Istanbul

Istanbul, la plus grande ville de Turquie mais également d’Europe avec environ quinze millions d’habitants, se situe au carrefour de l’occident et de l’orient. Au delà de ce fait géographique que chacun connait (?), la ville est réellement influencée par divers aspects européens par sa situation (architecture, mode de vie…) mais devient franchement orientale en fonction des quartiers. On passe de Budapest à Damas en un kilomètre ! En tant que souris intello (si, si), après Rome, il me semblait important de découvrir l’ancienne Byzance puis Constantinople, capitale de l’Empire romain d’orient !

Moins drôle, j’ai pris de gros risques à m’y rendre pour vous raconter mes aventures, car le danger guette à chaque coin de rue : je veux évidemment parler des nombreux chats qui peuplent la ville ! Istanbul est incontestablement la métropole comptant le plus de félins en Europe, il y en a partout ! Découvrez ici mes aventures palpitantes… 😉


Afficher une carte plus grande

 

miranda istanbul

Infos pratiques

Pour ce voyage nous avons choisi la compagnie Air France pour un AR à 160 € sans bagage en soute. Et oui, pas de Ryanair ou autres ultra low-cost pour cette ville pourtant très touristique ! La solution la moins chère était Pegasus mais avec une arrivée à l’aéroport de Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique à plus de 50 km du centre, à des horaires qui ne nous convenaient pas vraiment. Pour seulement 30 € d’écart nous avons donc préféré Air France, avec une arrivée à l’aéroport Atatürk, à environ 20 km du centre.

Pour se rendre de l’aéroport au centre, plusieurs solutions : prendre le métro et ensuite selon votre lieu de résidence, soit une autre ligne de métro (pour vous rendre à la place Taksim par ex) soit le tramway (pour aller à Sultanahmet, la vieille ville) ou bien un bus direct pour la place Taksim. Nous avons opté pour cette dernière solution à l’aller, arrivant à 23 h 15, et pour la première au retour, préférant éviter les longs bouchons qui caractérisent les routes de la métropole… le métro roule, lui !

On nous a déconseillés de prendre un taxi, apparemment souvent arnaqueurs, et en journée, avec les bouchons, vous risquez de stresser… Si vous optez quand même pour cette solution, attention à ce que le compteur soit bien enclenché et prévoyez de la marge !

Nous avons trouvé un petit studio très simple mais suffisant pour nos besoins (dormir et se laver, à Istanbul, on ne vient pas pour rester enfermés !) sur Airbnb pour 20 €/nuit, non loin de la rue Istiklal, dans l’ancien quartier de Pera, quartier européen en face de Sultanhamet, sur l’autre rive de la Corne d’or. Pour rejoindre la vieille ville plusieurs solutions : descendre par le Tünel jusqu’au quais de Karakoy et récupérer la ligne de tramway passant ensuite devant Topkapi ou Sainte-Sophie, ou bien aller à Taksim descendre par le funiculaire pour récupérer le tram à son terminus. Il était également possible de prendre le métro non loin, ce dernier n’allant en plein centre mais étant utile pour d’autres déplacements. Ce quartier est resté le coin animé de la ville, où sortent les jeunes Turcs notamment le soir. Si loger à Sultanahmet peut paraitre plus pratiqué pour visiter les monuments les plus connus de la ville, il se vide en soirée et vous vous retrouverez entre touristes (enfin ce qu’il en reste… les attentats en ayant fait fuir une bonne partie) dans des restos à touristes. Pour l’authenticité, on repassera !

La monnaie nationale est la livre turque (lira, dont le symbole international est TL), en avril 2016 le taux de change est plus au moins de 3,20 TL pour 1 €.

Vues aériennes d’Istanbul

Un peu d’histoire…

Ah Byzance, Constantinople… ces noms exercent depuis toujours une fascination certaine ! Ville très ancienne, Istanbul est dotée d’une histoire fascinante ! Byzance des Grecs, ville marchande prospère, elle tomba peu à peu en déclin jusqu’à ce que l’empereur romain Constantin (premier empereur chrétien) en fasse sa capitale au IVe siècle, sa nouvelle Rome, qui passera à la postérité sous le nom de Constantinople. La ville s’embellit de monuments, palais… malheureusement il en reste peu aujourd’hui (rien à voir avec Rome et ses nombreux vestiges), mais l’église Sainte-Sophie (une des plus vieilles et plus grandes !) en demeure le symbole. Après la chute de l’Empire romain d’occident au Ve siècle, Constantinople en fut l’héritière et resta la capitale de l’Empire romain d’orient, plus connu sous le nom de l’Empire byzantin. La ville demeura une grande puissance chrétienne, garante de la tradition orthodoxe. Gréco-latine alors, elle abandonna peu à peu sa latinité pour se concentrer sur son aspect grec, que ce soit la culture, la langue, ou la religion, créant par la suite un schisme avec l’église romaine catholique. L’Empire byzantin fut un des plus puissants et riches de cette partie du monde, mais comme la plupart des empires, déclina progressivement, surtout face à l’avancée des peuples turcs. Ces derniers fondèrent l’Empire ottoman et n’eurent de cesse de gagner des territoire, que ce soit en Anatolie ou bien dans les Balkans. L’Empire byzantin fut finalement réduit à la seule ville de Constantinople, qui fut elle aussi prise en 1453 après un long siège. C’est à ce moment qu’elle devint la nouvelle capitale de l’empire ottoman. La vieille ville chrétienne devint alors musulmane… La ville fut donc capitale de trois empires, mais ne resta pas longtemps celle de la Turquie. À la dissolution de l’empire ottoman après la Première Guerre mondiale (et oui tout a une fin) la capitale fut rapidement transférée à Ankara, plus centrale et plus traditionnelle. Mais Istanbul, qui prit ce nom en 1930, demeure la plus grande métropole du pays, son pole économique et touristique.

