Rome : le Vatican et ses alentours

Rares sont les visiteurs qui viennent à Rome sans visiter la cité du Vatican, du moins une partie, notamment la fameuse place Saint-Pierre et la basilique du même nom, connue dans le monde entier ! Sans entrer dans trop de détails, je vous ferai découvrir ces lieux ainsi que les alentours, à savoir les quartiers du Prati et du Borgo, où les touristes passent et repassent.


Afficher une carte plus grande

 

La cité du Vatican constitue le plus petit état du monde, avec seulement 0,44 km 2 ! Officialisé en 1929 suite aux accords de Latran entre l’Église catholique et Mussolini, avant cela le courant était électrique entre les souverains pontifes et les gouvernements italiens successifs, l’espace ayant été annexé à la fin du XIXe siècle lors de la réunification italienne. Le pape s’estimait d’ailleurs « prisonnier dans ses propres terres ». En effet, depuis la chute de l’empire romain, c’est lui qui régnait de fait sur la ville et ses alentours, alors états pontificaux (point de souverains à Rome avant cela).

De fait, les visiteurs n’ont accès qu’à une infime partie : la place saint-Pierre, la basilique, et les musées du Vatican… que nous n’avons pas visités, honte à nous ! On n’en parlera donc pas, mais on vous conseille de venir hors saison et hors week-end pour espérer y entrer sans faire la queue 3h, ou bien d’acheter vos billets à l’avance et donc payer 4€ de supplément.

Nous n’y sommes finalement pas allés assez hors saison pour éviter la foule, tout ce qu’on déteste pour visiter un musée, ce sera donc pour une prochaine fois (ou pas). Enfin, j’y suis déjà allée il y a de nombreuses années, quand j’étais encore une jeune souris vivant avec ses parents, et dans mon souvenir j’avais plutôt envie de fuir très loin à cause de la foule, on ne voyait pas grand-chose et on étouffait. C’est ça d’être une souris quelque peu claustrophobe ! Avec l’âge (mais je ne vous dirais pas le chiffre exact) j’ai appris qu’il valait mieux faire en sorte de réunir les bonnes conditions de visite (pas facile dans ce cas) plutôt que de subir et donc ne rien apprécier…

Infos sur le site officiel.

La cité du Vatican comporte de grands, et apparemment beaux jardins, mais visitables seulement le matin en visite guidée. Pas très ouverts les curés !

S’y rendre : plusieurs solutions, mais la plus pratique (selon où vous êtes) est de prendre la ligne A du métro et de descendre à Ottaviano, puis marcher 10 mn jusqu’à la place Saint-Pierre. La ligne de tramway 19 a son terminus à la piazza del Resorgimento, plus proche, et de nombreux bus desservent le quartier. Un jour, la ligne C du métro desservira la place Saint-Pierre…

La place Saint-Pierre

La plus grande place de Rome (enfin officiellement ce n’est pas Rome, mais on se comprend !), elle fut complètement remaniée par le Bernin au milieu du XVIIe siècle, à l’apogée du baroque romain. Très théâtrale, cette place monumentale en forme d’ellipse consiste en deux rangées de colonnes qui s’écartent en arc de cercle, symbolisant les bras de l’Église catholique embrassant les fidèles, notamment les brebis égarées auprès du Protestantisme… Au centre trône un obélisque égyptien. Le clou du spectacle est bien sûr la basilique elle-même, mais ce n’est pas de la place que l’on se rend le mieux compte de sa théâtralité…

Toujours envahie de monde, c’est aussi ici que se rassemblent les foules lors de fêtes catholiques. Bon à savoir, sur les côtés de la place vous trouverez des toilettes gratuites et propres. Au sud, vous pourrez faire vos emplettes de souvenirs ou de bondieuseries, et même envoyer une lettre de la poste du Vatican (attention, seuls les timbres du Vatican sont autorisés, de même que si vous achetez un timbre ici vous ne pourrez pas poster votre lettre dans une autre poste italienne), réputée plus rapide. On a testé, mais pas approuvé, puisque la carte postale a mis 10 jours pour arriver (bon, peut-être la faute à la poste française, on ne le saura jamais).

La basilique Saint-Pierre

Plus grande église du monde catholique, érigée en premier lieu par l’empereur Constantin (le premier à rendre officielle la religion chrétienne dans l’empire romain) au IVe siècle, en l’honneur de saint Pierre, considéré comme le premier pape de l’Église. Son tombeau est situé sous le maître-autel, bien que rien ne relie le lieu à la vie du saint… Il s’agit de l’église des papes, et d’un des monuments les plus visités au monde !

Vous ne serez donc pas tout seuls… mi-octobre il y avait encore 2h d’attente pour y entrer, nous avons donc attendu notre deuxième séjour dans la ville éternelle, en novembre, pour la visiter (je la connaissais déjà, mais pas mon copain souris), pour seulement 15 mn d’attente en début d’après-midi. Là encore évitez si possible la haute saison, les week-end, jours fériés, jours de fêtes religieuses… Essayez à l’heure du déjeuner ou justement peu avant la fermeture (prévoyez quand même le temps de visiter). Il vous faudra passer des portiques de sécurité (d’où l’attente) et ensuite c’est parti pour en prendre plein la vue !

Intérieur de St-Pierre-de-Rome

Je ne vais pas tout détailler, mais je vous livre quand même quelques infos : la basilique dans sa forme actuelle (elle fut plusieurs fois reconstruite et remaniée) date de 1626, pour des travaux qui débutèrent en… 1506 ! Bramante et Michel-Ange (bien plus tard) dessinèrent les plans et entamèrent les travaux, et c’est l’architecte Carlo Moderno qui acheva la basilique, là encore bien des années plus tard ! C’est à lui que l’on doit la façade actuelle.

Son dôme est aussi le plus haut du monde ! On peut d’ailleurs grimper au sommet, moyennant finance, pour admirer la vue sur Rome (là encore, ce sera pour une prochaine fois). Ceci dit, on ne se rend pas compte de ses proportions en étant juste devant, il faut donc s’en éloigner.

L’intérieur offre une richesse impressionnante ! Certains diront que le message de pauvreté et de simplicité prôné par Jésus est complètement trahi ici, et on est assez d’accord ! Il fallait en mettre plein la vue ! Si tout est immense, on ne s’en rend pas toujours bien compte car tout fut réalisé à l’échelle. On se sent quand même tout petit ! Au fond, le baldaquin réalisé par le Bernin semble écraser les êtres humains. Il faut bien sûr admirer tous les détails… notamment ceux de la porte en bronze à l’entrée ! Autre détail : les peintures décoratives n’en sont en fait pas, il s’agit de très fines mosaïques.

La sépulture de Jean-Paul II occupe désormais une chapelle à l’intérieur, où viennent se recueillir les fidèles. Sous l’église, on peut également visiter la crypte où sont enterrés les papes, mais photos interdites (on a pu en « voler » une).

À savoir qu’on ne peut pas s’asseoir à l’intérieur car il n’y a pas de siège, si vous souhaitez reposer un peu vos pattes (surtout si vous avez fait la queue longtemps dehors) vous pouvez aller « prier » dans une des chapelles destinées à cet effet.

La via della Conciliazione

Il s’agit de l’avenue reliant la place Saint-Pierre (enfin plus exactement à la place Pie XII, juste devant) au castel Sant’Angelo, et donc au Tibre. Elle fut percée en 1936 sur ordre de Mussolini, et son nom fait référence à la réconciliation entre le Vatican et le gouvernement italien suite aux accords de Latran de 1929. On y trouve des bâtiments très années 30 et quelques autres plus anciens (et plus agréables à l’oeil), mais c’est surtout la perspective sur Saint-Pierre-du-Vatican qui la rend célèbre !

Vous y trouverez entre autres des boutiques de souvenirs pour touristes, ainsi que des restos et bars/salons de thé également pour touristes prêts à se faire pigeonner. Évitez donc d’y faire une pause, à moins de ne pas avoir le choix ! Nous avons pu pousser la porte d’une église plutôt mignonne (bon, après Saint-Pierre, il ne faut pas comparer !), Santa Maria in Transpontina.

Le Borgo et le château Saint-Ange

Le Borgo est un minuscule quartier situé entre le Vatican et le castel Sant’Angelo, ou château Saint-Ange en français. On peut y admirer les rives du Tibre. Le château en est le principal monument. Il s’agit à l’origine du mausolée de l’empereur Hadrien, qui voulait faire comme Auguste ! (dont on peut voir les restes du mausolées sur l’autre rive).

D’autres empereurs, dont Caracalla, y furent enterrés, avant que le monument ne soit converti au Moyen-Âge en forteresse militaire, inclus par la suite dans une fortification entourant le quartier (et lui donnant son nom de Borgo).

Il fut ensuite transformé en prison, mais certains papes s’y réfugièrent lors d’attaque de la ville. Ce fut le cas d’Alexander VI, « Borgia » qui y fuit l’invasion de Charles VIII de France, et de Clément VII, lors du siège imposé par Charles Quint. C’est son successeur, Paul III, qui transforma le tout en palais, mais le château ne cessera jamais d’être une prison politique de la papauté ! Aujourd’hui il se visite et on peut y voir les salles décorées de fresques ! Là encore pour nous ce sera pour une prochaine fois (et là encore j’y ai été il y a longtemps, mais pas mon copain souris ! Malheureusement aucune photo exploitable de cette époque).

Le château domine le pont Saint-Ange, piéton et bordé de statues, un peu à l’image du pont Charles à Prague, et très couru des touristes ! Là encore, quartier très touristique, où vous serez abordés par les vendeurs ambulants de toutes parts !

Le quartier du Prati

Situé plus au nord de la cité vaticane, et s’étendant jusqu’aux rives du Tibre, il s’agissait à l’origine de vastes prairies, d’où le nom du quartier. Tout fut construit après la réunification italienne, à la fin du XIXe siècle, pour en faire un quartier de ministères et administrations. Aujourd’hui c’est là que choisissent de loger de nombreux touristes, pour être à la fois près du Vatican, du centre-ville, et du métro.

Ce n’est donc pas un quartier très « sympathique », mais il présente tout de même une architecture fin XIXe siècle plutôt agréable, avec des rues plus larges et aérées. On notera la piazza del Resorgimento, sur laquelle se trouve d’ailleurs un McDo (pour les pauses petit budget…). Pour se rendre du métro Ottaviano à la place Saint-Pierre, nous avons emprunté la via Ottaviano, commerçante.

À l’ouest, sur les rives du Tibre, se trouve une des rares églises gothiques de Rome : Sacro Cuoro del Suffragio, qui abrite un étrange musée des âmes du purgatoire. Nous comptions le visiter (on aime bien les petits musées insolites) mais pas de bol, nous nous sommes pointés le jour de fermeture exceptionnelle, sous une pluie battante ! Heureusement, le café-salon de thé juste à côté n’est finalement pas si attrape-touriste que ça et nous avons pu déguster de bons cappuccini en attendant que l’orage passe, dans un cadre plutôt classe.

La piazza Cavour

Pour terminer, retournons plein ouest vers les rives du Tibre, derrière lesquelles se trouve l’agréable piazza Cavour. Typique de la fin du XIXe siècle, on notera surtout l’imposant Palais de Justice de style éclectique.

Franchissez le pont pour découvrir le nord du centre historique, de la piazza del Popolo à la piazza di Spagna

Retournez à l’article principal

4 Responses to Rome : le Vatican et ses alentours

  1. Elisa dit :

    Bonjour La Souris ! Merci pour tous ces bons conseils. Nous partons passer quelques jours à Rome ce mardi, et c’est un peu (beaucoup !) improvisé. Contrairement à mon habitude je n’ai donc eu les heures que j’aime passer à préparer mon séjour… C’est pas grave, j’ai les grandes lignes. Mais aussi quelques questions. J’espère que tu pourras m’aider…

    Nous arrivons à l’aéroport de Ciampino à 10h45. Le temps de gagner notre logement (dans le Trastevere) et de s’installer, j’imagine qu’on partira en vadrouille en début d’après midi après avoir savouré notre premier repas romain (j’ai déjà faim…)
    Grossièrement, j’imagine notre séjour ainsi (coucher de soleil à 17h)
    ~~ Mardi après midi : Vadrouille (Travestere, Janicule, Guetto, Aventin etc) > mais le temps annoncé est plutôt moche donc c’est dommage…
    ~~ Mercredi matin : Galleries Borghese (je vais prendre le billet à l’avance)
    ~~ Mercredi aprem : Vadrouille en ville ( Piazza del Popolo ; Terrasse du Pincio ; Piazza di Spagna ; Trinita del Monti ; Fontaine de Trevise etc etc)
    ~~ Jeudi matin : Basilique Saint Pierre (à 7h, histoire d’éviter la foule) et Coupole puis musées du Vatican (je vais prendre des billets coupe file)
    ~~ Jeudi aprem Vadrouille en ville (Castel Sant’Angelo, Piazza Navona, Pantheon etc)
    ~~ Vendredi matin Le trio Colisée-Palatin-Forum (je vais prendre un coupe file.)
    ~~ Vendredi aprem Vadrouille en ville (Quirinale, retourner voir ce qu’on a bien aimé)

    Qu’en penses-tu ? Ça te parait raisonnable ?

    Je me demandais notamment combien de temps il vaut mieux prévoir pour la visite de la Basilique Saint Pierre avec la Coupole ? Que je ne prenne pas la visite du Vatican trop tôt…

    Je n’ai pas trouvé si tu en avais mis sur ton site mais as-tu peut être des « pépites » où manger qui t’ont particulièrement marquées ? Et surtout, sais tu où on peut faire des achats gourmands sans se faire arnaquer (sur la qualité, sur le prix) à part le Campo dei Fiori (dont j’ai cru lire que c’était de plus en plus attrape touristes…)

    Mille excuse c’est un très long message… J’espère ne pas avoir été trop embêtante. Merci encore pour ton chouette site.

    🙂

    • Miranda dit :

      Bonjour,

      Ton parcours me parait raisonnable sauf pour le mardi après-midi je trouve que ça fait beaucoup. Pour le reste, je vous conseille de ne pas trop chercher à tout voir, Rome c’est grand, prenez le temps de flâner, si vous n’avez pas le temps de finir votre programme, ce n’est pas grave, vous reviendrez ! Prenez le temps de savourer.

      Je ne suis pas grimpée dans la coupole mais comptez au moins 30 mn dans la basilique si vous aimez faire des photos.

      Pour les bonnes adresses, je vous suggère le site Lafourchette ou le quartier de San Lorenzo, mais cela fera un peu loin. Le Trastevere est sympa aussi vous devrez trouver votre bonheur.
      Je n’ai jamais ramené de produits mais je connais de réputation l’enseigne Eataly et j’avais vu quelque chose de ce genre dans la gare de Termini.

      Cordialement

      • Elisa dit :

        Bonjour !
        Merci de ta réponse !
        J’ai vu ton message pendant le voyage mais je n’ai pas pris le temps de mais je n’ai pas pris le temps d’y répondre…

        Globalement, nous avons pu à peu près ce que nous voulions voir, donc c’est chouette. Après, c’était effectivement assez intense, et nous n’avons pas eu tellement de temps de « goûter » la ville. Mais en même temps, je n’aurais enlevé aucune des visites que l’on a pu faire donc finalement, le regret, c’était juste de ne pas y être plus longtemps. Nous y retournerons, un printemps, pour mieux savourer la vie romaine et picétou.

        Je me permet de noter ici un résumé du séjour, si jamais ça peut aider d’autres futurs voyageurs.

        ~~ Mardi après midi : Arrivée à notre logement dans le Trastevere (bus H direction « Dei Capasso » arrêt « Sonnino », ou bus 75 arrêt à Morosini). Nous logions à Trastevere Dream House, un chouette B&B que je recommande chaudement. Il faisait malheureusement assez gris, mais ça ne nous a pas empêché d’apprécier notre balade dans le quartier. Nous sommes montés sur le Janicule, pour un beau panorama sur la ville, puis on est redescendu flâner dans le quartier avant de traverser le fleuve pour nous perdre dans le ghetto et une partie du centre ville
        ~~ Mercredi : Balade du côté de l’Aventin cette fois. Petite visite à la charmante Santa Maria in Cosmedin et la Bocca della Verità puis le jardin des orangers et la belle vue sur Rome. Après un rapide passage au fameux trou de serrure, on est redescendu en ville, en une longue promenade au hasard des ruelles, vers les Galeries Borghese. Les galeries ont probablement été un de mes musées préférés du séjour. Ensuite petite balade dans le parc, direction le Pincio et sa vue plongeante sur la Piazza del Popolo. Et à nouveau exploration des ruelles au hasard.
        ~~ Jeudi : Exploration plus précise du centre-ville, on avait cette fois un itinéraire un peu plus précis, avec les places et les églises que nous voulions voir (vive le gps !). L’après midi était consacrée au Colisée. Premier couac puisque j’avais mal compris les horaires. La dernière entrée étant à 15h30, nous n’aurions pas le temps de faire le Palatin/Forum derrière. Nous devrons donc revenir le lendemain, c’était pas tellement prévu dans le timing mais bon… Visite intéressante mais un peu frustrante, l’audioguide étant assez succinct. Je conseillerais vivement de pouvoir faire une visite guidée. Puis comme on était bien claqués, on est allés visiter les Musées du Capitole parce qu’on a un petit côté masochiste.
        ~~ Vendredi : Retour dans le quartier du Colisée pour voir les forums et le Palatin. Je confirme qu’une visite guidée aurait été vraiment appréciable. Puis direction le Vatican. Heureusement qu’il y a le métro ! Musées du Vatican puis Basilique Saint Pierre. Nous n’avons pas pu grimper dans la coupole car, surprise, ils ne prennent que le cash. Tant pis, pour la prochaine fois ! Puis dernière balade nocturne dans la ville, avant de repartir à l’aéroport.

        Désolée pour le roman, et encore merci pour ton blog et tes conseils !

        • Miranda dit :

          Contente que tu aies passé un bon séjour ! Oui, Rome ne se découvre pas en une fois, pour un premier séjour c’est déjà pas mal ! Merci de préciser pour la coupole du Vatican, apparemment la banque du Vatican a eu quelques soucis. C’est bon à savoir. En règle générale, c’est bien d’avoir toujours un peu de cash sur soi en voyage, on ne sait jamais (CB qui marche plus, etc).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *