglaise à Cherbourg

On peut contourner le port à pied jusqu’à la jetée de Chantereyne, avec de belles vues sur Cherbourg. Tiens, une cabine permet même de téléphoner outre-Manche ! 😉

A l’extrémité, vous êtes juste face à la Cité de la mer ! (un lieu incontournable, mais je vous explique tout ça en détail plus bas) 😉

cité de la mer de Cherbourg

Place Napoléon

Puisque nous sommes garés sur le port, commençons par la place Napoléon ! Elle est dominée par la statue équestre de Napoléon III. En effet, c’est ce dernier qui inaugura en 1858 la rade de Cherbourg. Il était décidément partout…

place Napoléon à Cherbourg

Basilique Sainte-Trinité

La basilique Sainte-Trinité est un édifice de style flamboyant bâti aux XVe et XVIe siècles.

Elle se dresse à côté de la place Napoléon et de l’hôtel de ville. Admirez ses arcs-boutants ! Bon, la façade ne m’a pas transcendée, au point de ne même pas la prendre en photo, hum.

basilique de la Trinité de Cherbourg

A l’intérieur, les fresques ne datent que du XIXe siècle. Remarquez le beau retable du maître-autel et les bas-reliefs du XVe siècle constitués d’albâtre anglais.

basilique de la Trinité de Cherbourg

La tour-clocher carrée, dite « tour Sauvage » du nom de son architecte, Le Sauvage, a été ajoutée en 1828.

Boëls de Cherbourg

Les boëls ou boyaux (petites ruelles) sont les seuls vestiges de la forteresse, détruite par les Anglais durant le XVIIe siècle.

Ces passages étroits qui ne sont pas des impasses relient la rue du Château, la rue des Portes, la rue des Fossés, la rue Grande-Rue et la rue Tour-Carrée. Amusez-vous à les dénicher et à les parcourir ! 😉 Mignon, non ?

boel de Cherbourg boel de Cherbourg

Avant-port de Cherbourg

Le quai de Caligny offre une animation sympathique, avec sa vue sur l’avant-port de Cherbourg, et ses bars et restos.

avant port de Cherbourg, quai Caligny avant port de Cherbourg, quai Caligny

En poursuivant la balade, on arrive sur le quai Alexandre III, qui domine le bassin du commerce et accueille la fabrique de parapluies de Cherbourg ! La façade se remarque immédiatement… 😉

fabrique de parapluies à Cherbourg

Fabrique de parapluies de Cherbourg

En 1964, le film de Jacques Demy, Les Parapluies de Cherbourg, avec Catherine Deneuve, rencontre un succès certain. Il obtient même la Palme d’Or à Cannes !

Mais figurez-vous que ce n’est qu’en 1986 qu’un industriel a l’idée d’assembler des parapluie de grande qualité, quasiment indestructibles, réputés résister aux bourrasques normandes !

fabrique de parapluies à Cherbourg

Je suis allée voir la fabrique, qu’on peut visiter librement : les parapluies sont en effet bien solides mais il faut bien sûr y mettre le prix ! En Normandie, c’est vite rentabilisé me direz-vous…

Pour le coup, vu le grand soleil dont j’ai pu profiter, je n’en ai pas eu besoin !

Infos sur le site officiel de la manufacture de parapluies de Cherbourg

fabrique de parapluies à Cherbourg

Théâtre d’Or

Derrière la fabrique, la rue des Tribunaux mène directement dans le centre animé de Cherbourg. Le joli théâtre à l’italienne édifié en 1882 domine la place du Général-de-Gaulle, avec sa fontaine. 

théâtre de Cherbourg

Au nord de la place, la rue du Maréchal-Foch et la rue du Château constituent le centre commerçant de Cherbourg. 

Vieux Cherbourg

Le centre historique de Cherbourg est plutôt agréable : en partie piéton, constitué de « vieilles pierres », on y trouve de nombreux commerces.

cherbourg centre cherbourg centre cherbourg centre cherbourg centre

ruelle à Cherbourg

Je dois avouer que je ne m’attendais à rien, alors ce fut plutôt une bonne surprise !

Parc Emmanuel Liais

A 500 m à l’ouest du centre, le petit parc Emmanuel Liais entoure le muséum de Cherbourg (voir plus bas). Il fut créé par le naturaliste et astronome Emmanuel Liais (1826-1900), qui fut maire de Cherbourg.

Le parc bénéficie du climat très humide mais aussi très doux de Cherbourg, ce qui le rend assez célèbre pour sa végétation tropicale. On y trouve 400 variétés de fleurs et d’arbres exotiques, un bassin et deux serres.

parc Emmanuel Liais de Cherbourg parc Emmanuel Liais de Cherbourg

Le parc est ouvert de mars à mi-octobre de 8h à 18h30. De mai à août de 8h à 19h30, et suivant le soleil l’hiver. Accès libre.

Château et parc des Ravalets

Le château et le parc des Ravalets se situe à Tourlaville, à environ 4 kilomètres à l’est du centre de Cherbourg, à la sortie de l’agglomération. Mieux vaut donc être motorisé ou doté d’un vélo !

Le château des Ravalets est un bel édifice de schiste bleu du Cotentin, érigé au XVIe siècle. Racheté par la Ville et en cours de restauration, on peut en visiter gratuitement quelques salles…

château des Ravalets à Cherbourg Tourlaville château des Ravalets à Cherbourg Tourlaville château des Ravalets à Cherbourg Tourlaville

Mais il faut surtout parcourir son vaste parc de 17 hectares qui attire les visiteurs : libre d’accès, il constitue un joli jardin botanique constitué de plantes exotiques. 

Très beau, agréable, j’ai adoré m’y promener sous le soleil normand (il faut bien en profiter quand il est là…)

parc des Ravalets à Cherbourg-Tourlaville parc des Ravalets à Cherbourg-Tourlaville parc des Ravalets à Cherbourg-Tourlaville parc des Ravalets à Cherbourg-Tourlaville parc des Ravalets à Cherbourg-Tourlaville

Que faire à Cherbourg quand il pleut : visiter les musées

Que faire à Cherbourg par temps de pluie ?

Parfois, il arrive qu’il pleuve à Cherbourg (hum). Voici donc quoi faire lors de ces rares (re-hum) journées ! 🙂

Cité de la Mer

Voici LE lieu qu’il faut voir en priorité à Cherbourg, un jour pluvieux ou non. Mais vu que tout ou presque est à l’intérieur, autant profiter d’un jour de pluie !

La mythique gare transatlantique maritime de Cherbourg, chef-d’œuvre Art déco édifié en 1933, abrite la Cité de la Mer. Le Titanic effectua son avant-dernière escale au port de Cherbourg en 1912, avant sa fin dramatique.

cité de la mer à Cherbourg

La Cité de la Mer a été inaugurée en 2002 et étendue en 2012. Elle est composée de plusieurs espaces, on peut y passer facilement trois à quatre heures de visite (parfait par temps pluvieux !) 😉

Grande Galerie des engins et des hommes

La Grande Galerie des engins et des hommes, dans la nef d’accueil en accès libre avant la caisse, présente une douzaine de bathyscaphes et petits sous-marins (parfois assortis à ma robe !)

cité de la mer à Cherbourg

cité de la mer à Cherbourg

Remarquez le bathyscaphes  Archimède, qui a battu le record de plongée en 1962 avec 9545 mètres !

Après passage par la caisse (ça douille, mais ça vaut le coup !), on découvre les autres espaces de la Cité de la mer.

Pôle océans du futur

Le pôle baptisé « l’Océan du futur » abrite l’aquarium cylindrique le plus profond d’Europe (11 mètres). Plus de 1200 poissons s’y ébattent !

aquarium de la cité de la mer de Cherbourg

Il est également doté de 17 autres aquariums. Il évoque l’exploration des océans, la biodiversité, les ressources alimentaires et l’économie sous-marine, le problème de la pollution en mer… 

aquarium de la cité de la mer de Cherbourg aquarium de la cité de la mer de Cherbourg

Pôle sous-marin

Le pôle sous-marin est à ne pas rater ! La grande galerie des sous-marins évoque l’histoire de ces engins hors-normes du Nautilus de Jules Verne aux sous-marins à propulsion nucléaire.

sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg

La visite du Redoutable, premier sous-marin nucléaire français lanceur d’engins, est plutôt fascinante. Vous avez vu le film « Le Chant du Loup » ? Et bien vous êtes dans un de ces sous-marins légendaires !

La visite commence par l’arrière du bâtiment. L’audioguide est plutôt bien fait, avec la voix d’un ancien commandant de sous-marin. La description est précise et l’ambiance à bord est perceptible.

sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg

L’espace à bord est pour le moins limité ! C’est dimensionné pour des souris… Au fait, y en-a-t-il à bord des sous-marins ? En tout cas, je ne vois pas grand chose à grignoter en cuisine… 

sous marin de la Cité de la mer de Cherbourg

Titanic et émigration

Cet espace a été inauguré en 2012 dans la salle des bagages de style Art déco, pour commémorer le centenaire de l’escale du Titanic à Cherbourg, le 19 avril 1912. 281 passagers embarquèrent ce jour là…

Un film retrace l’histoire de l’émigration européenne vers l’Amérique. Entre 1850 et 1920, Cherbourg a vu passer un million d’européens embarquant pour une nouvelle vie.

Le sous-sol accueille des reconstitutions très réalises des cabines du Titanic, de 1re, 2e et 3 e classes.

Titanic à la cité de la mer de Cherbourg Titanic à la cité de la mer de Cherbourg

Horaires et tarifs de la Cité de la mer

La Cité de la mer est ouverte de 9h30 à 18h. En juillet-août de 9h30 à 19h. Vérifiez bien les périodes de fermeture sur le site officiel.

En 2022, le prix du billet d’entrée est de 19€. Tarif réduit à 15€ pour les étudiants et adultes handicapés. Tarif de 14€ pour les 5-17 ans, gratuit en-dessous. Attention : les enfants de moins de 5 ans ne sont pas autorisée dans le Redoutable.

Infos sur le site officiel de la Cité de la Mer

Musée Thomas-Henry

Le musée Thomas-Henry est le musée des Beaux-Art de Cherbourg. Il est le troisième de Normandie par la richesse de ses collections ! 

Rénové en 2016, il présente environ 400 peintures et sculptures du XVe au XIXe siècles. La visite débute par la donation du collectionneur Thomas Henry, à l’origine du musée vers 1830. On y trouve aussi sans surprise des peintures de marine !

Le musée est connu pour sa salle consacrée à Jean-François Millet, natif de la Hague, qui présente une trentaine d’œuvres du peintre paysagiste de Barbizon.

Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi et les jours fériés. Entrée : 5€ en 2022, gratuit pour tous le mercredi.

Infos sur le site officiel du musée Thomas-Henry

Muséum de Cherbourg

Le muséum de Cherbourg est un cabinet de curiosités à l’ambiance un brin surannée.

Il présente des collections de coquillages, mammifères et oiseaux, ainsi que des pierres, statuettes, instruments de musique et armes représentant les cinq continents. Elle furent rassemblées à partir de 1830.

Le muséum est fermé pour travaux en 2022.

Infos sur le site officiel du muséum de Cherbourg

Musée de la Libération (fort du Roule)

Le musée de la Libération de Cherbourg présente le temps de l’Occupation de la France entre 1940 et 1944, des années sombres (exode, occupation, propagande) à la Liberté (débarquement, libération, reconstruction du port). 

Infos sur le site officiel du musée de la Libération

Avis de la souris sur Cherbourg

Honnêtement, Cherbourg m’évoquait un port militaire austère et une ville moderne reconstruite et sans charme, sous un climat pluvieux.

J’ai découvert une petite ville à taille humaine, avec une sympathique animation estivale dans ses bars et restos, de jolis jardins exotiques, un centre ancien plutôt préservé plutôt séduisant !

Les environs dans le Cotentin offrent de nombreuses curiosités, dont le grandiose Nez de Jobourg (vous allez découvrir ça plus bas). Et j’ai visité le tout par un grand soleil au mois de juillet ! (mais c’était l’exception pour m’accueillir) 🙂

cave à fromages de Cherbourg

J’ai découvert Cherbourg durant l’été 2003, et j’y suis retournée avec plaisir en juillet 2019. ça ne vous rappelle rien ?

Et bien je vous rafraîchis (doublement) la mémoire : tandis que le thermomètre atteignait un pénible 42° à Paris et 40° à Rouen et Caen, il faisait un bien plus respirable 31° à Cherbourg et 27° au cap de la Hague !

Un tuyau : en cas de canicule en France, la presqu’île du Cotentin offre des températures estivales encore agréables quand on suffoque ailleurs. Futée la souris… 😉

Que voir aux alentours de Cherbourg

Que visiter autour de Cherbourg ? Que voir dans le Cotentin ?

Le nord de la presqu’île du Cotentin offre de superbes sites sauvages en bord de mer et de sympathiques villages fleuris aux maisons de granite.

Les incontournables du Cotentin :

  • l’impressionnant Nez de Jobourg, cousin normand de la pointe du Raz
  • Barfleur, un des plus beaux villages de France
  • le phare de Gatteville, second phare de France par sa hauteur (75 m)
  • Saint-Vaast-la-Hougue, élu village préféré des Français !

Cap de la Hague

A l’extrémité occidentale de la Normandie, le cap de la Hague évoque pour beaucoup… les installations  nucléaires ! L’usine de retraitement des déchets Oreno (ex-Areva) est – hélas – en effet gigantesque (2,5 km de long !) et assez visible dans le paysage.

Elle offre néanmoins emplois et ressources à ce « bout du monde » normand.

Mais fort heureusement, le cap de la Hague ne se résume pas à son activité économique. Il offre de superbes paysages, qui vous évoqueront la Bretagne, voire l’Irlande !

Cap de la Hague

Le cap proprement dit est plat. Le paysage rappelle l’ouest de l’Irlande, ou l’île d’Ouessant en Bretagne, avec ses vaches et moutons dans de petits pâturages, délimités par des murets de pierres sèches. On est ici complètement hors du temps !

Cap de la Hague

A Goury, on peut visiter le bateau de la SNSM, avec en mer, une belle vue sur le phare de la Hague, à 800 m en mer.

Vous êtes ici face à l’île anglo-normande d’Aurigny, à seulement 12 km, et au Raz Blanchard, un des plus puissants courants d’Europe, redouté des navigateurs !

Cap de la Hague Cap de la Hague

Omonville-la-Petite et la maison de Jacques Prévert

Sur la route de Cherbourg à Goury, longeant le littoral au nord (D 45), faites un arrêt à Gréville-Hague.

Vous y verrez devant l’église la statue du peintre paysagiste Jean-François Millet, aujourd’hui plus connu à Barbizon, mais pourtant natif du village ! 

Greville Hague

Plus loin, Omonville-la-Petite est un des plus beaux villages du parcours.

On peut y visiter la maison de Jacques Prévert, qui choisit de finir ses jours au bout de la Normandie. Il repose dans le cimetière du village.

omonville la petite omonville la petite

ormonville la petite omonville la petite

Petit, mignon (comme moi !) et tout fleuri ! 🙂

Port-Racine : le plus petit port de France !

Un kilomètre après, Port-Racine est réputé être le plus petit port de France en activité !

port racine

Sa surface n’est que 800 m², avec une ouverture entre les deux jetées de 11 m !

port racine

Baie d’Écalgrain et le Nez de Jobourg

Quelques kilomètres au sud, la baie d’Écalgrain et le Nez de Jobourg (falaise de 126 m) offrent un paysage grandiose, qui rappellent la pointe du Raz dans le Finistère.

On y voit des falaises parmi les plus hautes d’Europe !

Nez de Jobourg Nez de Jobourg

Les randonneurs peuvent longer le littoral par le sentier des Douaniers. La presqu’île de la Hague offre par ailleurs de charmantes petites plages de sable et de petits ports, ainsi que de beaux jardins aux allures tropicales (à Vauville par exemple). 

Barfleur

A l’est de Cherbourg, le val de Saire, l’autre extrémité de la presqu’île du Cotentin, au nord-est, abrite Barfleur et à deux pas, le phare de Gatteville.

Barfleur est listé parmi les plus beaux villages de France ! C’est d’ici en 1066 que la flotte commandée par Guillaume le Conquérant quitta le littoral normand pour conquérir l’Angleterre !

Barfleur

Allez voir le petit port de pêche, les jolies maisons de granit, fleuries l’été, l’église Saint-Nicolas, la plage au nord du village et le cache des amoureux, derrière le cimetière !

Barfleur Barfleur Barfleur Barfleur Barfleur Barfleur

Phare de Gatteville

A environ deux kilomètres au nord de Barfleur, vous atteindrez le cap qui porte le phare de Gatteville.

phare de gatteville Gatteville

Avec 75 m de hauteur et 365 marches, c’est le second plus haut phare de France, après celui de l’île Vierge dans le nord Finistère !

phare de gatteville

On peut le visiter en saison, quand le vent ne souffle pas trop fort. Je me suis empressée d’en faire l’ascension (non, la grimpette ne fait pas peur à une souris, et ça muscle les cuisses, aïe).

Que c’est beau ! Ce ciel bleu se confondant avec celui de la mer… on se croirait presque sur la Côte d’Azur, oups !

phare de gatteville phare de gatteville phare de gatteville

Avis aux souris pisseuses : pas de WC sur place ! De nombreux touristes vont se soulager dans une grange abandonnée à l’entrée de la digue, hum.

Arrêtez-vous plutôt sur la route d’accès à la mairie du village de Gatteville-le-phare (si bien nommé) : il y a des WC publics derrière le bâtiment ! 😉

Saint-Vaast-la-Hougue et l’île de Tatihou

Saint-Vaast-la-Hougue (prononcez « saint-Va ») se situe à environ 9 km au sud de Barfleur, en longeant la mer. Le village a été élu « village préféré des Français » en 2019.

Ce petit port de pêche est encadré de parcs à huîtres. 

saint vaast la hougue saint vaast la hougue saint vaast la hougue saint vaast la hougue

On peut partir d’ici à la découverte de l’île de Tatihou, située à 800 mètres du village. Vous pouvez traverser à pied à marée basse (avec un coefficient de 60 minimum, surveillez prudemment les horaires des marées !).

Ou alors emprunter un bateau-amphibie, qui roule sur le sable à marée basse et flotte à marée haute ! En moins de 10 mn, vous y êtes !

Sur l’île, le lazaret accueillait les marins placés en quarantaine en raison des risques de Covid peste. Il abrite aujourd’hui un petit musée. Vous pouvez également observer les oiseaux de la réserve ornithologique.

Sainte-Mère-Église

Ce petit village normand inconnu, situé sur la route de Paris entre Valognes et Carentan, est entré brutalement dans l’histoire à 4 h 30 du matin : c’était le 6 juin 1944 ! Il fut le premier libéré de France.

Sainte Mère l'Eglise

L’église de Sainte-Mère-Église est aujourd’hui célèbre pour son parachutiste américain, resté accroché au clocher. Bon, rassurez-vous : il a été secouru, c’est un mannequin qu’on aperçoit aujourd’hui ! 😉

Sainte Mère l'Eglise Sainte Mère l'Eglise

A côté, on peut découvrir le musée Airborne, avec de nombreux souvenirs du Débarquement de Normandie, en particulier celui de Utah beach.

Que voir d’autre dans le nord Cotentin ?

Dans le nord du Cotentin, vous pouvez également découvrir Flamanville pour sa… centrale nucléaire, et le chantier du non moins fameux EPR (célèbre par son coût et son retard avant même sa mise en service !)

A Barneville-Carteret, la vue du cap de Carteret mérite un détour et son port offre des traversées vers les îles Anglo-Normandes. 

Enfin Saint-Sauveur-le-Vicomte garde le souvenir de l’écrivain Jules Barbey-d’Aurevilly dont on peut visiter la maison natale.

Valognes a été largement reconstruite après 1944, mais Carentan conserve un centre ancien assez préservé, avec des maisons à arcades du XVe siècle. Ne ratez pas le pont-canal, inauguré en 1994, permettant aux 4 voies de la N 13 de passer sous le canal de Carentan !

Au sud du département de la Manche, le lieu incontournable est évidemment le Mont Saint-Michel ! 😉

Que voir, que faire et visiter en une journée au Mont Saint-Michel

Poursuivez votre visite de la Normandie avec la souris dans sa superbe capitale, aux 2000 maisons à pans de bois : Rouen !

5/5 - (23 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.