… et de géographie

mosquée de Soliman

mosquée de Soliman

Seule ville au monde à cheval sur deux continents, sa situation géographique exceptionnelle en a fait depuis toujours un point stratégique, que ce soit Byzance ou l’Istanbul moderne ! Outre le détroit du Bosphore qui sépare les rives européennes et asiatiques, la Corne d’or est un estuaire dans lequel se jette deux fleuves et qui sépare aussi le vieil Istanbul de son ancien quartier Génois puis « européen » (où siégeaient les ambassades occidentales et où vivaient ces derniers, une vraie ville à part !) : Galata (aujourd’hui quartier de Beyoǧlu. Le vieux quartier de Sultanahmet se situe sur une pointe entre la Corne d’or et le Bosphore au nord, et la mer de Marmara au sud. En face ce trouve le quartier de Kadiköy, ensuite ville grecque indépendante de Byzance. C’est dans ce vieux quartier de Sultanahmet que s’étendait d’abord la ville de Constantinople, avant que la ville ne grossisse et ne déborde de ses vieux remparts. Tout au bout, la pointe du sérail était la demeure du sultan, avec le palais de Topkapi, érigé derrière la mythique Sainte-Sophie.

En 8 jours à Istanbul, si nous n’avons pas pu voir toute la ville (normal !) nous en avons eu un bon aperçu, notamment de ses différents visages. Si la ville ne fut pas un coup de cœur, nous l’avons tout de même appréciée, mais pas forcément pour ses aspects les plus connus !

À savoir que les principaux sites touristiques sont chers (comptez environ 13 € pour Sainte-Sophie et 20 € pour Topkapi avec le harem) et lors de notre séjour, malheureusement quasiment tous étaient en travaux donc on ne pouvait que partiellement les visiter ! Très frustrant ! À savoir qu’il existe un pass musées à 85 TL pour 5 jours, qui donne accès à plusieurs sites individuellement assez chers. Nous avons donc tenté de la rentabiliser. Nous nous attendions aussi à un centre historique plus préservé, mais des vieilles maisons ottomanes en bois, il ne reste presque plus rien ! Pour cela finalement, nous en avons eu un meilleur aperçu à Plovdiv, en Bulgarie.

Mes articles sur la ville

Découvrez la Turquie et Istanbul au parc Miniatürk

Le centre historique

Le musée de Sainte-Sophie

Le palais de Topkapi

Le quartier d’Eminönü et du bazar aux épices

Le quartier de Sultanahmet, avec la mosquée bleue et la citerne basilique

En contrebas de Sultanahmet, autour de la Petite Sainte-Sophie

Autour du Grand Bazar et de l’Université

Autour de Saint-Sauveur-in-Chora et des remparts

 

De l’autre côté de la Corne d’Or

Art nouveau à Istanbul dans l’ancien quartier de Pera

Le quartier de Galata et sa tour

Le quartier Emirgan, son grand parc, et le musée Sakip Sabanci

 

Istanbul au fil de l’eau :

La traversée à Kadıköy

La Corne d’Or

Istanbul au fil du Bosphore

 

Autre

Les chats d’Istanbul

Les transports à Istanbul

La gastronomie à Istanbul

 À voir et à faire en priorité à Istanbul

Istanbul, de par sa situation et son riche passé, regorge de choses à voir et à faire !

  • Le quartier du bazar égyptien avec la mosquée neuve et la mosquée de Rustem Paşa
  • Le quartier de Beyazit, du grand bazar (pour l’ambiance surtout), la mosquée de Soleyman le magnifique.
  • L’église byzantine Saint-Sauveur-in-Chora et ses belles mosaïques
  • L’ancien quartier de Pera avec sa tour de Galata, dans laquelle on peut grimper pour admirer la vue, et flâner sur la rue Istiklal
  • Une balade sur la Corne d’Or
  • Une croisière (courte ou longue) sur le Bosphore
  • Une traversée jusqu’à la rive asiatique, notamment le quartier de Kadiköy
  • Visiter les palais, notamment Dolmabahçe ou Beylerbeyi
  • Visiter ses musées, notamment celui de la mosaïques, des arts turcs et islamiques, les musées archéologiques, le musée d’art moderne et contemporain… selon vos gouts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *