Le parc zoologique de Paris

Affiche du parc zoologique de Paris

Parc zoologique de Paris

Le parc zoologique de Paris, anciennement et souvent encore surnommé zoo de Vincennes se situe dans le 12e arrondissement de la capitale à l’orée du bois de Vincennes, d’où son surnom.

Il est visible d’assez loin avec son emblématique grand rocher artificiel de 65 m de haut et constitue l’un des cinq plus fréquentés de France.

Ouvert en 1934 et rouvert en 2014 après cinq ans de grands travaux, c’est un parc zoologique profondément transformé qui présente aujourd’hui dans 5 grands milieux naturels (ou « biozones ») environ 2000 animaux appartenant à 180 espèces.

L’espace étant limité (14,5 hectares) , c’est le bien-être des animaux qui a été déterminant avec l’aménagement de vastes enclos plutôt qu’une concentration excessive comme auparavant.

Certaines grandes espèces présentées autrefois, comme les éléphants et hippopotames, ne sont plus visibles faute de place, et celles présentes sont parfois peu visibles, ce qui déçoit des visiteurs. Mais en choisissant le bon jour (ni trop chaud ni trop pluvieux) et le bon horaire (comme d’habitude, les heures creuses), on en voit bien la plupart selon mon expérience après quelques visites, ce que vous constaterez aisément avec les photos qui suivent. Votre souris préférée vous propose une balade au zoo d’environ 4 heures et d’y découvrir d’autres animaux plus impressionnants ! 😉


Afficher une carte plus grande

S’y rendre

Il suffit d’emprunter la ligne 8 du métro, ou le tram T3a et de descendre à Porte Dorée. Suivez l’avenue Daumesnil sur 400 m en direction du bois, passez devant le palais de la porte Dorée (une autre visite très recommandable) et vous y êtes ! Le bus 46 de la RATP (Gare du Nord – Château de Vincennes) dessert cet axe (fréquence de 10 à 15 mn environ) et vous laisse juste devant l’entrée (bon à savoir pour les fainéants !). Les lignes 86 et 325 longent également l’arrière du zoo.

En voiture, on peut se garer gratuitement dans le bois… mais bonne chance pour trouver une place, surtout le week-end à la belle saison !

Le zoo est ouvert à des horaires très variables selon la saison, de 10 h à 17 h l’hiver (avec fermeture le mardi) ; 9 h 30 à 18 h en semaine et 19 h 30 le week-end en intersaison (avril et septembre-octobre) et jusqu’à 20 h 30 l’été (et même 22 h 30 en nocturne les jeudis de juin et juillet). Si la plupart des animations se déroulent (logiquement) l’après-midi lorsqu’il y a le plus de monde, c’est après 16 h en saison que la visite est particulièrement tranquille. Vérifiez les horaires sur le site officiel, c’est plus prudent.

Tarifs

Le tarif d’entrée a connu une hausse spectaculaire après réouverture (6 € en 2008), et qui a provoqué une baisse proportionnelle de fréquentation : 22 € par adulte, 16,50 € pour les 12-25 ans et 14 € pour les 3-11 ans (heureusement gratuit en dessous). C’est un euro de moins en achetant ses places sur le site web officiel…

Un tarif élevé qui a défrayé la chronique mais situé en vérité dans la norme des parcs équivalents en Europe. Et il faut bien nourrir toutes ces bestioles… (déjà que moi je mange beaucoup alors… mais je m’égare !)

Outre le choix hasardeux d’une rénovation sur fonds privés (partenariat public-privé) aux conséquences financières catastrophiques (comme souvent !), on peut juste regretter l’absence de tarif réduit l’hiver ou en fin de journée qui attirerait les visiteurs sur ces créneaux peu fréquentés. Sachez qu’il existe un pass annuel rentable après trois visites (65 € par adulte) mais également que l’entrée est gratuite pour les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires de minima sociaux, comme tous les autres sites du muséum.

Enfin, pour finir, il existe un billet combiné avec la ménagerie du jardin des plantes, valable 3 mois (29 € par adulte), un lieu qui mérite également une visite (moins grand que le zoo mais d’autres espèces sont à découvrir).

La visite

Bernaches au parc zoologique de Paris

Au détour des allées du zoo !

Le parcours de visite compte 4 km et traverse 5 biozones reconstituant au plus près les milieux naturels des animaux : Patagonie, Sahel-Soudan (la plus vaste), Europe, Amazonie-Guyane et Madagascar.

Vous trouverez quelques lieux pour faire une pause ou vous restaurer (à tarif correct, bon à noter), et des toilettes plutôt propres à l’entrée puis quatre autres le long du parcours. Chaque espèce est présentée par des panneaux plutôt bien conçus.

Patagonie (16.570 m²)

La zone présente la pampa, la forêt andine ainsi que les côtes rocheuses et compte officiellement 7 espèces (j’en compte plutôt 8 !) : puma, otarie à crinière, manchot de Humboldt, poudou des Andes, mara, nandou, vigogne et guanaco.

 

Sahel-Soudan (45.215 m²)

La zone présente la savane et les paysages de deltas africains et compte 44 espèces : lion d’Afrique, babouin de Guinée, grand koudou, girafe, zèbre, rhinocéros blanc, autruche, addax, oryx, marabout d’Afrique, grue royale…

J’ai d’ailleurs passé un certain temps à contempler les babouins, qui bougent beaucoup et son vraiment captivants dans leurs comportements ! Puis comment ne pas fondre devant tous ces mignons petits bébés sur le dos de leur mère ? 😉

 

Plusieurs autres espèces d’oiseaux peuplent la grande volière qu’on peut librement traverser (calmement !) : ibis chauve, spatule blanche, flamant rose, cigogne d’Abdim…

 

Europe (10.800 m²)

Située tout au nord au pied du fameux rocher, la zone présente les paysages… d’Europe (vous l’aviez deviné n’est-ce pas ?) et compte 28 espèces : lynx boréal, loup ibérique, glouton, loutre (difficile à observer !), goujon, cistude, glouton… Un des lynx avait quand même l’air de tourner un peu en rond… Certains enclos me semblent un peu petits…

On admire également la serre des rapaces avec milan royal, vautour fauve et moine. Je me suis quand même demandée s’ils avaient assez d’espace pour voler librement…

Un vivarium est situé dans le rocher, présentant crapaud et grenouille, caméléon, tortue,  lézard, vipère… Hum, en tant que souris, je ne me suis pas sentie en sécurité, heureusement qu’ils étaient derrière une vitre !

 

Amazonie-Guyane (12.530 m²)

La zone présente la forêt équatoriale et compte 67 espèces : jaguar, tapir, chien des buissons, capybara, singe laineux… Cette zone partage avec la suivante la grande serre de 4 000 m2 abritant un milieu équatorial.

En fin de journée, le jaguar a faim, et cela se voit ! J’ai eu peur moi ! Là encore, j’aurais aimé plus d’espace pour ces gros animaux, mais je ne suis qu’une petite souris, pas une experte animalière !

 

La grande serre abrite diverses autres espèces qui craignent le froid : lamantin, ara, paresseux, arapaïma, anaconda, mygale, grand tamanoir, toucan toco, dendrobate, piranha, lézard-caïman, tortue mata-mata… et même quelques rats et souris qui s’y promènent !

Avant de râler, imaginez qu’il est difficile de les chasser vu la présence des autres animaux qui rend impossible l’utilisation des (horribles) moyens classiques, et j’aimerais un peu de tolérance : les petits rongeurs sont des animaux comme les autres ! (n’êtes-vous pas là pour voir des animaux variés ?) 😉

 

Madagascar (9655 m²)

La zone présente la forêt tropicale humide dans une partie de la grande serre et à l’extérieur et compte 30 espèces : propithèque couronné, lémurien (sur une île), petit hapalémur, fossa… La grande serre abrite d’autres espèces : grenouille tomate, boa, caméléon panthère, mantelle dorée, phelsuma, tortue rayonnée…

 

L’avis de la souris

Boutique du parc zoologique de Paris

Boutique du parc zoologique de Paris

Le parc zoologique de Paris est un zoo urbain et dispose d’un espace restreint : il a été préféré de plus vastes enclos pour moins d’animaux plutôt que l’inverse, ce qui déplait à certains visiteurs, qui déplorent de ne pas en voir assez pour le prix payé.

C’est compréhensible toutefois on voit bien l’essentiel des pensionnaires à condition de favoriser le bon moment pour la visite : un jours pas excessivement chaud (car les animaux font comme vous, ils se reposent à l’ombre !), ni trop pluvieux, à des horaires de plus faible fréquentation.

A la sortie, la boutique bien fournie en peluches et gadgets vous fera vider ce qu’il reste dans votre portefeuille, surtout si vous êtes accompagnés d’enfants !

Sachez que vous pouvez parrainer un animal du zoo, un beau geste pour la préservation des espèces… et ouvert à réduction d’impôt ! (je préfère parrainer un vrai manchot avec mes sous qu’un ministre habillé en pingouin, à vous de voir) 😉

Enfin pour l’anecdote, le zoo apparaît au début du film La grande vadrouille avec Bourvil et De Funès et a contrario à la fin du film Le père Noël est une ordure.

 

3 Responses to Le parc zoologique de Paris

  1. Nicolas dit :

    Excellent!

  2. DE PEYROLLE dit :

    Bien résumé, jolies photos et un poil d humour ! Parfait 😉👍🏻

  3. Danielle SEDANT dit :

    Enfin un article pertinent qui décrit parfaitement le parc zoologique. Cela fait plaisir après tant de critiques négatives, infondées, et tant d’incompréhension de la part d’un certain public qui semble hélas peu sensibilisé au bien-être animalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *